RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La nouvelle course à l’armement signale la guerre en avant

La belligérance croissante du Royaume-Uni sur la scène mondiale a été soulignée la semaine dernière lorsque le nouveau chef de l’armée britannique, le général Sir Patrick Sanders, a averti dans son premier discours public que les troupes britanniques devaient se préparer à "combattre à nouveau en Europe", appelant à l’armée britannique doit être mise sur le pied de guerre, prête à "’combattre et gagner’ dans une nouvelle guerre mondiale" contre la Russie (The Times, 28/6/22)

Son appel aux armes a été coordonné avec une demande du secrétaire à la Défense Ben Wallace pour une augmentation de 20% des dépenses d’armement – en plus de l’énorme augmentation du budget de la défense britannique l’année dernière, la plus forte augmentation des dépenses militaires britanniques depuis la Corée Guerre.
"C’est notre moment de 1937", a déclaré le général de l’armée, faisant référence à la période qui a précédé la Seconde Guerre mondiale. Par implication, il comparait la Russie à l’Allemagne nazie, alors qu’en fait, la Russie est engagée dans une intervention défensive pour contrer la poussée incessante de l’OTAN vers ses frontières. L’autre implication est que la guerre arrive dans deux ans. Ironiquement, 1937 a été une année au cours de laquelle la Grande-Bretagne et la France ont refusé les demandes soviétiques d’un pacte de sécurité contre l’Allemagne, espérant qu’Hitler ferait la guerre à l’URSS – un fait gênant que le général Sanders n’a pas mentionné.

Le général de l’armée britannique a poursuivi : « Nous ne sommes pas en guerre – mais nous devons agir rapidement pour ne pas y être entraînés par un échec à contenir l’expansion territoriale... Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour que l’armée britannique joue son rôle. pour éviter la guerre.

Pour « éviter la guerre », lisez le contraire. De même, sa protestation selon laquelle la mobilisation de l’armée est différente de « la ruée vers la guerre » qui a précédé 1914 doit être comprise comme précisément cela : la préparation de la prochaine guerre mondiale. En effet, le général a poursuivi en disant qu’il appelait à "une accélération" de l’agenda Future Soldier, Future Soldier étant le nom donné à la course aux armements britannique. Il a salué la "volonté de verser le sang" des alliés de l’OTAN, qui "nous verra triompher".

Course à l’armement de l’OTAN

Toutes les grandes puissances capitalistes se précipitent maintenant pour augmenter la production d’armes en vue de la prochaine grande guerre. Le chef de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a annoncé le 27 juin une augmentation considérable du nombre de soldats de l’OTAN parmi tous les alliés, multipliant par plus de 7 la "force à haut niveau de préparation" de l’OTAN, à plus de 300 000 contre environ 40 000.

Le budget de la défense des États-Unis cette année est passé à 847 milliards de dollars, une somme jamais atteinte. Comparez ce budget aux 65 milliards de dollars de la Russie et aux 293 milliards de dollars de la Chine (selon l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm) et vous voyez la disparité – et où réside le véritable danger pour la paix mondiale.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson s’est vanté – entre les deux sommets occidentaux belliqueux, le G7 en Allemagne et l’OTAN en Espagne la semaine dernière – que les dépenses britanniques avaient déjà augmenté de 24 milliards de livres sterling par an depuis la fin de la guerre froide, ajoutant que le Royaume-Uni était désormais le troisième plus gros dépensier militaire au monde avec 65 milliards de livres sterling par an et en augmentation. Des voix conservatrices plus bellicistes telles que Tobias Ellwood, président du Comité de défense des Communes, veulent des dépenses de défense encore plus élevées – jusqu’à 3% du PIB, contre 2% actuellement, qui est le minimum de l’OTAN.

La France augmente également ses dépenses d’armement à 53 milliards de dollars par an d’ici 2025. Le président Macron appelle à la constitution d’une force militaire européenne autonome, dirigée par la France qui, après le Brexit, est la seule puissance nucléaire de l’UE.

