RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Lu pour vous.

Gabriel Péri : homme politique, député et journaliste

Mais c’est vrai que des morts

Font sur terre un silence

Plus fort que le sommeil (Eugène Guillevic, 1947).

Gabriel Péri fut de ces martyrs qui nourrirent l’inspiration des meilleurs poètes : Pierre Emmanuel, Nazim Hikmet, ou encore Paul Eluard :

Péri est mort pour ce qui nous fait vivre

Tutoyons-le sa poitrine est trouée

Mais grâce à lui nous nous connaissons mieux

Tutoyons-nous son espoir est vivant.

Et puis, il y eu, bien sûr, l’immortel « La rose et le réséda » qu’Aragon consacra à Estienne d’Orves, Guy Môquet, Gilbert Dru et Gabriel Péri :

Celui qui croyait au ciel

Celui qui n’y croyait pas

(…)

L’un court et l’autre a des ailes

De Bretagne ou du Jura

Et framboise ou mirabelle

Le grillon rechantera

Dites flûte ou violoncelle

Le double amour qui brûla

L’alouette et l’hirondelle

La rose et le réséda.

Le privant d’un procès où il aurait sûrement triomphé, le pouvoir pétainiste livra le député communiste Gabriel Péri à l’occupant nazi qui le passa par les armes, comme otage, le 15 décembre 1941 au Mont-Valérien.

Cet infatigable journaliste qui signa plus de 4200 articles durant sa courte vie d’écriture, ce militant de tous les instants fut, assez bizarrement, un dandy à la mise recherchée qui trompa hardiment sa femme sous le regard réprobateur des autorités du parti communiste et qui n’hésita pas à travestir certains moments de son passé, comme quand il prétendit être bachelier et avoir fréquenté l’université. Si près de 400 places et rues de France portent son nom, c’est parce que Péri, avant de mourir courageusement sous les balles du peloton d’exécution, avait été un authentique « ouvrier de la révolution », toujours prêt à donner « sa vie, son audace et son sens critique » à la cause du prolétariat.

Secrétaire des jeunesses communistes à Marseille en 1921, Péri rejoint la campagne antimilitariste qui dénonce l’action de l’armée française, toujours engagée contre la Russie des Soviets et dans des expéditions coloniales. Il est, une première fois, condamné à de la prison avec sursis. En 1922, il écrit dans Le Conscrit : « L’armée nationale du XXe siècle étant devenue en chaque pays une vaste gendarmerie assurant l’ordre intérieur, le devoir de l’ouvrier devenu soldat est donc de tirer sur ses exploiteurs. » Poursuivi en compagnie de Vaillant-Couturier et de Cachin, il est condamné à six mois de prison ferme.

Péri est, dans les années vingt, un des acteurs (parfois critique mais toujours enthousiaste) de la réorganisation du parti communiste sur le modèle du parti communiste russe. Un parti bolchevik sans fraction, sans tendance, centralisé, capable d’agir aussi bien dans la légalité que dans l’illégalité.

En 1924, à vingt-deux ans, il se voit confier la rubrique internationale de L’Humanité. La même année, en épousant Mathilde Taurinya, il devient le beau-frère par alliance d’André Marty, avec qui il entretiendra toujours des relations plutôt conflictuelles, pour des raisons politiques et personnelles. En 1928, il est à nouveau condamné à de la prison avec sursis pour provocation de militaires à la désobéissance (il s’est prononcé pour la fraternisation avec le peuple chinois). En 1929, il est arrêté pour avoir dénoncé les conditions de détention du dirigeant communiste italien Umberto Terracini, condamné à 23 ans de prison pour le régime fasciste. Depuis sa cellule de la prison de la Santé, Péri écrit pour L’Humanité 270 articles en 12 mois.

En 1932, il est le candidat communiste pour les législatives à Argenteuil. Il l’emporte devant le candidat sortant radical-socialiste. En 1934, il devient le porte-parole du parti communiste en matière de politique étrangère. En 1936, il critique durement la politique de non-intervention en Espagne. En 1938, il est atterré par la passivité des puissance occidentales face à l’annexion de l’Autriche par Hitler. « Quelle sera la prochaine Espagne ? » demande-t-il, avant de qualifier l’accord de Munich de « Sedan diplomatique », en qui il voit le « triomphe de l’égoïsme de classe ». Il se montre ensuite très dubitatif face au pacte de non-agression Ribentrop-Staline. Il le juge « éminemment instable et provisoire » et prévoit à court terme une entrée en guerre des Etats-Unis et de l’URSS contre l’Allemagne.

En septembre 1939, bien qu’il ait été exempté de service militaire pour raisons de santé, il demande à être incorporé. Quelques jours plus tard, il signe - par discipline car il était plutôt contre - une lettre de l’ancien groupe parlementaire communiste (rebaptisé « groupe ouvrier et paysan ») à Edouard Herriot, président de la Chambre des députés, demandant que soient engagées des négociations de paix avec l’Allemagne. La justice lance alors un mandat d’arrêt contre tous les signataires. Activement recherché par la police, Péri devient un militant clandestin hors-la-loi.

En juin 1940, il exprime son désaccord avec les démarches engagées par le parti visant à faire reparaître légalement L’Humanité. Comme Thorez, Frachon ou Fried, il est profondément hostile à cette initiative de Jacques Duclos.

Gabriel Péri est arrêté le 18 mai 1941. Il partage plusieurs mois sa cellule avec son collègue picard Jean Catelas, qui sera guillotiné comme otage le 24 septembre 1941. Fin août 1941, Péri se voit notifier - de manière rétroactive - deux chefs d’inculpation : infraction au décret relatif à l’interdiction du parti communiste, insoumission en temps de guerre. Il écrit alors trente pages pour sa défense. Le 15 décembre 1941, il est fusillé sans procès en compagnie de soixante-huit autres otages, dont plus d’une cinquantaine qualifiés de « juifs communistes ». Les corps seront enterrés de façon anonyme dans plusieurs cimetières parisiens, si bien qu’on n’a jamais vraiment su où se trouvait sa dépouille.

Quelques heures avant l’exécution, il écrit à son avocate une lettre où il rend hommage à deux camarades : Paul Vaillant-Couturier et Marcel Cachin, son « bon maître » qui lui donne « la force d’affronter la mort ».

Alexandre Courban. Gabriel Péri : un homme politique, un député, un journaliste. Paris : La dispute, 2011.

http://bernard-gensane.over-blog.com/

URL de cet article 15503
  

Même Auteur
Harald Welzer : Les Guerres du climat. Pourquoi on tue au XXIe siècle
Bernard GENSANE
Il s’agit là d’un ouvrage aussi important que passionnant. Les conclusions politiques laissent parfois un peu à désirer, mais la démarche sociologique est de premier plan. Et puis, disposer d’un point de vue d’outre-Rhin, en la matière, permet de réfléchir à partir d’autres référents, d’autres hiérarchies aussi. Ce livre répond brillamment à la question cruciale : pourquoi fait-on la guerre aujourd’hui, et qui la fait ? L’auteur articule, de manière puissante et subtile, les questions écologiques, les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Honte à tous ceux à gauche qui ont tourné le dos à Assange. J’ai vu ce que vous avez fait, bande d’enfoirés.

Daniel Fooks

Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
44 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.