RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Russie-Occident, l’autre guerre de 100 ans (troisième partie)

Dans la seconde partie nous décrivions les phases de la guerre de 100 ans russo-occidentale, et montrions comment elles s’enchainent pour mener l’occident à « l’âge de la déraison » dans lequel il se débat aujourd’hui. Nous re-définissions ensuite le conflit entre les EU et la Russie, comme celui opposant les pays producteurs de biens et ceux qui les consomment, et en tirions les conséquences, en particulier en termes d’affaiblissement de l’occident.

Vu de Russie : achever la victoire de 1945 et gagner la guerre de 100 ans

En ce qui concerne la Russie, le conflit est existentiel au sens classique du terme. Perdre peut signifier la disparition du pays, de la même façon que l’URSS a cessé d’exister. Il est vraisemblable que l’état Russe est entré dans cette guerre sans avoir pleinement conscience de ce fait. Les buts de guerre avoués étaient la dénazification, et la neutralisation de l’Ukraine. Cela parait un peu obscur, qu’il me soit permis de les reformuler sous un éclairage historique : il s’agissait simplement de reprendre un peu du considérable terrain géopolitique perdu sous la pression permanente des EU, depuis les accords de Yalta. Ce conflit était en germe dès la première extension de l’OTAN. Je pense que les Russes étaient convaincus, en février 2022, que l’intervention armée amènerait rapidement toutes les parties à la table des négociations pour des discussions, cette fois, sincères. Ils avaient sous-estimé l’importance, aux yeux de la clique des néoconservateurs, du projet de destruction de l’état Russe, la détermination à y sacrifier tous les alliés européens, et la soumission veule des dits alliés aux pressions états-uniennes. Ainsi, ce sont les européens eux-mêmes, qui sont intervenus pour saboter les deux premières tentatives de négociations. Lors de la seconde, Boris Johnson s’est déplacé lui-même à Kiev pour interdire à Zelensky de négocier. Donc, par le geste et la parole, Boris Johnson a convaincu la Russie que l’occident était son véritable ennemi, et qu’aucune négociation ne serait possible. Et rappelons qu’Angela Merkel, mais aussi François Hollande, ont enfoncé le clou en déclarant publiquement que les accords de Minsk n’étaient qu’une manœuvre dilatoire pour se donner le temps de transformer l’Ukraine en tête de pont de l’OTAN.

On révèle ainsi à l’opinion publique Russe que : 1) l’hostilité présente de l’Europe n’est pas née de la décision du recours aux armes du 24 février, mais formait déjà l’axe directeur de toute la politique occidentale, 2) tout accord diplomatique avec nous est absolument impossible. La conséquence logique : toute la stratégie russe doit consister à écœurer l’Occident de son projet hostile, ou plus simplement dit, qu’il lui foute la paix une bonne fois pour toute. Au risque de choquer, je vais exprimer les choses ainsi : la victoire de 1945 est, pour l’URSS/Russie une victoire à la Pyrrhus. Elle l’a laissée exsangue, ce dont l’occident a aussitôt outrageusement profité. Fait unique dans l’histoire, les États-Unis ont établi leur empire sur la base d’une victoire qui avait surtout été payée du sang d’un allié, la Russie. Puis, ils ont utilisé la force qui en résultait pour tenter de réduire cet ex-allié. Et, il faut le reconnaître, ils ont été bien proche de réussir dans les années 90.

Ainsi, le conflit qui a éclaté le 24 février, est un conflit global, militaire, diplomatique et économique qui a pour enjeu la fin de la guerre de 100 ans que l’occident mène contre la Russie, donc la révision des conditions de la sortie du second conflit mondial. C’est une lutte « à mort », où la Russie joue sa survie. Une défaite signifierait la disparition de l’état, et le morcellement du pays en états colonisés, ainsi qu’un appauvrissement draconien de la population, toutes les ressources étants détournées, au profit des plus importants intérêts financiers occidentaux. A terme, c’est la culture russe qui disparaîtrait.

Quelle stratégie pour la Russie : Bzrezinski traduit en Russe !

