RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Wikileaks

Des députés du Parlement européen et du Bundestag critiquent la violation des droits de l’homme au coeur de l’Europe et les conditions de vie actuelles de Julian Assange. (heise.de)

Des députés du Parlement européen et du Bundestag sont préoccupés par la sécurité et la santé de Julian Assange, militant de Wikileaks. Il doit être autorisé à quitter son exil à l'ambassade de l'Equateur à Londres pour un pays sûr, demandent-ils dans une lettre publiée dimanche au Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, entre autres. Si l'ambassade d'Assange descendait dans la rue sans protection juridique, l'extradition et éventuellement la réclusion à perpétuité aux Etats-Unis ne pourraient probablement pas être évitées. "La menace constante et arbitraire que représentent la Grande-Bretagne et les Etats-Unis, les années d'emprisonnement, la séparation continue de sa famille et de ses amis, la prévention de soins médicaux adéquats et l'isolement récent de M. Assange depuis mars de cette année sont des violations graves et scandaleuses des droits humains au cœur de l'Europe", ont critiqué les parlementaires verts et de gauche. L'Équateur s'efforce depuis un certain temps de mettre fin à l'asile (...) Lire la suite »

Les épreuves de Julian Assange (The Daily Star)

Stefania MAURIZI
Stefania Maurizi est journaliste d'investigation pour le quotidien italien La Repubblica. Elle a travaillé sur toutes les publications de WikiLeaks et s'est associée à Glenn Greenwald pour révéler les Snowden Files sur l'Italie. Elle est l'auteure de deux livres, Dossier WikiLeaks : Segreti Italiani et Una Bomba, Dieci Storie. Dans une interview exclusive (électronique) avec Eresh Omar Jamal du Daily Star, Maurizi parle de la détention arbitraire de Julian Assange, des raisons pour lesquelles des gouvernements puissants considèrent WikiLeaks comme une menace existentielle, et des implications pour la liberté de la presse mondiale si Assange est poursuivi pour publication de documents gouvernementaux secrets. * * * Vous avez récemment eu la chance de rendre visite à Julian Assange à l'ambassade de l'Équateur à Londres. Quand était-ce et pouvez-vous décrire dans quel état il se trouve ? J'ai pu lui rendre visite le 19 novembre, après 8 mois de tentatives infructueuses, car en mars dernier, les (...) Lire la suite »

Le quotidien The Guardian monte d’un cran ses diffamations contre Julian Assange.

Jonathan COOK
Tant mieux qu'il y ait eu une petite réaction, y compris de la part des principaux journalistes, sur la diffamation constante de Julian Assange, le fondateur de Wikileaks, par [le quotidien britannique] The Guardian. Le dernier article du journaliste Luke Harding, qui affirme que l'ancien directeur de campagne déchu de Donald Trump, Paul Manafort, a visité secrètement Assange à trois reprises à l'ambassade de l'Equateur à Londres, est tellement plein d'incohérences que même les opposants les plus aguerris à Assange dans les grands médias ont du mal à le défendre. Confronté à ce un retour de manivelle, The Guardian a rapidement - et très discrètement – effectué une marche arrière sur sa prétention initiale que son article était basé sur des faits vérifiés. Au lieu de cela, il a modifié le texte, sans reconnaître qu'il l'avait fait, pour attribuer les allégations à des "sources" non identifiées et incontrôlables. La fonction de propagande de l'article est évidente. Il est destiné à apporter la preuve (...) Lire la suite »

