RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

A quoi ressemblerait une guerre contre la Russie

Wendy Sherman pense que son objectif, lors de ses entretiens avec les responsables russes qui débutent lundi, est de leur faire la leçon sur le coût de l’orgueil démesuré. Au lieu de cela, elle est prête à conduire les États-Unis, l’OTAN et l’Europe sur le chemin de la ruine, prévient Scott Ritter.

Avant les pourparlers officiels, la secrétaire d’État étasunienne adjointe Wendy Sherman a rencontré le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergei Ryabkov dimanche à Genève et lui a dit que Washington « accueillerait favorablement de véritables progrès par la diplomatie. » (Mission russe à Genève)

Si une négociation diplomatique cruciale était vouée à l’échec dès le départ, les discussions entre les États-Unis et la Russie sur l’Ukraine et les garanties de sécurité russes en sont la preuve.

Les deux parties n’arrivent même pas à se mettre d’accord sur un ordre du jour.

Du point de vue russe, la situation est claire : « La partie russe est venue ici [à Genève] avec une position claire qui contient un certain nombre d’éléments qui, à mon avis, sont compréhensibles et ont été si clairement formulés – y compris à un haut niveau – qu’il est tout simplement impossible de s’écarter de nos approches », a déclaré à la presse le vice-ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Ryabkov, à l’issue d’un dîner organisé dimanche par la secrétaire d’État adjointe Wendy Sherman, qui dirige la délégation des EU.

M. Ryabkov faisait référence aux demandes formulées par le président russe Vladimir Poutine au président des EU Joe Biden au début du mois de décembre concernant les garanties de sécurité de la Russie, qui ont ensuite été exposées en détail par Moscou sous la forme de deux projets de traités, un traité de sécurité russo-étasunien et un accord de sécurité entre la Russie et l’OTAN.

Ce dernier interdirait à l’Ukraine d’adhérer à l’OTAN et exclurait toute expansion vers l’est de l’alliance militaire transatlantique. À l’époque, M. Ryabkov avait noté de façon laconique que les États-Unis devaient immédiatement commencer à examiner les projets proposés en vue de les finaliser lors de la rencontre entre les deux parties. Aujourd’hui, alors que la réunion commence lundi, il semble que les États-Unis n’aient rien fait de tel.

« Les pourparlers vont être difficiles », a déclaré M. Ryabkov aux journalistes après le dîner de travail. « Elles ne peuvent pas être faciles. Elles seront menées comme pour le business. Je pense que nous ne perdrons pas notre temps demain ». Lorsqu’on lui a demandé si la Russie était prête à faire des compromis, M. Ryabkov a répondu de manière laconique : « Les Américains devraient se préparer à faire un compromis. »

Tout ce que les États-Unis ont été prêts à faire, semble-t-il, c’est de rappeler à la Russie les soi-disant « conséquences graves » si la Russie envahissait l’Ukraine, ce que les États-Unis et l’OTAN craignent comme imminent, étant donné la portée et l’ampleur des récents exercices militaires russes dans la région impliquant des dizaines de milliers de soldats. Cette menace a été faite par Biden à Poutine à plusieurs reprises, y compris lors d’un appel téléphonique initié par Poutine la semaine dernière pour aider à encadrer les discussions à venir.

Pourtant, à la veille de la réunion Ryabkov-Sherman, le secrétaire d’État Tony Blinken a simplement réitéré ces menaces, déclarant que la Russie ferait face à des « conséquences massives » si elle envahissait l’Ukraine.

« Il est clair que nous lui avons proposé deux voies à suivre », a déclaré Blinken, en parlant de Poutine. « L’une passe par la diplomatie et le dialogue ; l’autre passe par la dissuasion et des conséquences massives pour la Russie si elle renouvelle son agression contre l’Ukraine. Et nous sommes sur le point de tester la proposition de la voie que le président Poutine veut emprunter cette semaine. »

Les leçons de l’histoire

Moscou, 23 juin 1941 : Des soldats soviétiques en route pour le front. La pancarte indique : « Notre cause est juste. L’ennemi sera écrasé. La victoire sera la nôtre ! « (Anatoliy Garanin. Licence : CC BY SA 3.0.)

C’est comme si Biden et Blinken étaient sourds, muets et aveugles lorsqu’il s’agit de lire la Russie.

M. Ryabkov a fait allusion à un fait déjà clairement établi par les Russes : il n’y aura aucun compromis lorsqu’il s’agira des intérêts légitimes de la Russie en matière de sécurité nationale. Et si les États-Unis ne peuvent pas comprendre comment l’accumulation de puissance militaire au sein d’une alliance militaire qui considère la Russie comme une menace singulière et existentielle pour la sécurité de ses membres est perçue par la Russie comme une menace, alors ils ne comprennent pas comment les événements du 22 juin 1941 ont façonné la psyché russe d’aujourd’hui, pourquoi la Russie ne permettra plus jamais qu’une telle situation se produise et pourquoi les pourparlers sont condamnés avant même de commencer.