Alors, quelle est la stratégie qui permettrait à la Russie d’atteindre son but : mettre un point final à 100 ans de visées occidentales sur son territoire et ses ressources ? Levons-nous, faisons le tour de la table, et regardons la carte qui y est disposée, du point de vue de Moscou. Le brillant raisonnement de Brzezinski, la Russie sans l’Ukraine n’est plus qu’une puissance régionale, peut être retourné. Que sont les EU sans leurs sujets Européens ? Réponse : sans l’Europe, les EU ne sont plus qu’une puissance parmi d’autres. Je suis convaincu que c’est un concept qui aujourd’hui agite les stratèges en Russie. Une victoire totale de la Russie passerait par la destruction du système impérial que les EU ont mis en place en 1945, et que, ironiquement, les Russes ont payé de leur sang. Et cela passerait par la destruction de l’Europe, non pas physique, mais diplomatique et économique. Mais rappelons-le, la guerre économique est une vraie guerre, et les deux guerres mondiales se sont jouées aussi, et en grande partie sur ce terrain. C’est bien parce que les EU étaient les vainqueurs économiques de la deuxième guerre mondiale, qu’ils ont pu « annuler » les effets de la victoire militaire de la Russie. Rappelons également qu’il ne se passe plus de semaine sans que nous déclarions notre engagement indéfectible à la victoire de l’Ukraine, que nous ne vidions nos entrepôts pour envoyer des armes qui ne peuvent rien changer sur le terrain. Et comme les choses semblent de plus en plus « compliquées » sur le champ de bataille, voilà que nous promettons d’armer et soutenir une guérilla pour engager la Russie dans un nouvel Afghanistan. Cette dernière ânerie prouve aux Russes, s’il en était encore besoin, que leur victoire militaire, qui s’annonce, sera insuffisante pour terminer le conflit. Ce qu’il faut obtenir, c’est la destruction du NATOstan. Et souvenons-nous, à nouveau, que la déclaration de guerre économique est bien venu de nous, l’Occident, et à une époque où la Russie cherchait sincèrement à approfondir ses liens avec l’Europe, et même à intégrer certaines de ses institutions. C’est nous qui nous sommes positionnés en ennemi les premiers. En conséquence, si la Russie doit nous infliger des souffrances pour atteindre ses buts géopolitiques, elle le fera avec le sentiment d’être dans son bon droit, et, il est important de le noter, avec l’assentiment de la population.

La Russie ne communique pas, on est donc contraint d’analyser les faits dont nous avons connaissance de manière incontestable pour tenter de déterminer une partie de la pensée stratégique Russe. Il est clair que les premiers mois du conflit ont été mené dans l’hypothèse que tout le monde viendrait rapidement à la table des négociations, pour construire le nouveau système de sécurité européen que la Russie appelait de ses vœux depuis des années. Je ne crois pas à l’hypothèse de l’espoir d’un écroulement de l’état Ukrainien car, dans ce cas, il aurait fallu plus de troupes pour assurer la sécurité pendant la transition vers un état qui aurait été un vassal de la Russie. Les faibles effectifs engagés le 24 février 2022 suggèrent bien plus que le but était d’amener les EU et l’UE à négocier.

Pour qu’un accord ait des chances raisonnables d’être mis en œuvre après sa signature, il aurait fallu un pouvoir ukrainien raisonnablement légitime pour que la population l’accepte. Espérer qu’un état installé par une puissance étrangère puisse jouer ce rôle est absurde. Pour la Russie, cela aurait été renouveler l’erreur du coup d’état de 2014, qui a bien vu tout une partie de la population se soulever contre le nouveau pouvoir installé par les EU. Après que les tentatives de négociation eurent été sabotées par les pays européens, en particulier le Royaume Uni, l’état-major russe a ordonné un retour sur une ligne de front plus courte, et qu’il a fait fortifier. On en déduit logiquement qu’il s’est préparé à une guerre d’attrition. Cela s’accompagne, de manière remarquable, de grande manœuvres diplomatiques, et d’un redéploiement des marchés de l’énergie vers l’Asie. Le signal que la Russie envoie est que ce qui se passe sur le terrain de combat, est somme toute secondaire ; que le vrai front est celui de la diplomatie et de l’économie : accueil de nouveaux pays dans les BRICS, remplacement du dollar par le Yuan pour certaines transactions (en nombre grandissant), etc.

