RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Chelsea (Bradley) Manning

Au lieu d’attaquer Wikileaks, il faut corriger ce que l’organisation a révélé (Stars and Stripes)

Ann Wright
Note du traducteur : Cet article présente deux intérêts. 1) Il a été publié par le magazine de l'armée US. 2) Il date de 2011. L'ancien ministre de la Défense Robert Gates avait raison lorsqu'il a dit que les révélations de Wikileaks étaient "embarrassantes" et "gênantes". Une telle évaluation – comme pour tant d'autres représentants du gouvernement – résulte de l'ampleur du non-dit. Car ces révélations ne sont pas seulement embarrassantes. Elles contiennent aussi des preuves d'actions et de politiques gouvernementales qui constituent un abus de pouvoir et qui violent les normes internationales en matière de droits de la personne auxquelles nous, Américains, sommes attachés. Par exemple, grâce aux informations provenant des documents de WikiLeaks, le public est maintenant au courant de "FRAGO 242" - un ordre officiel de ne pas signaler les preuves d'abus de prisonniers par les forces de sécurité irakiennes. Cette politique viole la Convention des Nations Unies contre la torture, ratifiée par le (...) Lire la suite »

Manning, Assange : Lettre ouverte à Kumi Naidoo, Secrétaire général d’Amnesty International

Cher M. Naidoo, Nous vous écrivons pour exhorter Amnesty International à publier une déclaration sur la position de l'organisation concernant la situation de Julian Assange. Comme vous vous en souvenez peut-être, en février 2013, le Forum économique mondial a publié une vidéo intitulée "Les ONG en tant que nouveaux modèles pour le XXIe siècle " (i). Lors du forum, plusieurs représentants de diverses organisations ont discuté des responsabilités et des obligations des ONG. Vous étiez également parmi les invités, alors, comme directeur exécutif de Greenpeace. Trente minutes après le début de la discussion (ii), le modérateur a fait un commentaire dédaigneux à propos de Julian Assange et de son organisation WikiLeaks, et la seule personne qui semblait avoir le courage ou la vigilance d'intervenir, était vous. En disant qu'il serait inapproprié de ne pas répondre, vous avez poursuivi : "le but de WikiLeaks est un but que nous devons défendre, ...le fait que nos gouvernements opèrent avec un certain manque (...) Lire la suite »

Chelsea Manning et la nouvelle Inquisition (TruthDig)

Chris HEDGES
Le gouvernement américain, déterminé à extrader et à juger Julian Assange pour espionnage, doit trouver un moyen de séparer ce qu'Assange et WikiLeaks ont fait en publiant des documents classifiés qui leur ont été communiqués par Chelsea Manning de ce que le New York Times et le Washington Post ont fait en publiant le même document. Aucune loi fédérale n'interdit à la presse de publier des secrets d'État. Cependant, les voler est un crime. C'est l'enjeu de la longue persécution de Manning, qui a été renvoyée en prison le 8 mars pour avoir refusé de témoigner devant un grand jury. Si Manning, un ancien soldat de l'armée de terre, admet qu'elle a reçu des instructions de WikiLeaks et Assange sur la façon d'obtenir et de transmettre le matériel divulgué, qui a révélé des crimes de guerre américains en Afghanistan et en Irak, l'éditeur pourrait être jugé pour vol de documents classifiés. Les poursuites contre les dénonciateurs du gouvernement ont été accélérées sous le gouvernement Obama, qui, en vertu de la loi (...) Lire la suite »

Chelsea Manning emprisonnée de nouveau pour la contraindre de témoigner contre WikiLeaks

Caitlin JOHNSTONE
Après avoir été emprisonnée pendant sept ans dans des conditions draconiennes qui l'ont conduite au suicide à deux reprises, la dénonciatrice Chelsea Manning a de nouveau été jetée derrière les barreaux pour avoir défendu la transparence gouvernementale. Manning a été emprisonnée pour outrage à la cour après avoir refusé de témoigner devant un grand jury lié à Assange et WikiLeaks, en déclarant qu'elle 'acceptera tout ce que vous me ferez subir'. 'Le juge a dit qu'elle restera en prison jusqu'à ce qu'elle témoigne ou jusqu'à ce que le grand jury ait terminé son travail ', rapporte AP. 'Chelsea peut être incarcérée pour le reste du grand jury [jusqu'à 18 mois], et le mandat du grand jury peut être prolongé de six mois ', a déclaré Moira Meltzer-Cohen, avocate de Manning, à Business Insider. « Notez que l'emprisonnement de Manning n'est pas une 'punition', a tweeté WikiLeaks. Elle a été formellement emprisonnée pour la 'contraindre' à témoigner contre nos journalistes (dont Assange) pour avoir publié la vérité sur (...) Lire la suite »

