RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Pourquoi Benjamin Netanyahu et le dalaï lama sont restés chez eux

Deux absences remarquées aux funérailles de Nelson Mandela

Les funérailles de Nelson Mandela ont été marquées notamment par l’absence remarquée de deux personnalités, celle du Premier ministre israélien et celle du dalaï-lama.
Benjamin Netanyahu a invoqué le coût du voyage en Afrique du Sud pour sécher les obsèques de Mandela. Quant au dalaï-lama, son porte-parole a déclaré : « logistically it’is impossible at this time ».

Les raisons alléguées (économiques ou logistiques) ne sont évidemment que des prétextes.

Netanyahu, premier ministre d’un pays pratiquant l’apartheid pouvait difficilement célébrer le champion de la lutte anti-apartheid.

Il faut se souvenir qu’Israël a longtemps entretenu des relations très étroites avec le régime de l’apartheid, plus encore que nombre de pays occidentaux. Au point de pousser les États-Unis à menacer de remettre en cause leur généreuse aide militaire annuelle à l’État hébreu sous le gouvernement de Yitzhak Shamir (1986-1992), en raison de ses liens avec les autorités blanches de Pretoria.

Netanyahu n’avait sûrement pas envie que certains fassent la comparaison entre les arrogants Afrikaners et les arrogants colons sionistes. Il n’aurait pas aimé que certains dénoncent l’apartheid pratiqué en Israël. Il n’aurait pas aimé qu’on lui rappelle le rôle joué par le boycott international dans la chute de l’apartheid en Afrique du Sud, en évoquant les conséquences prévisibles d’un boycott similaire sur l’État juif. Il n’aurait pas aimé qu’on lui rappelle l’intelligence de Frederik de Klerk libérant Nelson Mandela, alors que Marwan Barghouti croupit toujours en prison. Il n’aurait pas aimé surtout qu’on lui cite publiquement les paroles de Mandela en 1997 : « Nous savons très bien que notre liberté est incom¬plète sans la liberté des Palestiniens. »

Nelson Mandela et le chef des Palestiniens Yasser Arafat s’embrassent à l’aéroport de Lukasa le 27 février 1990. (Photo Howard Burditt. Reuters)

Quant au dalaï-lama, s’il ne s’est pas rendu aux funérailles de Nelson Mandela, s’il a dû se contenter d’exprimer de loin « sa tristesse d’avoir perdu un ami cher », c’est tout simplement parce qu’il n’a pas obtenu de visa. Desmond Tutu a beau protester : le dalaï-lama est toujours considéré comme persona non grata par les dirigeants d’Afrique du Sud. Outre qu’il n’était pas possible pour le Gouvernement d’Afrique du Sud de recevoir à la fois le représentant du gouvernement de la République populaire de Chine et le représentant, quoi qu’il en dise, d’un « gouvernement tibétain en exil », l’ANC n’est pas près d’oublier que le dalaï-lama (descendant d’un régime qui pratiquait le servage, et longtemps financé par la CIA) n’est, à ma connaissance, jamais intervenu pour que soit libéré Nelson Mandela (comme il le fera plus tard en faveur de Pinochet !), tandis que la République populaire de Chine, elle, l’a très tôt soutenu financièrement et moralement.

Il est de bon ton en Occident, même dans les milieux progressistes, de comparer le sort des Tibétains et celui des Palestiniens. C’est un amalgame qui ne repose sur rien, comme je le montre dans mon article Palestiniens,Tibétains : même combat ?, publié sur le site www.tibetdoc.eu, (rubrique : Enjeux internationaux ; sous-rubrique : L’Occident juge). S’il fallait absolument faire une comparaison, ce serait entre le lobby sioniste et le lobby des indépendantistes tibétains, qui, grâce à leur mainmise sur les médias, réussissent souvent à accréditer n’importe quelle contre-vérité.

Le 17 octobre2006 (d’après Trimondi Online), le dalaï-lama bénissant publiquement Jörg Haider, le chantre du 3e Reich.

Il existe toutefois des Tibétains du Tibet qui, par leur engagement et leur stature morale, soutiennent la comparaison avec Nelson Mandela. Ainsi, Tashi Tsering, un grand monsieur que j’ai eu l’honneur et la chance de rencontrer deux fois à Lhassa. Lire à ce sujet : Tashi Tsering : un Nelson Mandela tibétain (publié par Golias Magazine, No 149-150 et repris sur le site www.tibetdoc.eu (rubrique : Enjeux internationaux ; sous-rubrique : Géopolitique).

André Lacroix

18 décembre 2013

URL de cet article 23764
  

Boycott d’Israel. Pourquoi ? Comment ?
Nous avons le plaisir de vous proposer cette nouvelle brochure, conçue pour répondre aux questions que l’on peut se poser sur les moyens de mettre fin à l’impunité d’Israël, est à votre disposition. Elle aborde l’ensemble des problèmes qui se posent aux militants, aux sympathisants, et à l’ensemble du public, car les enjeux de la question palestinienne vont bien au-delà de ce que les médias dominants appellent le "conflit israélo-palestinien". Dans le cadre de la campagne internationale BDS (Boycott (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le domaine de la liberté commence là où s’arrête le travail déterminé par la nécessité.

Karl Marx

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.