RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Gilets Jaunes

Vers un futur luddisme ?

PERSONNE
« La ruine de nos monuments, le pillage et l’incendie de nos plus riches quartiers, ne laissent aucune place à la pitié – aujourd’hui la clémence serait de la démence. La répression doit égaler le crime, et, tout en espérant le prochain rétablissement de la légalité, il est à désirer que Paris reste sous le régime militaire jusqu’au jour où il aura été complètement épuré. » (e Figaro, 8 juin 1871) « Quand on voit des types qui tabassent à coup de pied un malheureux policier à terre, que les policiers se servent de leurs armes une bonne fois ! [...] On a la quatrième armée du monde, elle est capable d’arrêter ces saloperies ! » (Luc Ferry, sur Radio classique) Vous me direz qu’établir un parallèle entre 1871 et 2019 c’est trop facile et que comparaison n’est pas raison. Il n’en reste pas moins qu’il y a plus que des ressemblances. Avant 1871, la société connut une forte et irrésistible mutation industrielle, l’industrialisation vint réduire le secteur de l’artisanat ; ce fut l’époque d’un lien fort entre le monde des (...) Lire la suite »

Gilets Jaunes et Camisards

Philippe ARNAUD
La date retenue est celle du démarrage du mouvement des Gilets jaunes. Je reviens là-dessus pour tenter un rapprochement qui ne me semble pas avoir été évoqué dans les médias. Le mouvement des Gilets jaunes, qui est un mouvement social, a été ainsi nommé par une particularité vestimentaire des protestataires. Au cours de l'Histoire, les mouvements ainsi caractérisés ne sont pas très nombreux. Pour ne s'en tenir qu'à l'Europe, à partir de l'an 1000, on recense la révolte des Chaperons blancs, en Flandre, en 1380-1385, les Nu-Pieds en Normandie en 1639, évidemment les Sans-culottes en 1792-1794 durant la Révolution française. La plupart des autres rébellions portent le nom du lieu, de la catégorie sociale (la Guerre des Paysans dans l'Empire en 1525) ou la cause (souvent fiscale). Mais le rapprochement que je veux faire est celui d'un mouvement que je n'ai, à dessein, pas mentionné dans l'énumération ci-dessus : il s'agit de la révolte des Camisards. 1. La révolte des Camisards fut celle de paysans et (...) Lire la suite »

Ce monde nouveau qui cherche à naître

Benedikt ARDEN
Ça fera bientôt plus de neuf semaines que le mouvement des « gilets jaunes » manifeste contre le gouvernement français. Contrairement à ce qui avait été prévu par le pouvoir et ses éditocrates, le mouvement maintient le cap dans ses objectifs. Et ceci, malgré les fêtes de fin d’année et les miettes que Macron leur a concédées il y a quelques semaines. Non, rien n’y fait ! Le mouvement le plus large que la France ait connu depuis l’après-guerre réclame plus. Il réclame d’avoir droit de regard sur les affaires publiques ... celles-là mêmes qui le concernent directement et dont le pouvoir cherche désespérément la totale mainmise. Le mouvement des « gilets jaunes » ne réclame pas seulement des mesures de justice sociales. Ça, c’était hier. Aujourd’hui, le point de non-retour a été franchi et le mouvement ne revendique rien de moins que le pouvoir ! Ce qu’il réclame, c’est la DÉMOCRATIE ! La vraie ! À ce souhait, le pouvoir répond par la répression policière et par le cynisme. Calomniant et infantilisant des gens (...) Lire la suite »
10 

La répression terrifiante du mouvement des gilets jaunes

Damien
Les Gilets Jaunes subissent depuis deux mois une répression sans précédent. Du premier acte au septième s’est révélé le caractère répressif du régime Macron-UE-MEDEF. Plus le peuple maintenait de front son opposition à la casse des droits sociaux, plus l’autoritarisme capitaliste frappait. Semaine après semaine, le nombre d’interpellations n’a pas cessé d’augmenter, passant de 157 interpellations lors de l’acte II à 2.000 interpellations – pour un nombre faramineux de mille trois cent mises en garde à vue – au terme du sixième acte. Sans oublier l'arrestation inique de Christophe Dettinger tandis qu'un policier agissant comme Benalla n'est pas poursuivi ! Énormément de nos compatriotes ont été visés à la tête par des tirs de flash-ball et des tirs de grenades, mutilés ou éborgnés. Benoît, 28 ans, à Toulouse, a été touché au nez et à l’oreille, entraînant alors un traumatisme crânien, les travailleurs hospitaliers ont alors été contraints de le plonger dans un coma artificiel, il s’en est heureusement sorti. Un (...) Lire la suite »
24 

