RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Des parlementaires britanniques demandent une enquête sur le rôle du Crown Prosecution Service dans l’affaire Julian Assange

Depuis 2010, le Crown Prosecution Service (CPS) est la principale autorité publique dans l'affaire Assange, y compris dans l'actuelle affaire d'extradition des États-Unis. Un groupe de députés de tous les partis vient de soumettre une lettre à la commission de la justice du Royaume-Uni pour tenter de faire la lumière sur le rôle du CPS dans cette affaire.

[16 mai 2024] Depuis 2010, le Crown Prosecution Service (CPS) est la principale autorité publique dans l’affaire Assange, y compris dans l’actuelle affaire d’extradition des États-Unis. Un groupe de députés de tous les partis vient de soumettre une lettre à la commission de la justice du Royaume-Uni pour tenter de faire la lumière sur le rôle du CPS dans cette affaire.

Une brève enquête sur le rôle des autorités britanniques du Crown Prosecution Service dans l’affaire Julian Assange. Un groupe interpartis de députés comprenant le député travailliste John McDonnell, la députée verte Caroline Lucas, Jeremy Corbyn et le député conservateur David Davis, vient de soumettre sa demande d’enquête dans une lettre adressée au président du Comité spécial de la justice du Parlement britannique, Sir Bob Neill. « Compte tenu de l’importance de l’affaire Julian Assange pour les libertés journalistiques et de l’intérêt général qu’elle suscite “, écrivent les parlementaires dans leur lettre, « il est essentiel que tous les organismes publics qui s’occupent de l’affaire soient considérés comme agissant dans l’intérêt général et de manière appropriée ».

L’initiative est pour le moins cruciale, car le Crown Prosecution Service – l’autorité publique qui poursuit les affaires pénales en Angleterre et au Pays de Galles – est l’autorité par laquelle les États-Unis agissent dans l’affaire d’extradition en cours contre Julian Assange. Cette demande d’enquête a été déposée alors que l’épée de Damoclès de l’extradition est suspendue au-dessus de la tête du fondateur de WikiLeaks. Lundi 20 mai [2024], une audience cruciale se tiendra à la Haute Cour britannique. Si la Haute Cour se prononce en faveur de l’extradition de Julian Assange, il ne lui restera qu’une seule chance : faire appel devant la Cour européenne des droits de l’homme.

La demande d’enquête présentée par McDonnell, Lucas, Corbyn et Davis s’appuie sur plusieurs sources : les informations que nous avons obtenues dans le cadre d’une bataille FOIA acharnée, une bataille que nous menons au Royaume-Uni depuis 2015 pour obtenir du Crown Prosecution Service l’intégralité de la documentation sur Julian Assange ; l’enquête menée par le professeur Nils Melzer, qui a été rapporteur spécial des Nations unies sur la torture de 2016 à 2022 ; et sur les questions posées par l’un des signataires, le député travailliste John McDonnell, au CPS.

Aucune de ces trois tentatives pour faire la lumière sur le rôle du Crown Prosecution Service dans l’affaire Assange n’a reçu de réponse satisfaisante de la part des autorités britanniques. En effet, notre bataille pour la liberté d’information dure depuis près de dix ans maintenant. L’enquête du professeur Melzer n’a jamais été abordée par le gouvernement britannique. Et bien que MCDonnell ait reçu quelques réponses du Crown Prosecution Service, loin d’apporter des éclaircissements, elles l’ont incité à demander une enquête au Select Justice Committee.

Une autorité clé

La lettre adressée au président de la commission spéciale sur la justice commence par expliquer le rôle important du CPS : « Au cours des quatorze dernières années », écrivent les quatre parlementaires, « le Crown Prosecution Service a été l’autorité publique clé au Royaume-Uni dans l’affaire Julian Assange, d’abord dans la demande d’extradition concernant l’affaire suédoise et maintenant dans la demande d’extradition vers les États-Unis ». Ils passent ensuite au cœur de leur demande d’enquête : « Les preuves qui ont été révélées exposent le CPS à des allégations selon lesquelles il aurait mal évalué, ou peut-être outrepassé, son rôle en conseillant les autorités suédoises sur l’extradition de M. Assange vers la Suède. Cela conduit à s’interroger sur les motivations de ces actions, et notamment à se demander si le CPS a été influencé par une autre demande d’extradition, visant à faciliter l’extradition ultérieure de M. Assange vers les Etats-Unis ».

