RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Un juge ordonne au Crown Prosecution Service de faire toute la lumière sur la destruction de documents clés concernant Julian Assange (Il Fatto Quotidiano)

Après des années passées à se heurter à un mur, la première fissure est apparue avec la dernière décision rendue par le juge O'Connor dans notre affaire de liberté d'information et d'accès à l'information. En plus de cette décision, le député travailliste britannique John McDonnell vient d'obtenir de nouvelles informations de la part du Crown Prosecution Service. M. McDonnell demande une enquête indépendante sur le rôle du CPS dans l'affaire Assange.

Au cours des six dernières années, ils ont rejeté toutes nos tentatives de faire la lumière sur la destruction de documents clés dans l’affaire Julian Assange, même si les courriels ont été supprimés alors que l’affaire très médiatisée et controversée était encore en cours.

Mais aujourd’hui, les autorités britanniques du Crown Prosecution Service doivent faire toute la lumière : elles doivent déclarer si elles détiennent des informations sur le moment, la manière et les raisons pour lesquelles ces documents ont été détruits, et si c’est le cas, elles doivent soit nous les communiquer, soit clarifier les raisons de leur refus.

Cette ordonnance vient d’être rendue par le tribunal de première instance de Londres, présidé par le juge O’Connor, en réponse à notre action en justice fondée sur la loi britannique sur la liberté de l’information (FOIA), dans laquelle nous sommes représentés par Estelle Dehon, spécialiste de premier plan de la FOIA, du cabinet Cornerstone Barristers à Londres.

Le Crown Prosecution Service doit se conformer à cette ordonnance judiciaire d’ici le 23 juin, et tout manquement de sa part pourrait donner lieu à une procédure pour outrage.

Depuis 2017, lorsque nous avons découvert pour la première fois que des documents avaient été détruits, nous nous sommes constamment heurtés à un mur : le Crown Prosecution Service (CPS) a toujours soutenu que la suppression de ces documents était conforme à sa procédure opérationnelle standard. Une précédente décision rendue en 2017 par le London First-tier Tribunal - présidé par un autre juge, Andrew Bartlett - affirmait qu’il n’y avait "rien de répréhensible" dans leur suppression, et l’organisme britannique institué pour faire respecter les droits à l’information, l’Information Commissioner (ICO), s’est toujours félicité de cette décision qui n’avait "rien de répréhensible".

Cette nouvelle décision du juge O’Connor est la première fissure dans le mur de briques.

Le juge O’Connor a également confirmé que "WikiLeaks est une organisation médiatique", bien qu’il ait rejeté toutes nos demandes d’accès à l’intégralité de la correspondance entre le Crown Prosecution Service et le Département d’État américain, le Département de la Justice américain, l’autorité de poursuite suédoise et les autorités équatoriennes sur l’affaire Julian Assange de 2010 à 2019.

En ce qui concerne la correspondance entre le CPS et l’Équateur, le juge a statué en faveur du Crown Prosecution Service, en maintenant une exemption de "ni confirmer ni nier" que les autorités britanniques et équatoriennes ont échangé des courriels sur l’affaire.

En ce qui concerne tous les autres courriers échangés entre le CPS et les autorités suédoises, entre le CPS et le ministère américain de la justice, et entre le CPS et le département d’État américain, le juge O’Connor a estimé que s’ils étaient divulgués, les documents risqueraient de porter atteinte à la relation de confiance qui sous-tend l’échange d’informations entre les autorités chargées des poursuites, et qu’ils auraient probablement un effet dissuasif sur les relations avec les autorités suédoises et américaines, ainsi qu’avec d’autres autorités étrangères.

La décision a été rendue sous deux formes : une décision accessible au public et une décision à huis clos distincte qui ne peut être consultée que par les autorités britanniques du Crown Prosecution Service et par l’ICO.

La documentation sur laquelle repose la décision à huis clos comprend, entre autres, plus de 552 pages de correspondance entre le CPS et le ministère américain de la Justice et entre le CPS et le département d’État entre 2010 et 2019, y compris "la fourniture de conseils juridiques et de demandes sur des questions stratégiques plus larges relatives à l’extradition de M. Assange vers ce pays".

