RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Un jour sombre pour les États-Unis

En permettant au gouvernement des EU de contraindre Julian Assange à plaider coupable d’un crime qu’il n’a pas commis, le pays s’est condamnée à être un pays où dire la vérité est un crime.

“La presse devait servir les gouvernés, pas les gouvernants. Le pouvoir du gouvernement de censurer la presse a été aboli afin que la presse reste à jamais libre de censurer le gouvernement. La presse a été protégée afin qu’elle puisse dévoiler les secrets du gouvernement et informer le peuple. Seule une presse libre et sans entraves peut effectivement dénoncer les tromperies du gouvernement. Et parmi les responsabilités primordiales d’une presse libre figure le devoir d’empêcher toute partie du gouvernement de tromper le peuple et de l’envoyer dans des pays lointains pour y mourir de fièvres étrangères et de fusillades et d’obus étrangers“.

Juge Hugo Black, The New York Times contre les États-Unis, 1971

Julian Assange a comparu devant un tribunal des EU sur l’île de Saipan, où il devrait plaider coupable d’une seule infraction à la loi sur l’espionnage, à savoir le complot en vue d’obtenir et de divulguer des informations relatives à la défense nationale.

Julian Assange n’est coupable d’aucun crime. C’est le gouvernement des États-Unis qui agit en violation de la loi et, en supprimant le devoir de Julian Assange en tant qu’éditeur de révéler les tromperies du gouvernement sur les crimes de guerre commis par les militaires en Irak et d’autres mensonges et tromperies perpétrés par le département d’État et le département de la Défense, au mépris flagrant du premier amendement de la Constitution des États-Unis.

En soumettant Julian Assange à cinq ans d’emprisonnement dans des conditions horribles dans une prison britannique de haute sécurité, où il a été maintenu à l’isolement 23 heures par jour, le gouvernement des EU a brisé l’esprit et la volonté d’un homme dont la cause en était venue à personnifier la question fondamentale de la liberté d’expression.

Le rapporteur spécial des Nations Unies pour les droits de l’homme, Juan E. Mendez, a déclaré que “l’isolement cellulaire [en tant que punition] ne peut être justifié pour aucune raison, précisément parce qu’il impose une douleur et une souffrance mentales intenses qui vont au-delà de toute rétribution raisonnable d’un comportement criminel et constituent donc un acte défini comme de la torture”.

Chaque citoyen des EU, qu’il soit journaliste ou simple personne croyant au droit fondamental de la liberté d’expression et de la liberté de la presse, doit comprendre la signification de l’accord conclu avec Julian Assange : il s’agit d’une attaque frontale contre la liberté d’expression, qui renverse de fait la décision historique de la Cour suprême dans l’affaire The New York Times contre The United States, à l’origine des mots prononcés par Hugo Black en défense de ce droit fondamental.

Qu’il n’y ait aucun doute : Julian Assange est libre, mais la liberté d’expression et la notion de presse libre sont mortes aux EU aujourd’hui, tuées par notre passivité collective face à la brutalisation de Julian Assange par le gouvernement pour le “crime” d’exposer ses crimes à la vue du monde entier.

La vérité ne nous libère plus.

Au contraire, mettre en lumière la vérité qui dérange est devenu un crime.

Les États-Unis sont bien pires aujourd’hui qu’ils ne l’étaient avant que le gouvernement ne contraigne Julian Assange à plaider coupable.

C’est un jour sombre dans l’histoire de notre pays.

Scott Ritter, 25 Juin 2024

Source : Scottritter.substack

»» https://arretsurinfo.ch/un-jour-sombre-pour-lamerique/
URL de cet article 39709
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Washington contre Cuba.
Salim LAMRANI
WASHINGTON CONTRE CUBA - L’affaire des Cinq. Un demi-siècle de terrorisme, dirigé par Salim Lamrani. Edition le temps des cerises Textes de : Howard Zinn, Noam Chomsky, William Blum, Michael Parenti, Piero Gleijeses, Ignacio Ramonet, Leonard Weinglass, Wayne S. Smith, Saul Landau, Michael Steven Smith, James Petras, Jitendra Sharma, Ricardo Alarcon, Gianni Mina, Nadine Gordimer. « Les Etats-Unis n’ont jamais annexé Cuba, mais ils en ont fait une colonie virtuelle jusqu’à ce que, en janvier (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"La visibilité d’un conflit est inversement proportionnelle à notre propre engagement dans celui-ci." John McEvoy

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.