RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Coronavirus

habemus regem

Vladimir MARCIAC

Nous avons un roi.

Toute la presse nous l’annonce : le roi va décider, seul, car tel sera son bon plaisir, si dans les jours à venir, 67 millions de Français resteront reclus chez eux ou autorisés à sortir, et combien d’heures, et jusqu’à quelle heure, et dans un rayon de combien de kilomètres, et pour faire quoi.

Naguère, pour prendre des décisions qui touchent tous les Français, nous avions un système démocratique avec un parlement (députés et sénateurs). Le gouvernement gouvernait et, tous les mercredis, un porte-parole nous informait des décisions prises en Conseil des ministres. Si les mesures pouvaient être déclinées en fonction des lieux, nous avions des conseils régionaux, départementaux et des conseils municipaux. A présent, et sans que nous y prenions garde, le pouvoir de décision appartient à un homme. La confiscation du pouvoir par Macron est devenue si banale, que les médias nous l’annoncent ainsi : 20 Minutes : Coronavirus : Emmanuel Macron se donne de 8 à 10 jours pour relâcher ou resserrer les contraintes Le Figaro : Covid-19 : Macron se donne « huit à dix jours » pour décider d'une évolution des restrictions Y ! : Coronavirus : Emmanuel Macron se donne "8 à 10 jours" avant de relâcher ou resserrer les contraintes Orange : Covid-19 : Macron se donne 8 à 10 jours pour relâcher ou resserrer les (...) Lire la suite »

Coronavirus : Une mutation anthropologique.

Jean-Claude PAYE, Tülay UMAY
La notion d’état d’urgence juridique nous est familière. Elle fait partie de notre vie depuis une vingtaine d’années, que l’état d’urgence ait été déclaré comme en France ou qu’il résulte simplement d’une transformation constante du droit pénal détruisant, au nom de la « lutte contre le terrorisme », l’essentiel des libertés collectives et individuelles. Ce processus, ayant pour objet la suppression de l’État de droit, a été nommé « état d’urgence permanent ». A cette transformation, au niveau du droit, s’ajoute aujourd’hui une notion « d’état d’urgence sanitaire ». Ici, dans l’état d’urgence sanitaire, le droit n’est pas suspendu, ni même supprimé, il n’a plus lieu d’être. Le pouvoir ne s’adresse plus à des citoyens, mais seulement à des malades ou à des porteurs potentiels de virus. Lorsque le droit est suspendu dans l’état d’urgence ou supprimé dans le cadre de la dictature, sa place demeure, même si elle reste inoccupée. Dans « l’état d’urgence sanitaire », c’est sa place même qui disparaît. Le droit n’est plus simplement (...) Lire la suite »
20 

La guerre des vaccins ? A peine arrivé, Spoutnik V déjà face à l’hostilité.

RT France

Après l'annonce par Vladimir Poutine de l'enregistrement d'un vaccin contre le Covid-19 « pour la première fois au monde », les réactions sceptiques, voire hostiles, ne se font pas attendre. Une vingtaine de pays ont pourtant déjà commandé des doses. « Pour la première fois au monde, un vaccin contre le nouveau coronavirus a été enregistré » : l'annonce faite ce 11 août par Vladimir Poutine lors d'une visioconférence, n'est pas passée inaperçue. Particulièrement fier de cette prouesse, la Russie a mis en place un site internet en sept langues visant à présenter à la face du monde Spoutnik V (V pour vaccin), nommé en référence au satellite soviétique pionnier de la recherche spatiale.

Vladimir Poutine a expliqué espérer que le pays lancerait rapidement une « production de masse » de doses, prévue pour septembre, pour que « tous ceux qui le souhaitent » puissent se faire vacciner. « Je le répète, il a passé tous les tests nécessaires », [a-t-il souligné6 https://sputnikvaccine.com/]. Si la vaccination sera particulièrement réservée au marché domestique russe, sur une base de volontariat, comme l'a annoncé ce 12 août en conférence de presse le ministre de la Santé Mikhaïl Mourachko, 20 pays étrangers ont d'ores et déjà précommandé plus d'un milliard de doses, d'après TASS. Pourtant, à l'international, l'annonce a reçu un accueil parfois mitigé... voire hostile. A commencer par la France dans l'attente « de grands laboratoires pour disposer d’un vaccin ». « Je n’ai pas à donner ma confiance à ce vaccin russe », a ainsi lancé le ministre français de la Santé Olivier Véran, en déplacement à la Grande-Motte, près de Montpellier, le 11 août, estimant que la France et les Européens étaient « dans (...) Lire la suite »
24 

