RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Pour en finir avec le sentiment d’impuissance

Désobéir : le petit manuel, de Xavier Renou

"Celui qui n’essaie pas, et celui-là seul, a déjà perdu."

On a tous déjà manifesté des dizaines de fois.

On a tous signé des centaines de pétitions. Mais combien sommes-nous à nous être demandés, lucidement, sans faux-semblant, ce qu’il en était de l’efficacité, et donc, de la pertinence, de nos moyens d’actions traditionnels ? Combien sommes-nous à nous réfugier dans une espèce de pensée magique chaque fois que nous sommes en colère, en nous habituant à considérer nos modes de protestation non plus comme des outils au service de fins précises, mais comme des gestes magiques, comme des prières aux puissants dont la valeur ne serait plus que symbolique ?

Pourtant, beaucoup d’entre nous ne supportent plus d’assister passivement à la destruction du monde par les marchands et leurs mercenaires, de voir partout triompher la logique du profit : celle qui autorise le pillage des ressources non renouvelables de la planète, par la guerre et le productivisme ; celle qui rend possible l’exploitation brutale de l’homme par l’homme, le maintien des dominations ancestrales, la pollution de l’air et des mers, la disparition programmée des espèces animales sur-pêchées, sur-chassées, les attaques contre la biodiversité, la multiplication des prisons et des dispositifs de surveillance liberticides, le règne hideux de l’injustice et du mépris, la privatisation du bien commun, éducation, santé, logement, terres, eau… Parce que nous ne voulons pas être les complices de ce qui nous fait souffrir.

Ceux qui ont vraiment voulu changer le monde ont toujours eu raison contre leurs adversaires, et ont toujours fini par vaincre les obstacles. Le monde n’a jamais changé autrement qu’en luttant contre ceux qui n’ont pas intérêt au changement.

Ce livre propose de retrouver la mémoire des luttes et des victoires passées, systématiquement occultées des manuels d’Histoire.

Ce livre rappelle qu’il a souvent suffi de quelques personnes pour faire changer les choses. Ce livre rappelle que ces combats ont été menés par des moyens non-violents ; sans avoir la prétention de donner un kit « clé en main » de l’action directe non-violente et de sa forme « illégale », mais tellement légitime, qu’est la désobéissance civile, il dessine un chemin clair vers une véritable pensée stratégique, à une époque où nous nous sentons souvent perdus et désarmés. Plus qu’une recette, il propose un ensemble de questionnements, et des techniques, destinées à accroître l’autonomie et la puissance des militants face à leurs adversaires.

Désobéir : le petit manuel à paraître le 8 mars 2012

http://www.lepassagerclandestin.fr

Prix : 9 € TTC
Format : 11,5 x 17,5 cm
Nb de pages : 176
ISBN : 978-2-916952-69-7
Diffusion Pollen

URL de cet article 15593
  

30 ans d’Humanité, ce que je n’ai pas eu le temps de vous dire
Michel TAUPIN
Quel plaisir de lire José Fort ! Je pose le livre sur mon bureau. Je ferme les yeux. Je viens de l’avaler d’une traite. Comme je le trouve trop court, je décide de le relire. Même à la seconde lecture, il est captivant. Cette fois, j’imagine ce qu’aurait été ce bouquin illustré par son compère Georges Wolinski comme c’était prévu. Ç’aurait été tout simplement génial. Des tarés fanatiques ne l’ont pas permis. La bêtise a fait la peau de l’intelligence et de l’élégance. De l’élégance, José Fort n’en manque pas. (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le Capital a horreur de l’absence de profit. Quand il flaire un bénéfice raisonnable, le Capital devient hardi. A 20%, il devient enthousiaste. A 50%, il est téméraire ; à 100%, il foule aux pieds toutes les lois humaines et à 300%, il ne recule devant aucun crime.

Karl Marx, Le Capital, chapitre 22

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.