RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Gilets Jaunes

12 fake news macronistes sur les Gilets jaunes (2ème partie)

Laurent DAURÉ
Fake news no 7 : Des comptes Twitter liés à la Russie attisent la révolte des Gilets jaunes – Qui ? : Différentes sources gouvernementales anonymes, Team Macron (comme nous l’avons vu dans la 1re partie, il s’agit d’un important compte Twitter semi-officiel dédié à la défense de la Macronie ; il a changé de nom en février et s’appelle désormais – de façon aussi pompeuse qu’usurpée – « Team Progressistes. ») – Quand ? : 8 décembre 2018 – Quoi ? : S’appuyant sur une étude de la société de cybersécurité New Knowledge qui a analysé l’activité d’environ 200 comptes Twitter « liés à la Russie », le quotidien britannique The Times affirme que Moscou cherche à amplifier le mouvement des Gilets jaunes sur Internet, notamment en diffusant des photos de manifestants blessés lors d’événements antérieurs. Le même jour, l’agence américaine Bloomberg publie un article similaire, celui-ci basé sur les travaux de l’organisation Alliance for Securing Democracy portant sur 600 comptes Twitter « connus pour leur promotion des positions du (...) Lire la suite »
12 

Gilets jaunes : Le RIC ou la « parabole des aveugles ».

Jean-Claude PAYE
La question de la représentation est devenue centrale dans le discours des gilets jaunes, alors qu’au départ, seules des revendications salariales, la défense du pouvoir d’achat, (« pouvoir remplir le frigo ») étaient émises par les manifestants. Le Référendum d’Initiative Citoyenne s’est progressivement imposé à travers les médias. Ainsi, le pouvoir est parvenu à occulter les priorités des manifestants, en faisant de la représentation la condition pour pouvoir entendre leurs voix. S’opère ainsi une opération de déplacement, de la lutte salariale à une demande de réforme de légitimation du pouvoir. Le déplacement, en ce qui concerne la nature des revendications, permet un renversement de celles-ci en leur contraire. Elle permute une lutte sur le salaire, une lutte politique qui s’attaque directement aux nouveaux mécanismes d’exploitation, en une revendication de réforme de l’État qui, en ouvrant la possibilité à un renforcement du pouvoir, vide le caractère de contestation sociale du mouvement. Résultat de (...) Lire la suite »
83 

L’accalmie avant la tempête ?

SILENCE
Écrit avant l'acte 16 1. Ils l'avaient tant espéré, mais c'est râpé — loin de disparaître, en ce début d'année le spectre jaune est revenu hanter la rue. Après une relative décrue fin décembre, la vague jaune a repris de l'ampleur en janvier ; mais pas au point de menacer dans l'immédiat le régime Macron, lequel s'est acheté à crédit un sursis en congelant la séquence hivernale avec le mal nommé « grand débat ». Pour autant, les contradictions de fond entre le pouvoir macroniste et la contestation populaire n'étant en rien réglées, le printemps promet d'être turbulent. 2. En déchaînant la violence à tous les niveaux (symbolique, social, institutionnel), Macron a libéré quelque chose dans le rapport de la société française à la violence. Violence symbolique : les humiliations à répétition pour détruire la dignité populaire et réaffirmer la supériorité intrinsèque des vainqueurs de la compétition sociale. Violence sociale : tout pour ceux qui ont tout, rien pour « ceux qui ne sont rien ». Violence institutionnelle : (...) Lire la suite »
22 

Recul des Droits Humains en France : La République en Marche arrière

Rémy HERRERA

Article (écrit par l’auteur en janvier 2019) ayant servi de base à un rapport sur les violations des droits humains en France déposé par le Centre Europe - Tiers Monde de Genève (CETIM, organisation non gouvernementale dotée du statut consultatif général) au Conseil des Droits de l’Homme de l’Organisation des Nations unies pour sa quarantième session des 25 février – 22 mars 2019, point 4 de l’ordre du jour « Situations relatives aux droits de l’homme qui requièrent l’attention du Conseil ». Distribution le 15 février 2019 par le Secrétariat général conformément à la résolution 1996/31 [rapport final disponible sur le site de l’ONU sous la cote : A/HRC/40/NGO/56