Hommage aux pays socialistes dans la lutte contre la Covid-19

PRCF 94
Les militants du Pôle de Renaissance Communiste en France dans le Val-de-Marne (94) ont organisé le jeudi 16 juillet un petit rassemblement devant l’hôpital Henri Mondor de Créteil, en hommage à la lutte des pays socialistes contre la Covid-19. Devant une banderole, il y a eu deux prises de paroles : une pour rappeler le rôle hautement bénéfique de l’attitude des pays socialistes dans la crise et l’importance du monde du travail pour la vie de la nation, la seconde pour donner des éléments concrets de politiques mises en œuvre par ces pays. A contrario de la catastrophe française, les pays socialistes comme le Vietnam, le Laos, Cuba ou la Chine, ou socialisants comme le Venezuela, ont su gérer la crise sanitaire malgré de nombreuses difficultés. Le Vietnam et le Laos n’ont connu aucune victime de la maladie, Cuba a su réguler la contamination et la Chine, malgré son statut de premier pays touché, fut capable de mobiliser afin de faire respecter des consignes claires et protéger sa population, à tel (...) Lire la suite »
11 

Les bricoleurs de virus nous posent un problème de sécurité nationale et même mondiale

Liliane HELD-KHAWAM
Alors que l’on nous promet Paix-Prospérité-Sécurité, avec le sous-entendu que la Communauté internationale ne veut plus de guerre, celle-ci a oublié de contrôler ce qu’il se passait dans ses laboratoires de haute sécurité, leur finalité, et les risques qu’ils font prendre à l’humanité toute entière. Dans ce papier, nous découvrons comment 3 laboratoires de recherche « scientifique » ont bricolé les virus pour « augmenter » le H5N1 et le rendre contagieux entre humains. On croît rêver, mais il semblerait que la liquidation d’une partie de l’humanité par un virus invisible ne fasse pas peur aux têtes dirigeantes de la Communauté internationale. Non seulement, ils ont laissé faire, mais « la plupart des sociétés savantes sont restées silencieuses. Quant aux autorités américaines, qui fournissent l’essentiel des fonds permettant ces travaux via le National Institute of Health, elles ont rendu publiques, en mars 2013, une série de directives embarrassées « qui sont en fait des tergiversations se résumant à dire “Surtout, (...) Lire la suite »

Les références historiques sont des biens communs !

EVE 76
On ne peut qu’être frappé de l’omniprésence des références historiques par ceux qui essaient de penser et d’agir dans la circonstance actuelle, celle du confinement et du déconfinement, et de tout ce qu’elle révèle de l’état du monde. Obscurément ou consciemment, tout le monde sent bien que nous en sommes arrivés à une fin de cycle, où toutes les solutions actuellement en place pour assurer notre existence collective ont épuisé leurs vertus tandis que leurs négativités s’accumulent. La crise sanitaire cristallise la conscience du moment historique La survenue d’une épidémie imposant un confinement des populations nous apparaissait jusqu’à peu comme un fait du passé. La mémoire collective se souvient de la grippe espagnole, dans le sillage de la première guerre mondiale, mais les grippes asiatiques de 1957-1958 (dont on ne sait pas si elles ont occasionné 11 000 ou 100 000 morts !) et celle de Hong-Kong, entre 1968 et 1970, (30 000 morts), ont été totalement oubliées. Aucune n’avait entraîné un confinement, (...) Lire la suite »

A qui confieriez-vous votre vie ? Voilà la question !

Dominique MUSELET
BFM TV, une des TV officielles de la Macronie, s’est apparemment sentie obligée d’interviewer le Professeur Raoult après que l’émission « 24 heures Pujadas » a réalisé un record historique d’audience, avec plus de 720 000 téléspectateurs, grâce à ce même professeur, quelques jours auparavant. L’interview BFM TV a dû se déplacer à Marseille, vu que l’illustre professeur n’a ni le temps, ni l’envie, de monter à la capitale. La TV a dépêché une de ses journalistes vedettes, Madame Ruth Elkrief, accompagnée d’une débutante, aussi sotte qu’effrontée, qu’elle a protégée, avec l’énergie d’une mère poule, des coups de patte de l’ours Raoult, tout au long de l’interview. Dépêchez-vous, avant que BFM TV ne les efface, d’aller lire les commentaires sous la vidéo, c’est un vrai régal. C’est quelqu’un ce professeur Raoult ! Il a réussi à résister à l’entreprise d’abaissement du débat dans laquelle essayaient de l’entraîner, sans relâche, les deux pimbêches de BFM TV. Il a réussi à dire ce qu’il avait à dire, sans que cela cesse un (...) Lire la suite »
31 

Coronavirus : le grand révélateur !

