RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Palestine

Retour de mission en Palestine : une priorité, faire reconnaître l’apartheid

Monique ÉTIENNE

Comment transcrire au plus juste la violence de l’oppression que subissent les Palestiniens et montrer leur capacité de résilience ? Raconter leur quotidien, soumis à l’arbitraire, au mépris, au harcèlement d’un régime colonial de discrimination et de négation des droits humains les plus élémentaires et transmettre aussi un message d’espoir car, au delà de l’injustice subie depuis tant d’années, il y a un peuple qui lutte, qui vit, qui aime et qui nous redonne foi en l’avenir. C’est avant tout cela la résistance : cette affirmation quotidienne de leur existence. Exister c’est résister ! Cela n’a jamais aussi bien défini l’idiosyncrasie de ce peuple.

Nous avons parcouru la Cisjordanie de Jénine au sud d’Hébron, en passant par Naplouse, la vallée du Jourdain, Ramallah, Bethléem et bien-sûr Jérusalem. Nous avons rencontré les habitants des villages qui résistent contre les colonies ; ceux des quartiers menacés d’expulsion de Jérusalem-est et du village bédouin d’Al Araqib, dans le Naqab, détruit 199 fois. Nous avons écouté des familles meurtries par la démolition de leur maison ; des paysans à qui les colons veulent arracher leur terres ; des bergers qu’on empêche de garder leur troupeau ; des enfants qui ne peuvent plus s’instruire parce qu’on détruit leur école. À Beita, dans ce village, près de Naplouse, qui, depuis plus d’un an, mène une lutte exemplaire contre un avant-poste de colons qui veut confisquer ses terres, le centre de santé s’est transformé en service d’urgence pour accueillir et soigner gratuitement les blessés, certains à balles réelles, qui arrivent en nombre tous les vendredis, jour de protestation des villageois. Sur 15 000 habitants, la (...) Lire la suite »

Face à une tempête mondiale, sortir de l’impasse d’Oslo

Mohamed EL BACHIR
Face à une tempête mondiale, sortir de l'impasse d'Oslo A la mémoire de la journaliste palestinienne, Shireen Abu Akleh, tuée de sang froid par un soldat sioniste. Cela ne fait plus aucun doute, la guerre que la Russie mène en Ukraine a un double objectif. Le premier est de contenir le monde occidental avec sa branche armée, l'OTAN, loin de l'Ukraine et de l'Eurasie. Le second est d'ouvrir un nouvel espace politique à l'échelle mondiale pour un nouveau modèle de coopération économique, échappant à la main mise du FMI et de la Banque Mondiale. C'est à dire aux Etats-Unis. Cette confrontation, en apparence, limitée dans l'espace, s'ajoute à deux autres points de confrontation géostratégiques. Pour le moment, encore sous forme de guerre froide. Une deuxième guerre froide dont l'intensité est mesurée par deux faits : le bombardement symbolique de Kiev pendant la visite du Secrétaire général de l'ONU, António Guterres et le survol de la mer du Japon par des bombardiers russes et chinois durant la visite (...) Lire la suite »

Nos gouvernements, complices des crimes en Palestine

Daniel VANHOVE
On a beau vivre dans un monde inondé d’images, toujours plus envahissantes tant dans la sphère publique que privée – photos, magazines, cinéma, télés, pubs, clips, selfies,... – il en est certaines qui sont plus difficiles à digérer que d’autres, et qui demandent un certain temps pour y revenir. Tant le choc qu’elles provoquent vous met KO. Ainsi du meurtre de la journaliste Shireen Abu Akleh, puis de l’hommage funéraire que lui a rendu le lendemain la population palestinienne chrétienne comme musulmane. Les tentatives obséquieuses de certains responsables politico-médiatiques insinuant le doute d’une balle perdue tirée par la résistance palestinienne ajoute encore à l’abjection du geste et du régime qui l’autorise, quand la localisation par GPS ne laisse aucun doute et permet d’établir l’impossibilité d’une telle hypothèse. Et pourtant, les autorités israéliennes persistent à refuser toute enquête extérieure sur les faits. Ce qui peut laisser penser à la responsabilité de hauts placés à protéger dans la (...) Lire la suite »