La traque des lanceurs d’alerte

Stéphanie Gibaud
Préface de Julian Assange Les lanceurs d’alerte défrayent l’actualité depuis une dizaine d’années. Edward Snowden, Chelsea Manning et Julian Assange sont révélateurs des méthodes utilisées pour faire craquer ceux qui ont le courage de parler des dysfonctionnements et des dérives de notre société. Pourtant, ces héros sont devenus des parias. Leur vie est un enfer. Snowden est réfugié en Russie, Assange dans une ambassade, Manning était en prison, Stéphanie Gibaud et bien d’autres sont dans une situation précaire, attaqués dans des procès sans fin et lâchés par les Etats. À travers des exemples concrets en France et à l’étranger, l’auteur détaille la vie d’une cinquantaine de lanceurs d’alerte et les raisons pour lesquelles les États, hommes et femmes politiques, l’institution judiciaire, l’Europe et les entreprises veulent leur peau. Essais - documents, Voix d'alerte Themes : Etranger, Justice, Lobby, Politique Pagination : 304, ISBN : 978-2-31500-813-1 Prix 19,90 euros (...) Lire la suite »

Chelsea Manning par elle-même. (Amnesty International)

Chelsea Manning

A l’heure où l’on essaie de faire taire à tout prix la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, après sa tentative de suicide du 5 juillet 2016 suite à ce que l’ONU a qualifié d’actes de torture, par la menace juridique d’isolement définitif pour le restant de sa peine (30 ans), il importe plus que jamais de faire entendre et de diffuser sa parole. Amnesty International UK lui a consacré un podcast de sa série ’In Their Own Words’ (consacrée aux histoires des militants pour les droits humains dans le monde entier) en février 2016 : l’essentiel de sa transcription, traduite ici, peut y contribuer. Elle y raconte par lettre sa vie en prison, mais parle aussi de son histoire, ce qui a fait d’elle ce qu’elle est devenue et ce qui lui a fait faire ce qu’elle a fait.

J’ai passé mon enfance à Crescent, dans l’Oklahoma. C’est une toute petite ville, remarquable surtout par son nombre incroyable d’églises : je n’oserais même pas avancer un chiffre. Un de ces endroits amicaux où tout le monde se connaît, et où il n’est pas rare qu’on n’ait jamais franchi les frontières de l’Etat. Je n’avais pas la vie facile. Mon père voyageait beaucoup pour ses affaires, je passais donc la plupart de mon temps avec ma mère et ma sœur. Malheureusement, mes parents buvaient beaucoup, et tous deux pouvaient se montrer violents. Mais ma sœur m’a beaucoup aidée. Elle a été un exemple pour moi dans des temps difficiles. Ayant peu d’occasions de socialiser, je me suis naturellement intéressée aux ordinateurs, qui me servaient à la fois de parents et de babysitters, et vers 1997 j’ai commencé à explorer l’Internet et à faire mes propres sites web. J’étais surtout motivée par un mélange de curiosité et de solitude. Je me souviens n’avoir eu personne pour m’aider à y voir clair dans mes sentiments et à (...) Lire la suite »

Interview de Chelsea Manning, le lanceur d’alerte de wikileaks

Amnesty International

Chelsea Manning purge une peine de 35 ans de prison pour avoir communiqué des informations confidentielles du gouvernement américain au site Internet Wikileaks. Depuis sa cellule du Kansas (États-Unis), Chelsea l'affirme : lorsqu'on a la possibilité de s'exprimer haut et fort contre l'injustice, on ne doit pas manquer cette occasion.

