RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Palestine

Sanctions, répressions et tentations ne feront pas reculer les Palestiniens

Kharroubi HABIB

Lors de l’inauguration de l’ambassade américaine à El Qods, Jared Kushner, le gendre du président américain chargé par celui-ci de relancer le dialogue entre Israéliens et Palestiniens en établissant un plan de paix sur la base duquel les deux parties seront conviées à négocier un accord mettant fin à leur conflit, avait déclaré que « les Etats-Unis sont prêts à tout faire pour soutenir un accord de paix ».

L'on sait depuis ce que ce « tout » signifier pour les Palestiniens. Il leur vaut d'être soumis à d'ignobles pressions tant militaires que financières et économiques dont l'exercice simultané est destiné à briser leur résistance et à les faire revenir sur leur refus de tout plan de paix émanant des Etats-Unis que leur alignement inconditionnel sur Israël a disqualifiés en tant que médiateur impartial. L'Amérique et Israël ont en effet entrepris en parfaite collusion de saper le moral des Palestiniens, l'une en mettant fin à l'assistance financière qu'elle fournissait à l'Autorité palestinienne et à l'UNRWA, l'office onusien en charge de venir en aide aux refugiés palestiniens, l'autre en pourrissant la vie aux populations des territoires occupés et de la bande de Gaza. Dans le cas de cette dernière, l'Etat sioniste l'a non seulement isolée hermétiquement du reste du monde mais il l'a soumise également à un traitement militaire combinant une sanglante répression sur sa population qui a le courage de (...) Lire la suite »

Pour Jared Kushner les Palestiniens sont à vendre (The Independent)

Robert FISK

Après trois guerres, des dizaines de milliers de morts palestiniens et des millions de réfugiés, Kushner croit-il vraiment que les Palestiniens se contenteront de cash ?

N'y aura-t-il pas de fin à l'humiliation des Palestiniens ? Après Oslo, après la « solution des deux États », après les années d'occupation israélienne répartissant les Palestiniens en zones « A » et« C » suivant les modalités d’occupation définies par Israël, après la vaste colonisation juive de terres volées à ses propriétaires arabes, après les massacres de Gaza, et la décision de Trump de désigner Jérusalem, toute entière comme capitale d'Israël, va-ton oser demander aux Palestiniens de se contenter de cash et d’une misérable banlieue comme capitale ? Il n’y a donc pas de limite au cynisme ? Car les Palestiniens se verront bientôt imposer un« accord final » – « final », signifiant dernier, définitif, terminal, irréversible ; on tente le tout pour le tout, c’est à prendre ou à laisser, c’est le dernier avertissement, le jeu est fait, on remet les compteurs à zéro, c’est la fin de la partie, allez au diable. Une pauvre banlieue comme capitale, pas de fin à la colonisation, pas de sécurité, pas d'armée, pas de (...) Lire la suite »

Le courage des Palestiniens finira-t-il par provoquer une intervention internationale ? (RT)

Rick STERLING
Au bout de 70 ans, le conflit israélo-palestinien n'est toujours pas résolu. Les hostilités couvent pendant quelques années, puis éclatent à nouveau en de nouveaux massacres et de nouvelles violences. L'échec de la solution à deux États est consommé et les événements récents ont de nouveau mis en évidence la nécessité d'une approche différente. Au cours des deux derniers mois, les soldats des Forces de défense israéliennes (FDI) ont tué 118 manifestants palestiniens et en ont blessé gravement des milliers d'autres. Les manifestants n'étaient pas armés et ne menaçaient pas les soldats. Les hôpitaux de Gaza débordent de victimes. Les groupes de défense des droits de l'homme ont demandé à la justice d’interdire aux soldats israéliens de tirer sur des manifestants non armés. La semaine dernière, la Cour suprême israélienne a rejeté leur requête. La violence israélienne est généralement présentée comme une « réponse » à la violence palestinienne, mais c’est le contraire qui est vrai. Voilà comment les événements se (...) Lire la suite »

Avec le soutien des dictatures arabes, Trump veut liquider la cause palestinienne

