RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
19 

Russie/Occident : un conflit de civilisation ?

Je suppose que vous l’avez remarqué, mais certains commentateurs insistent lourdement sur le caractère civilisationnel du conflit entre l’OTAN et la Russie. Entre un monde occidental "progressiste" et un monde slave "conservateur", il y aurait une sorte de confrontation morale et sociale, voire d’antagonisme irréductible aux allures sinistres de "choc des civilisations".

Entre les partisans du laisser-faire sociétal et les tenants de l’ordre naturel, entre un monde orthodoxe attaché à ses traditions et un monde occidental dominé par l’individualisme jouisseur, l’affrontement n’est-il pas inévitable ? Bien sûr, cette grille de lecture n’est pas totalement fausse. Si elle l’était, le conservatisme russe n’en ferait pas habilement son cheval de bataille, et cette attitude ne lui vaudrait pas la sympathie des milieux traditionalistes jusqu’en Europe.

Il se pourrait aussi, pourtant, qu’elle soit l’arbre qui cache la forêt. Car l’affrontement entre l’Est et l’Ouest, en réalité, est une tendance lourde de la politique mondiale depuis la guerre de Crimée (1853-1856). C’est le résultat du patient travail de sape entrepris par les puissances maritimes, depuis le XIXème siècle, pour contenir la puissance eurasiatique. Tellement profonde qu’elle en épouse les plis géologiques, cette rivalité continentale ressemble davantage à la tectonique des plaques qu’à une sombre querelle sur les systèmes familiaux.

C’est d’ailleurs ce qu’a montré l’accentuation du conflit russo-occidental à partir de 1917, la haine du communisme soviétique prenant aussitôt le relai de la peur de l’ogre tsariste, de même que, depuis trente ans, le rejet de la Russie moderne a pris le relai de l’antisoviétisme hérité de la Guerre froide. En matière de russophobie, qu’importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse !

En bref, que Moscou soit sous la coupe du Tsar, des bolcheviks ou de Vladimir Poutine, la russophobie occidentale est une constante historique. Et si la Russie a toujours été dans le collimateur de l’impérialisme, c’est tout simplement parce que la domination planétaire du monde anglo-saxon est incompatible avec l’existence d’un pôle de puissance concurrent.

A ce titre, l’hostilité occidentale envers la Russie relève bel et bien de la structure et non de la conjoncture. Mais est-ce pour autant une guerre de civilisation ? L’Occident veut-il régler son compte à la Russie parce qu’elle interdit la Gay Pride ? L’OTAN menace la Russie parce qu’on y pratique une "sexualité reproductive" alors que l’Ouest pratique une "sexualité récréative" ?

Si l’opposition entre les valeurs "traditionnelles" et les valeurs "modernes" a quelque réalité – il faudrait être aveugle pour le nier, et ce quelles que soient ses préférences subjectives en la matière, je doute néanmoins qu’elle ait la portée explicative qu’on lui attribue volontiers des deux côtés.

Malheureusement pour la compréhension des ressorts du conflit, ce penchant pour le paradigme culturaliste est partagé, à la fois, par le nationalisme russe slavophile, par les milieux de droite européens et par leurs adversaires occidentaux qui, de leur point de vue, y trouvent matière à incriminer la prétendue arriération de la Russie.

Pour tenter de comprendre ce qui se passe dans cette partie du monde, il me semble en résumé que nul n’est tenu d’adhérer à cette grille de lecture, et encore moins d’en faire LA grille de lecture. Ce qui ne préjuge en rien de la sincérité avec laquelle les uns et les autres adoptent un point de vue qui occupe une place croissante, à tort ou à raison, dans les discours sur le conflit en cours.

URL de cet article 38408
  

« Cremada » de Maïté Pinero
Bernard Revel
Prix Odette Coste des Vendanges littéraires 2017 Maïté Pinero est née à Ille-sur-Têt. Journaliste, elle a été correspondante de presse en Amérique Latine dans les années quatre-vingts. Elle a couvert la révolution sandiniste au Nicaragua, les guérillas au Salvador et en Colombie, la chute des dictatures chiliennes et haïtiennes. Elle a écrit plusieurs romans et recueils de nouvelles dont « Le trouble des eaux » (Julliard, 1995). Les huit nouvelles de « Cremada », rééditées par Philippe Salus, illustrent (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Chaque prétendant à l’Empire claironne à l’extérieur qu’il veut conquérir le monde pour y apporter la paix, la sécurité et la liberté, et qu’il sacrifie ses enfants dans un but éminemment noble et humanitaire. C’est un mensonge, et un vieux mensonge, et pourtant des générations se succèdent et y croient !

Si les Etats-Unis ont la prétention de devenir un Empire, comme c’est la cas pour la plupart des nations, alors les réformes internes seront abandonnées, les droits des états seront abolis - pour nous imposer un gouvernement centralisé afin de renier nos libertés et lancer des expéditions à l’étranger.

Alors le Rêve Américain mourra - sur des champs de batailles à travers le monde - et une nation conçue dans la liberté détruira la liberté des Américains et imposera la tyrannie pour assujettir les nations.

George S. Boutwell - (1818-1905), Secrétaire du Trésor sous le Président Ulysses S. Grant, Governeur du Massachusetts, Sénateur and Représentant du Massachusetts

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.