À peine quelques semaines après le début du conflit, un ami rentrant du Donbass me disait que les combats y seraient longs, car les fortifications bâties par l’armée ukrainienne pendant 8 ans seraient très difficiles à réduire. Ce fait était connu des militaires du Donbass depuis longtemps. On a donc du mal à imaginer que l’état-major russe l’ait ignoré, et ait donc pu espérer une marche victorieuse de type blitzkrieg sur Kiev, pour s’y installer durablement. De même, durant ces années, la Russie a construit un outil militaire d’une taille adaptée à ses moyens et ses ambitions, sans se lancer dans une course aux armements épuisantes. Au contraire, elle a investi dans les armes hypersoniques, rendant toute attaque nucléaire préventive suicidaire, mais rendant aussi impossible un soutien logistique des EU vers l’Europe en cas de guerre ouverte. Il y a donc bien eu une réflexion stratégique multi-vectorielle durant les 8 ans qui séparent les hostilités du coup d’état de 2014. On peut donc supposer que la stratégie diplomatique déployée en ce moment a été tout aussi pensée, et s’articule avec la stratégie strictement militaire. Cela ne veut pas dire qu’il n’y ait pas eu d’erreurs, et la sous-estimation de l’enthousiasme européen à s’autodétruire est sûrement la principale. Mais je ne pense pas qu’une sous-estimation grossière de la résistance des fortifications ukrainiennes, et de la réalité du terrain dans son ensemble, en fasse partie.

Au contraire, je pense que la résilience ukrainienne a été assez bien estimée, précisément parce que la proximité culturelle entre les deux pays leurs permet de se jauger mutuellement assez précisément. Les Ukrainiens résistent comme les Russes, et vice versa. La stratégie russe consiste donc à frapper au point faible, c’est à dire l’UE. Elle le fait en nous aidant à nous enfermer dans une « chaudron diplomatique ». Et elle joue sur du velours. Nos guerres néo-coloniales des vingt dernières années, ainsi que notre diplomatie du « wokisme » nous rendent odieux aux yeux de la majorité de la population mondiale. Notre soumission aux EU nous rend méprisables. Nous perdons ainsi à grande vitesse notre influence sur le cours de l’histoire mondiale, au profit de la Russie et surtout de l’Asie en générale. Les actions et les transformations des sociétés occidentales européennes au cours des vingt dernières années ont démontré au monde que nos valeurs étaient essentiellement des jingles servant à justifier des politiques de prédation, et génératrices d’inégalités sociales insupportables. Enfin, notre auto-proclamation comme empire du bien, nous être lancés dans une croisade internationale pour les droits des minorités sexuelles, vient saper toute l’efficacité de notre soft-power. De la part de la Russie, il serait idiot de ne pas en profiter.

Est-ce efficace ? Pour le moment, il semble bien que oui. Nos économies s’épuisent, les pays non occidentaux tentent de se dégager du système financier centré sur les États-Unis. Le monde multipolaire émerge. La Russie et la Chine se rapproche de plus en plus, unissant une base industrielle puissante à toutes les ressources nécessaires pour l’alimenter. La Russie partage avec la Chine son avance en matière de technologie militaire. Pendant ce temps, en Europe, les populations manifestent, et la presse se gargarise, l’Ukraine doit gagner, l’Ukraine gagne, et de temps en temps on lui envoie quatre chars, ou quelques missiles, de quoi tenir une journée. Quant aux morts ukrainiens, qui devraient quand même être notre première préoccupation, c’est à peine s’ils existent dans les médias. Et on ne peut même pas surestimer le talent russe, car une grande partie de l’efficacité de la Russie provient de nos propres erreurs, en particulier les politiques énergétiques erratiques des vingt dernières années, ainsi que celles des délocalisations industrielles massives.

La stratégie des États-Unis : le plan B

La stratégie initiale des EU était de provoquer la dislocation de la Russie par le jeu de sanctions économiques d’une intensité jamais atteinte. À l’évidence, c’est un échec. Et de cet échec en vient un autre, bien plus grave : la perte de confiance dans le système financier centré autour du dollar. Comme dit plus haut, placé dans une position impériale, les EU ont besoin des flux financiers provenant du reste du monde. La saisie des avoirs de l’état Russe, sans l’écroulement de son économie, signe la fin, à plus ou moins longue échéance, du système dollar. Donc la raison commanderait d’en prendre acte, et de « réduire la voilure ». Loin de là, les États-Unis viennent d’annoncer une augmentation pharaonique de leur budget militaire pour les années à venir. D’où viendra l’argent ? Depuis l’explosion de NorthStream la réponse va de soi : du pillage sans retenu de l’Europe. Je fais l’hypothèse que les États-Unis ont déjà pris acte de la défaite : la Russie ne sombrera pas. On ne pourra pas se ré-approprier ses ressources comme dans les années 90. Et la Chine n’est plus seulement l’atelier du monde. C’est devenu la première puissance économique mondiale, avec des ambitions géopolitiques (à ne pas confondre avec une posture impérialiste, cependant). Mais l’Europe reste encore suffisamment riche. Les EU vont donc accepter la multipolarité, et se concentrer sur l’empire « noyau », celui qu’ils ont acquis à la fin de la Seconde Guerre mondiale, formé de l’Europe, le Japon, et de l’anglosphère (Australie, Canada, Nouvelle Zélande, etc). Pour l’Europe, c’est une très mauvaise nouvelle. Car les EU ne sont plus la puissance victorieuse de 1945, pays incomparablement le plus riche de la planète, responsable de 50% de la production industrielle mondiale et, partant, non seulement généreuse, mais ayant les moyens de sa générosité. C’est au contraire une puissance assez humiliée, ayant subi défaites militaires sur défaites militaires pendant 20 ans, appauvrie, déchirée par des conflits internes d’une grande gravité, et qui est donc vindicative et prédatrice. La manière dont ils profitent de la dépendance énergétique qu’ils ont eux-mêmes créée en est le signe le plus clair, et ce n’est qu’un début. On peut hélas parier que d’ici dix ans, Mercedes, BMW, Airbus, Ariane, etc., seront des entreprises étasuniennes.

