RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Auteur : Jose ESPINOSA

La tempête se prépare !

Jose ESPINOSA
L'acte 23 s'achève dans les fumées des lacrymos et des tirs de LBD (armes condamnées par l'ONU, par les défenseurs des droits de l'homme). Une fois encore, Macron préfère le chaos au dialogue républicain. Adossé à son ministre de l'Intérieur qui a annoncé la veille que les casseurs seraient présents. Ce qui s'est vérifié. Á croire que Castaner les a appelé en renforts pour discréditer la manifestation. Macron joue son va-tout en misant sur la répression et la violence. Plutôt que de répondre aux revendications de la population, il s'arc-boute sur son cap. Il a utilisé l'incendie de Notre-Dame pour tenter une unité nationale factice mais Notre-Dame a livré sa révélation : l'argent ne manque pas en France et il est concentré dans les mains des privilégiés milliardaires. En un clic, un milliard est apparu. Les gilets jaunes et ceux qui n'ont pas de gilet exigent plusieurs clics pour satisfaire les besoins de la majorité du peuple. Or Macron refuse de rétablir l'impôt sur la fortune qui rapporterait 3 milliards (...) Lire la suite »

Poudre de perlimpinpin !

Jose ESPINOSA

Première réplique après l'intervention du premier ministre.

Un mois s'est écoulé entre mon dernier article et aujourd'hui. Je constate que le gouvernement est demeuré sourd et aveugle. Pourtant le pays grogne, les problèmes restent entiers, la violence policière n'a pas eu raison des manifestants, la loi anti-casseurs non plus. Au contraire, les enseignants du premier degré soutenus par les parents d'élèves ont occupé la rue, les écoles. Les actions des personnels hospitaliers durent, se multiplient. Les liquidations d'entreprises se poursuivent sans que le gouvernement ne lève le petit doigt. Samedi après samedi, des dizaines de milliers de gilets jaunes ( par roulements) marchent dans Paris et dans les villes du pays bravant les interdictions, les interpellations, les arrestations, les amendes et les vexations de toute sorte. Seule et unique réponse du pouvoir : répression, violence. Pas une solution positive concrète. Seule litanie répétée par les élus et les ministres "en marche" : contentez-vous des 10 milliards débloqués en décembre. 10 milliards (...) Lire la suite »

La haine médiatique !

Jose ESPINOSA
L'importance de l'acte 4 se mesure aux propos emplis de haine et de contre vérités déversés par la majorité des médias aux ordres des grands financiers et du pouvoir. Si les manifestations s'éteignaient, les éditorialistes baisseraient le ton de leur attaques. Or ils redoublent d'intensité car leurs propos ne sont plus entendus par la population. Mieux, le doute s'installe à l'égard des informations distillées. Le mouvement des Gilets jaunes met en relief les contradictions entre journalistes, entre organisateurs de sondages, entre chercheurs, entre sociologues. Tout est bousculé. Ainsi, ce mouvement marque l'histoire de notre pays. Et ce n'est que le début. Pour la première fois depuis des décennies, le monde invisible des gens sans statut, des précaires, des pauvres, des auto entrepreneurs, des artisans et commerçants déclassés, des jeunes sans emploi, des travailleurs pauvres surgit sur le devant de la scène politique. C'est le cri de millions de personnes en recherche d'une vie meilleure, d'une (...) Lire la suite »
14 

L’enlisement !

Jose ESPINOSA
L'acte 13 terminé, nous voici en préparation de l'acte 14 du mouvement des Gilets Jaunes. Trois mois et demi d'actions diverses, 14 manifestations dans les villes et villages du pays et toujours pas un brin de réponse du côté gouvernemental et présidentiel. Seule et unique réaction, la violence et la répression ! Ajoutons-y l'injustice des jugements envers les gilets jaunes arrêtés. Le voila le bilan du président des riches. Macron joue la montre. Il préfère le chaos et le désordre que d'apporter un petit mieux vivre pour des millions de Français. Avec son "grand débat", il s'efforce de diviser les gens entre ceux qui seraient ouverts au dialogue et les autres enclins à refuser la discussion. Il utilise ces assemblées pour y développer sa propagande électorale en vue des élections européennes. En vain car la ficelle est trop grosse. On apprend jour après jour que les assemblées devant lesquelles Macron et Philippe assènent leurs vérités sont des coups montés et organisés minutieusement pour éviter les (...) Lire la suite »

Les pousse au crime à l’œuvre

Jose ESPINOSA
Depuis 48 heures on assiste à un déchaînement anti-gilets jaunes qui prend une allure d'hallali. Haro sur ces moins que rien, ces séditieux, ces barbares qui empêchent le pays de tourner en rond. Même des anciens ministres, ô combien responsables, appellent à faire feu sur les manifestants, à tirer dans le tas. Que d'idioties peut-on entendre ici et là. Que d'irresponsabilité de la part de ceux qui dirigent le pays, censés être la voix du peuple. Ces gens sont incapables de piger la situation, d'y faire face avec modernité et intelligence. Arc-boutés sur leurs certitudes, ils dénient aux autres le droit de contester, de proposer, d'arbitrer. Leur seule et unique réponse consiste à produire de nouvelles lois répressives, de dresser les gens entre eux, de diviser le pays et organiser le chaos. Ils ne résisteront pas devant l'ampleur de la vague transformatrice. Ils sont trop amateurs et de mauvais amateurs. Regardez l'affaire de la cagnotte solidaire. Crime de lèse-majesté. Tous les censeurs (...) Lire la suite »

Macron perd son crédit !

Jose ESPINOSA

L’acte 8 se termine et contredit la pensée macronienne. Le pacifisme du mouvement "Gilets Jaunes" apparaît clairement.

