RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Palestine

Redonner une dimension politique au discours palestinien (Al Shabaka)

Hazem Jamjoum
Note de la rédaction : Voilà le premier article du Cercle politique sur la narrative et le discours d'Al-Shabaka. Ce Cercle est composé d’une équipe d'analystes politiques d'Al-Shabaka qui ont pour projet de se demander si les Palestiniens devraient avoir un discours légitime unifié et, si oui, ce qu’il devrait être. L’objet des cercles politiques d’Al-Shabaka est de confier à un groupe d'analystes une étude et une réflexion à long terme sur une question clé pour le peuple palestinien. L'Organisation de libération de la Palestine (OLP), qui incarnait autrefois le mouvement de libération de la Palestine, s'est depuis transformée en une entité non souveraine - l'Autorité palestinienne (AP) - qui préside aux destinées d'un archipel de prisons en Cisjordanie occupé. Cela a provoqué, dans la société palestinienne internationale, une onde de choc qui a fracturé le récit historique palestinien. A l'occasion du 25ièmeanniversaire de la création de l'AP, cet article se propose d’analyser un des plus importants (...) Lire la suite »

J’ai demandé à la seule journaliste israélienne basée en Palestine de me montrer quelque chose de choquant - et voici ce que j’ai vu (The Independent)

Robert FISK

C’est l’ancienne route de Ramallah à Jérusalem, bordée de richesses perdues, de vains espoirs et de maisons autrefois aimées. Tout cela, bien sûr, finit maintenant dans le Mur.

Montrez-moi quelque chose qui va me choquer, ai-je demandé à Amira Hass. La seule journaliste israélienne qui vit en Cisjordanie - ou en Palestine, si vous croyez encore en ce mot si peu orthodoxe - m'a donc emmené sur une route à l’extérieur de Ramallah qui dans mon souvenir était une autoroute qui menait à Jérusalem. Mais maintenant, sur la colline, elle se transforme en une route à l’abandon, à moitié goudronnée, bordée de magasins fermés par des volets rouillés et des ordures. La même odeur putride d’égouts à l’air libre plane sur la route. L’eau puante stagne, verte et flasque, en flaques au pied du mur. Ou Mur avec une majuscule. Ou, pour les journalistes prudents, "Mur de sécurité". Ou, pour les âmes délicates, "Barrière de sécurité". Ou pour les plumes désinvoltes, simplement "Barrière". Ou, si ses implications politiques vous font peur, "Clôture". Une clôture, comme ces clôtures de bois qu’on voit dans les champs. Ou - si vous voulez vraiment faire peur aux journalistes de la télévision et mettre en (...) Lire la suite »

Nettoyage ethnique à Khan El Ahmar : la CPI mise devant ses responsabilités

Kharroubi HABIB
Attaquée avec virulence par l'administration Trump et mise en demeure par elle de renoncer à l'ouverture de toute enquête contre des responsables civils ou militaires étasuniens ou de pays amis des Etats-Unis au motif qu'ils sont susceptibles d'avoir ordonné ou commis des crimes de guerre dans le cadre de conflits où leurs pays sont impliqués, la Cour pénale internationale (CPI) a répliqué avec panache que l'attaque des EU ne l'impressionne pas et que, malgré les menaces, dont ils ont été l'objet ses magistrats n'abdiqueront pas. Saluée et approuvée internationalement pour sa courageuse réplique à l'opération d'intimidation entreprise à son encontre par Washington, la CPI vient de se voir offrir l'occasion de démontrer que sa détermination affichée à passer outre l'injonction étasunienne n'est pas qu'un simple effet d'annonce. En effet, Saeb Erekat, secrétaire général de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), a annoncé que son organisation avait déposé une plainte auprès de la CPI pour (...) Lire la suite »

Un "gentleman’s agreement" : Oslo a fonctionné comme prévu pour Israël (Middle East Eye)

Jonathan COOK

Vingt-cinq ans après, les analystes affirment qu’Oslo n’a pas échoué : il a donné à Israël les moyens d’empêcher l’émergence d’un État palestinien

Il n'y aura pas de célébrations cette semaine pour commémorer la signature des Accords d'Oslo à Washington il y a 25 ans. C'est un jubilé d'argent mais il n'y aura pas de fêtes dans les rues, pas de tasses commémoratives, pas de pièces frappées pour la circonstance. Les Palestiniens ont pratiquement ignoré cet anniversaire historique, et Israël ne l’a souligné que par une poignée d'articles de presse déplorant ses failles. Le plus important événement a été un documentaire, The Oslo Diaries, diffusé à la télévision israélienne et qui doit passer cette semaine aux États-Unis. Il décrit les événements à l’origine des accords de paix signés par le dirigeant palestinien Yasser Arafat et le Premier ministre israélien Yitzhak Rabin, à Washington le 13 septembre 1993. L'euphorie suscitée par le processus de paix initié par la Norvège il y a un quart de siècle paraît aujourd'hui tout à fait inappropriée à la plupart des observateurs. Les retraits progressifs des territoires palestiniens occupés promis par Israël se sont (...) Lire la suite »