Cette correspondance fait partie de la documentation que nous demandons en vertu de la FOIA depuis des années, et qui nous a toujours été refusée. Son accès serait pourtant crucial, car les autorités britanniques aident le gouvernement américain à extrader un journaliste pour avoir révélé des crimes de guerre et des tortures, comme s’il s’agissait d’un parrain de la mafia ou d’un trafiquant de drogue. D’Amnesty International à la Fédération internationale des journalistes (FIJ), toutes les grandes organisations de défense des droits de l’homme et de la liberté de la presse ont appelé à l’abandon de la procédure d’extradition et à la libération d’Assange.

M. Assange reste cependant en prison, attendant que la justice britannique se prononce sur son appel contre l’extradition vers les États-Unis, où il risque 175 ans de prison pour avoir obtenu et publié des fichiers classifiés du gouvernement américain.

Toutes les demandes d’abandon des charges et de libération de Julian Assange ont été ignorées par les gouvernements britannique et américain. Toutes les décisions et tous les avis d’organes très respectés des Nations unies, tels que le Groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire (UNWGAD) ou le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture de 2016 à 2022, Nils Melzer, ont été complètement ignorés par le gouvernement britannique, voire ridiculisés, comme cela a été le cas avec la décision de l’UNWGAD.

Maintenant que le juge O’Connor a rejeté notre demande d’accès à ces documents, en particulier la correspondance entre les États-Unis et le Royaume-Uni, le rôle de surveillance que devrait jouer le quatrième pouvoir risque également d’être gravement compromis. Et pourtant, nous ne sommes pas les seuls à réclamer un contrôle public.

En plus du rapport de Nils Melzer qui fait autorité et de notre bataille FOIA, un député travailliste britannique, John McDonnell, a récemment soumis une demande FOIA au CPS, remplie de questions détaillées auxquelles le Crown Prosecution Service vient de répondre.

S’adressant à Il Fatto Quotidiano, John McDonnell nous a dit : "Il est clair qu’une enquête indépendante doit être menée sur le rôle du CPS dans l’affaire Julian Assange. Nous avons besoin d’une ouverture et d’une transparence totales".

Le rôle du Crown Prosecution Service dans l’affaire Assange

Le Crown Prosecution Service est un acteur clé dans l’affaire depuis le tout début ; depuis 2010, l’année où Assange et WikiLeaks ont publié les documents américains classifiés pour lesquels il risque la prison à vie, et l’année même où il a fait l’objet d’une enquête en Suède pour viol présumé.

Depuis 2015, l’auteure de cet article s’est engagée dans une guerre de tranchées pour déterrer les faits concernant Julian Assange et les journalistes de WikiLeaks par le biais de procédures FOIA au Royaume-Uni, en Suède, aux États-Unis et en Australie. Nous avons essuyé d’énormes refus et la procédure a été fabuleusement coûteuse. Quatre gouvernements nous ont refusé l’accès à la documentation.

Néanmoins, notre travail en matière de FOIA a permis de mettre au jour certaines informations cruciales, comme le fait que c’est le Crown Prosecution Service qui a conseillé aux procureurs de la Swedish Prosecution Authority (SPA) de ne pas adopter la seule stratégie d’enquête qui aurait pu conduire à une résolution rapide de l’affaire suédoise : interroger Assange à Londres, plutôt que d’insister pour ne l’interroger qu’après l’avoir extradé vers la Suède.

Ce conseil juridique a été donné par Paul Close, un avocat de la Special Crime Division du CPS - la division chargée des poursuites dans les affaires les plus médiatisées - et a contribué à créer le bourbier juridique et diplomatique qui a maintenu Assange arbitrairement détenu à Londres à partir de 2010, d’abord en résidence surveillée pendant 18 mois, puis confiné dans l’ambassade d’Équateur pendant 7 ans.

En 2013, même les autorités suédoises ont commencé à s’interroger sur l’impasse dans laquelle elles s’étaient engagées sur les conseils des autorités britanniques en insistant sur l’extradition. Elles ont envisagé d’abandonner l’affaire d’extradition et ont écrit au Crown Prosecution Service (service des poursuites de la Couronne) : "J’espère que je n’ai pas gâché votre week-end".

Pourquoi un procureur suédois abandonnant une tentative d’extradition pour une affaire sexuelle en Suède ruinerait-il le week-end des autorités du CPS ?

Trop de questions restent sans réponse dans cette affaire. Certaines des décisions clés ont été prises lorsque le Crown Prosecution Service était dirigé par Keir Starmer, actuel chef du parti travailliste britannique. Quel rôle, le cas échéant, Keir Starmer a-t-il joué dans l’affaire Julian Assange ?