La hausse la plus spectaculaire des dépenses d’armement, cependant, concerne l’Allemagne, qui a annoncé un doublement de son budget d’armement dès le début de la guerre en Ukraine. Non seulement elle a accepté de livrer des armes lourdes à l’Ukraine, faisant fi de sa politique de refus de livraison d’armes dans les zones de guerre, mais le 3 juin, les députés allemands « ont accepté de réviser la Loi fondamentale pour ajouter la phrase suivante à son paragraphe 87a, consacré à les armées : « Afin de renforcer les capacités de défense et la coopération interalliée, l’État fédéral est autorisé à créer un fonds spécial de 100 milliards d’euros » » (Le Monde, 28 juin). Le budget de 100 milliards d’euros de l’Allemagne en fera la plus grande puissance armée d’Europe.

Le Japon, lui aussi, double ses dépenses d’armement à 86 milliards de livres sterling par an, comme l’Allemagne qui a brisé les restrictions qui lui ont été imposées après la Seconde Guerre mondiale.

L’Espagne a également plus que doublé ses dépenses militaires, passant de 10 milliards d’euros à 24 milliards d’euros. De même, la décision de la Suède de demander l’adhésion à l’OTAN lui a donné l’excuse de plus que doubler ses dépenses d’armement à 2% de son PIB, le minimum de l’OTAN – d’environ 7 milliards d’euros à bien plus de 15 milliards d’euros. La Finlande, elle aussi, augmentera ses dépenses militaires de plus de 2,2 milliards d’euros au cours des quatre prochaines années.

Cette course aux armements jette les bases d’une guerre de l’OTAN contre la Russie et la Chine – mais elle sème aussi les germes de guerres futures entre certaines de ces puissances elles-mêmes : entre les anciens adversaires l’Allemagne et la France ; le Japon et les États-Unis ; Grèce et Turquie.

Le prétexte ukrainien

Toutes ces puissances utilisent la guerre d’Ukraine comme prétexte pour des dépenses d’armement sans précédent, la Grande-Bretagne jouant un rôle de premier plan. Sir Lawrence Freedman, professeur émérite d’études sur la guerre au King’s College de Londres, a félicité la Grande-Bretagne pour avoir envoyé à l’Ukraine des "armes substantielles" avant les autres puissances (Guardian, 20 mars). La Grande-Bretagne a jusqu’à présent formé plus de 22 000 soldats ukrainiens et a proposé de former 120 000 soldats ukrainiens supplémentaires au cours des dix prochaines années. La Grande-Bretagne envoie des véhicules blindés, des systèmes de missiles anti-navires et "un kit supplémentaire d’une valeur de 100 millions de livres sterling pour Kyiv, y compris des armes antichars et anti-aériennes".

La Grande-Bretagne utilise son savoir-faire diplomatique pour attiser la guerre en Ukraine, assurant sa poursuite. Boris Johnson s’est rendu à Kiev pour la deuxième fois récemment, le lendemain de la visite des dirigeants allemands, français et italiens – afin d’annuler toute initiative qu’ils auraient pu prendre en vue d’un règlement négocié de la guerre. Plus tard, lors du sommet du G7 lors des pourparlers avec le président français Macron, Boris Johnson a réitéré sa position belliciste, affirmant que « toute tentative de régler le conflit maintenant ne fera que provoquer une instabilité durable » – réfutant directement la déclaration de Macron du 4 juin selon laquelle la Russie ne devrait pas être humiliée. et que l’Ukraine devrait être en mesure de décider des termes de tout accord de paix avec la Russie.

Bénéfices

Bien sûr, il y a d’énormes profits à tirer de la guerre et de la course aux armements qui s’ensuit. Le suédois Saab voit une "opportunité passionnante" devant lui (Dagens Industri, 17 mars). Rejoindre l’OTAN "ouvrirait des marchés pour l’entreprise et faciliterait grandement la vente... SAAB devrait maintenant avoir une occasion en or d’augmenter ses prix et d’être mieux payé afin que les actionnaires en profitent également". Le cours de l’action Saab a grimpé en flèche.