La Russie étant toujours debout, et les économistes prévoyant même une solide croissance pour 2023 et 2024, l’idée que l’Ukraine reprenne et le Donbass et la Crimée étant absurde, les EU et l’Europe vont bien devoir faire face à ce qui est un échec, voir une défaite. Pour les États-Unis, cela n’a rien d’effrayant. Voilà des années qu’ils connaissent des défaites retentissantes, accompagnées d’images humiliantes de personnel diplomatique s’enfuyant en hélicoptère depuis le toit de leurs ambassades. La dernière s’est produite en Afghanistan, à la suite de quoi ils se sont attaqués à la Russie ! Il semble que le pays ait acquis une capacité d’indifférence à ces défaites sur les théâtres extérieurs. Ils laissent tomber leurs alliés d’hier et passent à autre chose. Si vraiment la blessure d’amour propre gratouille trop fort, on fait quelques films pour la cicatriser. Il en sera de même avec l’Ukraine, et d’ailleurs, les premiers frémissements dans la presse d’un changement d’attitude apparaissent. Pour les EU, la défaite militaire ne pose pas de problèmes particuliers. Ce sont les conséquences du conflit sur l’ordre économique mondial qui sont, elles, très sérieuses, mais à nouveau, le plan B est déjà en course d’exécution. Pourtant, comment la société étasunienne, ultra polarisée, supportera les conséquences croissantes du conflit contre la Russie et la Chine, appelé à prendre de l’ampleur ? Il est difficile de le dire. Mais s’il se produit un événement grave, comme une dislocation de l’état fédéral, sur le mode de feu l’URSS, le conflit ne sera qu’un élément déclencheur, les raisons profondes étant, comme pour l’URSS, les contradictions internes devenues trop insupportables.

Pour l’Europe le risque est très différent.


L’Europe encerclée

Observant l’Europe dans ce conflit, on se dit que tous les fusibles de la raison ont fondu. Car même si on se place du point de vue de l’oligarchie, la mise sous tutelle, la vassalisation de l’Europe par les EU n’est pas une bonne nouvelle. Certes ils ne seront pas conduits à mendier leurs diners. Mais il en résultera un déclassement en termes de richesse mais aussi, et surtout en termes de puissance, qui devrait les conduire à la redouter. Pourtant, tout l’establishment Européen soutien une attitude très agressive vis à vis de la Russie. Songeons que pour les industriels allemands, le sabotage de NorthStream signifie le choix entre la ruine, ou la reddition aux intérêts étasuniens. Pourtant, il n’y a pas eu un murmure outre Rhin pour s’insurger, même quand Seymour Hersh a confirmé que l’action venait bien des EU.

