RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
10 

Affaire Bénédicte Taurine : Lallement encore une fois !

Bénédicte Taurine m’a fait l’honneur naguère d’assister à une causerie que j’ai faite à la librairie "Le Relais de poche" à Verniolle, dans l’Ariège où elle est élue. Puis, elle a voulu que je lui dédicace des livres, pour elle "et pour Jean-Luc".
Ne lui dois-je pas de bien positionner ici ce texte de "Jean-Luc" qui est ce qui a été écrit de mieux sur la violence qu’elle a subie ?
Maxime Vivas

La violence contre Bénédicte Taurine est emblématique de l’anti-parlementarisme qui règne désormais dans un large pan de l’opinion policière conditionnées par l’idéologie d’extrême droite. Celle-ci est littéralement droguées aux faits divers à répétition et à la haine instillée par les organisations et les médias qui se font les relais des thèses de l’extrême droite. Les mentalités s’en ressentent au point qu’un geste comme celui de cet homme en uniforme ne semble pas lui avoir coûté la moindre hésitation. Frapper une femme n’est pas un acte banal pour un homme, en général, compte tenu de l’éducation que les femmes (et leurs hommes, y compris d’un point de vue viriliste) donnent à leurs fils en règle très générale. C’est d’ailleurs pourquoi le féminicide est ressenti comme si odieux en plus des dégoûts que le crime suscite en général. Tous les hommes sont donc normalement équipés d’un surmoi qui leur interdit de s’abandonner aux violences qu’ils commettraient pourtant très facilement sur d’autres hommes.

Mais la situation se perturbe quand une femme est investie d’une autorité publique. Dans ce cas certains esprit masculins, frustres et grossiers, se sentent provoqués. Imbus comme un Zemmour de l’idée que les femmes n’ont pas les capacités intellectuelles d’accomplir de telles missions ils se laissent aller à leur violence spontanée. Benedicte Taurine a été confrontée au cerveau reptilien de quelqu’un qui de ce fait ne mérite pas de rester dans la police sauf avec un très sérieux travail psychologique. On devine qu’un tel travail n’aura jamais lieu. Au contraire, toute la hiérarchie et les organisations policières vont s’arc-bouter pour légitimer la violence policière et même incriminer la victime selon un scénario désormais routinier.

D’ailleurs dès les faits connus, le préfet Lallement a aussitôt inventé je ne sais quel policier blessé dans cette affaire. Une diversion qui avait déjà servi contre une infirmière qu’un autre nervi en uniforme avait trainé par les cheveux. Puis il a péroré sur le fait que nul n’avait le droit de s’opposer à une action de police, reprenant la mauvaise sottise du garde des Sceaux. Tout cela avant d’être finalement obligé de saisir l’IGPN pour évaluer les violences constatées. Notons qu’elles le sont grâce à ces images vidéos que la macronie avait tenté d’interdire. On peut être assuré que l’IGFPN fera son boulot habituel : passer l’éponge et accabler la victime. Ainsi avait-il été fait à l’occasion des perquisitions au siège des Insoumis où toutes les violences physiques des policiers avaient été blanchies. Puis leurs auteurs, accablés par des « cauchemars » (sic) expertisés par des psychologues, et accablés par nos cris avaient obtenu d’importantes indemnités. Il va de soi que si je suis bien désolé d’avoir infligé ces terribles souffrances psychiques à ces policiers, je reste définitivement convaincu que l’IGPN (des policiers évaluant des policiers) est une mauvaise blague de république bananière. Ce machin inepte doit être dissous et remplacé par une instance ou les psychologues, les déontologues, les sociologues seront plus nombreux que les policiers. Et cela en même temps que le code de déontologie de 1986 sera rétabli. Et bien sûr, la formation des policiers sera portée à deux ans avec une remise à niveau obligatoire pour tous ceux qui ont été recruté au-dessous de la moyenne au concours d’entrée.

Jean-Luc MELENCHON

»» https://melenchon.fr/2021/05/30/affaire-benedicte-taurine-lallement-en...
URL de cet article 37154
  
Communication aux lecteurs
JULIAN ASSANGE : Le documentaire "Hacking Justice" à Paris

Le 17 novembre à 20h
au cinéma Espace St Michel
7 Pl St Michel, Paris 75005

Les Amis du Monde Diplo & Les Mutins de Pangée organisent une projection du film "Hacking Justice Julian Assange" de Clara Lopez Rubio et Juan Pancorbo suivie d’un débat avec la réalisatrice.

Roms de France, Roms en France - Jean-Pierre Dacheux, Bernard Delemotte
Population méconnue, la plus nombreuse des minorités culturelles, présente en Europe depuis des siècles, les Roms comptent plus de dix millions de personnes. Ils ont subi partout l’exclusion et les persécutions : l’esclavage en Roumanie du XIVe au XIXe siècle, l’extermination dans les camps nazis… Peuple à l’identité multiple, son unité se trouve dans son histoire, sa langue et son appartenance à une "nation sans territoire" . La loi Besson de juillet 2000 a reconnu les responsabilités de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’affaire Julian Assange aurait été réglée en quelques mois si nous avions une presse agressive et indépendante qui aurait mis une claque aux autorités américaines et britanniques pour leur persécution criminelle d’un journaliste qui a révélé des crimes de guerre.

Stefania Maurizi

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.