RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Etats-Unis : La "Résistance" démocrate se démène pour justifier son soutien aux poursuites contre Assange par Trump (GreanVille Post)

[note du traducteur : la « Résistance » est le nom de guerre que des Démocrates US se sont donnés pour marquer leur « opposition » à Trump]

Depuis que les soupçons ont été confirmés que l’administration Trump travaille effectivement à poursuivre et emprisonner le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, pour avoir publié des documents authentiques, la soi-disant "Résistance" se démène pour expliquer exactement pourquoi elle soutient avec autant d’enthousiasme cette opération. Et quand je dis « se démène », je suis très, très généreuse. Quand on a appris qu’une erreur de copier-coller d’un document judiciaire avait par inadvertance révélé le fait que l’administration Trump poursuivait un programme qui, de l’avis de divers [expertshttps://theintercept.com/2018/11/16/as-the-obama-doj-concluded-...] politiques, aurait des effets dévastateurs sur la liberté de la presse, le supporter de #Resistance et membre d’un think tank de Washington, Neera Tanden, a répondu par un tweet, "Never mess with karma" [Ne jouez jamais avec le karma]. Au moment d’écrire ces lignes, si vous faites une recherche sur Twitter des mots "Assange" et "karma" ensemble, vous trouverez d’innombrables loyalistes du Parti démocrate utilisant ce concept pour justifier leur soutien à une attaque de l’administration Trump contre la presse infiniment plus dangereuse que les saillies du Président contre Jim Acosta.

Le problème, bien sûr, c’est que le "karma" n’existe pas. C’est un concept religieux hindou qui n’est soutenu par aucune preuve plus tangible que l’affirmation qu’un prêtre peut transformer le pain et le vin en corps et sang d’un charpentier nazaréen mort il y a des milliers d’années. Un expert démocrate qui utilise le concept de "karma" pour justifier son soutien enthousiaste à l’attaque fasciste de Trump contre la liberté de la presse fait preuve de la même honnêteté intellectuelle qu’un expert républicain qui dit "C’est la volonté de Dieu" pour justifier l’existence de la misère.

Mais c’est aussi leur meilleur argument.

Réfléchissez-y. Il n’y a vraiment pas d’autre façon de justifier leur appui à l’administration Trump - une administration à laquelle ils prétendent s’opposer – qui veut procéder à une inculpation aux implications juridiques graves contre la liberté de la presse qu’ils prétendent défendre. La seule façon de le justifier est de le faire avec une notion vague et abstraite qu’Assange "n’a que ce qu’il mérite" puisque les publications WikiLeaks de 2016 du Parti Démocratique ont probablement contribué à la victoire électorale de Trump, et la seule façon de réifier cette notion vague et abstraite est de faire appel à un principe métaphysique imaginaire, à savoir, le karma.

Mais, encore une fois, le karma n’existe pas. Il n’y a pas de divinité invisible à huit bras qui flotte dans les coulisses pour arbitrer et décider des conséquences des publications de WikiLeaks, et il n’y a pas d’argument rationnel pour soutenir que la persécution d’Assange par l’administration Trump est souhaitable parce que Assange le "mérite". Le fait est que ces gens soutiennent le fascisme de Trump de la manière la plus toxique possible, qu’ils sont totalement incapables de défendre ce soutien avec la moindre honnêteté intellectuelle, et que la "Résistance" autoproclamée devrait plutôt s’appeler "l’Assistance".

Le journaliste Glenn Greenwald décrit ce phénomène comme ceci :

Mais la grande ironie, c’est que beaucoup de Démocrates se rangeront du côté du ministère de la Justice de Trump plutôt que de celui d’Obama. Leur mépris personnel et émotionnel pour Assange - parce qu’ils pensent qu’il a contribué à la défaite de Hillary Clinton : le crime le plus grave - l’emporte largement sur toute préoccupation concernant les menaces que les tentatives de l’administration Trump de criminaliser la publication de documents représentent pour la liberté de la presse.

