RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Palestine

Expansion israélienne illégale en Cisjordanie

Maryse Laurence LEWIS
Nous pourrions multiplier les articles exposant les injustices dont souffrent les Palestiniens, dénoncer les expropriations illégales, le harcèlement dont ils sont victimes, en plus des assassinats perpétrés contre eux. Cela ne mettra pas fin aux hostilités qui ensanglantent cette « terre promise ». Une position inattendue des États-Unis Depuis 1967, des volontaires juifs prennent le risque de s'accaparer des sites illégaux, en Cisjordanie. Et voilà qu'à présent ils projettent d'y établir 1355 nouveaux logements, lesquels s'ajouteront aux 2000 prévus dès le mois d'août. Les responsables attendent sous peu l'autorisation du Ministère de la Défense pour les réaliser. Bien que ce soit tout à fait étonnant, le porte-paroles de la diplomatie états-unienne, Ned Price, proclame : « Nous sommes profondément préoccupés par le projet du gouvernement israélien ». « Nous estimons aussi que tout effort visant à légaliser rétroactivement des colonies illégales est inacceptable ».(¹) Eretz Israël Selon le Ministre de la (...) Lire la suite »

Le combat inachevé de Zakaria Zubeidi

Ramzy BAROUD

Zakaria Zubeidi est l’un des six prisonniers palestiniens qui, le 6 septembre, ont creusé un tunnel pour sortir de Gilboa, une célèbre prison israélienne de haute sécurité. Il a été repris quelques jours plus tard. Les nombreux hématomes qu’il portait au visage témoignaient de l’histoire poignante d’une évasion audacieuse et d’une arrestation violente. Cependant, son histoire ne commence ni ne s’arrête là.

Il y a vingt ans, après ce qui est resté gravé dans la mémoire collective palestinienne comme le "massacre de Jénine", j'ai été présenté à la famille Zubeidi dans le camp de réfugiés de Jénine, presque entièrement rasé par l'armée israélienne pendant et après les combats. Toutes mes tentatives de me rendre à Jénine, maintenue en état de siège par l'armée pendant des mois après l'épisode le plus violent de tout le deuxième soulèvement palestinien (2000-2005), ont été contrecarrées par l'armée israélienne. Je n'ai pas pu parler directement à Zakaria Zubeidi. Contrairement à son frère Taha, il a survécu au massacre de 2002 et a ensuite gravi les échelons des Brigades des Martyrs d'Al-Aqsa, la branche armée du mouvement Fatah, pour en devenir le chef. Il s’est ainsi retrouvé en tête de la liste des Palestiniens les plus recherchés par Israël. Nous avons surtout communiqué avec sa sœur, Kauthar, qui nous a raconté en détail les événements qui ont précédé ce siège militaire fatidique. Elle n'avait que 20 ans à l'époque. (...) Lire la suite »

« Israël »… colonie européenne implantée en Palestine

Hadar Cohen

L’étymologie sémitique du mot « arabe » est « mixte », étant donné que pour la plus grande partie de son histoire, la région arabe a été un lieu où les peuples de différents continents venaient vivre ensemble.

Le sionisme n’a pas de place pour une juive arabe comme moi. L’État d’Israël nous a conditionnés à voir comme impossible l’intersection de « juif » et « arabe » – alors même que ma famille maintient cette identité depuis des générations. À chaque fois que je me retrouve dans une manifestation de gauche contre l’occupation, il y a toujours quelqu’un tenant une pancarte qui dit : « Les juifs et les Arabes refusent d’être ennemis ». Cette phrase est devenue, d’une certaine façon, le socle de l’idéologie de gauche promouvant la coexistence en Israël/Palestine. Mais quand je vois cette phrase, je me sens immédiatement désorientée. De quel côté suis-je ? Si je suis sur le côté juif, est-ce que je perds l’identité arabe à l’intérieur de moi ? Est-ce que je peux m’identifier comme une Arabe, alors même que je jouis des privilèges d’une citoyenne juive israélienne ? Qui a décidé d’opposer une ethnie à une religion ? La colonisation agit sur nos esprits pour déformer notre compréhension de l’identité et perpétuer son agenda (...) Lire la suite »
10 

Israël-Gaza : comment la résistance palestinienne remet en cause la suprématie technologique militaire de l’Occident

Ahmed D. DARDIR

L’idéologie qui réserve les technologies avancées et la puissance de feu aux superpuissances occidentales est remise en question par les acteurs non occidentaux qui revendiquent ces technologies.

