RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

On juge désormais des malheureux à huis clos, sans publicité, dans la nuit et en aveugle

Sous Covid, la justice reste équi(ren)table

Lors de son audition à l’assemblée nationale le 8 avril dernier, la garde des sceaux l’a assuré aux députés présents ou connectés, « le confinement a remis en cause le fonctionnement de nos juridictions », en sorte que la Justice ne s’occuperait désormais plus que « des contentieux prioritaires ». Vraiment ? Pourtant, tournent aujourd’hui à plein régime les audiences de comparutions immédiates, qui ne sont certainement pas essentielles à « préserver l’Etat de droit » en cette période spéciale, comme elle nous l’assure.

Alors que sévit la pandémie de Covid -19, le cours de la justice est au ralenti, et même en pause. Les audiences civiles, commerciales, prud’homales ou administratives sont renvoyées sine die, sauf celles fondées sur l’urgence. Quant aux affaires pénales, les chambres correctionnelles et les Cours d’assises sont « fermées » pour confinement, comme l’a bien souligné Mme Belloubet. Les affaires pendantes et les nouvelles sont donc renvoyées, souvent aux calendes, et seuls sont plaidés les contentieux de la liberté, c’est-à-dire portant sur la détention provisoire de justiciable encore présumés innocents, ou l’application des peines des condamnés. Mais on continue également à juger certaines affaires sur le fond, en comparutions immédiates. Celles-là se tiennent, tous les jours, week-end compris, ce qui interroge sur la politique pénale du moment, alors qu’on nous assigne à « rester chez [n]ous ».

Reprenons. L’ordonnance n°2020-303 du 24 mars dernier se donne pour vocation, comme son libellé l’indique, de « permettre la continuité de l’activité des juridictions pénales essentielle au maintien de l’ordre public ». On comprend bien que juger du placement en détention provisoire d’un individu interpellé pour une attaque au couteau, comme ce fut le cas à Romans-sur-Isère, s’inscrive dans cette ratio legis. Mais si l’on regarde concrètement la situation judiciaire actuelle, on tombe sur ce paradoxe que de telles affaires, criminelles, les meurtres, assassinats, viols, actes de terrorisme qui troublent le plus intensément l’ordre public, que connaissent normalement les cours d’assises du pays, sont repoussées à l’après confinement, alors que tous les jours, on juge des affaires de vols à la tire, deals de cannabis au pied des barres d’immeuble, de coups et les bagarres en tous genres en comparution immédiate. Le principe de précaution sanitaire prévaut sur l’impératif d’ordre public en matière criminelle, mais pas lorsqu’il s’agit de moindres forfaits et menus larcins.

Expliquons. La procédure de comparutions immédiates, c’est la procédure (pour l’essentiel) des flagrants délits. Lorsque vous êtes pris sur le fait, et qu’a priori l’évidence est accablante, on vous juge dans l’instant, immédiatement ou presque. Le traitement des affaires est ainsi à géométrie variable et celui qui en décide, c’est le Ministère public. C’est lui qui dicte l’orientation des affaires et qui préjuge, en somme, les cas selon des critères plus ou moins objectifs : tel dossier fera l’objet d’une instruction (obligatoire pour les crimes, d’usage pour les délits en col blanc), d’une convocation ou d’une citation à date lointaine. Pour ces affaires-là, le fond n’est pas évoqué. Dans l’entre-temps, le justiciable est alors susceptible d’un placement en détention provisoire, notamment s’il ne présente pas de garanties de représentation suffisantes, ce qui va alors être le cas de l’indigent sans toit, du précaire sans travail et de l’étranger sans papier. Un stop rapide devant le juge des libertés et (surtout) de la détention, et le voilà à l’ombre.

Se pose alors légitiment cette question : pourquoi - et si l’on trouve une cause, comment - l’ordre public serait-il plus maintenu en jugeant dans l’immédiateté et par-delà le risque d’exposition au Covid-19 des intervenants de toute la chaîne policière et judiciaire, les flagrants délits, alors que dans le même temps, les crimes sur les personnes (assassinat, viol, terrorisme etc.) et les infractions économiques (évasion, fraude fiscale, blanchiment, corruption, etc.) pour ne citer que celles-là, vont être gelées par le moratoire judiciaire imposé pour raisons sanitaires ?

C’est là que se dissolvent dans le même creuset, les impératifs de bien rendre justice, de maintenir l’ordre public avec le principe de précaution, pour accoucher d’un deux poids deux mesures inacceptable. En maintenant l’activité du seul tribunal des flagrants délits, c’est un autre objectif qui est visé. Le même qui est par ailleurs assigné à la Médecine hospitalière : la rentabilité de la Justice.

