RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Les Gilets Jaunes ont quatre ans : les trois plus grandes réussites du Mouvement

Le 1er décembre 2018, les Gilets jaunes se sont annoncés en France et dans le monde, inscrivant leur nom dans les livres d’histoire avec leur graffiti révolutionnaire sur l’Arc de Triomphe, l’un des monuments les plus emblématiques du pays.

Le slogan "Les Gilets jaunes vont gagner" a résonné dans le monde entier, le mouvement devenant la menace la plus importante, la plus organique, la plus dévouée et la plus révolutionnaire qu’un pays occidental ait connue depuis plus d’un demi-siècle.

C’était leur troisième semaine de protestation, et il n’y avait plus de retour en arrière possible.

Le monde ne s’attendait pas à ce qu’un véritable mouvement de résistance naisse en France, un centre impérialiste occidental. Les Français étaient – beaucoup l’ont dit – trop bien-pensants, trop gâtés, trop endoctrinés, et pourtant, pendant les six mois suivants, chaque samedi s’est transformé en zone de guerre dans tout le pays.

La France était entièrement saisie par la frénésie révolutionnaire de l’époque, et c’est parce que le mode de vie français n’est pas aussi extravagant qu’on pourrait le croire.

Les Gilets jaunes ont subi courageusement tout cela – au moins 11 000 arrestations, 1 000 prisonniers politiques, 5 000 manifestants grièvement blessés, 1 000 blessés graves, des dizaines de mutilés à vie et 11 morts.

Il est difficile de dire ce qui est le plus grave : la répression exercée par le régime français ou la façon dont les médias occidentaux et les ONG ont dénigré et ignoré les effusions de sang hebdomadaires, les bombardements de gaz lacrymogènes et les arrestations massives.

Les Gilets jaunes sont une réplique immédiate et permanente aux Occidentaux qui prétendent que leurs gouvernements sont plus protecteurs de la démocratie et moins brutaux que ceux des pays non occidentaux. C’est l’un des trois grands héritages des Gilets jaunes.

La clé pour comprendre les Gilets Jaunes est implicitement comprise par l’Européen moyen, totalement incomprise dans des endroits comme les États-Unis, et a été intellectuellement maîtrisée par les Gilets Jaunes d’avant-garde.

Depuis que le projet paneuropéen a été activé en 2009, il n’a rien donné. Prospérité, stabilité et démocratie – rien de tout cela n’a été mis en œuvre. La France n’est plus vraiment la France – à moins que Bruxelles ne le dise – et elle ressemble de moins en moins à la France chaque jour qui passe, sous un système politique qui est encore nouveau.

Les Gilets Jaunes ont donc vraiment attendu 10 ans avant de se manifester. Ils sont même arrivés après une décennie pleine de grands mouvements sociaux, car la première guerre de l’Union européenne n’était pas une guerre par procuration contre la Russie, mais la guerre sociale qu’elle a menée contre ses propres citoyens.

Le problème n’était pas seulement la grande récession de 2008, mais le fait que l’Union européenne/la zone euro était le seul bloc macroéconomique qui n’a mis en œuvre absolument aucun plan de relance majeur.

Pire encore, sa réponse a été d’imposer de manière antidémocratique des politiques d’austérité d’extrême droite. Les Gilets Jaunes représentaient la "classe des travailleurs pauvres" cimentée par les changements intervenus à Bruxelles, et leurs opposants étaient le "bloc bourgeois" hautement inégalitaire qui ne voyait le projet paneuropéen que dans la lueur arc-en-ciel d’un succès total.

Les Gilets jaunes ont réfuté l’insistance de l’anglosphère, dont les cultures sont politiquement conservatrices, selon laquelle tous les groupes populistes en Occident sont nécessairement d’extrême droite.

Dès décembre 2018, il était clair en France que les Gilets jaunes étaient imprégnés d’économie de gauche, d’anti-impérialisme et d’une conception non islamophobe et moderne d’un patriotisme sain.

Cela explique le taux d’approbation de près de 80 % du mouvement et sa popularité stupéfiante, en particulier dans une France devenue extrêmement cynique en raison des échecs non démocratiques du projet paneuropéen.

S’il fallait donner un mot pour décrire les Gilets jaunes, ce serait "civisme". L’inquiétude pour leurs concitoyens et la spirale descendante des masses non élitaires sont les principaux moteurs de ces révolutions populaires.

Ces concepts simples, évidents et pro-communautaires sont interdits dans les grands médias occidentaux. Il n’y a pas de "classe de travailleurs pauvres" en France. Il n’y a que des Français racistes, arriérés, paresseux, toujours en train de se plaindre. Il n’y a pas de "bloc bourgeois" mais seulement une élite de technocrates éclairés et méritants qui décident pour nous de ce qui constitue la "réalité".

Ce sont véritablement les deux classes de l’Occident du XXIe siècle – oubliez la "classe moyenne", car le projet paneuropéen a donné le coup de grâce à ce que les Reaganomics/Thatcherism ont commencé.

Comprendre pleinement la réalité actuelle des classes sociales de l’Occident et s’y opposer est la deuxième grande réalisation des Gilets jaunes, mais bien sûr, on ne trouve pas de discussion sur les classes dans les médias anglophones.

