RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Jean-Luc Mélenchon

Sondage : la France insoumise pourrait rassembler 25% des voix aux prochaines élections

Antoine LEAUMENT

C’est un sondage passé un peu inaperçu. Et pour cause : il est très positif pour la France insoumise ! Les médias ont donc jugé bon de ne pas le relayer. Ou, plus sournois : de le relayer en y accolant des titres négatifs, comme on va le voir. Il faut dire que ce sondage avait été fait pour flétrir les insoumis en général et Jean-Luc Mélenchon : publié au beau milieu du procès politique de Bobigny, il n’était pas fait pour être un sondage honnête.

Un excellent sondage pour les insoumis Et pourtant, ce sondage Elabe pour BFMTV a dû réserver quelques surprises à ses commanditaires ! En effet, à la question « Pour chacune des élections suivantes, quelle est la probabilité que vous votiez pour la France insoumise », 24% des gens répondent « probable » pour les élections municipales, 25% pour les élections régionales et 24% pour la présidentielle. Un chiffre très au-dessus du résultat obtenu par ce mouvement aux européennes et la preuve que la dynamique qui a porté Jean-Luc Mélenchon à 20% à l’élection présidentielle n’est pas éteinte. Ironie du sort, BFMTV, qui avait commandé ce sondage, le diffusait sous le titre « Mélenchon : une image plutôt négative ». Déni de réalité ou propagande à peine voilée contre le principal porte-parole des insoumis ? Difficile à dire. Toujours est-il que le leader de la France insoumise s’en est amusé sur Twitter, déclarant : « 24%, une “image plutôt négative” ? On signe. » Mélenchon tweet sondage Un carton chez les jeunes (...) Lire la suite »
25 
Les barbares promettent de débarquer rue de Dunkerque à Paris

Communiqué de presse de La France insoumise

LFI (communiqué), J-L. MELENCHON (vidéo)

Sans garantie de protection de notre siège, malgré notre demande, suite à l’appel à manifester du syndicat de Police Alliance, le mouvement de La France insoumise demande aux salariés, militants et aux élus qui devaient s’y rendre demain comme à leur habitude de ne pas le faire.

Nous invitons les personnes fragiles à ne pas se rendre à proximité de son siège, rue de Dunkerque à Paris. Nous ne voulons pas d’incident, pas plus que de nouvelles images de l’émission « Quotidien » qui nous feraient subir un nouveau procès politique pour outrage ou rébellion en bande organisée ! Sous le régime de Macron, la démocratie et la capacité à apprécier et critiquer politiquement les ordres donnés à la police et la doctrine du maintien de l’ordre sont donc suspendues au bon vouloir d’un groupe corporatiste violent. Il s’est notamment illustré pour avoir menacé des magistrats, pris la défense d’un policier suspendu par le Préfet de Police ou encore avoir obtenu la diminution des moyens de surveillance du journal Charlie Hebdo avant les attentats. Christophe Castaner et le Préfet de Police Lallement préfèrent mettre de l’huile sur le feu plutôt que d’ordonner le retrait de cette bande agressive. De nombreux gilets jaunes qui organisaient des manifestations ne respectant pas le délai de 72h de dépôt (...) Lire la suite »
29 

Procès des insoumis : la fin d’un spectacle politique ?

Les Nouvelles Libres

« Rien ne me fera renoncer à l’honneur d’être leur cible », c’est par ces mots que Jean-Luc Mélenchon termine sa petite déclaration d’après procès, mise en ligne sur Youtube, sur la chaîne du leader de la France Insoumise. Un procès qui aura fait couler beaucoup d’encre, mais pour quel résultat ?