Le sionisme politique est synonyme de la négation de l’indigène palestinien

Mohamed EL BACHIR
« Hélas dit la souris, le monde devient plus étroit chaque jour. Il était si grand autrefois que j'ai pris peur, j'ai couru , j'ai couru, et j'ai été contente de voir enfin, de chaque côté, des murs surgir à l'horizon ; mais ses longs murs courent si vite à la rencontre l'un de l'autre que me voici déjà dans la dernière pièce, et j'aperçois là-bas le piège dans le lequel je vais tomber.-Tu n'as qu'à changer de direction , dit le chat en le dévorant. » (Kafka, la fable de la souris) Une ''stratégie de Shéhérazade'' au service du sociocide du peuple palestinien (1) Après l'exécution de sa femme pour cause d'adultère, le roi de Perse, Sharyar, décide d'épouser chaque jour une vierge qu'il fait exécuter au lever du matin après la noce. Toutes les femmes étant perfides aux yeux du roi, Shéhérazade, fille aînée du grand vizir décide de mettre fin à ce massacre en se mariant avec le roi. Le soir venu, elle raconte une histoire fascinante au sultan sans la terminer. Son époux avide de connaître la suite, lui laisse la (...) Lire la suite »

Palestine : Appel commun des partis communistes et ouvriers, à l’initiative du Parti du peuple palestinien

Le Parti du peuple palestinien a appelé les partis communistes et ouvriers le souhaitant à signer la déclaration commune traduite ci-dessous. Dans cette déclaration, le PPP et les autres partis signataires condamnent les crimes d’Israël, qui se sont accélérés, en particulier à Gaza, depuis la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël par les États-Unis, ils condamnent aussi l’hypocrisie de l’Union Européenne.

Surtout, ils dénoncent sans équivoque la collaboration de certains partis, membres du Parti de la Gauche Européenne (PGE), avec la colonisation israélienne, en particulier Die Linke mais aussi Syriza qui, au pouvoir en Grèce, a signé en 2015 un accord militaire sans précédent avec Israël. Ces faits doivent interroger à nouveau les communistes français sur la nature du PGE. Pour le PCF, il est temps d’en sortir, de retrouver nos positions de classe, nos positions internationalistes !

Les partis communistes et ouvriers condamnent avec fermeté les crimes commis par l'armée israélienne contre le peuple palestinien dans les territoires occupés, en particulier dans la bande de Gaza, qui a causé un bain de sang, assassinant de sang froid des manifestants non armés, hommes, femmes et enfants. La politique agressive de l'administration Trump et la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël et la décision d'y déménager l'ambassade des États-Unis, par-dessus et contre le tollé général international, a encouragé l'agressivité d'Israël, qui continue l'occupation illégale des territoires palestiniens et continue de massacrer le peuple palestinien. Les gouvernements des pays qui adoptent une position de d'équidistance, identifiant la victime avec le coupable, portent de grandes responsabilités ; la position de l'Union européenne selon laquelle, alors qu'un massacre organisé du peuple palestinien est en train de se produire, appelle "toutes les parties à la retenue" et améliore ses (...) Lire la suite »

Ahed Tamimi libérée : Telle fille... telle mère ?

Narimane Tamimi

Ahed Tamimi, la jeune palestinienne de 17 ans, incarcérée dans la prison Sharon, en Israël, a été libérée ce matin. Elle avait été arrêtée le 15 décembre 2017 pour avoir giflé un soldat israélien. Sa mère, Narimane, qui aurait osé poster une vidéo de l’altercation, a partagé son sort. Voici « la petite chose » que cette mère a voulu dire au monde une fois rentrée dans son village [NdT].