Les Gilets Jaunes sermonnés par Juppé et le journal le Monde

ANTICONS - Observatoire du néo-conservatisme
Qui sont-ils ? Il nous est apparu pertinent d’analyser deux deux entités s’attaquant aux Gilets Jaunes, on perçoit vite les schisme idéologique qui s’est effectué entre la population et une théocratie imposant un dogme ultralibéral. Alain Juppé, actuel maire de Bordeaux est issu du gaullisme dans sa version chiraquienne. Cette version du gaullisme s’est vue petit à petit amputée de sa dimension géopolitique. Au fil du temps Juppé est devenu un symbole de la droite dite « modérée » ou bien encore « républicaine ». Grand adepte de la rigueur budgétaire, Juppé fut fréquemment présenté comme l’homme de la situation par les éditocrates. Il nous semble prépondérant d’attirer l’attention cette fois sur un journal, en l’occurrence Le Monde, qui se revendique explicitement non partisan mais qui malgré tout se dit solidaire des valeurs démocratiques telles que la justice, la tolérance et la lutte contre les discriminations, le racisme, etc. Ce journal aux aspects libertaires promeut également une idéologie atlantiste et (...) Lire la suite »
11 

Gilets Jaunes en 2019 : Démocratie française, morte ou vivante ?

Diana JOHNSTONE
Ou peut-être faudrait-il dire, enterrée ou ressuscitée ? Parce que pour la masse des gens ordinaires, loin des centres politiques, financiers et médiatiques du pouvoir à Paris, la démocratie est déjà moribonde, et leur mouvement est un effort pour la sauver. Depuis que Margaret Thatcher a décrété qu'"il n'y a pas d'alternative", la politique économique occidentale est menée par des technocrates au profit des marchés financiers, qui affirment que les bénéfices se répercuteront sur la population. Le filet s'est en grande partie tari, et les gens sont fatigués de voir leurs besoins et leurs souhaits totalement ignorés par une élite qui "sait mieux". Le discours du président Emmanuel Macron à la nation à l'occasion de la Saint-Sylvestre a clairement indiqué qu'après une tentative peu convaincante de jeter quelques miettes au mouvement de protestation des Gilets Jaunes, il a décidé de jouer aux durs. La France entre dans une période de turbulences. La situation est très complexe, mais voici quelques points (...) Lire la suite »

La convergence des luttes n’est pas un dîner de gala !

Andréa TARGY
Nous avons pu voir récemment de nombreux tweets, posts ou tribunes de militants de gauche disant se désolidariser encore une fois du mouvement des Gilets Jaunes. Cette fois-ci, la cause est « l’homophobie et autres discriminations exercées par les manifestants ». Nous ne parlerons cependant pas de la polémique sur les propos qu’a pu tenir Eric Drouet. En effet la seule revendication des gilets jaunes qui soit évoquée par les médias, c’est celle défendue par les militants de la “ Manif pour tous ”, soit l’abrogation de la loi Taubira. Dire que c’est la première revendication des gilets jaunes, c’est tout simplement faux, et injuste. En effet, déjà, c’est nier le caractère populaire de la manifestation. Les gilets jaunes c’est le peuple, il y a donc forcément des membres de la communauté LGBT dedans. Ensuite c’est couvrir le ras-le-bol du peuple envers le gouvernement bourgeois et capitaliste ! Le peuple en a marre de se faire exploiter, de se faire taxer à outrance pour que Macron puisse faire des cadeaux à (...) Lire la suite »