L’affaire avait commencé il y a presque un an, lorsque le 16 octobre 2018 le domicile de Jean-Luc Mélenchon et de douze autres personnes, les sièges de la France insoumise (LFI) et du Parti de gauche avaient été perquisitionnés, sur une simple dénonciation d’une élue du parti d’extrême-droite Les Patriotes. Les moyens déployés avaient alors surpris, voire choqué. Surtout lorsqu’ils étaient comparés avec ceux déployés pour la perquisition à l’encontre d’Alexandre Benalla. Les images tournées par Quotidien avaient alors été largement médiatisées pendant plusieurs jours. C’est sur la base de ces images que Jean-Luc Mélenchon, Alexis Corbière et Bastien Lachaud (tous trois députés LFI), l’eurodéputé Manuel Bompard, Bernard Pignerol, conseiller de Jean-Luc Mélenchon et Muriel Rozenfeld, attaché de presse, comparaissaient au tribunal de Bobigny ce jeudi 19 septembre et ce vendredi 20 septembre pour « outrage à magistrat et agent dépositaires de l’autorité publique dans le cadre de leur mission ». Les peines encourues (...) Lire la suite »
Cri dans la nuit après le procès de Bobigny

Notre dignité

Adrien QUATENNENS

Tout juste rentré à Lille dans la soirée, épuisé, j’étais parti me coucher. Mais ce soir, je ne trouve pas le sommeil. Après 48 heures passées à la contenir, l’émotion m’atteint

Le même sentiment d’injustice m’a envahi que le jour des perquisitions. Il m’a été insupportable de voir mes plus proches amis et camarades à la barre. En fait, je mesure l’ampleur de ce que nous venons de vivre pendant deux jours au tribunal correctionnel de Bobigny auprès de nos six camarades mis en cause pour les évènements ayant eu lieu lors des perquisitions contre La France Insoumise. Deux jours ? Que dis-je ! Ce que nous vivons depuis bientôt un an que le tribunal médiatique a utilisé contre nous les quelques images illustrant la profonde colère et l’injustice ressentie ce matin là sans que jamais l’ensemble de la matinée ni ses faits générateurs ne soient relatés malgré la disponibilité d’autres images, ni que les raisons de cette colère ne soient jamais interrogées. Rappelons que tout ce cirque a commencé sur la base de deux dénonciations sans preuve et que c’est sur celle-ci qu’une opération disproportionnée digne du grand banditisme ou de l’anti-terrorisme, n’ayant pour seul et véritable objectif (...) Lire la suite »
35 

La vidéo complète démontre le montage politique lors de la “perquisition” du siège de la France Insoumise par le régime Macron et son appareil médiatique.

Jean Baptiste

Alors que la France Insoumise venait de révéler que l’équipe de rédaction de Quotidien avait choisi de ne montrer qu’une infime fraction de ce que son cameraman a filmé lors de la perquisition politique du siège de la France Insoumise, pris la main dans le sac Yann Barthes est obligé de publier l’intégralité de la vidéo. Une révélation qui démontre le montage très politique réalisé par la chaine. Un montage qui sert tout les jours la propagande de ce média contrôlé par le milliardaire Martin Bouygues. Une publication qui fait également tomber toutes les accusations lancées par une justice et une police politique aux ordres du régime Macron contre les parlementaires de la France Insoumise alors que doit s’ouvrir le 19 septembre le procès de plusieurs parlementaires LFI coupables d’avoir été empêchés en pleine session parlementaire d’accéder à leurs locaux parlementaires.

Nul besoin d’être politiquement en accord avec la France Insoumise pour analyser ce que démontrent ces images qui doivent alerter tous ceux soucieux des libertés démocratiques. Les images https://www.youtube.com/embed/U65CDIO03do Ce que les images montrent : Sur près d’une heure de vidéo, les images montrent et démontrent : Un groupe de parlementaires LFI accompagnés de quelques militants (une grosse dizaine de personnes) non violents et pacifiques, durant toute la durée de la vidéo. Des gendarmes se livrant à ce qui semble être des voies de faits sur des parlementaires désirant accéder à une partie non perquisitionnée d’un immeuble, invoquant des réquisitions judiciaires inexistante (tout l’immeuble serait perquisitionné alors que l’on voit des voisins aller et venir). Le propriétaire du local de l’Ere du Peuple a été empêché de rentrer dans son local perquisitionné, et ce contrairement à ce que demande le code de procédure pénale. Le procureur affirmant “l’ère du peuple n’a pas son siège ici” ! Les (...) Lire la suite »

