RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
10 

La classe dirigeante tombe toujours du côté où elle penche

Cher lecteur, voici une mise en garde : je vais me lancer dans une généralisation et vous peindre, à grands coups de pinceau, un tableau qui, vu de près, paraîtra confus mais, vu de loin, se révélera être une composition très réaliste. C’est parti.

J’ai vu il y a quelques temps l’intervention de Sophie Aram à la cérémonie des Molière et les réactions du public. J’ai vu les images du dîner du CRIF et entendu le discours d’Attal.

Le fascisme n’arrive pas sous forme de hordes en chemises brunes. Il n’arrive pas par un coup frappé à la porte au petit matin. Ca, c’est son irruption, sa concrétisation, dans nos vies de tous les jours. Non, il s’annonce d’abord par un tonnerre d’applaudissements. Pour un ancien SS au parlement canadien ou un discours négationniste devant un parterre d’endimanchés. Et du négationnisme il glisse vers la justification. Puis de la justification au soutien.

Il arrivait déjà lorsqu’il a emprisonné, bâillonné et torturé le journaliste le plus primé du XXIe siècle dans l’indifférence quasi-générale de la profession et de son soi-disant rôle de contre-pouvoir.

Il a voyagé depuis l’Ukraine en passant par Gaza. Il est arrivé pour sauver leur déclin et leur corruption morale totale.

Hier, il était à Paris, décomplexé et presque blessé d’être si incompris par la plèbe, mais tellement rassuré par cet entre-soi.

Bref, l’autre jour, le fascisme était de sortie et, d’après les commentateurs, tout d’élégance vêtu.

Les soutiens d’Israël sont tous issus des catégories socio-professionnelles supérieures (CSP+). Israël est gouverné par un régime d’extrême-droite. Les CSP+ soutiennent donc un régime d’extrême-droite. Les CSP+ argumentent (lorsqu’ils argumentent) qu’ils défendent une "démocratie", et peu importe les actes commis par cette "démocratie" ou les rouages de son fonctionnement interne. Ils démontrent ainsi leur attachement, leur préférence ou leur penchant pour une version formelle d’une démocratie de façade. Et une auto-identification et solidarité sans faille pour une culture qu’ils perçoivent comme proche de la leur, ou qui se présente comme telle (ah, s’ils savaient...). Et le fait qu’elles (les CSP+) s’y reconnaissent et la défendent révèle l’idée qu’elles se font d’elles mêmes et de la démocratie. Donc de nous. Jusqu’au génocide, s’il le faut.

La défense d’Israël n’est qu’une forme d’expression du mépris, sinon de la haine, de l’autre. C’est-à-dire de nous. Les CSP+ tentent de nous enfumer par des arguments de type sociétaux, tels que "il vaut mieux être gay à Tel-Aviv qu’à Gaza" ou "ce n’est pas à Gaza que vous verrez des bikinis". Comme si l’absence d’une gay pride à Rafah ou de seins nus sur la plage était le fond du problème. Comme si ce n’était pas autre chose qu’une projection de leurs propres priorités, préoccupations et angoisses existentielles. Et pour rien au monde ils n’échangeraient un brunch en terrasse à Tel-Aviv contre une ration alimentaire pour un enfant à Gaza.

Ordures

Je l’avoue : les gay-prides me font plutôt rigoler, je n’ai rien contre une jolie paire de fesses et j’adore les brunchs en terrasse. Et je suppose que "culturellement", je me sentirais plus à l’aise dans un café branché à Jaffa que dans un boui-boui improvisé à Rafah. Au moins pendant les dix premières minutes, c’est-à-dire jusqu’à ce que les bouches s’ouvrent. Jusqu’à réaliser à quel point je me sens plus proche d’une Palestinienne, avec ou sans voile, que d’une fasciste tik-tokeuse génocidaire décérébrée.

Si certains croient pouvoir marchander "ma" zone de confort, "mes" codes de conduite en échange d’une solidarité avec leur barbarie, ils se trompent. Et lourdement. Parce qu’au-delà des codes de conduite, au-delà de l’idée que je me fais du confort, d’un mode de vie idéal, des signaux d’appartenance à un groupe, moi aussi je tombe toujours du côté où je penche.

Viktor Dedaj
Avant les chemises brunes, il y a toujours les smokings.

URL de cet article 39623
  

Même Auteur
Cuba sous embargo - paroles cubaines sur le blocus
Viktor DEDAJ
Instauré depuis 1962 par les États-Unis après un échec de l’invasion de l’île, le blocus non seulement pourrit la vie des Cubains mais constitue également une véritable insulte à la communauté internationale, laquelle, dans sa quasi totalité, le condamne chaque année à l’ONU depuis près de trente ans. Cette négation de la souveraineté des États et cette sanctification du droit d’ingérence par l’asphyxie constitue l’un des plus grands scandales de tous les temps. Dans le carnet de bord qu’il tient tout en (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je pense que nous risquons de devenir la société la mieux informée à mourir par ignorance.

Reuben Blades

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.