RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
15 

L’ordre de Vladimir Poutine de commencer la mobilisation partielle des forces militaires russes

L'ordre de Vladimir Poutine de commencer la mobilisation partielle des forces militaires russes s'inscrit dans la continuité d'une confrontation entre la Russie et une coalition de nations occidentales dirigée par les États-Unis, qui a débuté à la fin de la guerre froide.

La guerre n’est jamais une solution ; il y a toujours des solutions qui auraient pu – et dû – être recherchées par ceux qui sont chargés du destin de la société mondiale avant que l’ordre ne soit donné d’envoyer les jeunes d’une nation se battre et mourir. Tout dirigeant national digne de ce nom devrait chercher à épuiser toutes les autres possibilités de résoudre les problèmes auxquels son pays est confronté.

Si on la considère dans son ensemble, l’annonce faite mercredi par le président russe Vladimir Poutine, lors d’une allocution télévisée au peuple russe, selon laquelle il ordonne la mobilisation partielle de 300 000 réservistes pour compléter les quelques 200 000 soldats russes actuellement engagés dans des opérations de combat sur le sol ukrainien, semble être l’antithèse de la recherche d’une alternative à la guerre.

Cette annonce a été faite parallèlement à une autre qui autorisait la tenue de référendums sur le territoire de l’Ukraine actuellement occupé par les forces russes concernant la question du rattachement de ces territoires à la Fédération de Russie.

Prises isolément, ces actions semblent représenter une attaque frontale contre le droit international tel que défini par la Charte des Nations Unies, qui interdit les actes d’agression d’une nation contre une autre dans le but de s’emparer d’un territoire par la force des armes. C’est ce qu’a affirmé le président des EU Joe Biden lors de son intervention devant l’Assemblée générale des Nations unies, quelques heures après l’annonce de Poutine.

"Un membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies a envahi son voisin, a tenté d’effacer un État souverain de la carte", a déclaré Joe Biden. "La Russie a violé sans vergogne les principes fondamentaux de la Charte des Nations unies".

L’histoire, cependant, est une maîtresse sévère, où les faits deviennent gênants pour la perception. Lorsqu’on l’examine à travers le prisme des faits historiques, le récit promulgué par Biden s’inverse. La réalité est que depuis l’effondrement de l’Union soviétique à la fin de 1991, les États-Unis et leurs alliés européens ont conspiré pour subjuguer la Russie afin de s’assurer que le peuple russe ne soit plus jamais en mesure d’organiser un défi géopolitique à l’hégémonie des EU définie par un "ordre international fondé sur des règles" qui a été imposé au monde au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

Pendant des décennies, l’Union soviétique a représenté une telle menace. Avec sa disparition, les États-Unis et leurs alliés étaient déterminés à ne plus jamais permettre au peuple russe – à la nation russe – de se manifester de la même manière.

Lorsque Poutine a parlé de la nécessité de prendre "des mesures nécessaires et urgentes pour protéger la souveraineté, la sécurité et l’intégrité territoriale de la Russie" contre "les politiques agressives de certaines élites occidentales qui tentent par tous les moyens de maintenir leur suprématie", il avait cette histoire à l’esprit.

L’objectif des États-Unis et de leurs alliés occidentaux, a déclaré M. Poutine, est "d’affaiblir, de diviser et finalement de détruire notre pays" en promulguant des politiques visant à faire en sorte que "la Russie elle-même se désintègre en une multitude de régions et de territoires qui sont des ennemis mortels les uns pour les autres". Selon Vladimir Poutine, l’Occident dirigé par les États-Unis "a délibérément incité à la haine de la Russie, en particulier en Ukraine, à laquelle ils ont réservé le sort d’une tête de pont anti-russe".

La troisième loi du mouvement de Newton, selon laquelle toute action entraîne une réaction égale et opposée, s’applique également à la géopolitique.

Le 24 février, Poutine a donné l’ordre aux forces armées russes de lancer ce qu’il a appelé une "opération militaire spéciale" (OMS) en Ukraine. Il a déclaré que cette décision était conforme à l’article 51 de la Charte des Nations unies et aux principes d’autodéfense préventive collective définis par le droit international.