Bonsoir à tous et merci à tous les journalistes ici présents et à toutes les personnes qui se sont donné de la peine pour nous. C’est pour nous une immense fierté que nous soyons solidaires, que nous soyons l’arbre et vous, ses racines. Je ne répéterai pas ce que Ahed vient de dire, je vous dirai juste une petite chose. Moi, une mère, j’ai une fille qui a été en prison et c’est en prison que j’ai appris l’incarcération de mon fils qui est toujours incarcéré. J’adresse mon message à toutes les mères et à tous les pères : Nous ne devons pas avoir peur pour nos enfants. Tel le sel qui se dissout dans l’eau, nos enfants sont le sel de cette terre. Notre force est que nous existons. Laissez nos enfants se lancer. Laissez nos enfants agir comme ils l’entendent. Même à l’intérieur des maisons, nos enfants meurent. Et à l’extérieur des maisons, ils meurent aussi. Au moins, qu’ils meurent en affrontant cette occupation pour la repousser. Notre foi est en eux, dans leur mental. [Notre foi est] dans le mental (...) Lire la suite »

Ne laissons pas le peuple Palestinien seul dans cette confrontation décisive pour toute la Nation arabe.

Parti Communiste Libanais
Dans un communiqué de son Bureau politique publié le vendredi 20 juillet 2018 suite à l'adoption par la Knesset du projet de loi définissant Israël comme "l'Etat-nation du peuple juif" il condamne avec la plus grande fermeté cette décision qu'il qualifie d'agressive et de raciste. Conjuguée au transfert de l'ambassade américaine à Jérusalem, transformant cette dernière en capitale de l’État sioniste, les communistes Libanais dénoncent le "deal du siècle" dont l’exécution a commencé sur le terrain avec la complicité des Etats-Unis et des régimes réactionnaires arabes. L'objectif étant la liquidation pure et simple de la cause Palestinienne dans le prolongement direct de la déclaration Balfour et de la création de l'entité sioniste en 1948. Le Parti communiste libanais appelle à élever le niveau de confrontation avec tous les protagonistes de cette liquidation. Il appelle l'Autorité palestinienne à annuler tous les accords ou compromis passés avec l'ennemi sioniste et à sortir des accords d'Oslo. Il est (...) Lire la suite »

Sanctions, répressions et tentations ne feront pas reculer les Palestiniens

Kharroubi HABIB

Lors de l’inauguration de l’ambassade américaine à El Qods, Jared Kushner, le gendre du président américain chargé par celui-ci de relancer le dialogue entre Israéliens et Palestiniens en établissant un plan de paix sur la base duquel les deux parties seront conviées à négocier un accord mettant fin à leur conflit, avait déclaré que « les Etats-Unis sont prêts à tout faire pour soutenir un accord de paix ».

L'on sait depuis ce que ce « tout » signifier pour les Palestiniens. Il leur vaut d'être soumis à d'ignobles pressions tant militaires que financières et économiques dont l'exercice simultané est destiné à briser leur résistance et à les faire revenir sur leur refus de tout plan de paix émanant des Etats-Unis que leur alignement inconditionnel sur Israël a disqualifiés en tant que médiateur impartial. L'Amérique et Israël ont en effet entrepris en parfaite collusion de saper le moral des Palestiniens, l'une en mettant fin à l'assistance financière qu'elle fournissait à l'Autorité palestinienne et à l'UNRWA, l'office onusien en charge de venir en aide aux refugiés palestiniens, l'autre en pourrissant la vie aux populations des territoires occupés et de la bande de Gaza. Dans le cas de cette dernière, l'Etat sioniste l'a non seulement isolée hermétiquement du reste du monde mais il l'a soumise également à un traitement militaire combinant une sanglante répression sur sa population qui a le courage de (...) Lire la suite »

Pour Jared Kushner les Palestiniens sont à vendre (The Independent)

Robert FISK

Après trois guerres, des dizaines de milliers de morts palestiniens et des millions de réfugiés, Kushner croit-il vraiment que les Palestiniens se contenteront de cash ?

N'y aura-t-il pas de fin à l'humiliation des Palestiniens ? Après Oslo, après la « solution des deux États », après les années d'occupation israélienne répartissant les Palestiniens en zones « A » et« C » suivant les modalités d’occupation définies par Israël, après la vaste colonisation juive de terres volées à ses propriétaires arabes, après les massacres de Gaza, et la décision de Trump de désigner Jérusalem, toute entière comme capitale d'Israël, va-ton oser demander aux Palestiniens de se contenter de cash et d’une misérable banlieue comme capitale ? Il n’y a donc pas de limite au cynisme ? Car les Palestiniens se verront bientôt imposer un« accord final » – « final », signifiant dernier, définitif, terminal, irréversible ; on tente le tout pour le tout, c’est à prendre ou à laisser, c’est le dernier avertissement, le jeu est fait, on remet les compteurs à zéro, c’est la fin de la partie, allez au diable. Une pauvre banlieue comme capitale, pas de fin à la colonisation, pas de sécurité, pas d'armée, pas de (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 190