RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La guerre en Ukraine devient encore plus dangereuse

Plus l’Ukraine se rapproche de la défaite, plus la guerre devient incontrôlable. Incapable de réaliser des progrès sur le terrain, une Ukraine désespérée incite au terrorisme et attaque les raffineries de pétrole et les infrastructures en Russie, ainsi que la centrale nucléaire de Zaporizhe, sous contrôle russe.

La faiblesse de l’Ukraine

L’échec de la contre-offensive ukrainienne de l’été dernier a été scellé par la chute de la ville d’Adviika, dans l’est de l’Ukraine, fortement fortifiée, en mars de cette année. Adviika, d’où l’Ukraine bombardait la ville voisine de Donetsk depuis près de neuf ans, a été abandonnée dans une retraite chaotique qui a laissé derrière elle des centaines de prisonniers et des armes lourdes.
L’armée ukrainienne manque d’armes, de munitions et de main-d’œuvre. Zelensky a déclaré à la mi-avril : « Aujourd’hui, l’artillerie au front est à 1 pour 10, l’aviation à 1 pour 30. Avec de telles statistiques, la Fédération de Russie nous repoussera chaque jour. »

Ayant besoin de davantage de troupes, l’Ukraine a abaissé l’âge de la conscription et réduit les possibilités d’exemptions médicales. Selon le Financial Times, la population masculine adulte de l’Ukraine, qui compte 11 millions d’habitants, a considérablement diminué au cours des deux dernières années en raison des décès, de l’émigration et du fait que près de 3 millions de personnes dans l’Est ont acquis la citoyenneté russe. Cela laisse 3,7 millions de personnes susceptibles d’être mobilisées, mais parmi elles, environ 1 million y échappent. (1) Le Premier ministre Chmygal a admis : « La situation démographique du pays est très difficile. »

La fracture de la société se reflète dans la dispute publique entre Zelensky et son chef militaire Zaluzhny, qui s’est soldée par le limogeage de ce dernier en février, mettant en lumière la rupture entre les régimes politique et militaire en Ukraine.

Et les immenses souffrances de la population ukrainienne, la plus pauvre d’Europe, s’aggravent. L’Organisation internationale pour les migrations, basée aux Nations Unies, estime que 40 % de la population ukrainienne a besoin d’une aide humanitaire. Près des trois quarts des Ukrainiens feraient des compromis en faveur de la paix, selon un récent sondage. (2)

Les porte-parole de l’establishment occidental sont sombres quant aux perspectives d’avenir : « L’Ukraine pourrait être confrontée à une défaite en 2024. Voici à quoi cela pourrait ressembler » (BBC, 13 avril 2024).
L’ancien chef des renseignements tchèques, le général Pelc, déclare : « La Russie écrase l’Ukraine de manière lente et systématique... nous ne faisons que prolonger l’agonie et augmenter le nombre de morts. »

Force russe

Malgré les sanctions occidentales, et contrairement aux informations des grands médias faisant état d’un effondrement économique imminent, les indicateurs économiques de la Russie en 2023 « ont dépassé la plupart des attentes, avec un PIB en croissance de 3,6 % » (3), grâce à l’augmentation de la production d’armes, à l’ouverture de nouveaux marchés internationaux aux produits sanctionnés. produits et l’expansion de son industrie nationale pour remplacer les entreprises occidentales.

La population est largement unie derrière la guerre, avec 73 % de soutien, selon un sondage de novembre 2023. (4) Les récentes élections russes ont renforcé la position de Poutine après une victoire écrasante avec une forte participation – y compris au sein de la diaspora russe.

Sur le plan militaire, la Russie s’est renforcée après les premiers revers de la guerre. Le journal étasunien Defense News affirme que la Russie a augmenté ses dépenses d’armement à 6 % de son budget cette année et qu’elle reçoit le soutien de la Chine, de la Corée du Nord et de l’Iran. (5)

La production d’armes a été multipliée par 15 depuis le début de la guerre, l’efficacité étant un héritage de la planification soviétique. Les usines d’artillerie russes fonctionnent 24 heures sur 24 et leurs effectifs sont passés de 2,5 à 3,5 millions. La Russie produit plus du double d’obus que tous les pays occidentaux réunis. (6)

Parallèlement, les renseignements estoniens estiment que la Russie peut former 130 000 soldats tous les six mois et le groupe de réflexion britannique RUSI rapporte que les forces russes de première ligne en Ukraine sont passées de 360 ​​000 à 470 000 l’année dernière. (7) Le secrétaire d’État adjoint des EU affirme qu’au cours des derniers mois, « la Russie s’est presque complètement reconstituée militairement ».

La Russie avance lentement. Selon le colonel à la retraite Douglas MacGregor, sa prudence reflète la crainte qu’une victoire rapide et pure de soi ne provoque l’OTAN dans une escalade militaire encore plus imprudente. Néanmoins, MacGregor prédit que d’ici juin de cette année, le front ukrainien pourrait s’effondrer.