Il faut sauver le symbole Assange

Benito PEREZ
Deux mille trois cent cinquante-deux jours sans goûter à l’air libre. Depuis bientôt six ans et demi, l’activiste australien Julian Assange vit reclus dans l’ambassade équatorienne à Londres, soumis à des conditions de vie inhumaines. Confiné dans une petite chambre sans lumière du jour, privé de communications externes et de visites pendant six mois, M. Assange a vu sa santé décliner. Sans accès aux soins adéquats : la moindre sortie signifierait pour lui arrestation (1) et extradition vers les Etats-Unis. Il aura fallu l’intervention, fin octobre, de deux rapporteurs spéciaux de l’ONU pour rompre le blocus imposé par Quito à son hôte et autoriser à nouveau ce à quoi n’importe quel détenu de droit commun a droit. Sauf pour le droit à la parole qui lui est toujours dénié. Pour ses soutiens, dont l’ex-président Rafael Correa qui lui avait accordé asile et nationalité, il ne fait pas de doute que le nouveau pouvoir équatorien, plus proche de Washington, veut se débarrasser de l’encombrant réfugié, si possible (...) Lire la suite »

La détention et l’isolement du monde de Julian Assange (La Republica)

Stefania MAURIZI
Ils le détruisent lentement. Ils le font par le biais d'une détention illimitée qui dure depuis huit ans et qui n'a pas de fin en vue. Julian Assange est devenu l'une des icônes les plus connues de la liberté de la presse et de la lutte contre le secret d'Etat. Récemment, sa détention à l'ambassade de l'Equateur à Londres s'est accompagnée d'isolement, de règles strictes et de diverses formes de pression qui ne semblent avoir d'autre but que de le briser. Une pression destinée à détruire sa capacité physique et mentale à résister jusqu'à ce qu'il s'effondre ou qu'il sorte de l'ambassade équatorienne, déclenchant ainsi le début de sa propre fin. Parce que s'il sort, il sera arrêté par les autorités britanniques et, à ce moment-là, les États-Unis pourraient demander son extradition afin qu'ils puissent le mettre en prison pour avoir publié des documents américains classifiés. Julian Assange est dans des conditions extrêmement précaires. Après huit mois de tentatives infructueuses, la Repubblica a finalement (...) Lire la suite »

La triste et dérangeante vérité sur Julian Assange et pourquoi vous devriez vous sentir concernés (New Matilda)

Helen Razer

Ces derniers jours, l’activité s’est intensifiée autour de l’ambassade de l’Équateur à Londres, faisant craindre que Julian Assange ne soit arrêté par les autorités britanniques. Helen Razer parle de la vérité, d’Assange et de pourquoi nous devrions nous sentir concernés.

Têtue comme une mule, moi ? Non. Quand je m'engage à dire une vérité rarement exprimée, je n'ai plus rien d'un mammifère. Depuis cinq ans, je suis têtue comme une pierre. La vérité telle que je la dis et la vois est la suivante : Julian Assange doit être libre. Il n'a commis aucun crime. Mais cet homme qui n'est pas un criminel fait aujourd'hui l'objet d'une surveillance étatique accrue, selon ce compte-rendu de Consortium News. La vérité, c'est qu'il n'y a jamais eu d'accusation. Aucune. Aucune accusation n'a été portée. Julian Assange n'a pas été accusé de viol, ni d'aucun autre crime en Suède, ni celui que l'on traduit généralement par 'sexe par surprise'. La pure vérité, c'est que la vérité n'a pas d'importance. La vérité. Je l'ai si souvent dite en réponse aux 'accusations' portées contre Assange en Suède. La vérité, c'est qu'il n'y a jamais eu d'accusation. Aucune. Aucune accusation n'a été portée. Julian Assange n'a pas été accusé de viol, ni d'aucun autre crime en Suède, ni celui que l'on traduit (...) Lire la suite »

L’affaire Assange montre que le soutien à la liberté d’expression dépend de la personne qui s’exprime. (FAIR)

