RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
37 

France - La crise est ouverte

Le 7 juillet au soir, en France, les forces dites du Front républicain, mais surtout celles de gauche, le Nouveau Front Populaire, laissent éclater leur joie à l’annonce du résultat des élections. Le Rassemblement National n’est pas passé. Il n’a pas la majorité comme ils l’avaient craint. La crise politique semble avoir été réglée. En réalité, elle est ouverte.

Il y a le jour d’après. Une fois que la peur se sera estompée, on pourra constater que le problème demeure entier et que rien n’a été résolu.
Chacune des trois principales forces, que le scrutin a délimitées, le "Nouveau front populaire", le Centre autour du parti "Renaissance", le "Rassemblement national", chacune d’elles peut dire qu’ "elle a gagné". Mais en fait, chacune d’elles fait seulement barrage à la domination des deux autres. En France, il ne semble pas qu’il y ait de solution parlementaire actuellement à la question du pouvoir. La démocratie est bloquée.C’est l’un des symptômes mêmes de la crise. Est-ce qu’une démocratie bloquée peut être encore une démocratie ? Est-elle encore un système qui règle les conflits politiques par les urnes, de façon pacifique, par le dégagement d’une majorité et d’une minorité ?

Les forces de gauche auraient donc tort de trop se rejouir. Certes, elles sont arrivées relativement en tête par rapport aux deux autres grandes forces politiques. Et il est remarquable, que La France Insoumise, principal parti de la gauche, ait résisté victorieusement à une campagne extrême de diabolisation, dirigée à la fois contre elle et son leader, Jean-Luc Mélenchon, notamment à cause de leur soutien au peuple palestinien.

Mais même LFI, si elle a des raisons d’être satisfaite, ne devrait pas trop se réjouir. La démocratie en France, depuis longtemps, a vécu, voire survécu grâce à des subterfuges, de gains de temps, voire de tromperies comme le "non", carrément ignoré et contourné, de la majorité des Français à la Constitution européenne lors du vote referendaire du 29 mai 2005.

La majorité , une minorité..

La question du parti du Rassemblement National est une chose, la question des problemes de la démocratie française en est une autre. Examinons les problèmes structurels actuels de celle ci, au delà des opinions, des convictions, ou des appartenances.

Au départ, avec environ le tiers du corps électoral, le Rassemblement National risquait d’avoir une majorité de députés et de prendre le pouvoir parlementaire. C’est à dire qu’il risquait d’être majoritaire avec une minorité des votants. Telle est en effet la règle du scrutin majoritaire à deux tours. Son but n’a jamais été de dégager une majorité démocratique mais une majorité au parlement, une majorité de pouvoir. Grâce au système majoritaire électoral à deux tours, et grâce au jeu des désistements, les forces de gauche ont, aujourd’hui, avec environ 7 millions de voix, plus de députés que le rassemblement national avec 9 millions de voix. C’est donc la même situation, mais inversée, qui aurait donné le pouvoir au RN, qui donne aujourd’hui la prédominance, toute relative, au Nouveau Front Populaire. Le RN ne peut donc reprocher à ses adversaires une situation dont il comptait bien bénéficier au départ. Dans les deux cas on se trouve devant un grave problème démocratique. Le paradoxe est que le système electoral majoritaire, de législature en législature, en est arrivé, à présent, à l’inverse du but recherché au départ, et à bloquer l’émergence d’une majorité. C’est la définition même d’une crise institutionnelle, d’une crise structurelle.