De même, les cours des actions de Lockheed Martin et de tous les principaux fabricants d’armes ont également fortement augmenté. Un titre du magazine économique Forbes en mars disait tout : « Les stocks de guerre augmentent alors que le conflit russo-ukrainien fait rage ».

Les actions de BAE Systems ont augmenté de 43% en un an. Le plus grand fabricant d’armes en Europe, le septième au monde – et le plus grand fabricant de toutes sortes en Grande-Bretagne – BAE Systems a réalisé près de 2 milliards de livres de bénéfices nets l’année dernière. 1 milliard de livres sterling suffisent pour faire fonctionner un grand hôpital de la ville pendant un an.

Pendant ce temps, de nombreux conservateurs d’importance sont des bénéficiaires individuels de l’industrie britannique de l’armement. Le mari de Theresa May, Phillip May, est un cadre supérieur de Capital Group, le principal actionnaire de BAE Systems et le deuxième actionnaire de Lockheed Martin.

Le secrétaire à la Défense, Ben Wallace, n’a démissionné de son poste de directeur de la grande entreprise britannique d’armement de haute technologie QinetiQ que le mois même où il est devenu député.

Le ministre de l’Intérieur Priti Patel était auparavant employé pour 1 000 £ de l’heure (!) en tant que conseiller stratégique de ViaSat, une entreprise de communication qui travaille avec le ministère de la Défense (MOD), tout en étant député. Le chancelier de l’Échiquier, Rishi Sunak, était associé du Children’s Investment Fund, l’un des principaux actionnaires de Lockheed Martin pendant l’occupation afghane, où il collectait des données biométriques sur les Afghans.

Ce sont la pointe d’un iceberg dans lequel des personnalités clés de l’establishment profitent personnellement de la guerre, avec un intérêt direct à attiser les flammes du conflit en Ukraine et ailleurs grâce aux exportations d’armes.

Résistance à l’armement de l’Ukraine

Pendant ce temps, et sans que les médias en parlent, des travailleurs ont protesté contre l’armement de l’Ukraine.

Les dockers italiens et les employés des aéroports ont refusé de charger du matériel de guerre sur les navires et les avions à destination de l’Ukraine. Un sondage d’opinion a montré que 45% de la population italienne est opposée aux livraisons d’armes à l’Ukraine, avec seulement 33% en faveur. Les cheminots grecs de Thessalonique ont refusé de charger des trains d’armes à destination de l’Ukraine.
En Allemagne, les approbations pour la livraison d’armes lourdes sont en baisse. Un sondage début mai montrait que 46 % des Allemands étaient favorables à la livraison « d’armements lourds et offensifs » aux forces armées ukrainiennes. Un mois plus tôt, ce chiffre était de 55 %. C’est dans les dents des politiciens allemands les plus bellicistes – en particulier ceux du Parti vert – qui demandent de nouvelles livraisons d’armes.

Avant le sommet de l’OTAN à Madrid la semaine dernière, des milliers de manifestants à Madrid ont appelé à un monde multipolaire pacifique et à l’arrêt de l’énorme augmentation des dépenses d’armement. Lors du sommet du G7 récemment conclu en Allemagne, des foules ont protesté contre les politiques bellicistes des principales puissances capitalistes.

La plupart des nations du monde ne sont pas d’accord avec la définition de l’Occident comme le bastion de la démocratie et de la liberté. La résistance aux sanctions occidentales contre la Russie – et la confiance croissante des BRICS et d’autres pays non occidentaux dans le fait de commencer à contourner le dollar pour l’utiliser dans le commerce – montrent l’émergence possible d’un monde multipolaire, qui n’est plus sous le talon de fer des États-Unis.