Le traitement très anormal de l’affaire suédoise par les procureurs suédois et le Crown Prosecution Service n’a rendu justice à personne, a contribué à la dégradation de la santé d’Assange, a coûté aux contribuables britanniques au moins 13,2 millions de livres pour maintenir l’ambassade équatorienne en état de siège, a conduit le groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire à décider que la Suède et la Grande-Bretagne détenaient arbitrairement Assange depuis 2010 et, enfin, a conduit le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, à dénoncer 50 violations présumées des droits de la défense.

L’affaire suédoise est désormais close, mais non seulement ces questions et les violations présumées signalées par Nils Melzer restent sans réponse, mais le Crown Prosecution Service joue toujours un rôle de premier plan dans l’affaire Assange, puisque les États-Unis agissent par l’intermédiaire du CPS pour tenter d’extrader Assange vers les États-Unis.

C’est pourquoi il est crucial de fouiller les actions du CPS, d’accéder à l’intégralité de sa correspondance avec les autorités américaines, suédoises et équatoriennes et, en particulier, d’accéder à la correspondance de Paul Close.

Toutes les autorités ont refusé de préciser le nombre de pages qu’elles détiennent sur Assange, mais le Crown Prosecution Service nous a fourni une estimation de sa correspondance avec SPA : de 2010 à 2015, il aurait échangé entre 7 200 et 9 600 pages.

Au cours des huit dernières années de notre bataille FOIA, nous n’avons obtenu que 551 pages du Crown Prosecution Service et 1373 pages de la Swedish Prosecution Authority (SPA). Sur ces 1373 pages de documents de la SPA, seules 310 pages représentent la correspondance entre la SPA et le CPS.

Lorsque nous avons essayé d’accéder à la correspondance complète de Paul Close, le Crown Prosecution Service nous a répondu que son compte avait été supprimé après son départ à la retraite en 2014 et que "toutes les données associées au compte de Paul Close ont été supprimées lorsqu’il a pris sa retraite et ne peuvent pas être récupérées".

La Suède a également détruit une grande partie de la documentation sur l’affaire, y compris un courriel du FBI daté de mars 2017, lorsque la CIA élaborait des plans pour tuer ou kidnapper Julian Assange.

Nous n’avons découvert ce fait qu’en février dernier, et seulement parce que le Crown Prosecution Service nous a divulgué ces informations sur leurs collègues suédois après que nous ayons essayé d’obtenir ces documents de la Suède pendant des années, en vain.

À ce jour, les autorités suédoises ne nous ont fourni aucune explication sur les raisons pour lesquelles des documents clés ont été détruits, ni quand et comment, ni sur les instructions de qui. Toutes nos tentatives pour faire la lumière sur cette affaire par le biais d’une procédure judiciaire ont échoué.

Pourquoi le ministère public a-t-il détruit des documents clés ?

Le Crown Prosecution Service a toujours affirmé que la suppression du compte de Paul Close n’avait rien d’inhabituel : il a été supprimé trois mois après son départ à la retraite en 2014. À ce moment-là, Keir Starmer n’était plus directeur des poursuites au CPS.

Le CPS a également toujours affirmé que la suppression du compte était conforme à ses politiques de gestion des dossiers. Mais le manuel de gestion des dossiers du CPS stipule que la correspondance générale relative à un dossier pénal doit être conservée pendant "5 ans à compter de la date de la correspondance la plus récente". Mais ils l’ont quand même supprimée.

Après nous avoir répété pendant des années que les courriels de Paul Close avaient été détruits trois mois après son départ à la retraite, le CPS a changé sa version des faits en janvier dernier, déclarant qu’"il existe un document qui est décrit comme des instructions de bureau relatives à la suppression du matériel dans les 30 jours".

Le compte de Paul Close a-t-il donc été supprimé après trois mois ou après 30 jours ? Et pourquoi a-t-il été supprimé ? Le Crown Prosecution Service est-il certain que tous les courriels et documents pertinents ont été transférés du compte de messagerie et copiés dans le dossier de l’affaire avant d’être supprimés ?

Une enquête parlementaire ?

