RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le big-bang électoral ! Éditer

Coup de semonce le 10 avril. Trois pôles surgissent dans la vie politique : l’extrême droite, les socio-libéraux, l’Union Populaire. Chacun pesant autour de 30/33%. La surprise, c’est le score de Mélenchon que d’aucuns ne donnaient gagnant qui progresse spectaculairement jusqu’à frôler la place devant Marine Le Pen. Un bouleversement du jeu politique. Coup d’arrêt à l’abstention, vote grandissant dans les quartiers populaires, le travail des militants insoumis se vérifie. La France n’est pas condamnée à l’abstention permanente, les couches populaires peuvent s’intéresser et participer aux élections. L’espérance de changer sa vie retrouve sa vivacité. Les débats, les confrontations d’idées, les contre verses idéologiques et politiques reprennent vie. Comme on dit chez moi, "tout aquo boulego" ( tout cela bouge !). Nous devons nous en féliciter.

Le deuxième tour s’annonce terrible pour les gens modestes, aux revenus faibles. Mais aussi pour le monde du travail, de la culture, de l’enseignement et la jeunesse. Le Pen ou Macron, les deux présentent un programme anti social, anti jeunes. Les deux poursuivent une politique libérale qui favorise les riches au détriment des plus appauvris. Seule différence mais de taille pour moi, Le Pen persiste dans une vision raciste consistant à faire des immigrés la cause de tous nos maux, divisant ainsi la population, dressant les individus entre eux. Avec Le Pen c’est le chaos social. La position "pas une voix pour Le Pen" affiche clairement une position de combat contre le racisme et contre les idées de l’extrême droite.

Depuis le 10 avril, les deux candidats lorgnent sur les voix de l’Union Populaire. Démagogiques, mielleux, ils s’efforcent de nous convaincre de voter pour eux. Ils veulent nous séduire pour mieux nous avaler. Doit-on en rester là ? Nous devons donner des perspectives aux électeurs qui ne veulent pas de Le Pen ni de Macron. D’où l’idée du troisième tour avec les élections législatives des 12 et 19 juin.

La bombe ! L’Union Populaire présente la candidature de Mélenchon au poste de Premier Ministre ! Chambardement dans tous les étages. La gauche traditionnelle qui n’a pas manqué d’attaquer Mélenchon, se doit de répondre positivement à la demande de rencontre lancée par la France Insoumise. Le Parti socialiste vient de voter pour. Le parti communiste est d’accord. La réponse du nouveau parti anticapitaliste est positive, les écologistes vont certainement accepter. Une autre étape s’ouvre pour élargir le rassemblement populaire. Mélenchon s’est adressé à Jean Lassalle et à toutes les forces syndicalistes, associatives qui le souhaitent de participer dans cette union autour des idées du programme qui a permis cette dynamique.

Ne restons pas les pieds dans le même sabot ! Prenons des initiatives à la base pour renforcer la lutte politique. Créons des comités d’union populaire au plus près de la population, des jeunes, des travailleurs. partout, mobilisons les électeurs qui veulent vivre mieux, vivre autrement, simplement vivre dignement.

URL de cet article 37956
  

Michel Boujut : Le jour où Gary Cooper est mort.
Bernard GENSANE
Le jour de la mort de Gary Cooper, Michel Boujut est entré en insoumission comme il est entré dans les films, en devenant un cinéphile authentique, juste avant que naisse sa vocation de critique de cinéma. Chez qui d’autre que lui ces deux états ont-ils pu à ce point s’interpénétrer, se modeler de concert ? Cinéma et dissidence furent, dès lors, à jamais inséparables pour lui. Il s’abreuva d’images « libératrices », alors qu’on sait bien qu’aujourd’hui les images auraient plutôt tendance à nous « cerner ». (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« L’ennemi n’est pas celui qui te fait face, l’épée à la main, ça c’est l’adversaire. L’ennemi c’est celui qui est derrière toi, un couteau dans le dos ».

Thomas Sankara

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.