Joe Emersberger
Le Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire a conclu en février 2016 que les gouvernements du Royaume-Uni et de la Suède avaient contraint l'éditeur de WikiLeaks Julian Assange à une détention arbitraire à l'ambassade de l'Équateur à Londres, où il se trouve depuis 2012. Le communiqué de presse du groupe déclarait : Le groupe d'experts a demandé aux autorités suédoises et britanniques de mettre fin à la privation de liberté de M. Assange, de respecter son intégrité physique et sa liberté de mouvement, et de lui accorder le droit à une indemnisation. Assange n'a jamais été accusé d'un crime en Suède. A la demande secrète du gouvernement britannique, la Suède a refusé pendant plusieurs années d'interroger Assange à Londres sur des allégations d'agression sexuelle. Ce qui a maintenu l'affaire dans les limbes de l''enquête préliminaire", tandis que la Suède a également refusé de garantir qu'Assange ne sera pas extradé vers les États-Unis, où il risque d'être poursuivi pour son travail en (...) Lire la suite »

L’affaire WikiLeaks est une menace pour tous les journalistes (Counterpunch)

Heather Wokusch
Le ministère de la Justice a préparé des accusations criminelles contre le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, et travaille en coulisse pour le faire extrader vers les États-Unis. La liberté de la presse et le droit à la dissidence pourraient être en jeu. Les accusations criminelles ont été révélées accidentellement la semaine dernière lorsque le nom d'Assange a été trouvé dans le dossier d'une affaire sans rapport, ce qui donne à penser que les procureurs avaient copié un texte standard et oublié de changer le nom de l'accusé. Barry Pollack, un avocat américain de l'équipe d'Assange, a déclaré au New York Times : "La nouvelle que des accusations criminelles ont apparemment été portées contre M. Assange est encore plus troublante que la manière désordonnée dont cette information a été révélée. Et il a ajouté : " Le gouvernement qui porte des accusations criminelles contre quelqu'un pour avoir publié de l'information véridique est une pente dangereuse pour une démocratie". Assange est réfugié à l'ambassade de (...) Lire la suite »

Etats-Unis : La "Résistance" démocrate se démène pour justifier son soutien aux poursuites contre Assange par Trump (GreanVille Post)

Caitlin JOHNSTONE
[note du traducteur : la « Résistance » est le nom de guerre que des Démocrates US se sont donnés pour marquer leur « opposition » à Trump] Depuis que les soupçons ont été confirmés que l'administration Trump travaille effectivement à poursuivre et emprisonner le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, pour avoir publié des documents authentiques, la soi-disant "Résistance" se démène pour expliquer exactement pourquoi elle soutient avec autant d'enthousiasme cette opération. Et quand je dis « se démène », je suis très, très généreuse. Quand on a appris qu'une erreur de copier-coller d'un document judiciaire avait par inadvertance révélé le fait que l'administration Trump poursuivait un programme qui, de l'avis de divers [expertshttps://theintercept.com/2018/11/16/as-the-obama-doj-concluded-...] politiques, aurait des effets dévastateurs sur la liberté de la presse, le supporter de #Resistance et membre d'un think tank de Washington, Neera Tanden, a répondu par un tweet, "Never mess with karma" [Ne jouez (...) Lire la suite »

#Unity4j - J’ai appelé l’ambassade de l’Équateur et voici ce qui s’est passé

Hope K
Je ne me suis intéressée à WikiLeaks que tardivement. Je me souviens d'avoir lu des articles sur Chelsea Manning et Julian Assange, et j'ai pensé bonne chance à eux. Mais c'était loin, et j'étais occupée avec des problèmes locaux. J'ai défendu les "Trois de Memphis Ouest" pendant dix-huit ans. Voyez-vous, je viens de l'Arkansas. Mais il arrive parfois que le local rencontre le national. Chez moi, le local rencontre le national et le global sous la forme des Clinton. J'ai passé la majeure partie de ma vie sous leur règne. Quand j'ai appris qu'Hillary Clinton se présentait de nouveau à la présidence, j'ai été scandalisée. J'ai mis toute mon énergie dans la campagne de Sanders. Je pensais qu'on avait une bonne chance. Peut-être que les gens étaient prêts à se lever et à exiger la normalité et la compassion. Puis j'ai vu tout le mouvement Bernie se faire dévorer par Hillary. La fraude électorale, la suppression des électeurs, la collusion avec les médias et les hordes de trolls sur les médias sociaux (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 150