RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Jean-Luc Mélenchon

Président des riches ou tribun du peuple ?

Fabrice AUBERT

Avertissement au lecteur : Pour des lecteurs critiques, qui me prendrait pour un adepte de la « religion mélenchoniste », je rappelle qu’il ne me connaît pas, que je n’ai aucune relation personnelle ou amicale avec lui et que de fait je ne toucherai aucun subside pour cet article, que j’écris uniquement comme un cri de colère, et qui de ce fait ne passera jamais sur France 2 ou la Pujadas company…

Les faits : Voilà qu’à l’opposé de toutes les planifications politiques et médiatiques visant le Mélenchon-basching et la nouvelle promotion du Front National versus « Maréchal nous voilà » la personnalité politique qui ressort le plus, derrière Jupiter l’intouchable, c’est justement Mélenchon, au point qu’à « l’émission politique », avec ces ciseaux comme seul oripeau, il a fait un carton…(« le plus convaincant », « le meilleur opposant », « la plus forte audience »). Sondage réalisé par IPSOS et dont, comme c’est curieux, aucun média « mainstream » de la « presse libre » n’a parlé… https://le-bon-sens.com/2018/05/18/lemission-politique-carton-plein-pour-melenchon/ Insupportable pour la maréchaussée : N’y arrivant pas, par des voies politiques, il fallait, comme au Brésil utiliser les « bas-fonds » et la manipulation, pour déclencher la fameuse thèse du « tous pareil », en faisant oublier d’où surgit M acron et qui le supporte depuis le début…Les banques, encore les banques, toujours les banques… (Pour Sarkozy, il semble (...) Lire la suite »
23 
Rien de nouveau à l’ombre des dollars : Ménard au FN, un clone le remplace

Reporters sans frontières ment, acquitte les médias-menteurs et découvre le Mélenchon-bashing

Maxime VIVAS

La fausse ONG Reporters sans frontières ne s’est pas améliorée en confiant Robert Ménard au FN pour se contenter d’une copie dont je prédis qu’elle finira politiquement mal.

Je parle souvent de RSF ici. Ce n’est pas une obsession : c’est un dossier sur lequel j’ai travaillé des années pour en faire un livre. D’autres ont pour spécialité Jésus Judas, De Gaulle Pétain… Je reviens sur RSF aujourd’hui parce que Christophe Deloire, son secrétaire général, loin de mener le combat pour le respect des ordonnances du Conseil National de la Résistance (CNR), c’est-à-dire, loin de défendre l’information, se pique d’aboyer, avec la meute des médiacrates, contre ceux qui veulent (comme nous) une information complète et des journalistes libres (comme nous le sommes ici). Dans une tribune (13 mai) donnée au « Parisien-Aujourd’hui en France » et titrée « Mélenchon favorise une société de propagande et de manipulation » , Deloire, se vautre dans des à-peu-près, des paresseuses erreurs, une troncature, un collage de phrases (séparées dans l’original), un pamphlet contre le leader d’un mouvement politique qui veut libérer l’information et revenir à l’esprit des ordonnances du CNR. Le pire est le (...) Lire la suite »
53 

Les médias de Blanc bonnet, Bonnet blanc, Dupont et Dupond

Maxime VIVAS

J’ai nommé Eric Brunet, Laurent Neumann, Jean-Jacques Bourdin et Christophe Deloire (RSF) qu’on va garder pour la fin.

