RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Haïti : comment reprendre le contrôle d’un scrutin

L’hypocrisie qui se transforme en vertu

Les résultats au premier tour du scrutin pour les présidentielles en Haïti n’ont pas été à la satisfaction d’un certain nombre de pays dont les États-Unis. Quant aux candidats perdants et à leur partisans, il était prévisible qu’ils ne soient pas très heureux d’être mis à l’écart du second tour. Personne n’aime perdre. Les manifestations qui ont suivi, sans doute provoquées par l’insatisfaction interne et possiblement encouragées par certains intérêts internationaux, ont bien servi la volonté des États-Unis de reprendre le contrôle de ces élections pour les ajuster à ses attentes. Il ne faut pas oublier qu’il y a toujours un 11 milliards de dollars qui attendent pour venir en aide au peuple Haïtien et que l’action des pays émergents de l’Amérique latine peut faire basculer Haïti dans leur camp.

Le scénario utilisé est de toute beauté. D’abord, il faut prendre en compte que le Brésil et plusieurs pays de l’Amérique du Sud ainsi que l’ONU avaient plutôt favorisé le respect de ces résultats que les observateurs internationaux avaient validés. Les manifestations locales, dans bien des cas amplifiées et mises en évidence dans la presse internationale ont donné prétexte au Canada pour retirer son ambassadeur. Mme Clinton a profité de l’occasion pour se réunir avec ses collègues d’Ottawa et du Mexique pour mettre au point une stratégie d’intervention et faire savoir au peuple et au gouvernement d’Haïti qu’il leur appartenait de prendre leurs responsabilités, que la « communauté internationale » ne pouvant tout faire. Rien en tout cela qui puisse avoir une quelconque parenté avec l’interventionnisme.

La table est donc mise pour qu’entre en action l’Organisation des États américains (OEA), organisme multilatéral régional des plus objectifs et hors de tout soupçon d’influences indues (comme il nous l’a démontré dans le traitement du coup d’état militaire au Honduras en 2009), pour qu’il demande au gouvernement et au Conseil électoral national haïtiens de retarder la publication des résultats du recomptage effectué par ces derniers. Il faut croire que ce recomptage ne changeait pas la « donne » des premiers résultats et était, par le fait même, suspect. Selon toute vraisemblance, le gouvernement Haïtien aurait alors demandé à l’OEA de procéder elle-même à un nouveau recomptage. A cette fin, trois pays ont été choisis pour procéder à ce recomptage. Par pur hasard et n’allez pas y voir quelque influence que ce soit, il s’agit des États-Unis, du Canada et d’un pays non membre de l’OEA, la France. Aucun pays de l’Amérique latine et des Caraïbes n’a été retenu, pourtant largement majoritaire en nombre dans l’OEA. Il faut croire que le destin arrange bien les choses et que de toute manière ces derniers n’auraient fait que d’ajouter aux problèmes déjà existants. Tout le monde conviendra qu’il est plus facile de s’entendre entre gens de la "même école de pensée".

Alors nous voilà donc dans la situation où les bulletins de vote sont remis entre les mains de ceux qui ne trouvaient pas leur compte dans les premiers résultats. Je vous assure que les résultats qui vont suivre seront, cette fois, les bons et surtout, ils seront conformes aux attentes de la « communauté internationale », comme ils ont l’habitude de s’appeler. La presse sur laquelle ils ont bon contrôle aura vite fait de valider leurs conclusions et de mettre en évidence l’apport inestimable de l’OEA à la démocratie en Haïti. Le peuple Haïtien ne pourra que se réjouir, à moins qu’il ne sache où se trouve vraiment son intérêt, que de tels résultats soient le reflet de la volonté de ses voisins du nord.

Oscar Fortin
Québec, le 30 décembre 2010
http://humanisme.blogspot.com/

URL de cet article 12348
  

Maxime Vivas : le gai Huron du Lauragais
Bernard GENSANE
C’est sûrement parce qu’il est enraciné dans les monts du Lauragais que Maxime Vivas a pu nous livrer avec ce roman une nouvelle version de l’ébahissement du Candide face aux techniques asservissantes censées libérer les humains. Soit, donc, un Huron né à des milliers de kilomètres de l’Hexagone, sur l’àŽle Motapa, d’une mère motapienne et d’un père parisien. A l’âge de 25 ans, ce narrateur décide de voir Paris. Motapa est une île de paix, de sagesse, de tranquillité. La lave de son volcan charrie (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si un homme blanc veut me lyncher, c’est son problème. S’il a le pouvoir de me lyncher, c’est mon problème. Le racisme n’est pas une question d’attitude ; c’est une question de pouvoir. Le racisme tire son pouvoir du capitalisme. Donc, si vous êtes antiraciste, que vous en soyez conscient ou non, vous devez être anticapitaliste. Le pouvoir du racisme, le pouvoir du sexisme, vient du capitalisme, pas d’une attitude.

Stokely Carmichael

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.