Voyons. D’abord, on juge à cet instant comme on soigne. Avec les moyens du bord, c’est-à-dire avec moins de juges, moins de greffiers, moins de tribunaux qui ferment au même rythme que les CHU. Ensuite, la justice des comparutions immédiates, c’est la Justice du traitement en temps réel, une conception de la Justice qui remplace la balance par le chronomètre. Surgissant au début des années 1980, il s’est aiguisé au fil des ans pour devenir un instrument permettant de juger vite, vite et mal, avec comme corollaire le tout carcéral. En matière judiciaire, vitesse rime avec précipitation et précipitation avec sévérité. C’est là une constante que des années de barre permettent de vérifier. Le temps amène à la tempérance et dans bien des cas, l’ancienneté des faits à une certaine clémence. C’est l’une des raisons amenant les plaideurs en comparution immédiate à solliciter dès qu’ils le peuvent (lorsque leurs clients présentent des garanties de représentation suffisantes) le renvoi de leurs dossiers.

En cette période de crise sanitaire, ce que l’on recherche avant tout en laissant se tenir les comparutions immédiates, c’est la performance statistique. La chancellerie doit pouvoir se gargariser de sentences en chiffres, comme on compte les morts tous les soirs au JT. La qualité s’efface ainsi devant le nombre : le traitement en temps réel, c’est le fordisme appliqué à l’industrie judiciaire. C’est ainsi. Fi du principe de précaution sanitaire limitant l’activité des tribunaux à l’essentiel, en France, qu’importe la pandémie qui se propage dans les maisons d’arrêt et les centres de détention, tous les jours, on charge, dans un flagrant délire, le juge correctionnel de tenir son office. Les geôles continuent alors de se remplir, débordent d’une surpopulation carcérale et deviennent de véritables « clusters » qui montent en température au fil des nouveaux entrants possiblement porteurs du virus.

Concluons. Le covid -19 a bel bien infecté le logiciel judiciaire, et l’on ne cherche surtout pas à installer d’antivirus. Car à y regarder par le prisme sociologique, on découvre que le phénomène judiciaire de la comparution immédiate ne concerne pas tout le monde. En tous cas pas dans les mêmes proportions. Dans la grande majorité des cas, on y juge les plus démunis d’entre nous, les plus précaires financièrement, socialement mal ou peu insérées, naviguant entre chômage et RSA, entre foyers et la belle étoile, d’un quartier populaire vers une obscure banlieue, ou vice versa. Ceux-là sont aussi, souvent, très souvent, étrangers ou d’origine étrangère. Magrébins, africains, slaves garnissent ainsi les box des prétoires de la France confinée ou d’avant. On y trouve aussi des révoltés, manifestants en gilets jaunes ou sans. C’est la justice de « ceux qui ne sont rien », comme se les représente le Président avec une morgue de classe affligeante. Pas celle du trader cocaïnomane, ni des jeunes gens des beaux quartiers défoulant leur ivresse le pied au plancher de la voiture à papa. Bref, on y juge les classes populaires et les SDF. A ceux-là, l’impératif du jugement en temps réel. Aux autres le bénéfice d’un différé après confinement. Alors il faut se rendre à la Fontaine, selon que vous soyez riche ou misérable, les jugements de cours…

Bérenger Tourné (avocat))

Post-scriptum. Justice Covid oblige, ces comparutions immédiates ne se déroulent plus sous nos yeux. Ni ceux de la presse. On juge désormais dans la nuit et en aveugle, à huis clos, avec la bienveillance d’un Conseil d’Etat qui a décidé de rester sourd, alors par ailleurs que le Conseil constitutionnel s’est assigné à demeurer muet le temps du confinement. Pandémie n’y fait rien, et pourtant, chaque jour on juge des malheureux sans publicité, en s’en lavant les mains avant, en mettant un masque sur les principes pendant, et en les confinant en détention, après.

(L’illustration est un ajout du GS).

URL de cet article 35986
   
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

LA CRISE, QUELLES CRISES ?
Eric TOUSSAINT, Damien MILLET
Les médias et les économistes de la tendance dominante donnent généralement à propos d’un phénomène aussi profond qu’une crise des explications partielles, partiales et biaisées. Cette vision teintée de myopie caractérise tout ce qui touche aux questions économiques. Damien Millet et Eric Toussaint en spécialistes de l’endettement lèvent le voile sur les racines profondes et durables du déséquilibre économique qui caractérise toute la vie sociale. En 2007-2008 a éclaté la crise financière internationale (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Au Salvador, les escadrons de la mort ne tuent pas simplement les gens. On les décapite, on place leurs têtes sur des piques et on garnit ainsi le paysage. La police salvadorienne ne tuait pas seulement les hommes, elle coupait leurs parties génitales et les fourrait dans leurs bouches. Non seulement la Garde nationale violait les femmes salvadoriennes, mais elle arrachait leur utérus et leur en recouvrait le visage. Il ne suffisait pas d’assassiner leurs enfants, on les accrochait à des barbelés jusqu’à ce que la chair se sépare des os, et les parents étaient forcés de garder."

Daniel Santiago,prêtre salvadorien
cité dans "What Uncle Sam Really Wants", Noam Chomsky, 1993

Commandos supervisés par Steve Casteel, ancien fonctionnaire de la DEA qui fut ensuite envoyé en Irak pour recommencer le travail.

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.