Ces derniers mois, le député travailliste britannique John McDonnell a déposé une demande d’accès à l’information auprès du CPS pour savoir si Keir Starmer, alors directeur des poursuites, avait été informé du conseil donné par Paul Close aux procureurs suédois de ne pas interroger Assange à Londres, et du fait que les Suédois avaient envisagé d’abandonner l’affaire d’extradition en 2013.

Il a également demandé quels documents le CPS avait détruits, pourquoi, comment et sur les instructions de qui, et si le CPS pouvait lui fournir une liste des affaires juridiques dans lesquelles le Crown Prosecution Service a supprimé des documents clés au cours de la dernière décennie. Enfin, M. McDonnell a demandé si le compte de messagerie électronique de Paul Close pouvait être récupéré à partir de bandes de sauvegarde ou d’autres méthodes de sauvegarde.

En ce qui concerne Keir Starmer, le Crown Prosecution Service a répondu au parlementaire britannique qu’une recherche dans la documentation n’a révélé aucune indication que le CPS détient des informations sur la question de savoir si Starmer a été informé de ces décisions clés relatives à Assange. Cependant, le CPS a clarifié la situation : "Nous détenons 59 boîtes d’informations relatives à l’affaire de M. Assange. L’équipe a conclu qu’il ne serait pas raisonnable de les examiner toutes en profondeur conformément aux dispositions de la loi sur la liberté de l’information".

Comme dans le cas de la destruction du compte de messagerie de Paul Close, le CPS a fait valoir qu’il ne pouvait pas "savoir" que tous les courriels pertinents avaient été transférés dans le dossier de l’affaire avant que le compte ne soit supprimé, bien qu’il s’agisse d’une "pratique courante". Enfin, l’autorité publique a répondu que "le CPS ne détient aucune copie de sauvegarde du compte de messagerie supprimé" et qu’au cours des dix dernières années, elle n’avait pu identifier qu’un seul cas de destruction prématurée de documents liés à une affaire autre que celle de Julian Assange. Bien que le ministère public ne qualifie pas la suppression du compte de Paul Close de "violation de données", dans l’autre cas, le ministère public la qualifie bien de telle.

Quelle malchance pour Julian Assange. Il a été maintenu dans l’incertitude pendant près de dix ans, en partie grâce aux conseils juridiques que le service des poursuites de la Couronne a donnés aux procureurs suédois. La correspondance essentielle relative à son dossier a été détruite peut-être trois mois ou peut-être 30 jours après le départ à la retraite du procureur qui s’était occupé de son dossier depuis le début. Il n’y a aucun moyen de savoir ce qui a été détruit et ce qui a été conservé. Il n’y a pas de copies de sauvegarde. En dix ans, il n’y a eu qu’un seul cas de destruction prématurée de documents.

La malchance d’Assange a été telle que non seulement le Crown Prosecution Service a détruit les documents relatifs à son affaire, mais les procureurs suédois ont fait de même. Quant au reste de la correspondance entre le CPS et les autorités américaines, l’obtenir en passant par la justice semble relever de la mission impossible.

John McDonnell estime qu’"il faut maintenant une enquête indépendante sur le rôle du CPS dans l’affaire Julian Assange". C’est peut-être la dernière et unique chance. Cela se produira-t-il ?

Di Stefania Maurizi

LIRE LA DÉCISION DU JUGE O’CONNOR https://st.ilfattoquotidiano.it/wp-content/uploads/2023/06/01/RULING.pdf

Traduction "cet article s’auto-détruira après lecture dans..." par Viktor Dedaj avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles.


EN COMPLEMENT :

MISE à JOUR 03/06/2023 : Depuis la publication par le Sydney Morning Herald de l’article ci-dessous, l’organisation britannique de défense de Julian Assange DEA (Don’t Extradite Assange) a publié un communiqué précisant que l’enquête n’a pas été relancée pour la simple raison qu’elle n’a jamais été close. Voir : https://dontextraditeassange.com/press-release/reports-that-the-fbi-as...

Le FBI relance l’enquête sur Julian Assange malgré les espoirs de libération

Lien vers source : https://www.smh.com.au/politics/federal/fbi-restarts-julian-assange-pr...

Les services américains de police cherchent à recueillir de nouveaux éléments de preuve sur Julian Assange dans le but apparent d’étayer leur dossier contre le fondateur de WikiLeaks, alors même que ses partisans espèrent de plus en plus qu’une avancée diplomatique pourrait bientôt le faire sortir de prison.