Robespierre, Mélenchon, le RIC et la Révolution

Fabrice AUBERT

Je participais l’autre soir à une « assemblée citoyenne » organisé par les gilets jaunes de Marignane, qui, connaissant mes « compétences politiques » m’invitent comme « intellectuel témoin ». Je n’ai pas plus droit à la parole que d’autres, mais j’ai la liberté de témoigner, avec ma « liberté de penser », au sens matérialiste du terme. La thématique du soir était le RIC.

Une soixantaine de citoyennes et citoyens étaient présents pour une discussion qui a duré plus de 2 h 30…Comme j’avais déjà réalisé un papier synthétique de 4 p sur le RIC, j’ai commencé mon introduction par Marx : « Celui qui ne connait pas son histoire est condamné à la revivre » Et j’expliquais comment finalement cela faisait 30 ans que l’on s’était politiquement endormi, laissant au pouvoir le soin de manœuvrer, détruisant pierre à pierre ce que la Résistance avait construit (C.N.R). Qu’enfin le RIC n’était pas quelque chose de neuf mais profondément inscrit dans notre Histoire, notamment avec Robespierre. Et je leur lu des passages de Robespierre… Robespierre, pas sanguinaire… Révolutionnaire : J’ai appris comme tout le monde au Lycée, que Robespierre au-delà de son surnom « d’incorruptible », était sanguinaire. Ce n’est que récemment que j’ai découvert qu’il était un Révolutionnaire au sens propre du terme. Comme le font aujourd’hui les médias, ne pouvant s’attaquer à l’analyse et aux propositions du (...) Lire la suite »
25 

Les vraies raisons de l’absence de Mélenchon aux Amfis d’été à Toulouse

Maxime VIVAS

Un qui est dépité, c’est moi ! Jean-Luc Mélenchon sera à Curitaba (Brésil) dimanche alors qu’il était annoncé à Toulouse (Macronie), sur mes terres.

Je l’attendais avec, dans une main, un exemplaire de « La rue était noire de jaune », le livre qu’il a préfacé(1), dans l’autre un pot de confiture de mes pruniers, dans l’autre une photo de lui au restaurant le Bateau Lavoir à Toulouse en 2017, dans l’autre une petite boîte rigolote qui fait « Venezuelââââ » puis « Mexi-i-icôôôô » et Brâââzîîîîl » quand on la renverse, dans l’autre, hé, ho ! je n’ai que deux mains (environ). Je devine les journalistes encore plus dépités que moi. Dame ! Ils avaient déjà la trame de leurs articles : « L’air fatigué, mal remis des élections européennes, reprise en main de LFI, bien décidé à montrer que le patron c’est lui, leader maximo(2), discours offensif, il s’en prend à, il fustige, il éructe, il verrouille… ». Tout ça est à poubelliser pour préparer un truc rapide sur Quattennens qu’on n’ose pas encore appeler Poil de Carotte ou Le Rouillé (mais ça viendra : ces gens-là, ça ose tout, comme disait Michel Audiard). Bon, il ne sera pas là, il ne sera pas là. Mais d’autres y seront dont je (...) Lire la suite »
47 
« Je viens pour l’inspiration et un peu d’optimisme… »

Interview de Jean-Luc Mélenchon au journal mexicain « La Jornada ».

Blanche PETRICH et Marcela ALDAMA

On remarquera dans ce texte quelques erreurs des journalistes (Blanche Petrich et Marcela Aldama ) dans la transcription des réponses (voir vidéo), dans les analyses qui révèlent leur connaissance imparfaite de la situation en France (et c’est compréhensible). Très probablement, Jean-Luc Mélenchon trouverait à objecter sur ce qu’on lui fait dire ici et là, qu’il a formulé autrement, etc. C’est la loi des interviews et, de plus, il s’agit ici d’une traduction.