Les pousse au crime à l’œuvre

Jose ESPINOSA
Depuis 48 heures on assiste à un déchaînement anti-gilets jaunes qui prend une allure d'hallali. Haro sur ces moins que rien, ces séditieux, ces barbares qui empêchent le pays de tourner en rond. Même des anciens ministres, ô combien responsables, appellent à faire feu sur les manifestants, à tirer dans le tas. Que d'idioties peut-on entendre ici et là. Que d'irresponsabilité de la part de ceux qui dirigent le pays, censés être la voix du peuple. Ces gens sont incapables de piger la situation, d'y faire face avec modernité et intelligence. Arc-boutés sur leurs certitudes, ils dénient aux autres le droit de contester, de proposer, d'arbitrer. Leur seule et unique réponse consiste à produire de nouvelles lois répressives, de dresser les gens entre eux, de diviser le pays et organiser le chaos. Ils ne résisteront pas devant l'ampleur de la vague transformatrice. Ils sont trop amateurs et de mauvais amateurs. Regardez l'affaire de la cagnotte solidaire. Crime de lèse-majesté. Tous les censeurs (...) Lire la suite »

Faut-il que les gilets jaunes, la police ou l’armée tirent sur Luc Ferry ?

Maxime VIVAS

Luc Ferry est agrégé de philosophie, docteur d’État en sciences politiques, ancien ministre de la Jeunesse, de l’Éducation nationale et de la Recherche. Rien que ça ! Il est l’auteur de nombreux ouvrages philosophiques et chroniqueur au Figaro et à Radio Classique.

Ce n’est donc pas un sous-développé du bulbe comme Aurore Bergé, Eric Brunet, ou Pierre Haski (j’en ai d’autres, mais…). Sur Radio Classique, il a déclaré, le 7 janvier 2019, que les policiers devaient se servir « de leurs armes, une bonne fois » contre les « salopards d’extrême gauche et d’extrême droite ou des quartiers ». Et comme il a eu peur que cela ne suffise pas, il a appuyé : « On a la quatrième armée du monde, elle est capable de mettre fin à ces saloperies. » Sans même avoir fait une année de philo et un mois à Sciences po, chacun comprend qu’il demande que les policiers, épaulés par l’armée, tirent sur la foule des gilets jaunes. Car, il est évidemment impossible, avant de tirer, de trier entre les idées des manifestants et leur lieu de vie. Impossible de distinguer les gilets jaunes venus pour casser (une infime minorité) et ceux qui s’enragent soudain (comme le boxeur Cristophe Dettinger) au spectacle d’une violence aveugle, déclenchée délibérément par les forces du désordre. Pour avoir (...) Lire la suite »
38 

Le boxeur Dettinger

Assimbonanga

J'écris ce texte à l'instant de l'actualité. C'est l'expression d'un sentiment. S'il comporte des erreurs factuelles, on voudra bien me les signaler.

Le boxeur Dettinger, c’est le héros populaire par excellence. Il nous ramène aux vieux films avec Jean Gabin ou Serge Reggiani, où le gars est poursuivi par un destin fatal qui le fait toujours retomber dans le ruisseau. Personne en France ne plaint Carlos Ghosn, mais tous les petits, les humbles ou les romantiques peuvent se projeter dans Dettinger. Dettinger avec ses difficultés d’élocution, son faible niveau d’instruction mais une conduite jusqu’alors irréprochable. Un père de famille, boxeur au grand cœur, au cœur sensible, sentimental qui manifeste avec fidélité, samedi après samedi, aux côtés de sa compagne. Le montant de la cagnotte de Dettinger vient d’être masqué par l’organisateur. Sa progression spectaculaire choque le bourgeois. Dettinger aura besoin de cet argent pour son avocat, ses frais de justice, l’amende et parce qu’il va perdre son travail. On peut se douter qu’il écopera de prison ferme et probablement de quelque indignité civique si bien que son emploi d’agent territorial lui (...) Lire la suite »
23 
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60
Brèves
*Vivent les gilets jaunes (même si cet accessoire vestimentaire est moche et leurs porteurs hors la loi) !
La Révolution française (parfaitement illégale), qui émerveilla le monde et à laquelle la France doit encore son prestige au-delà de ses frontières ne fut autorisée par personne et elle fut marquée par (...)