RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Wikileaks, Julian Assange et notre droit de savoir.

photo : rassemblement à Paris, 3 juillet 2022

Lorsqu’un journaliste - ou n’importe qui - dit que Wikileaks n’aurait pas du, ou n’avait pas le droit, de publier tel ou tel document, ce qu’il dit en réalité est ceci : "je ne reconnais pas votre droit de savoir".

En réalité, ce qu’il nous dit est ceci : "je souffre du syndrome du larbin et je lèche les bottes du pouvoir, tous les pouvoirs, et leur reconnaît le droit d’agir en secret, de mentir, sans comptes à rendre, pour le plus grand bien de tous".

En réalité, ce qu’il nous dit est ceci : "vous, vous êtes trop cons pour comprendre, et vous n’êtes pas dignes de faire partie du cercle d’initiés. D’ailleurs, moi-même, je rêve d’y entrer."

En réalité, ce qu’il nous dit est ceci : "moins vous savez et plus je peux vous raconter n’importe quoi en me faisant passer pour un spécialiste initié. Votre ignorance est le terreau de ma crédibilité."

En réalité, ce qu’il nous dit est ceci : "plus vous découvrez la vérité, et plus vous vous rendez compte à quel point je suis un charlatan et combien je vous ai enfumé et servi de faire-valoir aux crapules."

En réalité, ce qu’il nous dit est ceci : "en pointant du doigt Wikileaks et Julian Assange, je détourne l’attention de mon propre rôle et position dans la structure du pouvoir. J’invoque leur "absence d’éthique" pour sous-entendre que j’en ai des tonnes à revendre."

En réalité, ce qu’il nous dit est ceci : "regardez-moi bien dans les yeux ; vous paupières sont lourdes..."

Non, le "problème" n’a jamais été ce que Wkileaks et Julian Assange auraient le droit ou non de publier, mais ce que nous aurions le droit ou non de savoir. Wikileaks et Julian Assange ne sont pas le problème, ils sont l’outil avec lequel le vrai problème fut révélé. Ils ne sont pas la fièvre, ils sont le thermomètre.

A tous ces critiques donc, je propose de recentrer le débat sur la vraie question et je leur dis ceci : "Ne parlons plus de l’outil, mais parlons plutôt de votre prétention à me refuser un droit fondamental : celui de savoir. Alors, qui êtes-vous pour vouloir me l’interdire, et de quel droit ?".

Du coup, le débat n’est plus entre "pro" et "anti" Wikileaks, mais entre moi, individu et citoyen, et quelqu’un qui a l’incroyable prétention, culot et outrecuidance de décider de ce que j’ai le droit ou non de savoir des agissements au sein des pouvoirs qui sont censés me représenter et/ou être à mon service. Et ça, ça change pas mal de choses.

Viktor Dedaj

URL de cet article 38110
  

Même Auteur
Les Etats-Unis de mal empire : Ces leçons de résistance qui nous viennent du Sud
Danielle BLEITRACH, Maxime VIVAS, Viktor DEDAJ
Présentation de l’éditeur Au moment même où les Etats-Unis, ce Mal Empire, vont de mal en pis, et malgré le rideau de fumée entretenu par les médias dits libres, nous assistons à l’émergence de nouvelles formes de résistances dans les pays du Sud, notamment en Amérique latine. Malgré, ou grâce à , leurs diversités, ces résistances font apparaître un nouveau front de lutte contre l’ordre impérial US. Viktor Dedaj et Danielle Bleitrach, deux des auteurs du présent livre, avaient intitulé leur précédent ouvrage (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Sous une dictature, il y a une chose pour laquelle nous avons plus de chance que vous en Occident. Nous ne croyons à rien de ce que nous lisons dans la presse, à rien de ce que nous voyons à la télévision, parce que nous savons que c’est de la propagande et des mensonges. Contrairement aux Occidentaux, nous avons appris à voir au-delà de la propagande et à lire entre les lignes et, contrairement à vous, nous savons que la vérité est toujours subversive.

Zdener Urbanek

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.