Le problème existe en réalité depuis des décennies, au moins depuis la fondation par le Général De Gaulle de la Vème République et du système électoral majoritaire à deux tours. Ce système, qui peut sans cesse se retourner contre ses auteurs, avait été mis en place pour permettre à une majorité parlementaire de se dégager, même avec seulement une minorité des voix. Il ne concernait pas d’ailleurs que le pouvoir législatif mais aussi le pouvoir exécutif : : le président Chirac avait recueilli, au premier tour, 19,88% des voix en 2002 avant que la peur du parti du Front National ne lui ait donné, au second tour, une écrasante majorité de 82,21%, introuvable... C’est aussi le cas, du president Macron, avec au premier tour, 24% des voix en 2017 et 27.85% en 2022 avant que la crainte du du FN, là aussi, ne le fasse élire au second tour. C’est donc chaque fois des élections par défaut dont le mécanisme s’est détérioré, peu à peu, jusqu’à la situation actuelle. Entre autres raisons, c’est ce système qui naguère avait permis de neutraliser le parti communiste français, jusqu’à le faire pratiquement disparaitre aujourd’hui. Le parti socialiste du président François Mitterrand, en 1981, avait mis à profit l’ostracisme qui frappait le PCF pour s’allier avec lui, vu son poids électoral, tout en le marginalisant sur la question du pouvoir, pour, finalement, s’en débarrasser une fois affaibli. Il y a des analogies intéressantes : l’histoire risque en effet de se répéter, aujourd’hui, entre LFI et le parti socialiste français qui d’évidence est resté égal à lui même. Maintenant qu’il a repris des couleurs grâce à LFI, il risque de faire preuve d’amnésie. L’ingratitude est sans limite en politique.
Le plan du "Système" en place parait évident : éliminer "le danger" du RN dans une première étape, grâce aux voix indispensables de la "France insoumise", puis, éliminer "le danger" de celle-ci dans une deuxième étape, à travers la formule d’un "Front démocratique large", capable d’attirer les éléments hésitants du NFP.

Aux Etats Unis aussi

On trouve une situation comparable à a crise de la démocratie française aux Etats-Unis et probablement dans d’autres pays occidentaux, si on prend le temps d’en étudier l’Histoire électorale. Aux Etats-Unis le système du bipartisme est en train, lentement, mais sûrement d’aggraver une crise en fait endémique de la démocratie. Pendant des décennies, voire des siècles, il a permis d’expulser du jeu démocratique, c’est à dire du jeu parlementaire, toute expression qui se faisait en dehors des deux grands partis monopolistiques, démocrate et républicain. Il a contraint toute autre expression à se couler dans l’un ou l’autre des deux partis, et donc à se dissoudre ou à être récupérée, comme cela a été le cas de la gauche progressiste qui s’est fait digérer par le parti démocrate. On retrouve une situation semblable de bipartisme de fait aussi au Royaume-Uni, Travaillistes et Conservateurs, en Allemagne, Démocratie chrétienne et Social démocratie, et dans bien d’autres pays, sous des formes diverses, avec les mêmes symptômes de crise de la démocratie et de remise en cause du "Système".

Dans les conditions d’une crise de la démocratie, le vote lui même ne remplit pas ses fonctions : celles de pacifier les conflits politiques, d’épuiser l’agressivité politique produite par les contradictions des intérêts sociaux, d’empêcher les confrontations politiques de devenir violentes afin de préserver l’unité de la société. Au contraire il les aggrave. C’est le cas aux Etats-Unis à travers la crise ouverte par les accusations de fraude après le scrutin présidentiel de 2020. C’est aussi le cas à présent en France à travers la dénonciation d’un mode de scrutin "qui frustre une grande partie de la population d’une représentation proportionnelle à leur vote, tel qu’il a été exprimé, et donc les marginalise politiquement", comme s’en plaint le "Rassemblement national" après ces dernières élections legislatives.

Crise de la démocratie et immigration

Cette crise de la démocratie française, et plus généralement occidentale, se déroule conjointement avec une crise générale de l’hégémonie occidentale. La question se pose donc de savoir quelle est la relation entre ceci et cela, entre l’une et l’autre.

Le principal marqueur de cette relation est la question de l’immigration. On ne peut impunément dominer, opprimer le monde, pendant des siècles, sans être assailli de partout par "les barbares". Rome avait tenté de les tenir à distance par la construction du ""Limes romain", une ligne fortifiée sur 5000 km, mais en vain. La Chine, lorsqu’elle dominait l’économie mondiale, avait construit la muraille de Chine. Mais en vain, là aussi. Les mêmes causes produisent les mêmes effets. Il est significatif que ces murs aujourd’hui se multiplient sur des centaines de kms : aux Etats Unis, à la frontière avec le Mexique, en Pologne, en Lituanie, en Espagne, en Grèce, en Hongrie, en Bulgarie, en Autriche, etc.. Mais probablement aussi, en vain.

