Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Pour en finir avec le sentiment d’impuissance

Désobéir : le petit manuel, de Xavier Renou

"Celui qui n’essaie pas, et celui-là seul, a déjà perdu."

On a tous déjà manifesté des dizaines de fois.

On a tous signé des centaines de pétitions. Mais combien sommes-nous à nous être demandés, lucidement, sans faux-semblant, ce qu’il en était de l’efficacité, et donc, de la pertinence, de nos moyens d’actions traditionnels ? Combien sommes-nous à nous réfugier dans une espèce de pensée magique chaque fois que nous sommes en colère, en nous habituant à considérer nos modes de protestation non plus comme des outils au service de fins précises, mais comme des gestes magiques, comme des prières aux puissants dont la valeur ne serait plus que symbolique ?

Pourtant, beaucoup d’entre nous ne supportent plus d’assister passivement à la destruction du monde par les marchands et leurs mercenaires, de voir partout triompher la logique du profit : celle qui autorise le pillage des ressources non renouvelables de la planète, par la guerre et le productivisme ; celle qui rend possible l’exploitation brutale de l’homme par l’homme, le maintien des dominations ancestrales, la pollution de l’air et des mers, la disparition programmée des espèces animales sur-pêchées, sur-chassées, les attaques contre la biodiversité, la multiplication des prisons et des dispositifs de surveillance liberticides, le règne hideux de l’injustice et du mépris, la privatisation du bien commun, éducation, santé, logement, terres, eau… Parce que nous ne voulons pas être les complices de ce qui nous fait souffrir.

Ceux qui ont vraiment voulu changer le monde ont toujours eu raison contre leurs adversaires, et ont toujours fini par vaincre les obstacles. Le monde n’a jamais changé autrement qu’en luttant contre ceux qui n’ont pas intérêt au changement.

Ce livre propose de retrouver la mémoire des luttes et des victoires passées, systématiquement occultées des manuels d’Histoire.

Ce livre rappelle qu’il a souvent suffi de quelques personnes pour faire changer les choses. Ce livre rappelle que ces combats ont été menés par des moyens non-violents ; sans avoir la prétention de donner un kit « clé en main » de l’action directe non-violente et de sa forme « illégale », mais tellement légitime, qu’est la désobéissance civile, il dessine un chemin clair vers une véritable pensée stratégique, à une époque où nous nous sentons souvent perdus et désarmés. Plus qu’une recette, il propose un ensemble de questionnements, et des techniques, destinées à accroître l’autonomie et la puissance des militants face à leurs adversaires.

Désobéir : le petit manuel à paraître le 8 mars 2012

http://www.lepassagerclandestin.fr

Prix : 9 € TTC
Format : 11,5 x 17,5 cm
Nb de pages : 176
ISBN : 978-2-916952-69-7
Diffusion Pollen

URL de cet article 15593
   
TOUS LES MEDIAS SONT-ILS DE DROITE ? Du journalisme par temps d’élection
par Mathias Reymond et Grégory Rzepski pour Acrimed - Couverture de Mat Colloghan Tous les médias sont-ils de droite ? Évidemment, non. Du moins si l’on s’en tient aux orientations politiques qu’ils affichent. Mais justement, qu’ils prescrivent des opinions ou se portent garants du consensus, les médias dominants non seulement se comportent en gardiens du statu quo, mais accentuent les tendances les plus négatives inscrites, plus ou moins en pointillé, dans le mécanisme même de l’élection. Ce sont (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Croire que la révolution sociale soit concevable... sans explosions révolutionnaires d’une partie de la petite bourgeoisie avec tous ses préjugés, sans mouvement des masses prolétariennes et semi-prolétariennes politiquement inconscientes contre le joug seigneurial, clérical, monarchique, national, etc., c’est répudier la révolution sociale. C’est s’imaginer qu’une armée prendra position en un lieu donné et dira "Nous sommes pour le socialisme", et qu’une autre, en un autre lieu, dira "Nous sommes pour l’impérialisme", et que ce sera alors la révolution sociale !

Quiconque attend une révolution sociale “pure” ne vivra jamais assez longtemps pour la voir. Il n’est qu’un révolutionnaire en paroles qui ne comprend rien à ce qu’est une véritable révolution.

Lénine
dans "Bilan d’une discussion sur le droit des nations", 1916,
Oeuvres tome 22


Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
68 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
43 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.