Abdel BARI ATWAN
Abdel Bari Atwan - Avant « l'accord du siècle », les alliés arabes de Trump tentent de forcer les Palestiniens à capituler. La célébration, la semaine dernière, du transfert de l'ambassade des États-Unis à Jérusalem occupée – qui vient conforter la volonté d’Israël de faire de Jérusalem sa capitale éternelle le jour du soixante-dixième anniversaire de sa prise de contrôle de la Palestine – a été la première étape essentielle de ce qui conduira, comme l’espère l'administration Trump – et si tout se passe bien – à l'effondrement total et définitif de la cause palestinienne. En déplaçant l'ambassade en toute hâte pour faire coïncider son transfert avec l'anniversaire de la Nakba, les États-Unis et Israël ont lancé un « ballon d'essai » pour mesurer les réactions arabes et internationales avant de dévoiler « l’accord ». Malheureusement, les réactions ont été insignifiantes dans la plupart des territoires palestiniens occupés à part la bande de Gaza où des manifestations de masse ont eu lieu pendant six semaines (...) Lire la suite »

La marche du retour à Gaza : le génie populaire palestinien fausse les calculs des Israéliens

Tayeb EL MESTARI
« La vérité est la première victime de la guerre » selon Eschyle. L’assertion est vraie dans une guerre classique, mais en situation de résistance populaire à l’oppression coloniale, le mensonge est la première victime. A l’occasion de la grande marche du retour, la propagande mensongère israélienne a volé en éclats. Les médias occidentaux, pourtant sionistes, ont fait le constat unanime qu’Israël a au moins perdu une bataille en réprimant brutalement les Palestiniens : celle de l’image et de la communication. Le droit du retour n’est plus une simple phrase d’une résolution du droit international et connue du seul cercle restreint des militants. Le peuple palestinien a su gagner les cœurs et les esprits, à défaut pour l’instant d’enterrer définitivement le colonialisme israélien. Sa cause a fait son retour sur le devant de la scène alors que presque tous ses soutiens, y compris les plus éclairés et les plus déterminés, étaient gagnés par le désespoir tant la question syrienne a été prégnante et a mis au second (...) Lire la suite »

Massacre à Gaza, provocation des États-Unis : l’impérialisme EU et ses alliés israéliens, saoudiens et élyséens manœuvrent ...

Gilliatt De STAËRCK
Près de 60 morts, des milliers de blessés : voilà le bilan meurtrier de Tsahal sur la population de Gaza pour la seule journée du 14 mai, jour anniversaire de la création d'Israël. C'est également ce jour là que Donald Trump a fait ouvrir en grande pompe sa nouvelle ambassade à Jérusalem, considérant officiellement la ville comme la capitale de l’État hébreux, violant ainsi la reconnaissance internationale et provoquant le peuple palestinien privé de son pays par la politique coloniale israélienne. Les habitants de Gaza s'étaient rassemblés à la frontière pour réclamer une fois de plus la restitution des terres volés aux Palestiniens depuis 1948, mais le gouvernement fascisant de Tel-Aviv et l'armée israélienne ne l'ont pas entendu ainsi. Nous condamnons fermement la politique toujours plus meurtrière de l’État d'Israël envers le peuple palestinien et, pour ce dernier, appelons la jeunesse à la solidarité la plus totale ! Nous devons serrer les rangs contre le colonialisme et l'impérialisme assassins ! (...) Lire la suite »

Palestine : Le dernier chapitre ? (Counter Currents)