Partout en Occident les partis, qui rejettent l’immigration, ont leur influence qui grandit. Un peu partout, le slogan de "la préférence nationale" veut remplacer le slogan de justice sociale. Ces mouvements, ces partis, nationalistes et xénophobes ont toujours existé. Mais ils sont restés à l’état embryonnaire tant que la prospérité de l’Occident permettait le plus haut niveau de vie sur la planète et arrivait à satisfaire pour l’essentiel les besoins des classes populaires et moyennes, et à assurer la paix sociale, à part quelques incidents de parcours, tout en maintenant le pouvoir des classes dirigeantes Les confrontations électorales étaient alors toutes relatives, et n’avaient, en tout cas, jamais cet aspect dramatique. La démocratie électorale régulait les conflits politiques.

"La préférence nationale"

Mais la place de l’Occident dans l’économie mondiale n’a cessé de se rétrécir, avec une accélération de cette évolution ces dernières années. Les appréhensions des populations occidentales sur leur niveau de vie et leur avenir ont , parallèlement, augmenté. Aux promesses, la plupart du temps non tenues des forces dites de gauche sur le traitement de la question au moyen d’une nouvelle répartition du revenu national, en "faisant payer les riches", ils se sont mis à préférer souvent la solution apparemment plus simple, plus directe, plus facilement contrôlable de la "préférence nationale", c’est à dire une solution identitaire et nationaliste, celle d’un statut privilégié par rapport aux migrants, même installés depuis longtemps, et ainsi donc le retour par un autre biais aux privilèges et aux discriminations d’antan. Illusion historique, en attendant que la réalité vienne montrer que le problème est structurel, qu’il n’est pas lié à l’immigration, mais à la diminution continue d’un revenu national gonflé par des siècles d’hégémonie sur le monde. Le succès des forces politiques représentant cette idéologie nationaliste et largement xénophobe, est lié à cette illusion historique. Celle ci est d’autant plus puissante qu’elle se nourrit de la nostalgie d’une période révolue.

Des théories comme celles du "remplacement" traduisent bien cette peur panique d’être réduit au statut d’habitant d’un pays désormais dominé, dépendant, et donc à celui de l’émigré. L’hostilité extrême, passionnelle, irrationnelle aux migrants apparait dés lors comme une véritable haine de soi et de la peur d’un déclassement, celle d’un futur qu’on appréhende.
L’idéologie nationaliste occidentale actuelle, est qualifiée souvent de populiste du fait de son discours orienté vers les couches populaires, et de sa concurrence avec les forces de la gauche sociale. A la différence de celle-ci, qui met l’accent avant tout sur une plus grande justice sociale par une meilleure répartition des richesses, les partis nationalistes populistes voient la cause de la réduction du niveau social, du "pouvoir d’achat" des classes populaires et moyennes, dans le recul de la souveraineté nationale. Ils glorifient le cadre de la nation comme le meilleur espace de développement et d’épanouissement économique et social, et ils dénoncent la vision cosmopolite des élites mondialistes dirigeantes. C’est peut être là le secret de la convergence, qui peut sembler paradoxale, de ces forces, en France, en Italie, en Hongrie, en Slovaquie, etc.. et même aux Etats-Unis avec des positions souverainistes et nationalistes qu’on peut trouver aussi en Russie, ou dans le reste du monde non-occidental, même si c’est à partir de prémisses historiques différentes, La frontière est parfois, d’ailleurs, ténue entre un nationalisme et un souverainisme de domination, identitaire, voire xénophobe et un nationalisme et un souverainisme de défense et de libération. C’est dire la complexité du monde actuel.