Les médias, le gouvernement prédisaient la fin de la mobilisation. La réplique n'a pas tardé : le 5 janvier fut jaune de monde. Dans les villages et les villes de notre pays, par dizaines et dizaines de milliers, les "gilets" ont défilé, chanté, crié, dansé leurs revendications. Fallait avoir l'oreille dure pour ne pas les entendre. Mais les Macron, Philippe, Griveaux, Berger et les autres n'écoutent plus. Déconnectés des réalités, ils s'enferment dans leur palais et papotent en rond, ignorant le bouillonnement de la vie autour d'eux. Le président semble ne rien présider, le gouvernement est incapable de réagir aux problèmes posés par le peuple, les 313 élus de la majorité macroniste sont figés comme des statues de sel, incapables d'émettre une idée originale si elle n'a pas l'aval de Jupiter. Ainsi va la France sous la risée du monde entier. Le discrédit de Macron est à son comble. Et qu'en est-il du mouvement, me direz-vous ? Il s'ancre profondément dans le pays. Le soutien virtuel populaire demeure à (...) Lire la suite »
10 

Que cherche Emmanuel Macron ?

Jose ESPINOSA
La question se pose avec acuité. Depuis sept semaines, le chef de l'État refuse de répondre aux revendications des gilets jaunes. Pourtant il connaît les problèmes : pouvoir d'achat, augmentation sensible du Smic,des minima sociaux, des retraites. Pour les financer , rétablissement de l'impôt sur les fortunes. Sur le plan démocratique, mise en place du référendum d'initiative citoyenne. Mais le président reste aveugle, sourd et muet. Cherche-t-il la provocation ? Cherche-t-il un pourrissement ? Cherche-t-il la répression comme moyen de gouverner ? Je crois qu'il cherche tout ça en même temps ! Le mouvement des gilets jaunes a déjoué toutes les provocations policières. Je rappelle que les gilets jaunes ont eu neuf tués durant ces semaines. Des centaines de blessés par balles de flash-ball, coups de matraques, coups de poings. Bien sûr tous les policiers n'acceptent pas de réprimer les manifestants mais la hiérarchie aux ordres du ministère de l'intérieur les contraint à frapper. Je ne ferai pas (...) Lire la suite »

La Pétaudière en marche !

Jose ESPINOSA
Cacophonie, désordre, irresponsabilité, délire, les qualificatifs ne manquent pas pour décrire la crise politique qui n'en finit pas. Le gouvernement ne gouverne plus, le parlement est tétanisé, l'Assemblée nationale ne joue aucun rôle. Seul Macron, tel un monarque, décide de tout ce qui est cause du chaos dans lequel se trouve le pays. Le blocage des institutions crée un malaise qui ne pourra trouver d'issue que dans une élection. La parole doit revenir au peuple souverain. Dissolution, référendum, démission, réponse sociale sont les termes démocratiques permettant la vie en commun pacifique. Toute autre solution entraînerait le pays dans une voie violente et autoritaire. Je pense qu'il est dangereux de voir un président concentrer tous les pouvoirs. La démocratisation de la vie politique s'impose de plus en plus. Proportionnelle, référendum révocatoire, constituante, assemblées citoyennes, droit pétitionnaire, reconnaissance du vote blanc peuvent être des pistes de réflexion pour créer les (...) Lire la suite »

Après l’acte 5, préparons l’acte 6 !

Jose ESPINOSA
Ce soir, l'acte 5 s'achève sur un mouvement le plus important depuis le début. Plusieurs centaines de milliers de gens, jeunes ou moins jeunes, salariés ou pas, auto entrepreneurs ou artisans, commerçants ou professions libérales, tous unis pour dire non aux propositions mensongères de Macron. Chacun a réfléchi après le discours du Président. Chacun a calculé, chacun a bien compris. Le Président a biaisé, enfumé, trompé. La prime de 1000€ sera au bon vouloir des patrons. Comme ils ne sont pas philanthropes, les salariés n'auront rien. Les 100€ pour les smicards ne sont en rien une augmentation du SMIC. Il s'agit d'une prime pour l'année non reconductible et payée par les allocations familiales ce qui est proprement scandaleux. La CSG ne sera pas retirée aux retraités. Simplement 300 000 retraites sur des millions se verront enlever les 2,8% d'augmentation. Les autres paieront. Quant aux heures supplémentaires défiscalisées, ce sont les salariés qui se les paieront par les cotisations salariales et (...) Lire la suite »

Épargner les riches !

Jose ESPINOSA

Pas de surprises ! Macron l’a jouée fine. Discours en 3 actes. La moitié pour expliquer qu’il nous comprend mais nous rend responsable de la violence.

Pas un mot de compassion sur nos amies écrasées sur les ronds-points, pas un mot sur les humiliations subies par les manifestants et les lycéens. Or c'est la violence d'État qui s'excerce depuis la loi El Khomri en passant par la loi travail (affaire Benalla) et accentuée ces jours-ci. Le pouvoir veut mater l'IPP ( Insurrection populaire pacifique) pour défendre le système ordo-libéral cause du chaos actuel. Quelques mesures annoncées : 100€ pour les salariés payés au Smic (en fait moins de 70€ si l'on tient compte des augmentations normales prévues pour 2019) par l'attribution de la prime d'activité, suppression de l'augmentation de la CSG pour quelques retraités, possibilité pour les entreprises de faire travailler plus contre des heures supplémentaires défiscalisées (mesure sarkoziste annulée par Hollande), une prime de 1000€ sans charges si les employeurs le veulent bien. Quatre mesures payées par les contribuables et non par les riches actionnaires. Élargissement de la fracture sociale assurée ! (...) Lire la suite »
17 
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30