Le Sydney Morning Herald et The Age peuvent révéler que des agents du Federal Bureau of Investigation (FBI) ont cherché la semaine dernière à interroger le célèbre romancier Andrew O’Hagan au sujet de sa collaboration, il y a plus de dix ans, à l’autobiographie de Julian Assange en tant qu’auteur fantôme.

M. O’Hagan, qui a écrit un essai célèbre et souvent cinglant sur la rupture de sa relation de travail avec M. Assange, a déclaré qu’il n’accepterait pas d’être interrogé par le FBI parce qu’il s’oppose à toute tentative de le punir pour avoir publié des documents classifiés.

La révélation de cette demande d’entretien a constitué une surprise désagréable pour les avocats de M. Assange, qui ne pensaient pas auparavant qu’une enquête active était en cours sur M. Assange, étant donné que cela fait trois ans que les procureurs américains ont émis un acte d’accusation à son encontre.

L’avocat australien de M. Assange, Stephen Kenny, a déclaré : "Il semble qu’ils continuent d’essayer d’obtenir des informations sur M. Assange : "Il semble qu’ils continuent d’essayer d’enquêter, ce que je trouve inhabituel étant donné le temps qui s’est écoulé depuis le début de l’enquête.

"Je pense qu’il y a lieu de s’inquiéter, car nous nous sommes efforcés de trouver un arrangement qui permettrait à Julian de rentrer chez lui. Il serait très inhabituel que le FBI essaie de rassembler des preuves qui pourraient aider à le disculper".

M. Kenny a déclaré qu’il n’avait pas connaissance d’autres tentatives récentes des autorités américaines d’interroger des témoins au sujet de M. Assange.

L’avocate de M. Assange, Jennifer Robinson, basée au Royaume-Uni, a déclaré le mois dernier que son équipe juridique était ouverte à un accord de plaidoyer à la David Hicks, si nécessaire, afin d’obtenir sa libération de la prison de haute sécurité de Belmarsh à Londres et d’éviter une éventuelle longue peine d’emprisonnement aux États-Unis.

Le frère de M. Assange, Gabriel Shipton, a déclaré qu’il semblait que les procureurs américains essayaient de préparer un nouvel acte d’accusation ou un acte d’accusation complémentaire contre M. Assange.

"Cela montre qu’ils comprennent la faiblesse des charges retenues contre Julian et qu’ils essaient de les renforcer", a-t-il déclaré.

La semaine dernière, le commandement de la police métropolitaine de Londres chargé de la lutte contre le terrorisme a envoyé à M. O’Hagan une lettre indiquant que des agents du FBI à Washington souhaitaient s’entretenir avec lui.

"Le FBI aimerait discuter de vos expériences avec Assange/WikiLeaks, telles que mentionnées dans The Unauthorised Autobiography of Julian Assange et Ghosting", indique la lettre, en référence aux titres de l’autobiographie d’Assange et d’un essai publié en 2014 par O’Hagan dans The London Review of Books.

"Je ne témoignerais pas contre un collègue journaliste poursuivi pour avoir dit la vérité", a déclaré M. O’Hagan à ce journal.

"Je serais heureux d’aller en prison avant d’accepter de quelque manière que ce soit de soutenir l’establishment sécuritaire américain dans cet effort cynique."

M. O’Hagan s’est dit surpris que l’enquête du FBI soit toujours en cours et il estime que la tentative de l’interviewer "montre un certain désespoir de leur part".

(...)

»» https://www.ilfattoquotidiano.it/in-edicola/articoli/2023/06/01/judge-...
URL de cet article 38686
  

Même Auteur
L’affaire WikiLeaks - Médias indépendants, censure et crime d’État
Stefania MAURIZI
Dès 2008, deux ans après le lancement de la plateforme WikiLeaks, Stefania Maurizi commence à s’intéresser au travail de l’équipe qui entoure Julian Assange. Elle a passé plus d’une décennie à enquêter les crimes d’État, sur la répression journalistique, sur les bavures militaires, et sur la destruction méthodique d’une organisation qui se bat pour la transparence et la liberté de l’information. Une liberté mise à mal après la diffusion de centaines de milliers de documents classifiés. Les "Wars logs", ces (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Il faut prendre à César tout ce qui ne lui appartient pas. »

Paul Eluard, Notes sur la poésie, GLM, 1936

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.