Laurent Neumann anime un débat (sic) quotidien avec Éric Brunet à 7 h 50 dans Bourdin and Co, sur RMC. On l’entend aussi sur BFM TV. Eric Brunet, c’est le journaliste, présent partout, spécialiste en tout, qui a publiquement traité les électeurs de Jean-Luc Mélenchon d’abrutis. Jean-Jacques Bourdin les accueille dans son émission « Brunet & Neumann, le face à face », dont le titre du 5 mars 2018 était : « Haro sur les médias, que faut-il changer ? ». Ce fut le face à face (je dirais même mieux : le farce à farce) de deux compères qui font la paire. Eux et Bourdin sont copains comme cochons, proches comme cul et chemise. Les mauvaises langues outrancières diraient, à la Coluche (mais je désapprouve) qu’ils sont les trois mousquetaires revisités : « Un pour tous, tous pourris ! ». A 5mn35 dans l’émission (c’est la conclusion, mais écoutez tout le bal des faux-derches), on a cet affrontement d’une rare violence qui dénote un sérieux différend idéologique : « Laurent Neumann : Lorsque Jean-Luc Mélenchon créé (...) Lire la suite »
35 

Mélenchon victime d’un "fake" de "28 Minutes" sur Arte.

Jacques-Marie BOURGET

"28 Minutes" d'Arte se prend pour le lieu géométrique de la vérité. Pas un mot, pas un son, pas un signe de cette tribune qui ne soit vrai, authentique comme le camembert à la louche. Mardi 9 janvier la clique à Quin s'en est pris à Mélenchon accusé de "Fake". Manque de pot c'est celui qui le dit qui y est : Mélenchon a "bon" et les petits marquis d'Arte, "faux".

Le 4 septembre 2009 le journal « Le Parisien » nous faisait part d’une fondamentale et magnifique nouvelle : « La journaliste Elisabeth Quin a été nommée chargée de mission pour les industries de la haute couture et du prêt-à-porter auprès du ministre de l'Industrie, Christian Estrosi. » Editorialiste, « reporter sur la haute couture » et chroniqueuse culture à Madame Figaro, critique de cinéma à Paris Première, la journaliste a 46 ans... « Elle devra également exercer un rôle de veille en créant notamment un lien permanent entre les professionnels et le ministre ». Je me demandais depuis longtemps où Elisabeth Quin qui, chaque soir lors de son émission « 28 minutes » sur Arte noie les naïfs qui la regardent d’un flot de bonnes pensées, je me demandais donc où la dame avait appris toutes ses certitudes ? Voilà, c’est chez Estrosi qu’elle a parfait son absence de doute. Faut dire qu’avoir pour patron un motodidacte vous conduit tout de suite soit dans le décor, soit dans le savoir. Heureusement le « trailbike » (...) Lire la suite »
47 
Et toujours le Venezuelaaaaa

Mélenchon et l’émission polémique

RÉPUBLIQUE SOCIALE

Jeudi 30 novembre, Jean-Luc Mélenchon était l’invité de l’émission politique sur France 2. Si la situation a pu en faire sourire certains, elle relève clairement l’orientation des médias visant à rendre toute opposition de gauche irréalisable, dérisoire et peu sérieuse.

Que personne ne s’y trompe, ce n’est pas le fait de la personne, ou de la personnalité de Jean-Luc Mélenchon, qui était en jeu, mais c’est ce qu’il représente et ce qu’il défend qui dérange ces gens là. Toute cette gauche, attachée à la défense des classes laborieuses, doit se sentir concerner par la manière dont nos représentants sont traités par les médias. Georges Marchais subissait, en son temps, les mêmes railleries, les mêmes moqueries. Le Venezuela, comme toujours Parce que c’est le sujet qui passionne tous les français, le Venezuela était une fois de plus l’un des thèmes de prédilection de l’émission. Face à Jean-Luc Mélenchon, Laurence Debray, ex-banquière, macroniste, et aux positions politiques allant à l’opposé de ses parents, Régis Debray et Elizabeth Burgos, marxistes et compagnons de route du Che. Qui pouvait s’attendre à ce qu’elle présente une critique construite et objective de la situation vénézuélienne ? Non, en bonne représentante de l’ordre établi, elle a attaqué de toute part le Venezuela, (...) Lire la suite »
Ma lettre au CSA

Aprés le traquenard de Léa Salamé et de ses complices

Maxime VIVAS

J’ai choisi d’envoyer par courrier postal au CSA ce texte documenté et étayé. J’y reprends, en les ordonnant, des éléments d’informations déjà publiés dans des articles du GS. J’y ajoute des informations et des questions précises.