Cela reflète l’ironie générale de l’ère Trump pour les Démocrates. Alors qu’ils prétendent, d’un côté, trouver l’autoritarisme de l’administration Trump et les atteintes à la liberté de la presse si répugnantes, de l’autre, ils se servent de l’autoritarisme de Jeff Sessions et Mike Pompeo pour reproduire la mentalité autoritaire selon laquelle quiconque publie des documents nuisibles à Hillary ou des documents qui ont été "classifiés" par le gouvernement américain, devrait aller en prison.

...C’est cette mentalité totalement autoritaire et crapuleuse qui est sur le point de rallier les Démocrates de toutes sortes aux factions les plus extrémistes et dangereuses du camp Trump, pour créer des précédents en vertu desquels la publication de l’information - longtemps considérée comme sacrée pour tous ceux qui s’intéressent aux libertés de la presse - peut maintenant être sanctionnée.

Et c’est exactement ce qui se passe. Jetez un coup d’œil aux joyeuses célébrations dans les sections de commentaires en ligne après l’annonce que l’administration de Trump a fait porter des accusations "sous scellé" [accusations gardées secrètes- NdT] contre Assange (ici, ici, ou ici par exemple) pour avoir un avant-goût de l’ambiance de la "vague bleue" [couleur du parti Démocrate – NdT] qui règne en ce moment. Leur haine envers Assange a pris le pas non seulement sur leur haine envers Trump, mais aussi sur comment ils sont censé lui résister efficacement.

Lorsque vous vous retrouvez à soutenir des principes contradictoires, c’est le signe certain que vous n’avez jamais été guidé par des principes.

Et c’est vraiment la leçon que nous pouvons tirer de tout cela. La souche nuisible du libéralisme US qui promeut les théories conspirationnistes anti-Russes, qui soutient la persécution des lanceurs d’alerte, qui attaque l’idée de Trump plutôt que la politique réelle de Trump, n’a jamais eu aucun principe d’aucune sorte. Bien avant que Trump ne prenne le pouvoir, il y avait déjà des projets contre la Russie, les médias alternatifs, WikiLeaks, et la transparence au gouvernement, et tous ces projets ont été systématiquement mis en oeuvre par les puissants en faisant appel à la mentalité grégaire de "nous contre eux" de la Mac-Résistance. Ces gens ne soutiennent pas la persécution d’un éditeur en raison de leurs valeurs idéologiques, ils la soutiennent parce que c’est ce que de puissants manipulateurs veulent qu’ils fassent.

La persécution méprisable d’Assange par Trump et le soutien inconditionnel du libéralisme corporatiste à son égard ont discrédité toute la classe politique dominante US. Personne dans ce bazar n’a de principes. Si vous comptez toujours sur Trump ou les Démocrates pour vous protéger de la montée du fascisme, le moment est venu de vous retirer.

Caitlin Johnstone

Traduction "plus le temps passe, et plus je me rends compte à quel point cette affaire est délirante et méconnue..." par Viktor Dedaj pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles.

»» https://www.greanvillepost.com/2018/11/18/the-resistance-struggles-to-...
URL de cet article 34118
  

Même Thème
Google contre Wikileaks
Julian ASSANGE
En juin 2011, Julian Assange reçoit un visiteur inhabituel dans sa petite maison de campagne anglaise en résidence surveillée de Ellingham Hall : le président de Google en personne, Eric Schmidt, venu tout droit de la Silicon Valley. Le général assiégé de WikiLeaks, la plus audacieuse entreprise d’édition insurrectionnelle connue à ce jour, et l’empereur d’Internet vont croiser le fer : du Printemps arabe aux bitcoins, et des solutions technologiques aux problèmes politiques, tout les oppose. La (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

(...) je suis d’accord avec le fait que le tsunami a été une merveilleuse occasion de montrer, au-delà du gouvernement des Etats-Unis, le coeur du peuple américain.

Condoleezza "oui, j’ai un grain" Rice
devant la commission sénatoriale des relations étrangères US - janv. 2005

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.