Les objectifs de cette opération étaient de protéger les républiques nouvellement indépendantes de Lougansk et de Donetsk (désignées collectivement comme la région du Donbass) d’un danger imminent posé par un renforcement des forces militaires ukrainiennes qui, selon la Russie, étaient prêtes à attaquer.

L’objectif déclaré du SMO était de sauvegarder le territoire et la population des républiques de Lougansk et de Donetsk en éliminant la menace posée par les militaires ukrainiens. Pour y parvenir, la Russie s’est fixé deux objectifs principaux : la démilitarisation et la dénazification.

La démilitarisation de l’Ukraine serait accomplie par l’élimination de toutes les infrastructures et structures organisationnelles affiliées à l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord, ou OTAN ; la dénazification impliquerait une éradication similaire de l’odieuse idéologie de l’ultra-nationaliste ukrainien, Stepan Bandera, responsable de la mort de centaines de milliers de Juifs, de Polonais et de Russes ethniques pendant la Seconde Guerre mondiale et au cours d’une décennie de résistance antisoviétique après la fin de la guerre.

À partir de 2015, l’OTAN a formé et équipé l’armée ukrainienne dans le but d’affronter les séparatistes pro-russes qui avaient pris le pouvoir dans le Donbass après l’éviction du président ukrainien pro-russe Victor Ianoukovitch lors d’une violente insurrection, connue sous le nom de "révolution de Maïdan", menée par des partis politiques ukrainiens de droite professant leur loyauté à la mémoire de Stepan Bandera.

L’Ukraine cherchait à adhérer à l’OTAN depuis 2008, en inscrivant cet objectif dans sa constitution. Bien que l’Ukraine n’ait toujours pas adhéré à l’OTAN en 2022, le niveau d’implication de l’OTAN dans les forces armées ukrainiennes en fait une extension de facto de l’alliance de l’OTAN.

La Russie considérait la combinaison de l’adhésion à l’OTAN et de la posture anti-russe du gouvernement ukrainien post-Maidan, lié comme il l’était à l’idéologie de Bandera, comme une menace pour sa sécurité nationale. L’opération militaire spéciale a été conçue pour éliminer cette menace.

Deux phases de l’opération russe

Pendant les six premiers mois environ, l’opération militaire russe a pu être divisée en deux phases distinctes. La première consistait en un effort de type blitzkrieg destiné à soumettre l’armée et le gouvernement ukrainiens à un choc. À défaut, elle était destinée à façonner le champ de bataille de manière à isoler les forces ukrainiennes rassemblées près de la région du Donbass avant leur engagement décisif par l’armée russe lors de la deuxième phase, qui a débuté le 25 mars.

La deuxième phase de l’OMS, la "bataille pour le Donbass", s’est déroulée en avril, mai, juin et juillet, et a impliqué une guerre brutale, de type viande hachée, en terrain urbain et parmi les fortifications défensives qui avaient été préparées par les forces ukrainiennes au cours des huit dernières années.

La Russie a progressé lentement et péniblement, dans une guerre d’usure où elle a infligé des pertes terribles aux forces armées ukrainiennes. L’ampleur des dégâts causés par la Russie à l’armée ukrainienne était telle qu’à la fin du mois de juillet, la quasi-totalité du stock d’armes de l’ère soviétique que l’Ukraine possédait au début de l’OMU avait été détruite, ainsi que plus de 50 % de sa composante militaire active.

Normalement, lorsqu’il évalue des chiffres de pertes de cette ampleur, tout analyste militaire professionnel aurait eu raison de conclure que la Russie avait, en fait, atteint son objectif de démilitarisation, qui aurait logiquement dû être suivi de la reddition du gouvernement ukrainien dans des conditions qui auraient entraîné le type de changement politique fondamental nécessaire pour atteindre l’objectif russe de dénazification et, avec lui, de garantir la neutralité de l’Ukraine.

Mais les forces mêmes que Poutine avait décrites dans son discours de mobilisation ont conspiré pour faire avancer leur programme anti-russe en déversant des dizaines de milliards de dollars d’aide militaire (dépassant, en quelques mois, l’ensemble du budget annuel de la défense de la Russie) destinés non pas à promouvoir une victoire ukrainienne, mais plutôt à accélérer une défaite stratégique russe.