Je vous ferai part de leur réponse.
Vous pouvez envoyer vous aussi un texte au CSA par Internet (nombre de mots limités) à http://www.csa.fr/Services-en-ligne/Vos-remarques-au-CSA

Toulouse, le 4 décembre 2017 Maxime Vivas XXXXXXXXXXXXXXXXX XXXXXX@orange.fr à CSA Tour Mirabeau 39-43 quai André Citroën. 75739 Paris cedex 15 Mesdames et messieurs les membres du Conseil, J’ai plusieurs remarques à faire et une demande au sujet de « L'émission politique » du jeudi 30 novembre 2017 avec Jean-Luc Mélenchon. Y ont été présentées comme des Françaises lambdas, deux contradictrices de l'invité, en vérité politiquement marquées. L'une, Laurence Debray, a été présentée comme historienne et écrivaine « d'origine vénézuélienne » dans les documents Internet de présentation de « L'émission politique », puis comme Vénézuélienne par Léa Salamé en cours d'émission, se prétendant elle-même Vénézuélienne avant de convenir qu'elle « a vécu au Venezuela ». Une simple recherche préalable par Léa Salamé sur Internet lui aurait suffi pour découvrir qu'elle est Française (née à Paris, électrice d’Emmanuel Macron, fille de Régis Debray) que l’« historienne » est seulement titulaire d’une maîtrise d’Histoire, que son seul (...) Lire la suite »
30 
Cauchemar en cuisine politique.

Pujadas/Salamé, bonnet blanc et blanc bonnet contre Mélenchon

Maxime VIVAS

Menée par Léa Salamé, une escouade a traqué Jean-Luc Mélenchon le jeudi 30 novembre sur France 2. Le gibier leur a échappé, les chasseurs sont tous égratignés par leurs épines et on compte quelques malencontreuses balles tirées par les assaillants dans leurs propres pieds.

Les réseaux sociaux fourmillent de commentaires indignés contre France 2 et contre cette équipe de mercenaires politiques cachés derrière des cartes de journalistes. France 2 devrait s’en inquiéter.
Le politologue Thomas Guénolé vient de déposer une plainte au CSA, lequel est également saisi par des Internautes.

La chaîne publique (si, si !) a changé l’animateur et le nom de l’émission. « Des paroles et des Actes » est devenu « L’émission politique ». Mais la tambouille est toujours frelatée, saucée au fiel, épicée au guet-apens, empuantie par des menteurs militants baptisés « invités surprises ». Du Mélenchon-bashing méthodique, du mensonge, de la malveillance, des approximations peu professionnelles. D’un bout à l’autre, Léa Salamé, Nathalie Saint-Cricq, François Lenglet, sonnent l’hallali. En renfort, Jean-Baptiste Marteau, ex-responsable départemental des jeunes de l'UMP de l'Oise, l’homme qui tronqua volontairement une phrase de Mélenchon à la convention des Insoumis pour en dénaturer le sens. Dans les émissions précédentes, on opposa à Jean-Luc Mélenchon un boulanger ? C'était celui de l'Elysée. Une agricultrice ? C'était une adhérente de la FNSEA (qui le nia en direct). Une petite patronne de PME ? C'était une millionnaire pro-Macron. Hier, c’était une commerçante florissante et apolitique (1) qui a peur des (...) Lire la suite »
113 
Les uns harcèlent les femmes tandis qu’un autre fait pire impunément

L’homme qui mangeait les petits enfants (tout crus)

Maxime VIVAS

En ce mois de commémoration de la révolution d’octobre 1917, il est bon de rappeler ce que firent les bolcheviks. Jean-Christophe Sellin s’y emploie dans un remarquable petit ouvrage que nous signalons ici en publiant des bonnes feuilles : https://www.legrandsoir.info/comprendre-octobre-100-ans-apres-la-revol...