Vraisemblablement, l’impotence politique de l’Europe, son impuissance même, plonge ses racines dans le projet idiot de réunir dans une seul état des populations ne partageant ni les mêmes valeurs, ni la même vision de l’histoire. L’Europe est un continent, une construction géographique. Dans cette vision, sa frontière terrestre est l’Oural. Mais à partir du moment où l’on décide d’en donner une définition politique, se pose alors la question des frontières au sens géopolitique. Tant qu’existait l’URSS, les choses étaient claires, la frontière était celle où se rencontraient les pays sous influence étasunienne, et ceux sous influence soviétique. De manière triviale, l’identité trans-européenne se définissait par rapport à un ennemi. Quand l’ennemi a disparu, la question d’une véritable identité, endogène, s’est posée. Ainsi, la frontière se déplaçait vers l’Est, agrégeant des pays de plus en plus nombreux, ne partageant ni la même vision de l’histoire, ni les mêmes intérêts, ni les mêmes valeurs. Pourtant, il existe bien une forme d’identité européenne, et celle-ci est culturelle. Car effectivement, on sait intuitivement que Saint-Saëns, Chopin ou Tchaikovski sont des compositeurs Européens, que Dickens, Zola ou Tolstoï sont des auteurs européens, etc. Bien que le continent a été déchiré par de nombreuses guerres, il a développé une forme de culture commune, qui est définissable au-delà des différences de langues et de coutumes, de formes, etc. Tout aussi intuitivement, un Français se sentira moins dépaysé à Vladivostock qu’à Pékin. En fait, il y a une escroquerie historique considérable à vouloir confondre la frontière de l’Union Européenne à celle de l’Europe en tant qu’objet et processus historique.

Sans valeurs communes, sans vision historique commune, l’Union européenne adopte la caricature de progressisme que les EU exportent sous le nom de « wokisme », et pour trouver un ersatz d’identité, se reconstruit un ennemi extérieur, recyclant de manière commode celui qui a assuré sa cohésion durant la guerre froide. Ainsi, sa position sur l’Ukraine associe les bonnes vieilles traditions impérialistes, et les nécessités politiques engendrées par une tentative d’unification an-historique. Elle entre donc dans un processus politique irrationnel parfaitement auto-destructeur. Mais reconnaitre à la Russie et sa part d’identité Européenne, et sa part d’altérité, avec la reconnaissance de ses intérêts particulier dans le destin européen, la conduirait inévitablement à renoncer à la définition d’une identité transnationale européenne. Ainsi, les facteurs objectifs et subjectifs se renforcent les uns les autres pour la conduire au suicide.

L’Europe se trouve donc au centre d’un réseau de tensions difficilement soutenables. La Russie a intérêt à son affaiblissement, et de préférence à la disparition des institutions européennes, qu’elle voit comme un relais de la volonté de Washington. Elle le fait d’une part en la laissant s’épuiser à soutenir l’Ukraine. Car il serait probablement assez facile de couper les lignes d’approvisionnement en armes occidentales, donnant à l’UE une bonne raison de cesser son soutien. Elle le fait aussi en développant des institutions qui, ne serait-ce que sur le plan économique, sont plus attractives que celles de l’UE, et cela, en particulier, usant de l’exemple dissuasif de la saisie de ses actifs en Euros.

Les EU eux, ont intérêts à l’asservissement de l’Europe. Et ils ont entamé celui-ci avec sa mise sous dépendance énergétique, ainsi qu’en attirant sur leur sol les entreprises qui ont besoin d’énergie meilleur marché.

Ainsi, par sa politique absurde et déracinée de toute réalité historique, l’UE se trouve encerclée par son ennemi et son « allié » (qu’il me soit permis de rajouter ici des guillemets). Pourtant, aucun des deux n’a intérêt à sa « mort », à une crise systémique plus sévère encore que celle qu’a connue la Russie en 1991. Quand elle surviendra, elle ne pourra se le reprocher qu’à elle-même.

Conclusion militaire du conflit

Quelle pourrait être la conclusion sur le terrain militaire ? Cela reste encore très difficile à dire. On a prédit une grande offensive Russe qui ne vient toujours pas. L’une des raisons est que pour maintenir l’adhésion populaire russe, il faut éviter une grande bataille coûteuse en vies. On voit bien que l’état-major russe ne se soucie pas d’une victoire qui serait sanglante. Et puis demeure la question de la réaction occidentale. En cas de défaite spectaculaire, est-on à l’abri d’un emballement vers un conflit généralisé ? L’investissement émotionnel est tel en Europe, que c’est un paramètre à prendre en compte. Pour le moment, on a plutôt l’impression que le choix est d’attendre que l’armée ukrainienne s’effondre faute d’effectif. Il sera alors possible de s’avancer jusqu’aux frontières du Donbass, et de reprendre les négociations. L’Ukraine sortirait du conflit vaincu, mais avec honneur. N’étant pas humiliée, elle pourrait reprendre les négociations la tête haute. Ce serait une conclusion logique. Elle permettrait aux EU de se retirer également sans humiliation et d’amortir la défaite auprès de leur opinion publique comme ils ont su le faire depuis le Vietnam. Mais la vraie question est : est-ce que l’Europe, perdue dans son délire idéologique, n’interdirait pas, à nouveau, la négociation. Hélas pour nous, nous sommes sûrement devenus l’acteur le plus imprévisible du conflit. Même l’Ukraine, en dépit des phénomènes de corruptions, a fait preuve de plus de maturité politique. Car, à nouveau, rappelons-le : elle a tenté par deux fois d’entamer des négociations, et c’est l’Europe qui les a sabotées. Si maintenant elle parait tentée par l’idée démente d’amener l’OTAN à se lancer dans une campagne militaire sur son territoire, c’est du fait d’avoir été placée, par cette même OTAN, dans une situation désespérée.