1. Depuis plusieurs mois maintenant, la France est entrée dans une zone de fortes turbulences. La virulence des conflits sociaux est, de longue date, une caractéristique majeure et marquante de la vie politique de ce pays, une donnée historique d’une nation qui s’est construite, aussi et surtout, après 1789, sur la base d’une révolution de portée universelle et dont les traces – avec celles des conquis sociaux de 1936, 1945 ou 1968 –, restent encore aujourd’hui prégnantes dans la mémoire collective et dans les institutions, quels qu’aient été les tentatives pour les effacer. Voilà pourtant bientôt 40 années que la France – et avec elle les autres économies capitalistes du Nord, sans exception – se trouve enserrée dans le carcan mortifère de politiques néolibérales déprédatrices. Ces dernières ne peuvent s’interpréter autrement que comme une extraordinaire violence sociale dirigée contre le monde du travail. Leurs effets de destruction – des individus, de la société, mais encore de l’environnement – sont propagés (...) Lire la suite »

Wikileaks, Julian Assange et gilets jaunes

Viktor DEDAJ
« La loi est la conséquence de la communication entre les gens. Les lois votées par les parlements sont le résultat d'échanges entre citoyens et élus, qui décident de ce qui doit être fait ou pas. Les gens qui communiquent entre eux réglementent nos vies. Si la loi est en charge de la liberté d'expression ou du droit à la communication, alors la loi est en charge de la loi. C'est la loi qui régule la loi, ce qui par essence est malsain. Il faut donc des mécanismes de régulations externes. Ces mécanismes sont représentés par le corps politique, par des gens qui communiquent, s'expriment, dénoncent ou encouragent. C'est ce qui crée les constitutions, les lois et les gouvernements. On ne peut accepter que des gouvernements et des parlements s'autorégulent eux-mêmes, ils doivent être régulés par le peuple qui ne peut le faire que s'il comprend ce qui se passe dans le monde. Et cette compréhension passe par la communication. » Julian Assange, journaliste primé, co-fondateur et ancien rédacteur en chef de (...) Lire la suite »

La révolte des Gilets jaunes et la violence d’État

Mohamed BELAALI
« L’État est une machine qui permet aux uns de réprimer les autres ». Lénine. Selon le Ministère de l'intérieur, il y a eu depuis la révolte populaire des Gilets jaunes, 1 900 blessés, 8 400 interpellations, 1 800 condamnations, 243 signalements déposés à l'IGPN, 133 enquêtes de l'IGPN, 9 228 tirs de LBD et 1 300 blessés parmi les forces de l'ordre (1). Derrière ces chiffres bruts se cache une réalité humaine dramatique : une femme de quatre vingts ans tuée par une grenade lacrymogène à Marseille, 20 éborgnés, 5 mains arrachées, 193 blessures à la tête, 446 signalements etc. etc. (2). D'autres victimes viendront malheureusement allonger cette liste déjà longue tant que le Mouvement des Gilets jaunes poursuit son combat et sa résistance à la politique de classe menée par Macron. Précisons d'emblée que la police n’est qu’un instrument utilisé par la classe dirigeante pour asseoir sa domination. L’ordre bourgeois ne peut se maintenir sans l'utilisation de la force. Car la bourgeoisie a toujours besoin d'un appareil (...) Lire la suite »
Les milliardaires aiment les médias, les médias n’aiment pas les gilets jaunes

Rencontre publique d’étudiants journalistes avec leurs maîtres enfumeurs.

Gilou HIELEAU

TOULOUSE. L’annonce de la rencontre, patronnée par France Info, est alléchante. A tel point que l’affluence est grande. Bien avant 18 heures, ce 14 février, la queue s’allonge sur le trottoir de la rue étroite de la Fonderie, devant le N° 31, adresse de l’Institut Catholique et de son école de journalisme.
On devine que l’atmosphère ne sera pas bon enfant quand on voit un fourgon de police stationné en face tandis que l’entrée est contrôlée par de solides vigiles aux carrures de Benalla, appareillés d’oreillettes.

On doit montrer sa carte d’identité et être inscrit sur des listes de réservation. Les sacs à dos et sacs à main doivent se prêter à une inspection, et chacun de nous subit une fouille sommaire et un passage au détecteur portable de métaux. Ici, une première remarque. Si l’on met à part l’embarquement à l’aéroport de Toulouse-Blagnac, on ne subit nulle part un contrôle aussi tatillon dans la Ville rose. Frédéric Lordon a fait récemment une conférence dans une librairie archicomble à Toulouse : on entrait sans formalité. Que se passe-t-il donc ? Il se passe que Lordon est un intellectuel respecté et que les orateurs du 14 février à l’Institut Catholique sont pour la plupart des rédacteurs en chef ou directeurs de médias. Et que le thème de la soirée était « la défiance » (euphémisme) envers les médias. Voilà qui imposait un tel luxe de précautions et de contrôles. Huit journalistes et responsables de médias ne peuvent s’exprimer en un lieu paisible au centre de Toulouse sans protection de la police et de vigiles. Et, (...) Lire la suite »

La haine médiatique !