Quant aux menaces étasuniennes, la Russie a donné sa réponse : tout effort visant à sanctionner la Russie entraînerait, comme Poutine l’a dit à Biden le mois dernier, une « rupture complète des relations » entre la Russie et les pays qui tentent d’imposer des sanctions. Il n’est pas nécessaire d’être un étudiant en histoire pour comprendre que la prochaine étape logique après une « rupture complète des relations » entre deux parties qui s’opposent sur des questions relatives à des menaces existentielles pour la sécurité nationale de l’une ou des deux parties n’est pas la reprise pacifique des relations, mais la guerre.

Il n’y a pas de discours mielleux de la part des paons de Foggy Bottom à Moscou, mais plutôt un constat froid et dur : ignorez les demandes de la Russie à vos risques et périls. Les États-Unis semblent croire que le pire scénario est celui où la Russie envahit l’Ukraine, avant de s’effondrer sous la pression soutenue des sanctions économiques et des menaces militaires.

Le pire scénario pour la Russie est celui où elle s’engage dans un conflit armé avec l’OTAN.

En règle générale, c’est le camp le mieux préparé à la réalité d’un conflit armé qui l’emportera.

La Russie se prépare à cette éventualité depuis plus d’un an. Elle a montré à plusieurs reprises qu’elle était capable de mobiliser rapidement plus de 100 000 soldats prêts au combat en peu de temps. L’OTAN a montré qu’elle était capable de mobiliser 30 000 hommes après six à neuf mois de préparatifs intensifs.

La forme de la guerre

À quoi ressemblerait un conflit entre la Russie et l’OTAN ? En bref, à rien de ce à quoi l’OTAN s’est préparée. Le temps est l’ami de l’OTAN dans un tel conflit – le temps de laisser les sanctions affaiblir l’économie russe et le temps de permettre à l’OTAN d’acquérir une puissance militaire suffisante pour pouvoir rivaliser avec la force militaire conventionnelle de la Russie.

La Russie le sait et, par conséquent, toute action russe sera conçue pour être à la fois rapide et décisive.

Tout d’abord, si la Russie décide d’agir contre l’Ukraine, elle le fera avec un plan d’action mûrement réfléchi et auquel des ressources suffisantes ont été allouées pour le mener à bien. La Russie ne s’impliquera pas dans une mésaventure militaire en Ukraine qui pourrait s’éterniser, comme l’ont fait les États-Unis en Afghanistan et en Irak. La Russie a étudié une campagne militaire étasunienne antérieure – l’opération Tempête du désert, de la première guerre du Golfe – et a pris à cœur les leçons de ce conflit.

Il n’est pas nécessaire d’occuper le territoire d’un ennemi pour le détruire. Une campagne aérienne stratégique conçue pour annuler des aspects spécifiques de la capacité d’un pays, qu’elle soit économique, politique, militaire ou tout cela à la fois, associée à une campagne terrestre ciblée visant à détruire l’armée de l’ennemi plutôt qu’à occuper son territoire, est la ligne de conduite probable.

Compte tenu de la suprématie écrasante de la Russie en termes de capacité à projeter une puissance aérienne soutenue par des attaques de missiles de précision, une campagne aérienne stratégique contre l’Ukraine permettrait d’accomplir en quelques jours ce que les États-Unis ont mis plus d’un mois à faire contre l’Irak en 1991.

Sur le terrain, la destruction de l’armée ukrainienne est pratiquement garantie. En termes simples, l’armée ukrainienne n’est ni équipée ni entraînée pour s’engager dans un combat terrestre à grande échelle. Elle serait détruite au coup par coup, et il est plus que probable que les Russes passeraient plus de temps à traiter les prisonniers de guerre ukrainiens qu’à tuer les défenseurs ukrainiens.

Pour qu’une campagne militaire russe contre l’Ukraine soit efficace dans un conflit plus large avec l’OTAN, deux choses doivent cependant se produire : l’Ukraine doit cesser d’exister en tant qu’État-nation moderne, et la défaite de l’armée ukrainienne doit être massivement unilatérale et rapide. Si la Russie est en mesure d’atteindre ces deux objectifs, elle est alors bien placée pour passer à la phase suivante de sa posture stratégique globale vis-à-vis de l’OTAN : l’intimidation.

Alors que les États-Unis, l’OTAN, l’UE et le G7 ont tous promis des « sanctions sans précédent », les sanctions ne comptent que si l’autre partie s’en soucie. La Russie, en rompant ses relations avec l’Occident, ne se soucierait plus des sanctions. De plus, c’est une simple reconnaissance de la réalité que la Russie peut survivre au blocage des transactions SWIFT plus longtemps que l’Europe ne peut survivre sans l’énergie russe. Toute rupture des relations entre la Russie et l’Occident entraînera l’embargo total sur le gaz et le pétrole russes à destination des clients européens.