"Alors qu’autrefois, l’objectif premier de l’Occident était de se défendre contre l’invasion [russe]", note le journaliste Tom Stevenson dans une tribune publiée dans le New York Times, "il est devenu l’attrition stratégique permanente de la Russie."

La fourniture d’une aide militaire de cette ampleur a changé la donne, et les forces militaires russes chargées de mettre en œuvre l’OMS n’ont pas été en mesure de la surmonter. Cette nouvelle réalité s’est manifestée dans la première moitié du mois de septembre, lorsque l’Ukraine a lancé une contre-offensive majeure qui a réussi à expulser les forces russes du territoire de la région de Kharkov qui était occupé depuis le début de l’OMS.

Nouveau paradigme de la menace

Si la Russie est parvenue à stabiliser ses défenses et, en fin de compte, à stopper l’offensive ukrainienne, en infligeant un nombre considérable de pertes aux forces attaquantes, la réalité est que la Russie est confrontée à un nouveau paradigme de la menace en Ukraine, qui voit l’armée russe combattre une armée ukrainienne reconstituée, devenue un mandataire de facto de l’alliance OTAN dirigée par les États-Unis.

Confronté à cette nouvelle réalité, Poutine a informé le peuple russe qu’il considérait "nécessaire de prendre la décision suivante, qui répond pleinement aux menaces auxquelles nous sommes confrontés : afin de défendre notre patrie, sa souveraineté et son intégrité territoriale, ainsi que la sécurité de notre peuple et celle de la population et d’assurer les zones libérées, je considère qu’il est nécessaire de soutenir la proposition du ministère de la Défense et de l’état-major général d’introduire la mobilisation partielle dans la Fédération de Russie."

Les États-Unis et leurs alliés de l’OTAN feraient bien de réfléchir à la leçon inhérente à Osée 8:7 – semons le vent, récoltons la tempête.

Ou, en d’autres termes, la troisième loi de Newton est revenue en force.

La décision de Poutine d’ordonner une mobilisation partielle de l’armée russe, associée à la décision d’organiser des référendums dans le Donbass et en Ukraine occupée, transforme radicalement l’OMS, qui passe d’une opération de portée limitée à une opération liée à la survie existentielle de la Russie. Une fois les référendums organisés, et les résultats transmis au parlement russe, ce qui est aujourd’hui le territoire de l’Ukraine fera, d’un seul coup, partie de la Fédération de Russie – la patrie russe.

Toutes les forces ukrainiennes qui se trouvent sur le territoire des régions qui seront incorporées à la Russie seront considérées comme des occupants ; et le bombardement ukrainien de ce territoire sera traité comme une attaque contre la Russie, déclenchant une réponse russe. Alors que l’OMS avait, à dessein, été mise en œuvre pour préserver l’infrastructure civile ukrainienne et réduire les pertes civiles, une opération militaire post OMS sera configurée pour détruire une menace active pour la Mère Russie elle-même. Les gants seront enlevés.

Les États-Unis et l’OTAN face à une décision

Les États-Unis et l’OTAN, qui se sont engagés dans un programme visant à vaincre la Russie par procuration, doivent maintenant décider s’ils poursuivent leur soutien politique et matériel à l’Ukraine et, si oui, dans quelle mesure. L’objectif reste-t-il la "défaite stratégique" de la Russie, ou l’aide sera-t-elle simplement adaptée pour aider l’Ukraine à se défendre ?

Il s’agit de deux objectifs totalement différents.

L’un permet de poursuivre l’attrition de toute force russe cherchant à projeter sa puissance du territoire russe vers l’Ukraine mais, ce faisant, respecte la réalité, sinon la légitimité, de l’incorporation par la Russie du Donbass et des territoires ukrainiens du sud sous occupation dans la Fédération de Russie.

L’autre continue à soutenir la politique actuelle du gouvernement ukrainien et de ses alliés occidentaux, qui consiste à expulser la Russie du Donbass, de l’Ukraine occupée et de la Crimée. Cela signifie attaquer la Mère Russie. Cela signifie la guerre avec la Russie.