Amnesty International : Pourquoi avez-vous décidé de communiquer des documents sur les guerres d'Irak et d'Afghanistan ? Chelsea Manning : Ces documents étaient importants parce qu'ils portaient sur deux conflits anti-insurrectionnels liés entre eux, racontés en temps réel sur le terrain. L'humanité n'avait jamais eu accès à des données aussi complètes et détaillées sur la réalité de la guerre moderne. Quand on réalise que les coordonnées géographiques citées représentent un endroit qui existe et où vivent des gens, que les dates appartiennent à notre histoire récente, que les chiffres sont en fait des vies humaines – avec tout l'amour, l'espoir, les rêves, la haine, la peur et les cauchemars que cela implique –, il est difficile d'oublier l'importance de ces documents. Quelles conséquences pensiez-vous que cette décision pourrait avoir pour vous ? En 2010, j'étais beaucoup plus jeune. Les conséquences me semblaient très vagues. Je m'attendais au pire, mais je ne me rendais pas vraiment compte de ce que (...) Lire la suite »

Les nouveaux avocats de Chelsea Manning contesteront en appel les accusations de l’ « effrayante » loi sur l’espionnage. (Dissenter)

Kevin Gosztola
Lors d’un événement hier soir au Georgetown Law Center, les nouveaux avocats de Chelsea Manning ont donné un aperçu de ce qu’ils comptent faire au procès en appel de son procès militaire. Nancy Hollander, une avocate de la défense qui a défendu diverses personnes accusées de terrorisme ou d’atteintes à la sécurité nationale, et Vincent Ward, un ancien avocat de la JAG (Judge Advocate General Corps) avec un parcours dans le système de justice militaire, ont tous deux déclaré qu’ils étaient au « commencement » de l’appel. Ils n’ont pas encore examiné le dossier du procès de Manning, cependant, ils voulaient offrir au public, spécialement aux soutiens de Manning, l’occasion d’exposer leurs réflexions sur le processus judiciaire qui l’attend. Le « détournement de la loi sur l’espionnage », « la sur-classification de l’information », la poursuite sélective d’individus par le gouvernement pour des fuites, « l’influence d’ordres illégaux », « la répression préventive illégale » et les violations des « droits à un procès (...) Lire la suite »

La cohérence éthique des excuses de Bradley Manning (The Guardian)

Alexa O'Brien

Contrairement au comportement vindicatif du gouvernement US, les expressions de regret du soldat Manning sont conformes à son intégrité morale.

Bradley Manning, le soldat américain responsable d’avoir transmis des centaines de milliers de câbles diplomatiques et des documents de l’armée US à WikiLeaks, a pris la parole à son procès mercredi lors de la phase de détermination de la peine pour présenter ses excuses à la juge militaire présidant le tribunal militaire, la colonelle Denise Lind. Sa déclaration sous serment a duré trois minutes avant que la défense ne dépose ses conclusions. En juillet dernier, Manning a été reconnu coupable de 20 infractions. Il fait face actuellement à une peine de prison maximale de 90 ans. Manning a déclaré mercredi : « Je suis désolé que mes actions aient blessé des gens. Je suis désolé qu’elles aient blessé les Etats-Unis » Parce qu’une grande partie des 19 mois du procès a été menée sans information publique des documents judiciaires jusqu’au 1103ème jour de la procédure, beaucoup pourraient être surpris d’apprendre que la déclaration de Manning de mercredi est conforme à d’autres qu’il a faites devant la cour martiale. (...) Lire la suite »

"Il faut parfois payer un lourd tribut pour vivre dans une société libre" (Common Dreams)

Bradley Manning

Le texte suivant est une retranscription par Common Dreams de la déclaration de Bradley Manning telle qu’elle a été lue par David Coombs (son avocat) lors d’une conférence de presse ce mercredi suite à l’annonce de sa condamnation à 35 ans de prison par un tribunal militaire :

Les décisions que j’ai prises en 2010 étaient fondées sur une préoccupation pour mon pays et le monde dans lequel nous vivons. Depuis les événements tragiques du 11 septembre, notre pays est en guerre. Nous sommes en guerre avec un ennemi qui choisit de ne pas nous affronter sur tout champ de bataille traditionnel et, de ce fait, nous avons dû modifier nos méthodes de combat contre les risques pour nous et notre mode de vie. Au départ, j’ai adhéré à ces méthodes et j'ai choisi de me porter volontaire pour aider à défendre mon pays. Ce n'est que lorsque j'ai été déployé en Irak et que je lise quotidiennement des documents militaires secrets que j’ai commencé à remettre en question la moralité de ce que nous faisions. Ce fut à cette époque que j’ai compris que dans les efforts que nous déployions pour répondre à ce risque que l’ennemi nous posait, nous perdions notre humanité. Nous avons sciemment choisi de dévaloriser la vie humaine à la fois en Irak et en Afghanistan. Lorsque nous engagions le combat contre (...) Lire la suite »
11 
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50