Il n’y a pas de plan B européen. L’Europe souffrira, et comme l’Europe est composée d’anciennes démocraties, les hommes politiques en paieront le prix. Tous ces politiciens qui ont suivi aveuglément les États-Unis dans une confrontation avec la Russie devront maintenant répondre à leurs électeurs respectifs des raisons pour lesquelles ils ont commis un suicide économique au nom d’une nation adoratrice des nazis et complètement corrompue (l’Ukraine) qui n’a rien en commun avec le reste de l’Europe. La conversation sera brève.

La solution de l’OTAN

Exercice de l’OTAN en Allemagne. (Spc. Ashley Webster/Wikimedia Commons)

Si les États-Unis tentent de renforcer les forces de l’OTAN aux frontières occidentales de la Russie à la suite d’une éventuelle invasion russe de l’Ukraine, la Russie mettra l’Europe devant un fait accompli sous la forme de ce que l’on appellerait désormais le « modèle ukrainien ». En bref, la Russie garantira que le traitement ukrainien sera appliqué aux pays baltes, à la Pologne et même à la Finlande, si elle est assez folle pour chercher à adhérer à l’OTAN.

La Russie n’attendra pas non plus que les États-Unis aient eu le temps d’accumuler une puissance militaire suffisante. La Russie détruira simplement le fautif par la combinaison d’une campagne aérienne destinée à amoindrir la fonction économique de la nation ciblée, et d’une campagne terrestre destinée à annihiler la capacité de faire la guerre. La Russie n’a pas besoin d’occuper le territoire de l’OTAN pendant une longue période – juste assez pour détruire la puissance militaire accumulée par l’OTAN près de ses frontières.

Et – et c’est là que le bât blesse – à moins d’utiliser des armes nucléaires, l’OTAN ne peut rien faire pour empêcher cette issue. Sur le plan militaire, l’OTAN n’est plus que l’ombre d’elle-même. Les anciennes grandes armées d’Europe ont dû cannibaliser leurs formations de combat pour rassembler des « groupes de combat » de la taille d’un bataillon dans les pays baltes et en Pologne. La Russie, quant à elle, a reconstitué deux formations de la taille d’une armée – la 1ère armée de chars de la Garde et la 20ème armée d’armes combinées – datant de l’époque de la guerre froide et spécialisées dans les actions militaires offensives en profondeur.

Même Vegas ne parierait pas sur ce match.

Sherman affrontera Ryabkov à Genève, avec le destin de l’Europe entre ses mains. Ce qui est triste, c’est qu’elle ne le voit pas de cette façon. Grâce à Biden, Blinken et la foule de russophobes qui peuplent aujourd’hui l’État de sécurité nationale étasunien, Sherman pense qu’elle est là pour simplement communiquer à la Russie les conséquences d’un échec diplomatique. Pour menacer. Avec de simples mots.

Ce que Sherman, Biden, Blinken et les autres n’ont pas encore compris, c’est que la Russie a déjà pesé les conséquences et est apparemment prête à les accepter. Et à répondre. Avec des actions.

On peut se demander si Sherman, Biden, Blinken et les autres ont bien réfléchi à tout cela. Il y a fort à parier qu’ils ne l’ont pas fait, et les conséquences pour l’Europe seront terribles.

Scott Ritter est un ancien officier de renseignement du Corps des Marines qui a servi dans l’ancienne Union soviétique pour la mise en œuvre des traités de contrôle des armements, dans le golfe Persique pendant l’opération Tempête du désert et en Irak pour superviser le désarmement des armes de destruction massive.

Traduit par Hervé, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

Publié le 21 janvier 2022 par hervek
Le 10 janvier 2022 – Source Consortium News

»» https://lesakerfrancophone.fr/a-quoi-ressemblerait-une-guerre-avec-la-russie
URL de cet article 37694
  

Même Thème
Ukraine : Histoires d’une guerre
Michel Segal
Préface Dès le premier regard, les premiers comptes-rendus, les premières photos, c’est ce qui frappe : la « guerre » en Ukraine est un gâchis ! Un incroyable et absurde gâchis. Morts inutiles, souffrances, cruauté, haine, vies brisées. Un ravage insensé, des destructions stériles, d’infrastructures, d’habitations, de matériels, de villes, de toute une région. Deuil et ruines, partout. Pour quoi tout cela ? Et d’abord, pourquoi s’intéresser à la guerre en Ukraine lorsque l’on n’est pas même ukrainien ? (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Je pense que l’un des grands défis des Occidentaux, c’est d’être capables de mettre le curseur sur des forces politiques que l’on va considérer comme fréquentables, ou dont on va accepter qu’elles font partie de ce lot de forces politiques parmi lesquelles les Syriennes et les Syriens choisiront, le jour venu. Et je pense que oui, l’ex-Front al-Nosra [Al-Qaeda en Syrie - NDR] devrait faire partie des forces politiques considérées comme fréquentables »

François Burgat sur RFI le 9 août 2016.

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.