Ces réserves faites, il nous a semblé utile de donner à lire ce document qui explicite, avec une grande liberté de ton, ce qu’est la démarche de La France Insoumise, sa vision de l’Europe et de ses velléités guerrières contre la Russie, des gilets jaunes, de l’état de la « gauche » en France, de la conquête du pouvoir… LGS Samedi 20 juillet 2019, Mexico. Le chef du mouvement France Insumisa, Jean-Luc Mélenchon, considérait il y a deux ans comme une référence pour la montée des forces progressistes européennes - lorsqu'il avait remporté un record historique de 20% des suffrages, soit 17 millions d'électeurs - déclare aujourd'hui qu'il ne peut être optimiste quant à la panorama politique de son pays, ni de celui du continent tout entier. "Alors", dit-il avec un grand soupir, posant ses deux mains sur la table dans la salle de réunion de La Jornada, première étape de sa tournée dans cette ville, "je viens à Mexico respirer, rencontrer ce M. AMLO (président Andrés Manuel López Obrador) qui m’attire tant (...) Lire la suite »
Médias, police, justice, faux amis, fausse gauche, qui veut la peau du tribun du peuple ?

Jean-Luc Mélenchon ou « la hautaine leçon du réel ».

Maxime VIVAS

J’apporte ici des témoignage personnels, saupoudrés de quelques réflexions qui en sont issues. Je sais que cela me sera reproché et que je serai marqué au fer rouge (ah non, c’est déjà fait ! Rire).
Je connais Jean-Luc Mélenchon depuis plus de 10 ans. Nous sommes entrés en contact alors qu’il était sénateur du PS. Moi, le PS, les sénateurs PS, hein, moins je les vois…

Mais il s’agissait du Venezuela de Chavez qui subissait une tornade crapuleuse avec des grêlons merdiatiques gros comme des balles de baseball, déclenchée par des politicards atlantistes, la « grande presse » (re-rire) et Reporters sans frontières. Jean-Luc Mélenchon défendait le Venezuela comme l’aurait fait un fils de Bolivar. Il n’a jamais lâché le Venezuelâââ, vous le savez. Il est possible que cela lui ait coûté les 600 000 voix qui lui ont manqué aux présidentielles de 2017. Pis, il n’a jamais non plus tapé sur Cuba, contrairement à tous les autres, y compris le PCF de Robert Hue. Nous ne nous sommes ensuite jamais perdus de vue. Il a préfacé un livre que j’ai publié avec Viktor Dedaj : « 200 citations pour comprendre le monde passé, présent et à venir ». Il a préfacé récemment un autre livre sur les Gilets Jaunes (à paraître) soutenu par LGS (2). Il a lu et défendu un de mes livres prophétiques (eh oui !) : celui sur RSF (2007) et nous sommes en phase complète sur le dalaï lama. Il a été le seul homme (...) Lire la suite »
114 

Correctionnelle pour Jean-Luc Mélenchon

Jean ORTIZ
Comment peut-on traduire un incorrigible devant un tribunal correctionnel ? Ne mélangeons pas la FI et la formule 1. La justice est la justice, sous vérin ; alors chacun comprendra que nous lui foutions la paix, au moment où elle sature par manque de postes ; et d’agents perquisitionneurs (surmenés). Mettons-nous un moment à sa place... Elle a dû même écouter Sarkozy, que tout le monde croyait reconverti en chanteur de variétés. Les affaires succèdent aux affaires, et compromettent beaucoup de petites gens, gilets jaunes, journalistes indépendants, militants ouvriers, lanceurs d’alerte, précaires, urgentistes, jeunes qui ne savent pas nager, chômeurs, correcteurs du Bac, fans du Mercosur et de l’agriculture chimique, toutous-tout mignons et dociles embrassant un grand chef trumpiste éructant. Ah, Trump, si tu savais ce que tu parais grand à côté de tous ceux qui s’inclinent devant toi, se vautrent, se couchent, s’agenouillent, se prosternent, se courbent, se « prostituent » (Ah, Macron revenant d’un (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 170