Ayant finalement acquis la supériorité aérienne après avoir détruit les défenses aériennes ukrainiennes, la Russie a commencé à cibler les infrastructures ukrainiennes en réponse aux récentes attaques. Elle a frappé des centrales électriques dans toute l’Ukraine, provoquant des pannes d’électricité généralisées et réduisant les devises étrangères que l’Ukraine tire de ses ventes d’énergie à l’UE. Les usines d’armement ukrainiennes sont également « démilitarisées ».

La relative retenue de la Russie jusqu’à présent – selon Poutine, elle a rejeté les tactiques de « choc et de crainte » à l’américaine pour des raisons humanitaires – est terminée. Il affirme désormais mener une guerre totale pour repousser les attaques contre sa marine en Crimée et à l’intérieur même de la Russie, y compris des incidents terroristes comme celui du Crocus Hall à Moscou – que la Russie a imputé aux agences de renseignement occidentales utilisant l’EI comme couverture, une accusation. l’Occident nie.

Les objectifs de la Russie

Les objectifs de la Russie sont restés les mêmes : défendre sa population et son territoire contre les attaques de l’OTAN et de l’Ukraine, y compris la protection des Russes de souche en Ukraine. Cela signifie veiller à ce que l’Ukraine soit démilitarisée et reste en dehors de l’OTAN. Cela signifie également dénazification – annihiler les groupes ouvertement fascistes qui ont mené le coup d’État contre le président démocratiquement élu Ianoukovitch et sont devenus l’épine dorsale de la Garde nationale ukrainienne et d’autres unités de l’armée.

La Russie doit non seulement protéger ses villes et ses infrastructures, mais également défendre ses flancs sud et la côte de la mer Noire, historiquement vulnérables. En 1918, les forces occidentales ont attaqué la jeune URSS depuis le sud, et les Russes blancs soutenus par l’Occident l’ont fait à nouveau pendant la guerre civile russe. Aujourd’hui, les services de reconnaissance britanniques et étasuniens localisent les cibles navales en Crimée et supervisent les attaques. On pense que le chef d’état-major de la défense britannique, l’amiral Tony Radakin, dirige la stratégie ukrainienne en mer Noire.
En 2014, la Russie a déclaré qu’elle n’avait aucune ambition territoriale et qu’elle soutiendrait le maintien de Donetsk et Louhansk au sein de l’Ukraine en tant que régions autonomes. Mais les bombardements ukrainiens contre des civils russes dans le Donbass, qui ont tué 14 000 personnes, ont effectivement sapé la structure fédérée convenue entre la Russie, la France, l’Allemagne et l’Ukraine à Minsk en 2014 – un « accord » signé de manière trompeuse pour gagner du temps pour le réarmement ukrainien, comme Angela Merkel l’a admis plus tard.

Lorsqu’en 2022, Zelensky a appelé l’OTAN à déployer des armes nucléaires en Ukraine et que les frappes d’artillerie ukrainiennes sur le Donbass ont atteint une ampleur sans précédent, la Russie s’est sentie obligée de lancer ses frappes préventives. L’opération militaire spéciale a utilisé une force relativement réduite et a été conçue pour mettre fin aux attaques contre le Donbass et amener l’Ukraine à la table des négociations, ce qu’elle a réussi à faire. Mais alors que Zelensky s’apprêtait à signer un accord de paix, Boris Johnson s’est précipité à Kiev en avril 2022 pour l’en empêcher.

En septembre 2022, la Russie a proposé un cessez-le-feu, et a réitéré cette offre un an plus tard. Les deux fois, elle a été repoussée. En avril 2024, le ministre des Affaires étrangères Lavrov a de nouveau suggéré des négociations, à condition que les besoins de sécurité de la Russie soient pris en compte.
L’insistance inébranlable de la Russie sur sa propre sécurité découle de la promesse de l’OTAN de 1991 de ne pas s’étendre vers l’est, promesse qui a été rompue lorsque l’OTAN a absorbé l’Europe de l’Est. C’est la tentative du président Ianoukovitch d’empêcher l’OTAN d’avaler l’Ukraine qui a précipité sa chute. Après son départ, les contrôleurs ukrainiens de l’OTAN ont rapidement intensifié leurs attaques contre le Donbass, une région ouvrière et russophone qui a refusé d’accepter la légitimité du régime de Kiev après le coup d’État de 2014. Pendant ce temps, la CIA commençait à préparer la guerre en construisant une série de bases d’espionnage dans l’est de l’Ukraine, selon le New York Times.

»» https://www.facebook.com/thesocialistcorrespondent/posts/pfbid0gAUuyWP...
URL de cet article 39551
  

Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary
Guy HOCQUENGHEM
Préface de Serge Halimi : Avant de mourir, à 41 ans, Guy Hocquenghem a tiré un coup de pistolet dans la messe des reniements. Il fut un des premiers à nous signifier que, derrière la reptation des « repentis » socialistes et gauchistes vers le sommet de la pyramide, il n’y avait pas méprise, mais accomplissement, qu’un exercice prolongé du pouvoir les avait révélés davantage qu’il les avait trahis. On sait désormais de quel prix - chômage, restructurations sauvages, argent fou, dithyrambe des patrons - (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il est difficile d’intéresser ceux qui ont tout à ceux qui n’ont rien.

Helen Keller

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.