Il faut aussi mentionner le cas particulier d’Odessa. Dans l’imaginaire russe, elle joue un rôle comparable à celui de Marseille pour les Français. Elle est la source d’une culture et d’un humour particulier. Or, si elle demeure dans un état ukrainien issu du conflit, son identité sera détruite et la population subira la violence des extrémistes, comme cela a déjà été le cas dans le passé. Il y donc deux solutions pour cette ville : soit la conquête, avec toute la violence et les destructions que cela signifie, ou l’attribution d’un statut particulier, garantit par des pays européens et la Russie. Pour que cette solution, qui serait préférable, soit envisageable, il faudrait un minimum de confiance entre les parties. Le sabotage avoué des accords de Minsk par la France et l’Allemagne a fait voler en éclats en Russie l’idée même que l’on peut mener des négociations honnêtes avec les pays occidentaux.

Cette considération ne concerne pas seulement le cas d’Odessa, mais le règlement du conflit en général. Pour la partie russe, les européens ne sont plus des négociateurs sincères, et seront toujours suspects de chercher à gagner du temps pour préparer le prochain acte hostile. Cela a deux conséquences particulièrement graves :

D’abord la Russie voudra être sûre que l’outil militaire ukrainien est définitivement détruit, ce qui veut aussi dire, que l’Europe et les EU n’auront plus les moyens de le reconstruire. La destruction des moyens militaires, et l’épuisement des ressources occidentales, impliquent un coût humain terrible. Par la trahison de la parole donnée, la France et l’Allemagne en porte une part importante de responsabilité.

La diplomatie des deux principales puissances européennes étant décrédibilisée, il faudra un garant non européen à tout accord de cessez-le-feu ou de paix. C’est là un point parfaitement choquant si l’on y songe bien : peu importe la ligne de cessez-le-feu, la nouvelle frontière, l’accord et la nouvelle géographie européenne sera garantie par, la Chine, l’Inde, la Turquie peut-être. La France et l’Allemagne seront peut-être invitées à prendre place sur un strapontin pour parapher l’accord loin en dessous de la signature de Xi Jinping par exemple, mais ce sera pour le spectacle. La réalité est que l’Europe sera exclue de la résolution d’un conflit ayant lieu sur son territoire, pour la première fois de son histoire !

Si j’insiste tant sur la dimension diplomatique, c’est que, dans nos analyses du conflit qui commence le 24 février 2022, nous sommes gênés par les habitudes de pensées issues de la mère de toutes les guerres : celle de 1940. Alors, la dimension militaire était prépondérante, et l’ampleur des combats, des pertes, des souffrances, agissent encore sur notre idée de ce qu’est la guerre. L’épisode de la guerre de cent ans que nous observons aujourd’hui et qui, de mon point de vue, doit la clore, diffère profondément en ce que les aspects diplomatiques et économiques surclassent largement les aspects militaires. Dans la manière dont la Russie utilise un théâtre d’opération limité dans son extension géographique et dans les moyens militaires engagés, afin de provoquer un bouleversement de l’ordre mondial, on est tenté de voir une extension de l’art opératif à la diplomatie, politique et économique.