Dans sa dernière confrontation avec les forces d'occupation israéliennes, et en réponse à l'agression israélienne continue contre la mosquée al-Aqsa et les habitants de Jérusalem, la résistance palestinienne basée à Gaza a lâché une flotte de ballons incendiaires en direction des colonies israéliennes qui bordent la bande de Gaza. Comme les exactions perpétrées par Israël à Jérusalem n'ont pas techniquement violé le cessez-le-feu signé en mai, la résistance palestinienne n’a pas pu répondre par des moyens militaires ; elle a donc fait preuve de créativité en utilisant des armes banales. Tout en incarnant l'esprit de résistance, la réaction palestinienne devait rester mesurée pour ne pas servir de prétexte à une nouvelle série d'hostilités israéliennes. Cela n’a pas empêché Israël de répondre par des frappes aériennes contre ce qu'il prétendait être des cibles du Hamas à Gaza, violant de fait le cessez-le-feu. Pourtant, une grande partie des médias occidentaux et de l'opinion publique considère cette violation (...) Lire la suite »

Déclaration de l’UAWC après le raid militaire israélien sur le siège de l’organisation

via campesina
Le mercredi 7 juillet 2021, vers 3 heures du matin, les forces d’occupation israéliennes ont fait une descente au siège de l’Union des Comités de Travail Agricole (UAWC) à Ramallah/Al-Bireh, laissant derrière elles un ordre militaire standard dictant la fermeture de notre bureau principal pour 6 mois. Lors de leur invasion, les forces d’occupation israéliennes ont démoli notre porte d’entrée, semé le désordre dans le bureau et endommagé une partie de notre mobilier. En outre, elles ont volé cinq disques durs, un ordinateur portable, un magnétoscope numérique et plusieurs livres et documents. L’UAWC dénonce le raid israélien, les dommages causés à notre bureau et l’ordre de fermeture militaire avec la plus grande fermeté. Cet ordre est illégitime et de toute évidence motivé par des raisons politiques. Il vise notre siège social dans le but de perturber l’ensemble de notre organisation. Le raid et l’ordre de fermeture représentent une attaque particulièrement provocante contre la souveraineté palestinienne, (...) Lire la suite »

200 mètres : le train-train en Palestine occupée.

Rosa LLORENS
Pour leur réouverture, les cinémas semblent nous avoir préparé une pochette-surprise de feel-good movies , dont le fleuron est l’hagiographique L’oubli que nous serons, avec l’inévitable Javier Cámara, spécialiste, avec le don qu’il a de se faire rougir le bout du nez pour exprimer des émotions intenses, du mélo. Que pouvait-on attendre de 200 mètres, d’Amine Nayfeh, co-production qataro-italo-suédo-jordanienne ? Mustafa habite chez sa mère, à 200 mètres de sa femme et leurs trois enfants, séparé d’eux par le Mur israélien ; lorsque son fils a un accident et que Mustafa veut aller le voir à l’hôpital, ces 200 mètres deviennent, suivant un schéma maintenant bien établi, une odyssée de 200 km. Qu’apporte cette énième variation sur le système d’apartheid routier israélien et de check-points où les Palestiniens s’entassent comme des poissons pris dans la nasse ? Dans Paradise Now, de 2005, où jouait déjà Ali Suliman, celui-ci menait, sur les chapeaux de roues, une discussion passionnée sur l’emploi de la violence, avec (...) Lire la suite »

Un Etat né dans les laboratoires de la diplomatie

Mohamed EL BACHIR
« La montagne s’ébranla devant moi. Je sentais les larmes se frayant un chemin jusqu’aux yeux d’Om Saad. Il m’était arrivé de voir des gens pleurer...Mais les larmes d’Om Saad étaient différentes. Elles me donnaient l’impression de jaillir d’une source desséchée. Je restai, debout, immobile, devant cet œil brillant qui résistait. » ( Ghassan Kanafani. Contes de Palestine) En juin 2020, j’ai conclu l’article intitulé « Pour une Palestine une et indivisible » ainsi : Vers une troisième intifada « ... Le programme à venir des forces palestiniennes est de mettre fin aux divisions politiques entre les différentes tendances palestiniennes et de les rassembler autour d’une même Résistance pacifique et militaire. C’est possible à condition d’admettre qu’il y a un invariant historique, l’indivisibilité territoriale de la Palestine et que l’Occident n’est pas le Moyen-Orient. » (1) Mille et une résolutions du Conseil de sécurité Le 10 mai 2021, l’expulsion des habitants palestiniens du quartier de Cheikh Jarrah, un (...) Lire la suite »

De la Palestine et du déclin annoncé de la communauté juive mondiale.

