RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Auteur : Jose ESPINOSA

Place à l’armée mexicaine !

Jose ESPINOSA
Le Pen éliminée, c'est fait. Macron président, il l'est. Les problèmes réglés, certes pas. Comment un président minoritaire dans l'opinion, je rappelle son score de premier tour 24% des exprimés, va-t-il gouverner un pays aussi divisé, fracturé, mécontent et coléreux ? Une gageure ! Assurer sa victoire par la peur de son adversaire n'évite pas les contradictions qui travaillent en profondeur le peuple français. Le président devra rapidement clarifier avec qui il compte diriger la France pour appliquer son programme de poursuite et d'aggravation de la politique de Hollande/Valls. Il devra tenir compte de ses opposants qui par millions rejettent cette politique. Équation difficile. Certes, ses appels à lui donner une majorité législative seront entendus. Ses électeurs du premier tour confirmeront leur choix mais sera-t-il en mesure d'en gagner de nouveaux et combien ? Le parti socialiste se maintiendra jusqu'au soir du 18 juin, les Républicains feront de même, En Marche va essayer de leur piquer des (...) Lire la suite »

Présidentielle : le mot de la fin !

Jose ESPINOSA

La consultation des Insoumis traduit le désarroi général à la veille du deuxième tour. Tous les partis et organisations sont troublés car de nombreux électeurs se demandent quel est le vote efficace.

La grande majorité des électeurs progressistes combattent le Front national, et ce depuis qu'il existe. Personne ne peut mettre en doute leur résolution à battre Le Pen fille comme ils ont fait barrage au père. La question n'est pas là. Le problème, de taille, est qu'en face se présente Macron, l'initiateur du Cice, de la loi travail, de l'ubérisation, bref l'homme de la finance qui a contribué à l'affaiblissement du pays et aux reculs sociaux des travailleurs. Je comprends l'amertume, le ressentiment, la colère, l'indignation de ces millions de gens qui ont manifesté, pétitionné, voté contre cette politique libérale menée par le parti socialiste. Comment dans ces circonstances ne pas comprendre le refus de mélanger leurs voix avec celles des grands patrons qui unanimement se rangent derrière Macron pour conserver leurs privilèges ? Faudrait être sans humanité pour accuser cet électorat de faire la courte échelle à la Le Pen. Je ne suis pas de ceux qui les condamnent sans autre forme de procès. (...) Lire la suite »
11 

La pâte et le levain !

Jose ESPINOSA
Le chamboule-tout est réussi. Parti socialiste et parti Les Républicains défaits, droite éclatée, gauche explosée, petits partis atomisés, tel est le séisme qui secoue le pays. Le FN s'ancre dans les zones rurales. Dans ce chaos, la France Insoumise et son candidat gagnent la remontada avec 7 millions de voix et ses 20% qui vont peser dans la vie politique nationale. Un chiffre à comparer à celui obtenu par Jacques Duclos à l'élection présidentielle de 1969. Les observateurs perspicaces notent que la jeunesse préfère le plus âgé des candidats. Les quartiers populaires ont bougé, les ouvriers reprennent le chemin du combat politique, la population des villes rejette le FN et se remobilise en faveur l'écologie sociale. Bref une nouvelle perspective apparaît en dehors des rapports gauche/droite classiques. Un nouveau type de rassemblement populaire majoritaire est en gestation. Le peuple cherche les nouveaux chemins de sa refondation autour de la 6e république, de la transition écologique, de (...) Lire la suite »

Ensemble continuons !

Jose ESPINOSA

Il faut que le score de la France Insoumise soit énorme pour que l’ensemble des médias et du monde politique soit intéressé par la prise de position du candidat Mélenchon. Tous lui tombent à bras raccourcis pour l’accuser de faire le jeu de Lepen et le conjurer de soutenir Macron.