Et justement, d’ici environ un mois, se tiendra le SPIEF (Forum économique de Saint-Pétersbourg). Il rassemblera d’éminentes personnalités du monde entier venant participer à ce qui est devenu un événement majeur pour ce qui concerne l’économie de l’Eurasie, avec tout ce que cela peut représenter de stratégique. D’Inde, de Chine, d’Afrique, du Moyen-Orient, d’Amérique Latine, on viendra confortablement et rapidement à bord de vols directs. En revanche, pour les européens qui voudraient participer, il faudra soit prendre un billet pour la Turquie ou pour l’Arménie, ou la Géorgie, puis un second vol pour Moscou ou Saint-Pétersbourg, avec plusieurs heures d’attente entre les deux, le prix étant environ quatre fois plus cher. Ou alors, on pourra aussi transiter par Helsinki, puis passer la nuit dans un car pour se rendre à Saint-Pétersbourg. Et ces contraintes, nous nous les sommes infligées volontairement ! Ainsi, peu d’Européens feront le voyage, d’autant plus qu’ils en seront souvent découragés par leurs pairs. Dans la ville que Pierre le Grand a bâti, ironie de l’Histoire, pour se rapprocher de l’Europe, si proche de nous mais désormais si éloignée du fait de notre stupidité, le monde se rassemblera, et en notre absence, se prendront des décisions importantes, engageant notre avenir avec celui du monde, vraisemblablement de nouvelles demandes d’adhésions au BRICS, par exemple. Peut-on trouver une plus belle et symbolique illustration de la splendide médiocrité intellectuelle des élites européennes, que cette exclusion volontaire des nouveaux mécanismes et organisations autour duquel le monde évolue ? Elle rappelle cruellement celle qui caractérisait les élites de l’URSS finissante. À ceux que le parallèle choquerait, je conseille de trouver une photo du Brejnev gâteux et tardif, à la tribune de la place rouge, et, d’un coup de photoshop, de remplacer son visage par celui de Joe Biden avec ses lunettes de soleil. Divertissant et convaincant, n’est-ce pas ?

En guise de conclusion provisoire : les cicatrices de l’histoire

On sait bien que la géopolitique s’embarrasse peu de morale. Mais il est difficile de conclure sans parler des souffrances, ou pour dire les choses dans leur simplicité crue, du mal que nous avons répandu.

Il y a d’abord les centaines de milliers de morts qui formeront, selon toute vraisemblance, le bilan final de la guerre fratricide que nous avons provoquée, et prolongée (voir les déclarations de Naftali Benett). Tout en reconnaissant que c’est l’Ukraine qui paye le prix le plus fort, qu’il me soit permis toutefois de les invoquer ensemble, Ukrainiens et Russes. Car je ne sache pas que les larmes d’une mère pleurant sur la tombe de son enfant se soucient de la couleur de son passeport. Elles sont toutes aussi brûlantes, et aussi longues à sécher. Mais cela, sans en nier la cruelle importance, c’est la partie immergée de l’iceberg.

Car, afin de mettre en oeuvre le délire eschatologique de Zbigniew Brzezinski (j’emprunte l’expression à la brillante recension de son livre faite par Olivier Berruyer sur son blog « Les Crises »), les EU, puis le reste de l’Occident, se sont lancés dans un remarquable programme d’ingénierie sociale pour séparer l’Ukraine et la Russie. Grâce aux déclarations de Viktoria Nuland, nous savons même combien cela a coûté ! Mais personne, parmi les élites occidentales ne s’est posé la question de la dangerosité de la matière historique qu’ils trituraient ainsi. Car de l’Histoire, leur ignorance crasse leur a fait perdre tout sens.

Quand l’URSS s’est dissoute, elle a séparé des peuples, Russe, Biélorusse et Ukrainien qui avaient des siècles d’histoire commune. Il leur fallait reconstruire, ou inventer une nouvelle identité nationale. C’est pour l’Ukraine que l’équation était la plus difficile. Ses frontières, héritées de l’Union, étaient en partie artificielles, on le répète souvent. Et alors ? Aurait-elle été le seul État, né des turbulences de l’histoire, et dont les limites sont tracées un jour sur une carte par le « fait du prince » ? Oui, il est plus difficile de faire vivre ensemble une population multi-ethnique, multi-linguistique et pluri-religieuse que si elle est homogène. Il aurait fallu aider ce jeune état à surmonter ses divisions. Nous avons, nous les champions auto-proclamés de la diversité, ressuscité les haines recuites, fouillé du couteau les blessures de l’histoire. Sans surprise, l’État a éclaté.

Ainsi, ses trois peuples durent, en quelque sorte, se « réinventer ». Ils s’en furent donc à la recherche d’une continuité historique qui, jetant des passerelles sur les violentes ruptures de leur vingtième siècle, leur rende le sens d’un destin commun. Pour l’Ukraine et la Russie, cela ne pouvait être fait qu’ensemble étant donné leurs liens séculaires. Accomplir cette démarche dans le respect des souverainetés nouvelles n’était pas si difficile, et sans nos interventions, on peut estimer que c’est cela qui se serait passé. Mais comme il nous fallait créer de l’antagonisme, nous sommes allés chercher la charogne la plus malodorante au fond des fameuses poubelles de l’Histoire. Nous avons instrumentalisé une minorité ultra-nationaliste qui s’identifiait et partageait les idées de anciens collaborateurs des nazis, ceux que l’on nomme les Bandéristes.