Que veulent dire les parlementaires ? Ils font référence au fait qu’en 2010, moins de quatre semaines après que Julian Assange et WikiLeaks ont commencé à publier les dossiers secrets sur la guerre en Afghanistan, le fondateur de WikiLeaks s’est retrouvé dans une enquête sur des allégations de viol et agression sexuelle en Suède. Cette enquête a été menée par les procureurs suédois de la Swedish Prosecution Authority et soutenue par les autorités britanniques du Crown Prosecution Service, car bien que faisant l’objet d’une enquête en Suède, Assange se trouvait physiquement à Londres.

L’enquête suédoise a été définitivement close en 2019, sans qu’aucune charge ne soit retenue contre le fondateur de WikiLeaks. Aujourd’hui, une seule épée de Damoclès plane au-dessus de sa tête : le risque d’extradition vers les États-Unis, où il risque 175 ans de prison pour avoir publié des documents américains classifiés.

Comprendre comment le ministère public s’est comporté dans l’enquête suédoise reste essentiel pour découvrir la vérité sur l’affaire Assange et WikiLeaks. Depuis 2010, date de l’ouverture de l’enquête en Suède, et jusqu’à ce jour, Julian Assange n’a plus jamais connu la liberté. Quel rôle a joué le CPS ? Il est essentiel de comprendre cette question, étant donné le rôle actuel du service dans l’affaire d’extradition des États-Unis.

L’enquête suédoise est restée paralysée au stade d’une enquête préliminaire de septembre 2010 à la fin de 2016, sans que la procureure suédoise, Marianne Ny, ne décide de l’interroger et de l’inculper après avoir obtenu des preuves suffisantes pour le traduire en justice, ou d’abandonner l’enquête une fois pour toutes. Assange est donc resté dans l’incertitude, ni inculpé ni blanchi, tandis que l’étiquette de « violeur » restait attachée à son nom, lui aliénant l’empathie et le soutien de l’opinion publique.

Personne n’a compris pourquoi la procureure suédoise Marianne Ny n’a pas voulu se rendre à Londres pour interroger Julian Assange et déterminer s’il fallait l’inculper ou non. C’est notre enquête FOIA qui a permis d’en découvrir la raison : ce sont les autorités britanniques du Crown Prosecution Service, en particulier l’avocat Paul Close, qui ont conseillé aux procureurs suédois de ne pas interroger Assange à Londres. En excluant la seule stratégie juridique qui aurait pu permettre une résolution rapide de l’affaire suédoise, les autorités britanniques du CPS ont contribué à créer le bourbier juridique et diplomatique qui retient Julian Assange à Londres depuis 2010. Pourquoi ont-elles agi de la sorte ?

Après trois ans de tentatives d’extradition vers la Suède, même les autorités suédoises ont commencé à s’interroger sur l’impasse dans laquelle elles s’étaient engagées en insistant sur l’extradition sur les conseils de Paul Close et du Crown Prosecution Service. En octobre 2013, la procureure suédoise Marianne Ny a envisagé de renoncer à l’extradition et de retirer le mandat d’arrêt européen. Il s’agissait de son enquête, elle avait le pouvoir de le faire : pourquoi ne l’a-t-elle pas fait ? Et pourquoi le Crown Prosecution Service a-t-il répondu : « J’aimerais examiner tous les angles pendant le week-end ». Quels étaient les angles des autorités britanniques dans une affaire sexuelle suédoise ? « J’espère que cela n’a pas gâché votre week-end », a répondu Ny. On ne voit pas très bien pourquoi un procureur suédois qui renonce à une extradition gâcherait le week-end des autorités du Crown Prosecution Service.

La gestion très anormale de l’affaire suédoise par les procureurs suédois et le Crown Prosecution Service n’a rendu justice à personne, a contribué à la dégradation de la santé d’Assange, a coûté au moins 13,2 millions de livres aux contribuables britanniques, a conduit le groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire à décider que la Suède et la Grande-Bretagne détenaient arbitrairement Assange depuis 2010 et, enfin, a conduit le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, à dénoncer 50 violations présumées des droits de la défense, y compris « une manipulation proactive des preuves ».