Jafar M Ramini
Non, pas du tout, absolument pas. Pas tant qu'il restera un seul vrai Palestinien debout pour réclamer justice et se battre pour elle. Nous avons essuyé de nombreux revers, nous, les Palestiniens, au cours des 100 dernières années. Premièrement, les Britanniques nous ont injustement et illégalement imposé la Déclaration Balfour en 1917. Nous avons tenu bon et nous avons dit " non ". Puis les mêmes Britanniques ont tenté de nous imposer la partition du rapport Peel en 1937. Nous avons tenu bon et nous avons dit " non ". Puis vint le plan de partition injuste de l'ONU de 1947 et nous avons tenu bon et nous avons dit " non ". Puis ils ont permis la création d'Israël en 1948. Nous avons tenu bon et nous avons dit " non ". Cela n’a pas empêché le régime fasciste d'apartheid israélien de nettoyer ethniquement notre terre et d’assassiner notre peuple. Nous avons encaissé les coups, nous avons tenu bon et nous avons dit " non ". En 1967, ils ont envahi ce qui restait de la Palestine. Bien que, depuis 51 (...) Lire la suite »

Un courage qui force le respect

Kharroubi HABIB
Dans le même temps avant-hier lundi qu'officiels israéliens et étasuniens se congratulaient et se sont adonnés à des réjouissances célébrant le transfert de l'ambassade américaine à El Qods (Jérusalem), l'armée de l'Etat sioniste perpétrait un carnage sur les manifestants palestiniens qui protestaient pacifiquement près de la ligne séparant la bande de Ghaza du territoire israélien contre ce transfert qui à leurs yeux s'inscrit dans le déni de leur aspiration à un Etat national avec El Qods comme capitale. Le bilan de la tuerie en ce jour noir a été horrible. Pas moins de 60 Palestiniens, hommes, femmes, vieillards et enfants, ont été tués tandis que près de 2 000 ont été plus ou moins grièvement blessés. L'hécatombe a indigné le monde entier mais sans perturber les consciences des participants à la cérémonie d'inauguration de l'ambassade américaine. Ceux qui y ont pris part ont même félicité la soldatesque qui commettait le carnage dont ils ont rejeté la responsabilité sur le Hamas accusé par eux d'être le chef (...) Lire la suite »

Quelle banderole politique les villes ont-elle le droit d’afficher ?

LECTEUR
En rétention administrative en Israël depuis août 2017, Salah Hamouri, avocat franco-palestinien marié à une Ivryenne, Elsa Lefort, fille de l’ancien député communiste Jean-Claude Lefort, a fait l’objet en septembre dernier d’un portrait par le graffeur C215, dessiné au coin de la rue Molière et du boulevard Brandebourg à Ivry-sur-Seine. La ville en a tiré une affiche qu’elle a apposée devant la mairie d’octobre à mi-avril, date à laquelle le portrait, vandalisé, a été retiré pour être restauré. A Ivry, la pratique de la banderole politique est assez coutumière, et la commune affiche actuellement une autre banderole qui proteste contre « la mise sous tutelle des collectivités locales par l’Etat au travers de la contractualisation » ainsi qu’une troisième pour exiger le droit de visite de Claude Mangin-Asfari à son époux emprisonné au Maroc, Naâma Asfari, citoyen d’ honneur de la ville. Ce 30 avril, le courrier adressé au maire d’Ivry-sur-Seine par la préfecture du Val-de-Marne a toutefois ciblé uniquement celle (...) Lire la suite »

Ce que coûte aux Arabes leur confiance en Israël

parstoday.com
Les sociétés de sécurité israéliennes font de bonnes affaires avec les pays arabes. D'une part, elles leur vendent leurs produits et font du bénéfice et de l'autre, elles engrangent des renseignements sur leurs clients, mises à la disposition des services secrets d’Israël. Al Jazeera a réalisé un reportage sur les activités des sociétés de sécurité israéliennes dont voici un aperçu : "Israël cherche à élargir le champ d’action de ce sociétés via des conférences tournantes dont il profite pour en faire la publicité. Ces sociétés constituent non seulement une source de revenu mais aussi un moyen de collecte d’informations et d’espionnage. En vendant leurs logiciels, elles apportent chaque année 5 milliards de dollars de revenus à Israël, soit 5% de toute l’exportation israélienne. En 1999, une de ces compagnies (Mer Security) a signé un accord avec la police israélienne pour créer une ville modèle placée sous haute surveillance. Ainsi, elle a installé près d’un millier de caméras de surveillance dans la partie (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 190