Mais (question d’équilibre éditorial) il est juste de rappeler ce que furent les bolcheviks et que nous rappelle ce dialogue extrait du film « Le vieil homme et l’enfant » :
« - Des ennemis de la France, t’en as pas cinquante, t’en as quatre. […] T’as d’abord les Anglais, numéro un. Après t’as les juifs. C’est pas mal non plus. Après ça, eh ben, t’as les francs-maçons et les bolcheviks.
- Les bolcheviks qui mangent des enfants ?
- Et comment, qu’ils mangent des enfants ! »

Le cannibalisme est désormais interdit partout, le harcèlement des femmes fait l’objet d’une campagne vigoureuse et planétaire. Mais les enfants ? S’ils ne sont plus croqués par l’ogre rouge, ils sont terrorisés par un homme politique qui (c’est un comble !) se pose en victime alors même que ses jeunes souffre-douleur ont témoigné à visage découvert à la télévision, comme nous allons le constater plus loin dans une vidéo. Le comble est que le lascar répugne à déguster quelques-uns de ses proches (Danièle Obono, Clémentine Autain, Alexis Corbière, François Ruffin, Danielle Simonnet, Raquel Garrido ) mis sur le gril et déjà un peu découpés par les organes d’information. Amère déception que cette inappétence car la presse nous avait juré qu’il s’apprêtait à tous les dévorer pour les faire taire, ou pour leur apprendre à rentrer la chemise dans le pantalon, ou à déménager quand les médias et Olivier Dartigolle leur ordonnent de le faire. Voyons ce que dit l’anthropophage sélectif que ses adversaires appellent Merluche (...) Lire la suite »
48 

Charlie Hebdo voit le diable grimaçant, mais pas la vierge

Vladimir MARCIAC

Le Grand Soir l’a toujours dit ici : « Je ne suis pas Charlie ».
Pour plusieurs raisons :

1- Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs étaient qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Nous avons écrit alors que, pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui était ainsi tranquillement proférée. Au cours de plusieurs contacts avec l’auteur (qui nous a tout de go révélé que « les anti-impérialistes [l]e font gerber »), nous avons appris que son inspiratrice était une journaliste qui, par dépit d'avoir été déboutée dans sa tentative de rejoindre notre équipe, cracha quelques mois après notre refus, sous pseudo, un article au vitriol où elle affirmait que LGS publiait « depuis 3 ou 4 ans » des articles fascisants. Nous avons contacté Charb et nous (...) Lire la suite »
52 

Message à Jean-Luc Mélenchon et Mickaël Wamen – Pour un appel commun à mener le combat

Vincent Christophe LE ROUX
Relativement éveillé sur la situation que nous vivons, Étant moi-même un Insoumis, Attentif depuis des semaines aux communications du Front Social que je soutiens, Considérant que tes propos publics et tes prises de position, Mickaël, vont dans le bon sens et sont une bouffée d’oxygène et une source d’espoir pour nous, les travailleurs, Ayant écouté ton discours du 23 septembre, Jean-Luc, et ayant vu la courte vidéo [1] de ce petit échange entre Philippe Poutou et toi intervenu à l’occasion de la marche contre le coup d'État social du 23 septembre, Je me suis dit que le temps était venu, pour moi, d’oser exprimer clairement ce que je crois nécessaire dans l’intérêt de nous tous. Dans cette vidéo, on entend le porte-parole du NPA t’inciter, cher Jean-Luc, à parler fort et clair parce que – dit en quelque sorte Philippe Poutou – toi, tu as les moyens de te faire entendre. Et l’on te voit expliquer que tu dois « doser » ta parole pour ne pas « nous envoyer dans le mur ». Alors Philippe Poutou insiste en (...) Lire la suite »
15 
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 140