L’exécution de Shireen Abu Akleh est un message aux Palestiniens

Jonathan COOK
Au cours de mes 20 années de reportage sur le conflit, j'ai appris de première main que la version israélienne des événements concernant la mort de Palestiniens ou d'étrangers, n'est jamais fiable. L'exécution de la journaliste d'Al Jazeera Shireen Abu Akleh par un soldat israélien dans la ville palestinienne de Jénine, les efforts immédiats d'Israël pour brouiller les pistes quant à l'identité du responsable et les faibles réactions des capitales occidentales ont ravivé les souvenirs de 20 années de reportage dans la région. Contrairement à Abu Akleh, je me suis trouvé beaucoup moins souvent sur les lignes de front dans les territoires occupés. Je n'étais pas un correspondant de guerre, et lorsque je me retrouvais près de l'action, c'était invariablement par accident – comme lorsque, toujours à Jénine, mon taxi palestinien a tourné dans une rue pour se retrouver face au canon d'un char israélien. À en juger par la vitesse et l'habileté avec lesquelles mon chauffeur a fait marche arrière, ce n'était pas (...) Lire la suite »
J’ai jadis croisé ma consoeur Shireen Abu Akleh à Ramallah, à Gaza, à Jérusalem...

Il est scientifiquement prouvé qu’une balle dans la tête fait taire une journaliste

Jacques-Marie BOURGET

Cinquante six journalistes assassinés en Palestine depuis 20 ans . Pas très grave puisque l'important demeure : les balles qui tuent ces femmes et ces hommes sont tirées par des démocrates. L'état sioniste est bien sûr coupable puisqu' un feu vert éclatant et permanent est donné à toutes les exactions et atteintes au droit de l'homme. La mort de Shireen, la journaliste Palestinienne, est "un crime de guerre" ! Et alors, la traduction de Tsahal n'est elle pas "Armée de Défense". Tout crime israélien est légitime.

Aujourd’hui ces vidéos implacables qui nous déroulent à volonté la bobine de la vie nous permettent aussi, quand le drame tend sa toile, de voir la mort en face. En regardant les images de ma magnifique consœur Shireen Abu Akleh, prise dans une rafale de tirs, j’ai revécu ma propre mort, ou presque mort. En effet puisque le 21 octobre 2000 à Ramallah, j’ai été ainsi pris, comme elle, dans la mire d’un tireur « d’élite » israélien. Qui m’a visé au cœur. Hasard de l’histoire, le criminel de guerre -puisqu’il s’agit de cela selon la Convention de Genève- n’a pas touché ce qu’il voulait détruire ; tirant juste quelque centimètres trop haut. Grâce à cette association du hasard et du formidable talent des chirurgiens Palestiniens j’ai survécu. Soyons clairs, la victime est bien Shireen et non moi qui suis encore là. Ecrire ces lignes ce n’est qu’une façon d’être solidaire par le témoignage. D’expérience, je peux décrire les secondes horrifiantes qui furent, pour Shireen, les dernières de sa vie. Vous êtes journaliste, (...) Lire la suite »
14 

Une femme est morte

Colette BERTHÈS

Mercredi 11 mai, une femme est morte, assassinée.

Il en meurt ici et ailleurs, de mort violente, quelques centaines par jour. Mercredi 11 mai, une Palestinienne est morte, ce n’est pas la première, ce ne sera pas la dernière.

Mercredi 11 mai, une journaliste palestinienne est morte en faisant son métier : être sur le terrain et informer. Elle se nommait Shirin Abou Akleh et elle couvrait une attaque de l’armée israélienne sur Jénine, la ville la plus résistante de Cisjordanie. Elle portait un gilet pare-balles, bien marqué presse et un casque. Elle a été tuée d’une balle à la tête, touchée juste à l’endroit où, entre casque et gilet, rien ne la protégeait. Le tireur était très adroit...ou bien il a eu « beaucoup de chance », et elle, beaucoup de malchance ! Si, comme les responsables israéliens l’ont dit, immédiatement, la balle « était une balle perdue provenant du camp palestinien ». En Cisjordanie comme à Gaza il y a d’un côté Goliath et de l’autre David, histoire ancienne dans ce coin du monde. Goliath a des avions, des tanks, des drones, des fusils d’assaut, des yeux et des espions en pagaille, des prisons et des amis influents partout. David, lui, a quelques armes légères, c’est exact mais surtout des pierres, des corps pour (...) Lire la suite »