Que d'hypocrisie, de malhonnêteté, de fiel, d'invectives n'a-t-on pas lu et entendu. Seuls, les analystes sérieux ont perçu la baisse de l'électorat du FN dans les circonscriptions qui ont porté Mélenchon à un très haut niveau ce qui témoigne de la force anti-Lepen dans le vote "France Insoumise". La campagne politique a fait mouche. L'impact des idées de partage, d'indépendantisme, de sortie des traités européens, de nouveau protectionnisme solidaire a contré le repli sectaire, la division, le racisme distillé par la candidate frontiste. A Hénin-Beaumont, la Lepen est en perte de vitesse alors que Mélenchon augmente son score, vérifiant ainsi la pertinence de son combat sans faille. La consultation des membres de "France Insoumise" tel que l'avait décidé Mélenchon dès le départ de sa campagne favorise le débat démocratique, unifie le mouvement, renforce les convictions de chacun sur la base d'un échange sans pareil. Je l'ai vécu dans le douzième arrondissement parisien avec la centaine de participants. (...) Lire la suite »

Rassemblement contre Le Pen !

Jose ESPINOSA
La déception passée, les ressentiments enterrés, les bisbilles rangées aux placards, seule l'analyse concrète demeure et nous guide dans nos choix. Macron face à Le Pen, c'est la physionomie du deuxième tour. J'avais senti la montée du représentant des financiers déguisé en "jeune homme nouveau" mais j'ai sous-estimé le score de la seconde probablement aidée par la peur créée médiatiquement autour des "attentats". Les analyses confirmeront ou pas. Le fait est là : la lutte pour le pouvoir se jouera entre eux, sans possibilité de changer la politique sociale et économique si désastreuse. Les représentants des partis socialistes et de la droite dure ont payé le prix de leur agressivité anti-sociale et des politiques austéritaires qu'ils nous ont imposé en dix ans. Le parti socialiste est dégagé par son électorat pour cause de trahison. Mélenchon fait une entrée en force dans le club des forces qui comptent en cassant le bi-partisme central dans la cinquième république. En 2012, son résultat surprenait mais (...) Lire la suite »

L’hologramme ou la multiplication des forces !

Jose ESPINOSA
Dans quatre jours les résultats du premier tour de la présidentielle marqueront les nouveaux rapports de force politiques dans notre pays. La recomposition en cours va s'accélérer. Notre bulletin de vote pèsera lourd. Trois grands courants apparaissent déjà : les libéraux extrémistes autour des candidatures Fillon/Lepen, les libéraux démocrates autour de celle de Macron et les partisans de la république sociale autour de la candidature Mélenchon. On critiquera mes définitions mais je n'ai pas le fétichisme des mots. Chacun choisit ses appellations mais les trois pôles politiques existent et vont marquer la vie politique française dans la durée. Les électeurs en majorité refusent l'extrêmisme. Vont-ils le manifester clairement ? Je le crois. En attendant, la campagne bat son plein et contrairement à ce qui se raconte dans les médias, je trouve les débats intéressants, les évolutions de l'opinion passionnantes. Les Français se repolitisent tant et si bien que les étrangers scrutent avec ferveur nos (...) Lire la suite »

Ça tombe comme à Gravelotte !

Jose ESPINOSA
Ils tirent à vue, ils mitraillent, ils arrosent, ils bombardent, ils se déchaînent. Ils c'est qui ? Les possédants des grandes fortunes, les candidats de la honte et du système, leurs alliés qui n'ont que le nom de journalistes, les dirigeants actuels du pays, Président en tête suivi de sa horde d'apparatchiks aussi serviles qu'incompétents. Leur cible à tous, c'est le candidat de France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon. Le signe très clair de la peur qui les gagne. Ils avaient imaginé un scénario tranquille qui les maintiendraient au pouvoir tout en changeant les bonshommes. Le changement sans risques. Leurs scénaristes se sont trompés. Le film prend une tournure inattendue. Mélenchon qui devait jouer le figurant de service déjoue tous les pronostics. on parle de lui comme un aspirant aux plus hautes fonctions de l'Etat tout en reconnaissant ses qualités, sa stratégie gagnante, ses capacités intellectuelles et la cohérence de son programme. Avouez qu'il y a de quoi se faire un sang d'encre. Que la (...) Lire la suite »

La dynamique Mélenchon en Marche !