Menace immédiate

Mais tant qu’un affaiblissement définitif des États-Unis n’aura pas lieu, la course aux armements constitue une menace immédiate et grave pour l’humanité. Un nouveau danger est la manière dont l’utilisation des armes nucléaires est présentée comme une possibilité réelle pendant la guerre d’Ukraine. Le New York Times (21 mars), par exemple, a décrit les armes nucléaires tactiques du champ de bataille comme des « bombes plus petites », des « armes nucléaires moins importantes », « moins destructrices par nature », « beaucoup moins destructrices » et ayant « des rendements explosifs variables qui pourraient être augmenté ou diminué en fonction de la situation militaire. N’importe laquelle de ces "bombes plus petites" détruirait une ville, mais le New York Times suggère que l’utilisation de ces armes est devenue "peut-être moins effrayante et plus concevable" parce que les "bombes intelligentes" ont un "haut degré de précision".

Alors que les médias occidentaux reprochent à Poutine d’avoir menacé d’utiliser des armes nucléaires, c’est la France qui a menacé pour la première fois leur utilisation contre la Russie – en février, juste au début de la guerre en Ukraine. Le Drian, alors ministre des Affaires étrangères, a déclaré que Poutine devrait « comprendre que l’alliance atlantique est une alliance nucléaire. C’est tout ce que je dirai à ce sujet. »
La stratégie ouvertement déclarée de l’OTAN, telle qu’elle a été esquissée lors de son sommet de Madrid, est celle de la domination mondiale. Le journal de l’establishment américain Foreign Policy (28 juin) a souligné que « la guerre froide s’est terminée il y a trois décennies, mais qu’une autre sorte de guerre froide, très différente, est en train de commencer. » Et celui-ci est sur le point de devenir mondial. Les dirigeants de l’OTAN se réunissent cette semaine avec un œil sur l’Indo-Pacifique, et ils se préparent à affronter la Chine aussi bien que la Russie. L’article ajoutait que "de nouvelles lignes de bataille sont tracées qui pourraient durer des générations".
La ministre britannique des Affaires étrangères, Liz Truss, s’est fait l’écho de cela en déclarant : « L’OTAN doit avoir une vision globale » et « anticiper les menaces dans l’Indo-Pacifique ».

Cette expansion vers l’est de l’OTAN n’est pas nouvelle. Elle a commencé avec ses guerres au Moyen-Orient et en Afghanistan, mais elle est maintenant devenue une doctrine officielle. Selon Jens Stoltenberg, secrétaire général de l’OTAN : « Pour la première fois, nous aborderons la Chine et le défi qu’elle pose à nos intérêts, à notre sécurité et à nos valeurs ».

Cela survient après que les États-Unis et le Royaume-Uni ont conclu un pacte militaire provocateur avec l’Australie (AUKUS), qui développera l’Australie en tant que puissance nucléaire capable d’étrangler les routes maritimes de la Chine avec ses sous-marins.

Le déchaînement de l’agression occidentale nue contre la Russie se transforme de manière transparente en préparation de la guerre contre la Chine. Le mouvement pour la paix a un travail vital à faire.

»» https://www.facebook.com/thesocialistcorrespondent/posts/pfbid02uCH31n...
URL de cet article 38111
  

Même Thème
Libye, OTAN et médiamensonges
Michel COLLON
Les « armes de destruction massive », ça n’a pas suffi ? Le martyre de l’Irak, frappé d’abord par les médiamensonges et ensuite par les bombes, on n’en a pas tiré les leçons ? Non, on n’en a pas tiré les leçons. On sait que les Etats-Unis ont menti sur le Vietnam, l’Irak, la Yougoslavie, l’Afghanistan et Gaza, mais on croit que cette fois-ci, sur la Libye, ils disent la vérité. Etrange. La majorité de nos concitoyens croient encore ce que l’Otan a raconté sur la Libye. Y compris les Arabes car cette fois, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

(...) je suis d’accord avec le fait que le tsunami a été une merveilleuse occasion de montrer, au-delà du gouvernement des Etats-Unis, le coeur du peuple américain.

Condoleezza "oui, j’ai un grain" Rice
devant la commission sénatoriale des relations étrangères US - janv. 2005

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
123 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.