Dans son enquête, Melzer a fait référence à « l’ingérence d’un tiers de la part du Crown Prosecution Service (CPS) britannique » et a écrit que la correspondance entre le CPS et les procureurs suédois « suggère que le CPS britannique avait de forts intérêts, indépendamment de ceux poursuivis par le ministère public suédois, à décourager l’interrogatoire de M. Assange à Londres, mais aussi à empêcher la clôture envisagée de l’enquête et le retrait du mandat d’arrêt par la Suède ». Quel genre d’« intérêts importants » le CPS aurait-il pu avoir pour empêcher la clôture envisagée de l’enquête ?

« À ce jour, aucune autorité britannique n’a abordé les violations dénoncées par le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer », écrivent les quatre parlementaires dans leur lettre à la commission spéciale sur la justice. Et au cours des neuf dernières années de notre bataille pour la liberté d’information, malgré nos demandes incessantes et nos appels devant les tribunaux de Londres, le CPS ne nous a jamais communiqué une seule page de sa correspondance avec les autorités américaines, car cela « risquerait de nuire à la relation de confiance qui existe entre le CPS et les autorités américaines et d’autres autorités étrangères », a déclaré le juge O’Connor en mai 2023.

La destruction de documents clés

Pour faire la lumière sur l’affaire Julian Assange, il est crucial d’obtenir l’intégralité de la documentation du Crown Prosecution Service. Or, en 2017, nous avons découvert que le compte de messagerie de Paul Close, l’avocat qui a conseillé aux procureurs suédois de ne pas interroger Assange à Londres, avait été supprimé en 2014. Le CPS nous a informés que « toutes les données associées au compte de Paul Close ont été supprimées lorsqu’il a pris sa retraite et ne peuvent être récupérées ». Depuis cette lointaine année 2017, toutes nos tentatives pour découvrir pourquoi les données ont été supprimées, comment et sur les instructions de qui, ont échoué, malgré nos appels répétés au London First-tier Tribunal, représenté par une spécialiste de la FOIA de premier ordre, Estelle Dehon, avocate à Cornerstone Barristers.

En réponse à la demande du député travailliste John McDonnell, qui souhaitait savoir s’il existait un système de sauvegarde permettant de récupérer le compte supprimé une fois qu’il a été définitivement effacé, le CPS a répondu qu’il n’existait pas de tel système de sauvegarde et qu’il n’y avait aucun moyen de savoir si tous les courriels pertinents avaient été transférés dans le dossier avant que le compte ne soit supprimé.

Les autorités britanniques du Crown Prosecution Service n’ont pas été les seules à supprimer le compte ; le parquet suédois a également détruit une grande partie de sa documentation sur Julian Assange.

« Comme le montrent ces recherches sur le rôle du CPS dans l’enquête suédoise, le CPS doit clairement répondre à des questions », écrivent les quatre parlementaires dans leur lettre.

La balle est maintenant dans le camp de la commission spéciale de la justice : entreprendra-t-elle une enquête pour percer le mur d’obscurité qui entoure l’affaire Assange et WikiLeaks, ou ce mur restera-t-il impénétrable ?

Stefania Maurizi

La lettre des parlementaires britanniques demandant une enquête : https://st.ilfattoquotidiano.it/wp-content/uploads/2024/05/16/Assange-...

Traduction « qui a parlé de justice transparente ? » par Viktor Dedaj avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

»» https://www.ilfattoquotidiano.it/2024/05/16/uk-parliamentarians-reques...
URL de cet article 39622
  

Même Auteur
L’affaire WikiLeaks - Médias indépendants, censure et crime d’État
Stefania MAURIZI
Dès 2008, deux ans après le lancement de la plateforme WikiLeaks, Stefania Maurizi commence à s’intéresser au travail de l’équipe qui entoure Julian Assange. Elle a passé plus d’une décennie à enquêter les crimes d’État, sur la répression journalistique, sur les bavures militaires, et sur la destruction méthodique d’une organisation qui se bat pour la transparence et la liberté de l’information. Une liberté mise à mal après la diffusion de centaines de milliers de documents classifiés. Les "Wars logs", ces (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Nous possédons 50% des richesses de la planète, mais seulement 6% de sa population. Dans cette situation, nous ne pouvons éviter d’être l’objet d’envies et de jalousies. Notre véritable tâche dans la période à venir sera de créer un tissu de relations qui nous permettra de faire perdurer cette inégalité.

Département d’Etat Etats-Unien - Planning Study #23, 1948

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.