Deux premiers ministres étonnants

Maurice BUTTIN
Jean Castex a une bonne formation universitaire : élève de l’Institut politique de Paris, il obtint une maîtrise de droit public, puis il entra à l’Ecole nationale d’administration (ENA), promotion Victor Hugo (1991). Il a eu par la suite, un parcours professionnel exemplaire au service de l’Etat et des fonctions dans divers ministères. Enfin, il a été choisi par notre Président comme Premier ministre le 3 juillet 2020. En l’absence du Chef de l’Etat, retenu par le conflit russo-ukrénien, le Premier ministre a été invité, le 25 février, à prononcer un discours au dîner du CRIF, où toute personnalité française, de droite ou de gauche, tient à participer chaque année. En cette période où dénoncer la violation du droit international par la Russie de Poutine est de règle, le naïf que je suis, pensait que le Premier ministre n’hésiterait pas à avoir le courage de dénoncer l’Etat d’Israël, qui bafoue le droit international depuis sa création en 1948. Quelle erreur ! Le Premier ministre a fait très fort : « Comme (...) Lire la suite »

Dissolution du Comité Action Palestine : la dictature en marche

Comité Action Palestine

« Le fascisme n’est pas le contraire de la démocratie, mais son évolution par temps de crise ». Bertolt Brecht

Le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin a annoncé, le 24 février, son intention de dissoudre l’association Comité action Palestine (Bordeaux), en même temps que la fermeture administrative de la mosquée de Pessac et la dissolution du collectif Palestine Vaincra (Toulouse). Cette annonce est survenue le jour même du diner du CRIF où le Premier ministre Jean Castex a affirmé que Jérusalem est « la capitale éternelle du peuple juif ». Cette dissolution a été rendue possible par la loi « confortant le respect des principes de la république », votée le 24 aout 2021, qui instaure dans le pays l’arbitraire et un droit d’exception. Outil de répression politique, cette loi s’inscrit dans le cadre d’une offensive réactionnaire et liberticide du gouvernement français, empêtré dans la gestion déplorable d’une situation sociale, économique et sanitaire très dégradée. Dans un climat politique inquiétant où les musulmans et leur liberté associative sont devenus la cible prioritaire de la répression, le gouvernement (...) Lire la suite »

Annonce par Gérald Darmanin de la dissolution de deux associations de soutien au peuple palestinien : Appel à la mobilisation et à la résistance

Comité Action Palestine
Le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin annonce le jour même du diner du CRIF, le jeudi 24 février, son intention de dissoudre dans l’acide du sionisme deux associations de solidarité avec la Palestine, le Comité action Palestine (Bordeaux) et Palestine vaincra (Toulouse). Selon la presse, le ministre prétend que le CAP affirme « dans sa charte, son soutien à toutes les organisations en lutte contre Israël, y compris quand elles font usage de la violence et de méthodes terroristes ». Or c’est factuellement faux. La charte du Comité Action Palestine appelle à un « soutien inconditionnel à la résistance du peuple palestinien et à son combat pour son autodétermination et son indépendance nationale ». Il n’est question nulle part dans la charte de « violence » ou de « méthodes terroristes ». Contrairement aux mensonges grossiers du ministre, la charte engage « à ne pas se prononcer en faveur de telle ou telle forme de lutte » conformément au principe de souveraineté du peuple palestinien. Le principe de (...) Lire la suite »

L’apartheid d’Israël contre la population palestinienne : un système cruel de domination et un crime contre l’humanité

AURDIP (Association des universitaires pour le respect du droit international en Palestine)

"Un système d’apartheid est un régime institutionnalisé d’oppression et de domination mis en œuvre par un groupe racial sur un autre. C’est une grave atteinte aux droits humains qui est interdite dans le droit public international. Les recherches et l’analyse juridique approfondies menées par Amnesty International, en concertation avec des experts externes, démontrent qu’Israël impose un tel système à la population palestinienne au moyen de lois, politiques et pratiques qui perpétuent leur traitement discriminatoire cruel et prolongé."

Les autorités israéliennes doivent rendre des comptes pour le crime d’apartheid commis contre la population palestinienne, a déclaré Amnesty International mardi 1er février dans un nouveau rapport accablant. L’enquête présente en détail le système d’oppression et de domination qu’Israël inflige au peuple palestinien partout où ce pays contrôle ses droits. Sont concernés les Palestiniens et Palestiniennes qui vivent en Israël et dans les territoires palestiniens occupés (TPO), ainsi que les réfugiés déplacés dans d’autres pays. Ce rapport complet et détaillé, intitulé “ L’apartheid d’Israël contre la population palestinienne : un système cruel de domination et un crime contre l’humanité ”, montre que les saisies massives de biens fonciers et immobiliers palestiniens, les homicides illégaux, les transferts forcés, les restrictions draconiennes des déplacements, ainsi que le refus de nationalité et de citoyenneté opposé aux Palestiniens, sont autant de facteurs constitutifs d’un système qui peut être qualifié (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 490