Or, dans cette recherche de ce qui pourrait rendre du sens et de l’unité pour vivre ensemble, le souvenir de la guerre, de l’immense sacrifice et de la victoire de mai 1945, a rapidement joué un rôle central. Et c’est normal. Quand deux Russes, ou deux Ukrainiens, se rencontrent, il se peut que le grand-père de l’un, pourquoi pas tchekiste, ait, un jour, arrêté le grand-père de l’autre. Peut-être ! Mais il est, en revanche, presque certain, que l’essentiel des membres de leurs deux familles ont, soit combattu coudes à coudes les Allemands, soit que quelques-uns soient morts de fait de leurs exactions.

Ainsi, en jouant de ces anciens antagonismes entre ceux qui avaient collaboré, et ceux qui se sont battus contre les nazis, nous avons touché à quelque chose de très profond, le cœur même d’une identité retrouvée. La révolte qui a enflammé, en 2014, le sud-est de l’Ukraine était donc spontanée. Il était impossible pour des populations qui s’identifiaient à la lutte contre le nazisme, de vivre sous un pouvoir qui faisait de Stepan Bandera un héros.

Les guerres se finissent, et les chagrins s’éteignent quand leur propre mort délivre les mères de leur deuil. Les blessures de l’Histoire guérissent bien plus lentement. Elle s’enfonce dans le passé, pour agir comme les plaques tectoniques qui, sous nos pieds, accumulent les tensions qui finissent par se libérer. Elles ressurgissent dans les éruptions de violence qui sont souvent d’autant plus forte qu’elles se sont nourries de temps de sommeil. C’est avec ce genre de forces que nous avons joué, et continuons, aveugles et sourds aux souffrances que nous générons, à le faire. Pourront-ils nous pardonner cette félonie ?

Mais nous oublions que les mêmes tensions traversent toute l’Europe. Car nous partageons ce passé. La frontière que nous voulons tracer à l’Est de l’Union européenne, n’a aucun sens culturel, et se joue encore plus de l’Histoire. Nos lignées ancestrales de nazis, de fascistes, de collaborateurs, de Franquistes, nous observent avec satisfaction. Pendant que nous chantons, sur tous les modes connus et inconnus, la diversité, tout cet héritage remonte et s’infiltre entre les failles que nous avons ouvertes en Ukraine. Je suis un peu hésitant devant le concept de justice immanente, et assez peu porté à la prophétie, mais il m’étonnerait fort que nous ne finissions pas par payer au prix fort cette trahison de toutes nos valeurs. Peut-être même payerons nous plus cher que l’Ukraine.

Pour finir, puisqu’il est aujourd’hui public que nous avons, non seulement voulu et préparé cette guerre, mais que nous l’avons aussi prolongée en sabotant les négociations, il serait temps enfin de nous poser la suivante : le jour où une mère ukrainienne viendra nous demander des comptes pour son fils mort en défendant sa patrie, ainsi que pour le fils de sa sœur, russe, mort de l’autre côté de la ligne de front, quelle sera notre réponse ?

Daniel Arnaud

Source :

»» https://www.vududroit.com/2023/05/russie-occident-lautre-guerre-de-100...
URL de cet article 38685
  

Même Thème
L’écologie réelle
Guillaume SUING
Des premières aires naturelles protégées (zapovedniki) en 1918 jusqu’au plus grand plan d’agroforesterie au monde en 1948, avant que Nikita Khrouchtchev ne s’aligne sur le modèle intensif américain dans les années soixante, c’est toute une écologie soviétique qui fut jadis raillée par les premiers zélateurs occidentaux de l’agriculture « chimique ». Cette « préhistoire dogmatique », pourtant riche d’enseignements pour l’époque actuelle, est aujourd’hui totalement passée sous silence, y compris dans le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Aucune femme en burka (ou en hijab ou en burkini) ne m’a jamais fait le moindre mal. Mais j’ai été viré (sans explications) par un homme en costume. Un homme en costume m’a vendu abusivement des investissements et une assurance retraite, me faisant perdre des milliers d’euros. Un homme en costume nous a précipités dans une guerre désastreuse et illégale. Des hommes en costume dirigent les banques et ont fait sombrer l’économie mondiale. D’autres hommes en costume en ont profité pour augmenter la misère de millions de personnes par des politiques d’austérité. Si on commence à dire aux gens la façon dont ils doivent s’habiller, alors peut être qu’on devrait commencer par interdire les costumes."

Henry Stewart, Londres

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.