Djamel LABIDI

En mars 2007, Jacques Attali , un penseur particulièrement préoccupé par le destin de la communauté juive, s'interrogeait avec franchise et audace sur "L'avenir des juifs au 21ème siècle" (1).

Il présentait à ce propos quelques statistiques essentielles : La communauté juive représente, notait-il alors, "un nombre stable actuellement de 13 millions de personnes, ce qui représente deux millions de plus qu'en 1945. Il aura fallu onze ans pour qu'elle passe de 11 à 12 millions et 40 ans pour qu'elle passe de 12 à 13 millions aujourd'hui". La probabilité qu'elle représente une part décroissante de la population humaine est donc , selon lui, une évidence, aggravée par le phénomène des mariages mixtes puisqu'on estime, que par ce biais, 50% des enfants d'un seul parent juif quittent cette communauté. "Un processus donc, observe-t-il, d'assimilation et de disparition considérable. La communauté juive ne représente plus que 2 pour mille de la population mondiale". En "Israël proprement dit", ajoute-t-il, "les populations environnantes seront à l'échelle de 50 ans non seulement plus nombreuses dans l'ensemble palestinien que dans l'ensemble israélien, et à l'échelle de 60, 70 ans plus nombreuses (...) Lire la suite »
16 
Palestine

Honneur aux résistants !

Bruno GUIGUE

Le plus révoltant, dans le drame palestinien, c’est, bien sûr, la brutalité de l’occupant, sa morgue coloniale, son mépris pour la vie des autres, son aplomb dans le meurtre, son arrogance de vainqueur à la victoire facile, sa bonne conscience lorsqu’il appuie sur la gâchette, sa lâcheté lorsqu’il assassine des civils, son accoutumance au crime.

Mais c’est aussi cette mauvaise foi abyssale, cette hypocrisie de l’agresseur qui joue à l’agressé, ce mensonge qui sort de sa bouche lorsqu’il prétend se défendre, lorsqu’il condamne le terrorisme, lorsqu’il ose invoquer la légitime défense, lorsqu’il parle d’antisémitisme. Des terroristes, les combattants palestiniens ? Non, ce sont des résistants, des vrais, de ceux qui se battent pour la patrie, pour la terre de leurs ancêtres, pour vivre en paix, un jour, dans cette Palestine dont l’envahisseur veut les spolier, pour cette Palestine dont l’État-colon se croit dépositaire, alors qu’il n’est qu’un occupant illégitime, un usurpateur. La légitime défense d’Israël ? Soyons sérieux : la seule légitime défense qui vaille, c’est celle du peuple palestinien, pas celle de la soldatesque coloniale ; celle de l’occupé qui résiste, pas celle de l’occupant qui opprime. Des résistants qui ont raison de se battre, et qui savent que si l’honneur est de leur côté, le déshonneur est dans le camp adverse. On nous raconte que (...) Lire la suite »
23 

Les affrontements entre Palestiniens et Israéliens vus par les médias français

Philippe ARNAUD

Ces remarques se rapportent à la couverture médiatique des affrontements entre Palestiniens et Israéliens (l’ordre d’énumération des belligérants n’est pas fortuit...), tels qu’ils se déroulent, depuis une semaine, à Jérusalem-Est, en Cisjordanie, en Israël même, et, bien entendu, à Gaza.

Remarque 1. Ces affrontements se déroulent, en France, dans un contexte idéologique particulier : pour la première fois depuis la guerre froide, les positions politiques à l'égard de ce conflit sont bien polarisées entre droite et gauche. Autant la gauche a pris nettement parti pour les Palestiniens (sauf Manuel Valls et Anne Hidalgo... mais sont-ils de gauche ?), autant la droite s'est rangée comme un seul homme derrière Israël. J'entends par droite non seulement L.R. (la droite canal historique), mais aussi LREM (la nouvelle droite), et, de façon plus surprenante, le R.N. Je dis surprenant car, depuis des années, en matière de politique étrangère, l'extrême-droite s'est distinguée du reste de la droite par son attitude à l'égard de l'Europe, de la Russie, de l'OTAN, voire d'Israël (en raison d'un vieux fond maurrassien...), etc. Cette fois-ci, le R.N. s'est clairement prononcé pour Israël. Remarque 2. Parmi les raisons possibles de cet alignement, il y a sans doute la conscience d'un parallélisme (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 490