Le parti du "Rassemblement national"

Le parti du "Rassemblement national" illustre bien toutes ces contradictions et paradoxes. Sur la question du conflit en Ukraine, il a des positions souverainistes, vis à vis de l’Otan et de l’Union européenne. Ceci le rapproche alors des positions de la Russie. Mais sur la question palestinienne, il a exprimé des positions de soutien total à Israël. Pendant la campagne électorale, son leader, Marine Le Pen était prête à tout pour s’attirer le soutien de forces influentes de la société française afin de l’emporter. Elle a fait savoir haut et fort qu’elle était "sioniste", et que "son père l’était déjà". Elle a exprimé son soutien total à la politique d’Israel à Gaza. Le RN a participé activement, côte à côte avec les "macroniens" et la droite, à l’accusation aberrante d’antisémitisme faite à LFI. Il a enfin déclaré, par la voix de son président, qu’il "était le principal rempart de la communauté juive française". Suite à cela, une partie des représentants connus du sionisme français, comme Serge Klarsfeld, célèbre "chasseur de nazis", ou des intellectuels juifs en vue, comme l’academicien Alain Finkielkraut, ont déclaré réviser leur jugement concernant le parti de Madame Le Pen et même l’appuyer. Mais, apparemment, cela n’a pas suffi à lever les préventions aussi bien du courant sioniste français que des représentants officiels de la communauté juive française sur les racines historiques du RN. Après bien des hésitations pour certains, ils ont designé le RN comme le principal danger pour la démocratie et ont appelé, eux aussi, à l’isoler. En fait, l’ideologie atlantiste et la crainte d’une France qui se rapproche de la Russie, semblent avoir pesé beaucoup plus, pour l’ensemble de l’Establishment, que les professions de foi sionistes et pro-israéliennes de Marine Le Pen. C’est dire la complexité du monde actuel.

Un nouveau monde à gagner

Ceci illustre bien, de cet angle de vue encore, la relation entre la crise de la démocratie française et les enjeux géopolitiques actuels.

Cette crise est ouverte. Elle ne fait que commencer. Comment évoluera-t-elle ? Va t-elle créer une longue période d’incertitudes voire de troubles civils en France et même de conflits violents ? Tout dépendra de ce qui se passera au Parlement. S’il est impuissant, les problèmes se transporteront de plus en plus ailleurs, et fatalement dans la rue. Dans ce contexte de déclin de la puissance et de l’influence françaises, et de l’hégémonie occidentale en général, qui peut dire ce qui se passera ?

Ce qui est sûr c’est que le principal argument de l’idéologie occidentale, celui de l’exemplarité de la démocratie occidentale est en train de sombrer et que la transition des pays occidentaux vers une nouvelle place dans le monde, plus équilibrée, plus conforme à leur dimension réelle, cette transition risque d’être douloureuse. Dans ces épreuves qu’il va traverser, il faut souhaiter bonne chance et plein succès au peuple français vers une nouvelle démocratie bien plus réelle, et vers sa jonction avec le monde émergent, dans une amitié d’une nouvelle qualité avec les autres peuples du monde.

En réalité loin de la peur fantasmatique de l’avenir qu’exploitent les forces du passé, il y a, au contraire, pour les peuples occidentaux, tout un nouveau monde à gagner, celui de l’égalité avec les autres nations, passage obligé pour l’égalité entre les hommes.

URL de cet article 39732
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Interventions (1000 articles).
Noam CHOMSKY
à l’occasion de la sortie de "Interventions", Sonali Kolhatkar interview Noam Chomsky. Depuis 2002 le New York Times Syndicate distribue des articles du fameux universitaire Noam Chomsky, spécialiste des affaires étrangères. Le New York Times Syndicate fait partie de la même entreprise que le New York Times. Bien que beaucoup de lecteurs partout dans le monde peuvent lire des articles de Chomsky, le New York Times n’en a jamais publié un seul. Quelques journaux régionaux aux Etats-Unis (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« L’utopie est ce qui n’a pas encore été essayé. »

Theodore Monod

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.