Jose ESPINOSA
Nous y sommes. Après deux mois de confinement, l'heure du dé-confinement a sonné. Avec la même précipitation, dans l'incohérence parfaite, sans organisation pensée, avec pour seule ambition remettre l'économie en branle pour ne pas être dépassés par nos concurrents notamment allemands. A coups de forcings : zones rouges passées vertes en 24h, un conseil scientifique étrangement muet, l'éducation nationale utilisée pour faire pression sur les parents obligés de retourner au turbin sans toutes les précautions nécessaires, pression abjecte du patronat automobile et de l'aviation, toujours pas de masques gratuits hormis ceux mis à disposition par des mairies, des collectivités locales et de nombreux particuliers, couturières souvent. Espérons que la deuxième vague n'apparaisse jamais. Saluons ici les efforts des personnels soignants qui au prix d'un lourd tribut ont permis de circonscrire la pandémie. Remercions les personnels de la distribution, des services publics, les salariés, ces premiers de corvée, (...) Lire la suite »
11 

Opération virus : c’est le tour des millenials

Fulvio GRIMALDI

L'article réagit à deux mesures du gouvernement italien : port du masque obligatoire pour les enfants à partir de six ans, et création d'un corps de 60 000 assistants civiques pour faire respecter la distanciation sociale.

Nouvelle pédagogie : baptisés, masqués, vaccinés En tout premier lieu, en rapport avec le sujet du texte, je vous invite vivement à lire cet appel en défense des mineurs attaqués par l'opération virus https://youtube.be/rvNMLEK_XW0 Paolo Rossi « Era meglio morire da piccoli » [Il aurait mieux valu mourir petits] Dehors les mioches ! Ou dedans ! D'occasions de parler de la guerre d'extermination des vieux, conduite par les apôtres du Messie Coronavirus, on ne nous en a que trop offert, soutenues par l'évidence aveuglante du peu de considération qu'on a pour ces individus inutiles, coûteux, improductifs, souvent grincheux et, surtout, dépositaires de mémoires gênantes. Nous en avons eu beaucoup moins de mesurer le degré d'hostilité mis en œuvre pour se libérer d'une autre catégorie d'humains coûteux, parasitaires et souvent insolents, les mioches. Ce n'est pas la première fois, si nous partons de l'épisode du massacre des innocents d'Hérode, que nous ont refilé les auteurs de la Bible, et qu'on imite (...) Lire la suite »
13 
Où il est dit que le coupable serait le vison

Le pangolin est innocent et la Chine a le dos trop large.

Yann Faure

Dès le mois de février les mitrailleuses médiatiques ont haché en charpie le pangolin et la Chine faussement présentée comme sa "patrie". Depuis le malheureux petit animal écaillé, victime d'une erreur judiciaire, a disparu des écrans qui font l'histoire. Pour ce qui est de la Chine, rien ne montre que les descendants de Mao sont à l'origine du Covid 19... Aujourd'hui le doute vient bien plus du vison, celui qui est martyrisé en cages pour que les bourgeoises et les poules de luxes n'aient pas froid en hiver. Allons donc, le mal viendrait du capital !

Le pangolin n'y est pour rien et ça change tout. Ça change tout car la responsabilité du calvaire pandémique enduré sur les cinq continents pourrait bien se situer du côté du luxe, de la richesse ostentatoire, de l'imposition mondialisée d'une forme de réussite sociale évaluée à la seule aune de ce qu'on possède et porte sur le dos. Le pangolin n'y est pour rien, mais la production industrielle de fourrure à destination d'acheteurs fortunés en revanche y est pour tout. Le vison serait l'animal intermédiaire du coronavirus légué par la chauve-souris à notre espèce. Pas n'importe quel vison, le vison sauvage, élevé en batterie dans des cages. Le vison, né en captivité, élevé dans des usines, dépecé par dizaines de milliers dans chaque unité aussi bien de l'Eure-et-Loir que dans le Wisconsin, en Pologne, au Danemark et en Chine. Ou en Hollande, où plusieurs cas d'opérateurs malades du covid-19 ont été recensés. Selon l'OMS, il est très probable que les premières transmissions d'animal à humain ont eu lieu (...) Lire la suite »
12 
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 160