RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Un petit air de campagne !

Depuis une semaine il flotte un air nouveau, une petite musique agréable : la possibilité d’un changement de politique et de président n’est plus une question tabou. Quelques commentateurs se laissent aller, se lâchent distillent l’idée que le monarque n’est pas à l’abri d’un coup de froid. L’ampleur de la colère sociale apparaît pleinement. Les mouvements sociaux reprennent de la vigueur : gilets jaunes, convoi de la liberté, grèves dans les entreprises, manifestations paysannes. Les hausses de prix de l’énergie (gaz, électricité, carburants), des prix alimentaires sont souvent la cause de cette insurrection sourde mais tenace. Les problèmes de logement, de transports, de l’école et de la santé minent la vie quotidienne de millions de gens. Ajoutons-y le chômage de masse, les fermetures d’usine, la pauvreté et la limitation progressive des libertés, le tableau se noircit. L’indignation, la révolte couve dans le pays. Les français désignent Macron comme responsable principal de cette situation puisque c’est lui qui décide seul et il l’assume. Personne ne s’y trompe, le changement passe par l’échec du président sortant. C’est la seule porte de sortie. C’est l’élection présidentielle qui est la clé de voûte de tout le système. Il s’agit bien de gagner cette élection pour commencer à s’extraire de la crise sociale, économique et politique que nous connaissons.

Macron ne se presse pas pour se déclarer candidat. C’est tout bénef : il utilise notre argent pour faire campagne, les moyens présidentiels à sa disposition, l’autorité de son pouvoir pour éviter tout débat, toute contre verse. Mieux il peut dispenser de l’argent pour tenter d’acheter les électeurs en lâchant quelques miettes salariales par ci par là, en subventionnant telle ou telle corporation, en accordant quelques subsides chèques énergie par exemple payés par les impôts des contribuables. Ni vu ni connu, je t’embrouille ce sont les gens qui se paient une portion de leurs dépenses et non les entreprises qui ont augmenté les prix et leurs profits. La fête du CAC 40, la valse des milliards dans les poches des actionnaires bat son plein. Mais peu à peu la population en prend conscience et cela heurte la conscience de nombreux français. Surtout lorsque les scandales des EPHAD surgissent à la lumière. Macron savait mais a laissé faire ces structures privées qui se sont gavées comme jamais.

Oui, la petite musique gagne du terrain au vu des récents évènements : Macron peut être battu. Mais par qui me direz-vous ? Les candidats d’extrême droite se fracturent, se déchirent publiquement. La haine de l’un, le mépris de l’autre, le racisme des deux, ça ne soulève pas les foules. La France n’est pas fasciste ni raciste. La France est solidaire. C’est une constante dans notre vie depuis la Révolution de 1789 et peut-être avant.

Valérie Pécresse, c’est la droite musclée qui n’offre aucune perspective de progrès social ni de démocratie. Elle partage des thèses communes avec Zemmour et Le Pen sur l’immigration ce qui la disqualifie auprès de ses propres troupes.

Reste la gauche. Hidalgo, que le PS soutient comme la corde soutient le pendu, marque le pas et risque de réaliser un score inférieur à celui de Hamon en 2017. Taubira qui ajoute une candidature en supplément dans des conditions troublantes, impréparée et incohérente. L’extrême gauche, Poutou pour le NPA, Nathalie Artaud pour Lutte ouvrière, s’attend à des petits scores insignifiants. Le candidat communiste Roussel mène une campagne de rassemblement interne pour continuer à exister et sauver les sièges de député. Les Verts avec Jadot défendent leurs thèmes environnementaux avec quelques difficultés et incohérences liées aux questions européennes notamment. Jean Luc Mélenchon, la tortue sagace semble disposer d’une force électorale qui en impressionne certains car, sans l’appui du PCF, il gagne des petits points semaine après semaine. Tant et si bien qu’il est le seul selon les commentateurs à déclencher une dynamique qui pourrait le porter au second tour de la compétition électorale. 

Il reste moins de 50 jours. La problématique est la suivante pour celles et ceux qui souhaitent en finir avec le macronisme et le libéralisme : allons-nous laisser la droite et l’extrême droite phagocyter l’espace politique et poursuivre une politique la plus dure pour les travailleurs, les retraités et les chômeurs ? N’est-il pas temps d’arrêter de décrier, de critiquer, de caricaturer le candidat le mieux placé pour figurer au deuxième tour ? Que chaque candidat développe ses thèses, ses idées, son programme, logique. Mais planter des couteaux, il y a mieux à faire. 

La possibilité d’ouvrir une fenêtre sur l’avenir un peu plus humain et harmonieux est à portée de mains. Encore faut-il le vouloir. Les candidats devront assumer cette responsabilité devant les électeurs.

URL de cet article 37751
  

Le Joueur. Jérôme Kerviel seul contre tous
Paul-Eric BLANRUE
Chris Laffaille, journaliste à Paris-Match, et moi venons d’écrire un livre consacré à Jérôme Kerviel : Le Joueur, Jérôme Kerviel seul contre tous (Scali, 2008). Il s’agit de la première enquête de l’intérieur sur cette incroyable gabegie, qui coûté 5 milliards d’euros à la Société générale (Socgen). Pourquoi un livre sur cette affaire ? Parce que les grands médias ne sont pas parvenus à faire leur job, et notamment à interviewer certaines personnes dont nous avons réussi à obtenir le témoignage. Qui donc ? Des (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Des millions de gens ont vu tomber une pomme, Newton est le seul qui se soit demandé pourquoi.

Bernard Baruch

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.