De son côté, la Russie se considère déjà en guerre contre l’Occident. "Nous sommes vraiment en guerre avec... l’OTAN et avec l’Occident collectif", a déclaré le ministre russe de la Défense, Sergei Shoigu, dans une déclaration qui a suivi l’annonce de Poutine concernant la mobilisation partielle.

Nous ne parlons pas seulement des armes qui sont fournies en énormes quantités. Naturellement, nous trouvons des moyens de contrer ces armes. Nous pensons, bien sûr, aux systèmes occidentaux qui existent : systèmes de communication, systèmes de traitement de l’information, systèmes de reconnaissance et systèmes de renseignement par satellite.

Dans ce contexte, la mobilisation partielle russe n’est pas conçue pour vaincre l’armée ukrainienne, mais pour vaincre les forces de l’OTAN et de l’"Occident collectif" qui ont été rassemblées en Ukraine.

Et si ces ressources de l’OTAN sont configurées d’une manière que la Russie considère comme constituant une menace pour la patrie russe...

"Bien sûr", a déclaré Poutine dans son discours sur la mobilisation partielle, "si l’intégrité territoriale de notre pays est menacée, nous utiliserons tous les moyens à notre disposition pour défendre la Russie et notre peuple", une référence directe à l’arsenal nucléaire russe.

"Ce n’est pas du bluff", a souligné Poutine. "Les citoyens de Russie peuvent être assurés que l’intégrité territoriale de notre patrie, notre indépendance et notre liberté, je le répète, seront sauvegardées avec tous les moyens à notre disposition. Et ceux qui tentent de nous faire chanter avec des armes nucléaires doivent savoir que la rose des vents peut aussi tourner dans leur direction."

C’est à cela que le monde en est arrivé – une course folle vers l’apocalypse nucléaire prédite par l’expansion irrationnelle de l’OTAN et des politiques russophobes pleines d’hubris, apparemment ignorantes de la réalité que le conflit ukrainien est maintenant devenu une question d’importance existentielle pour la Russie.

Les États-Unis et leurs alliés de l’"Occident collectif" doivent maintenant décider si la poursuite d’une politique d’isolement et de destruction de la Russie, qui dure depuis des décennies, est une question d’importance existentielle pour eux, et si le soutien continu d’un gouvernement ukrainien qui n’est guère plus que la manifestation moderne de l’idéologie haineuse de Stepan Bandera vaut la peine de sacrifier la vie de leurs citoyens respectifs et celle du reste du monde.

L’horloge de l’apocalypse est littéralement à une seconde de minuit et nous, Occidentaux, ne pouvons nous en prendre qu’à nous-mêmes.

*[Scott Ritter est un ancien officier de renseignement du corps des Marines des États-Unis qui a servi dans l’ancienne Union soviétique pour mettre en œuvre les traités de contrôle des armements, dans le golfe Persique pendant l’opération Tempête du désert et en Irak pour superviser le désarmement des armes de destruction massive. Son livre le plus récent est Disarmament in the Time of Perestroika, publié par Clarity Press].

Traduction par Deepl.com

22 Septembre 2022

»» https://consortiumnews.com/2022/09/22/scott-ritter-reaping-the-whirlwind/
URL de cet article 38251
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

L’Équipe de choc de la CIA
Hernando CALVO OSPINA
Le 18 Avril 2009, les autorités des États-Unis faisaient détourner un avion d’Air France qui devait survoler leur territoire pour la seule raison que l’auteur de ce livre, Hernando Calvo Ospina, était à son bord ! La publication de ce livre ayant été annoncée par la presse... Mais tout ce qui est écrit ici est vérifiable auprès des meilleures sources, notamment étasuniennes. On aura beau chercher, on ne trouvera jamais une autre équipe ayant de tels antécédents. Il s’agit bel et bien du groupe d’agents (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Tout pas fait en avant, toute progression réelle importe plus qu’une douzaine de programmes » - Karl Marx dans Critique du programme de Gotha (1875)

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.