RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Fin de l’écotaxe, l’allégeance royale

Hier (jeudi 9 octobre) la ministre de l’Écologie et du Développement durable a reporté sine die l’écotaxe poids lourds sous la pression des transporteurs.

« Ségolène Royal et Alain Vidalis, après avoir échangé avec les responsables des fédérations professionnelles de transport routier (...), décident de suspendre sine die le dispositif de l’écotaxe.  »

En quelques phrases sur un communiqué de presse, les ministres de l’Écologie et des Transport ont signé, hier, un des plus emblématiques renoncements de ce quinquennat.

Les transporteurs avaient posé un ultimatum au gouvernement promettant une journée de mobilisation lundi. Ils ont remporté la partie et suspendu leur mouvement.

«  La moindre demande du patronat est toujours acceptée, sans aucune contrepartie. Nous sommes de plus en plus remontés.  » Pour Jean Delaunay, responsable de la branche transport routier à la fédération CGT des transports, la coupe est pleine. «  Depuis juillet 2013, les transporteurs ont tout fait pour reculer l’échéance alors que, même dans le dispositif initial de l’écotaxe, ils n’avaient qu’un rôle de collecteurs, chargés de répercuter le prix de la taxe sur la facture au client afin de faire payer le juste prix du transport routier  », poursuit le syndicaliste.

Face à la mobilisation, notamment en Bretagne, le dispositif avait déjà été largement édulcoré par Ségolène Royal, à peine avait-elle pris ses quartiers au ministère de l’Écologie. Dès lors l’écotaxe, rebaptisée péage de transit poids lourds et ne concernant plus que 4 000 kilomètres de routes nationales, épargnait soigneusement le réseau breton. Mais le cadeau n’était pas assez gros. Les transporteurs voulaient le statu quo, ils l’ont eu.

«  On peut dire qu’on a gagné, puisqu’on a enfin en face de nous deux ministres qui ont pris la mesure du sujet  », s’est félicitée Aline Mesples, présidente de l’Otre, fédération à l’origine des manifestations qui avaient mené à la suspension de l’écotaxe à l’automne 2013.

En attendant, le principe de pollueur = payeur, permettant la contribution du transport routier aux travaux d’infrastructure et au développement du transport propre (fluvial et ferroviaire), reste donc inappliqué.

Les annonces par Ségolène Royal de la création d’un «  groupe de travail  », de «  la recherche de solutions sur la situation économique et sociale globale du secteur  » ou encore de la taxation des profits des sociétés d’autoroutes ne sont pas de nature à ôter le sourire aux vainqueurs.

«  Je suis scandalisée que dans ce pays, le jour où on discute de la loi sur la transition énergétique, on ne soit pas capable d’avoir des mesures fortes pour lutter contre la pollution de l’air et d’avoir d’autres pratiques en matière de trafic routier  », a
vivement réagi hier Emmanuelle Cosse. «  Qui va payer pour la pollution de l’air ? Pour l’entretien des routes ? Ça va être encore les consommateurs, les citoyens et les
automobilistes  », poursuit la secrétaire 
nationale d’Europe Écologie-les Verts (EELV). Et pour cause.

Les transporteurs routiers exonérés

Le contrat passé avec la société Écomouv chargée de la mise en place et de la collecte des fameux portiques écotaxe reste à honorer.

«  Le gouvernement a annoncé une hausse de quatre centimes par litre de gasoil à compter de janvier 2015, dont la moitié servira à compenser les pertes de l’écotaxe  », explique Jean-Louis Delaunay. Excédé, il poursuit : «  Le pire, c’est que les transporteurs routiers ont réussi à s’en faire exonérer ! En clair, ce sont les propriétaires de véhicules diesel qui vont payer la facture de l’écotaxe.  »

Pour les seigneurs des routes, cette année, Noël est tombé en octobre...

Marion d’Allard

URL de cet article 27179
   
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Boycott d’Israel. Pourquoi ? Comment ?
Nous avons le plaisir de vous proposer cette nouvelle brochure, conçue pour répondre aux questions que l’on peut se poser sur les moyens de mettre fin à l’impunité d’Israël, est à votre disposition. Elle aborde l’ensemble des problèmes qui se posent aux militants, aux sympathisants, et à l’ensemble du public, car les enjeux de la question palestinienne vont bien au-delà de ce que les médias dominants appellent le "conflit israélo-palestinien". Dans le cadre de la campagne internationale BDS (Boycott (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Lorsqu’ils n’arrivèrent pas à s’en prendre à nos arguments, ils s’en sont pris à moi.

Julian Assange

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.