Jose ESPINOSA
Personne n'aurait misé un kopeck il y a trois semaines. Certains imaginaient une resucée de feu l'union de la gauche, d'autres ricanaient quand ils n'insultaient pas la France Insoumise. Les médias bloquaient leurs sondages sur le chiffre obtenu en 2012 sans varier d'un iota. C'était écrit : Méluche ne passerait pas le plafond de verre. La messe était dite : Fillon ou Macron devaient affronter Marine Le Pen en finale tandis que Hamon gagnait la course devant un Mélenchon contraint de le rejoindre pour éviter les foudres des nostalgiques de la "gauche" ! Patatras, plusieurs évènements contredirent ces "voyantes" médiatiques. La marche des 130 000 militants pour la VIe République laissait un goût amer à tous ses détracteurs. Puis vint le fameux débat télévisé qui permit au candidat insoumis de crever l'écran en apparaissant sous son vrai jour : le combattant aguerri du progrès humain. Loin des caricatures, proche des préoccupations des gens, érudit, simple, avec un brin d'humour, incisif pour défendre (...) Lire la suite »

Union ? Quelle union ?

Jose ESPINOSA
Depuis la nomination de Benoît Hamon candidat du Parti Socialiste, une pression médiatique se déploie sur le thème du rassemblement. Certains avancent l'idée d'une rencontre avec Jean Luc Mélenchon, d'autres proposent une entrevue à trois avec Jadot ( candidat Europe Ecologie Les Verts) ou bien un séminaire à plusieurs voix : les trois pré-cités plus Laurent pour le PCF, Autain pour Ensemble, des personnalités du Front de Gauche bref un conglomérat de gens chargés de désigner le "candidat providentiel" pour l'élection présidentielle. Toute cette construction imaginaire peut séduire dans un premier temps mais ne résiste pas à l'analyse politique. Que viennent d'exprimer les primaires de la droite et celles des socialistes ? D'abord et avant tout un rejet des représentants de droite et de gauche qui nous ont amené et précipité dans la nasse actuelle. Gardons en mémoire que 38 millions d'électeurs ont boudé cette farce. Les partis de droite n'ont pas mobilisé leur électorat et les socialistes ont perdu 2 (...) Lire la suite »
Présidentielles 2017

L’heure des choix !

Jose ESPINOSA

Les socialistes ont désigné Hamon comme candidat. On pourrait penser que le casting de l’élection présidentielle est arrêté. Nenni, d’autres événements ne tarderont pas à le démentir.

Fillon sera-t-il en course dans un mois ? Qui le sait ? Et Jadot, les socialistes vont lui céder les 500 parrainages ? Rien n'est certain. Hamon rassemblera-t-il sa famille socialiste ? Ce n'est pas sûr tant les divergences sont profondes. Nous vivons l'époque des recompositions politiques. Les partis de la Cinquième chancellent, englués dans les "affaires", n'ayant comme seule perspective la pauvreté généralisée et l'austérité pour le grand nombre tandis que les millionnaires se gavent sans scrupules. C'est l'ère de la colère et du coup de balai qui sévit en France et dans le monde. En quelques semaines, le paysage s'est profondément modifié : Juppé, Sarkozy, Hollande, Valls, tous ces anciens présidents ou Premiers ministres dégagés. Ce n'est qu'un début. Le ras le bol est tel que personne ne peut prévoir comment la colère populaire va se poursuivre. Une chose est certaine : les gens de droite ou de gauche sont déboussolés, désorientés, abasourdis, dégoûtés,déçus et amers. Dans un premier temps, ils (...) Lire la suite »
12 
afficher la suite 0 | 10