Cependant, il existe une autre réalisation encore plus importante mais moins discutée, probablement parce qu’elle nécessite une vue d’ensemble de la politique occidentale moderne, qui a commencé en 1789 avec la Révolution française anti-monarchie/anti-aristocrate/anti-privilège.

L’arrivée et la répression des Gilets Jaunes nous rappellent tous les échecs indéniables du "libéralisme". Les Gilets Jaunes ne sont pas vraiment nouveaux mais font partie intégrante de l’histoire révolutionnaire française transportée de 1848 à 1971.

La lutte d’aujourd’hui est la même que celle d’alors. Il s’agit d’une lutte contre le libéralisme élitiste et son cortège : le parlementarisme oligarchique et antidémocratique, le chaos du marché libre, l’idéologie anti-gouvernementale résumée par les coupes d’austérité dans les services sociaux, et l’encouragement à la course au rat pour "devenir bourgeois".

Les Gilets Jaunes ont ramené la France et l’Europe en 1848, lorsque la "Seconde République" a rétabli la monarchie française et revendiqué le manteau de la "Première République" révolutionnaire française. Le libéralisme a été installé pour la première fois et a immédiatement prouvé qu’il était en proie à tous les problèmes décrits ci-dessus.

Le libéralisme s’est révélé être un échec depuis 1848, et les principes libéraux (le terme "néolibéral" est plus couramment utilisé aujourd’hui pour le différencier du "libéralisme" originel discrédité) qui sous-tendent le projet paneuropéen ont échoué aujourd’hui. Ils échouent toujours.

L’arrivée, la passion désespérée et la durabilité des Gilets jaunes en sont la preuve, et montrer l’hypocrisie, la brutalité et l’inefficacité du libéralisme toujours inégalitaire est le troisième et plus grand accomplissement historique des Gilets jaunes.

Le libéralisme, tristement célèbre, ne promet à personne le droit à une existence décente. En 1848, Karl Marx et d’autres socialistes ont démontré ces faits à propos des démocraties libérales occidentales. Les Gilets jaunes nous ont ramenés à ces vérités politiques et sociales incontournables.

Pourquoi les Gilets Jaunes ont-ils "échoué" ? Tout simplement parce que le gouvernement français a fait fuir les gens par des tactiques musclées telles que la violence, les lourdes amendes, les arrestations et les emprisonnements. C’est la raison pour laquelle leurs manifestations ont lentement perdu de leur ampleur, par peur de la répression de l’État.

Cette crainte a eu des conséquences dramatiques et durables : les Français sont passés du statut de nation la plus active politiquement en Occident à celui de nation apathique et non impliquée, typique des démocraties libérales occidentales.

L’apathie qui a entouré la réélection du président français Emmanuel Macron cette année était tout à fait atypique pour le pays, mais elle a montré que rien ne pouvait arrêter la volonté des 1% et de leurs larbins fanatiques du "bloc bourgeois".

Les Gilets jaunes ont récemment défilé pour commémorer leur quatrième anniversaire, mais vous n’en avez probablement pas entendu parler. Vous n’avez probablement pas non plus entendu dire qu’ils défilent chaque samedi depuis le début de la "saison 2" en octobre 2021, après une pause d’un an et demi due au coronavirus, qu’aucun dirigeant mondial n’a embrassé avec plus de joie et de soulagement que Macron. Cependant, le black-out médiatique sur ces événements a en fait commencé en juin 2020.

La France n’est plus saisie par la ferveur révolutionnaire, mais les Gilets jaunes ne sont pas partis. Le citoyen moyen a rangé son gilet jaune réfléchissant là où la loi l’autorise – dans la voiture – mais le réseau, les relations et les expériences créés par ce mouvement extraordinaire garantissent qu’ils reviendront un jour.

Et ils reviendront. L’histoire du libéralisme occidental a prouvé à maintes reprises que le droit de la personne moyenne à vivre décemment ne sera jamais garanti.

Ramin Mazaheri est le correspondant en chef à Paris de PressTV et vit en France depuis 2009.

Le site web de Press TV est également accessible aux adresses alternatives suivantes :

www.presstv.ir

www.presstv.co.uk

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

»» https://www.presstv.ir/Detail/2022/12/04/693884/France-Yellow-Vests-4-...
URL de cet article 38409
  

LA FIN DU CAPITAL - Pour une société d’émancipation humaine
André Prone
Le capitalisme fait subir aux peuples sa crise mondiale. Mais derrière les terribles épreuves de ses ruses alternatives pour en sortir et malgré l’échec douloureux des pseudo-socialismes laissant place à un entredeux mondes, se construit pas à pas une nouvelle conscience sociale qui apprend, dans la révolte parfois désespérée ou la révolution, à combattre la corruption et les dérives mafieuses d’un système profondément gangrené. Les deux conflits mondiaux au nom de l’Empire et de la Barbarie, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Soit dit en passant, c’est une chose assez hideuse que le succès. Sa fausse ressemblance avec le mérite trompe les hommes.

Victor Hugo

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.