Jose ESPINOSA
L'importance de l'acte 4 se mesure aux propos emplis de haine et de contre vérités déversés par la majorité des médias aux ordres des grands financiers et du pouvoir. Si les manifestations s'éteignaient, les éditorialistes baisseraient le ton de leur attaques. Or ils redoublent d'intensité car leurs propos ne sont plus entendus par la population. Mieux, le doute s'installe à l'égard des informations distillées. Le mouvement des Gilets jaunes met en relief les contradictions entre journalistes, entre organisateurs de sondages, entre chercheurs, entre sociologues. Tout est bousculé. Ainsi, ce mouvement marque l'histoire de notre pays. Et ce n'est que le début. Pour la première fois depuis des décennies, le monde invisible des gens sans statut, des précaires, des pauvres, des auto entrepreneurs, des artisans et commerçants déclassés, des jeunes sans emploi, des travailleurs pauvres surgit sur le devant de la scène politique. C'est le cri de millions de personnes en recherche d'une vie meilleure, d'une (...) Lire la suite »
14 
Juif je suis, et Gilet Jaune

J’accuse !

Serge GROSSVAK

J’accuse les hautes sphères politiques et médiatiques pour leur manipulation et leur trahison de la juste lutte contre l’antisémitisme.

J’accuse les pouvoirs politiques et médiatiques d’avoir construit de toute pièce l’accusation d’antisémitisme contre les Gilets Jaunes, contre le peuple rebelle.

J'accuse les principales autorités juives de pervertir la lutte contre l'antisémitisme par sa mise au service de visées politiciennes. Le coeur me déchire de devoir formuler si graves accusations mais aujourd'hui, comme du temps de Zola, un travestissement des faits à caractère racial est commis à seule fin de protéger le pouvoir. Le coeur me déchire parce qu'étant juif ce à quoi j'assiste m'est plus blessant encore que les plus abjectes campagnes antisémites : cette manoeuvre contre le peuple trouve soutien et complicité dans les plus hautes autorités juives censées me représenter. Au coeur des faits réels qui ont donné lieu à travestissements figurent 3 événements. Le premier, pas nécessairement par ordre chronologique, est constitué par 3 actes antisémites concomitants. Les croix gammées sur les portraits de Simone Veil, la destruction des arbres souvenir d'Ilan Alimi, l'inscription « Juden » sur la devanture d'un magasin dont le propriétaire est juif. A ce jour nul ne sait quels sont les auteurs de (...) Lire la suite »
51 

La rue était noire de jaune

legrandsoir

392 gilets jaunes sont en prison, 22 ont perdu un œil et 5 une main. Les LBD tirent de plus belle, des policiers sont dans les manifs avec des fusils de guerre.
Voir : https://youtu.be/IKB95DRxeHw
Macron refuse qu’on utilise le mot « répression ».
Les fins des manifs livrent nos rues a une horde sans foi ni loi, la Brigade Anti-criminalité, la BAC qui chasse en meute avec un plaisir non dissimulé.
Les macronistes et les journalistes des « grands » médias nous ont expliqué que les Gilets jaunes sont d’extrême gauche et d’extrême droite, complotistes, racistes, homophobes, violents, manipulés par les Italiens, manipulés par les Russes et essoufflés.

Le site LGS participe à la sortie d'un livre pour les Gilets jaunes. Vous pouvez aider en cliquant sur ce lien : http://www.lepotcommun.fr/pot/uujthnoj La rue était noire de jaune. Ce livre est un outil de solidarité pour donner aux Gilets Jaunes les moyens de mieux se faire connaître et de se défendre. Par lui, la parole du peuple va entrer dans des milliers de librairies. Les membres (bénévoles) du Comité de soutien 31 (des Gilets Jaunes qui manifestent depuis l’acte I) ont cueilli, parfois dans le parfum des lacrymos, des centaines de slogans, tags, affiches, photos, pancartes, dessins. D’une remarque d’un gilet jaune dans la rue, ils ont fait le titre. Ce livre donne à voir l’incroyable imagination du peuple, son humour, son impertinence, sa lucidité, son intelligence collective, sa dureté parfois. Sa poésie aussi. En un mot, son génie quand il fait l’Histoire et que le monde entier se met à le regarder. LE GRAND SOIR. PS. Les sommes reçues (6600 € à ce jour) vont aider à (...) Lire la suite »
22 
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90
Brèves
*Vivent les gilets jaunes (même si cet accessoire vestimentaire est moche et leurs porteurs hors la loi) !
La Révolution française (parfaitement illégale), qui émerveilla le monde et à laquelle la France doit encore son prestige au-delà de ses frontières ne fut autorisée par personne et elle fut marquée par (...)