RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Haïti

Haïti : La répression policière et la complicité de l’ambassade de France

REHMONCO
Nous dénonçons et condamnons la répression sauvage effectuée par la police haïtienne contre des manifestant(e)s pacifiques autant dans la capitale que dans les autres villes du pays. Depuis le 9 juin 2019, alors que les masses populaires continuent à investir une fois de plus les pavés pour réclamer la démission de Jovenel Moise et la fin de l’État néocolonial en Haïti, la répression atteint une nouvelle phase. Elle ne se limite plus aux massacres à répétition dans les différents quartiers populaires comme dans le cas de La Saline, de Carrefour-feuille, de Cité-soleil, etc. Le régime néo-duvaliériste Tet Kale utilise maintenant les services des gangs armées et certains membres de la police pour terroriser les résidents de ces quartiers. La répression s’opère ouvertement, elle est dans la rue où l’on peut voir des hommes en civil, à côté de policiers, tirer à hauteur d’homme, à l’arme automatique, sur les manifestant(e)s. En dépit des dizaines de morts, de viols collectifs de femmes, des milliers de familles (...) Lire la suite »

Le rapport détourné ou les non-dits du scandale Petro Caribe

Erno RENONCOURT
De l‘indigence à la résilience ! Une fois de plus, Haïti est projetée dans la lumière des évènements internationaux par l’enfumage d’un foisonnant fumier qui génère par récurrence les flammes d’une sourde précarité et d’une permanente instabilité. Le feuilleton Petro Caribe vient confirmer un certain postulat de l’indigence. Entendez par là un cycle destructeur, porté tantôt par des ondes cycloniques, tantôt par des ondes sismiques et constamment par des ondes politiques. Un cycle chaotique, exploité à profit par les élites locales pour leur succès économique et par les acteurs internationaux pour l’expérimentation de leurs projets douteux portés par une expertise sinon rompue à l’escroquerie du moins frappée d’obsolescence. Ainsi, dans une impuissance totale, plus de onze millions d’âmes subissent la violence d’un ordre de choses qui, pour déshumanisant qu’il soit ne conduit pas à la révolte qu’on devait attendre dans des conditions normales de dignité, d’engagement citoyenne véritable et de conscience politique. (...) Lire la suite »

La quadrature du temps et de la méthode

Erno RENONCOURT

L'épistémologie nous a appris qu'on ne progresse pas avec ses certitudes pas plus en répétant des activités verrouillées sur des solutions toutes faites. Le progrès et l'innovation sociale ne se conjuguent qu'au temps de la prise de risque et par l’éloignement des zones de confort pour se confronter sans cesse aux incertitudes d'un contexte social qui ne délivre ses causes et ses structures qu'à ceux qui prennent le temps de comprendre pour construire la reliance et trouver les stratégies optimales pour l'action intelligente. L’échec de certains projets, malgré la renommée des agences qui les portent, malgré l’expertise et les milliards qui les supportent, sera toujours dicté et acté, tant qu’ils se limiteront aux activités du prêt à opérationnaliser conçu comme modèle de développement à reproduire dans les pays du sud. L'échec de ce modèle s’explique par un paradoxe qu'on peut désigner sous le nom de la quadrature du temps et de la méthode pour gérer l'urgence. Expertise indigente : Mode d'emploi.

Le postulat de l’action intelligente : de la méthode et du temps Il est méthodologiquement admis qu’aucune action efficiente ne peut être apportée par l’homme, comme réponse opportune, aux problèmes auxquels il est confronté, que par une réflexion intelligente inscrite dans la durée. Le postulat de l’action intelligente suppose un effort dans le temps et par la méthode pour transformer les problèmes en des études de CAS afin de faire émerger la reliance propre à l’intelligence. L’action s’inscrit comme couronnement d’une réflexion porteuse de connaissance par ses succès ou par ses expériences. C’est d’ailleurs ce que nous apprend l’économie de la connaissance : la connaissance ne peut être produite que là où on prend le temps d’agir avec attention. Un enseignement rassurant, matérialisé par l’équation dite flux de la connaissance : φ(k) ∝ At. Nous faisons l’hypothèse fortement probable que « l’action avec attention » ne peut être, dans ce contexte, que l’action guidée par la réflexion intelligente et la méthode. (...) Lire la suite »

Haïti, cet improbable pays !

Erno RENONCOURT

Un peuple meurt sous le poids de ses indigences, l'histoire d'une épopée, celle de Vertières, se gomme sous la pesanteur des impostures qui jalonnent l'existence de ceux et de celles qui ont hérité, des aïeux, l’indépendance. La légende des peuples n'est pas éternelle, elle s'estompe et tombe dans l'oubli, faute de dignité active et mobilisatrice. Vertières n'est qu'un mythe du passé, éclaboussé par l'échec d'un collectif dont ses représentants illustres n'ont pas assez d'honneur et de dignité pour transformer leur présent en une source d’exaltation capable de magnifier les épopées du passé. Ils se contentent de vivre dans les rêves d’ailleurs et de profiter de leurs petites accointances avec les anciens maîtres. Les peuples qui survivent dans la mémoire humaine relèvent bien haut la flamme de leur dignité pour réinventer les faits de gloire de leur passé. Quand ils sont impuissants, insignifiants, ils dérivent dans l’espace-temps comme d’indigentes épaves refusées par tous les ports d’escale.

De l’impuissance à l’insignifiance Entre corruption et misère, entre défaillance institutionnelle et instabilité, entre désespérance et envies d’ailleurs, entre terrorisme d’état et colère violente des masses, entre escroquerie et soumission, entre impunité et inertie, le chaos haïtien s’enlise et perpétue le drame et la détresse d’une population d’environ onze millions d’âmes. Preuve s’il en fallait que le nombre ne fait pas la puissance et qu’en situation de déficit d’intelligence, aussi nombreux qu’on puisse être, on sera toujours insignifiant. Onze millions de personnes qui se laissent terroriser par une poignée de médiocres et de corrompus, cela s’appelle de l’impuissance. Onze millions d’êtres humains qui se laissent réduire à l’état d’insignifiance absolue par une poignée de migrants dont la prospérité des affaires sur le temps semble conférer le statut particulier de nouveaux colons, cela s’appelle de l’insignifiance. Quand toute une collectivité, constituée de groupuscules sociaux dispersés, désarticulés, (...) Lire la suite »

Pour comprendre la révolte des Haïtiens

Maurice LEMOINE
« Le Gouvernement des Etats-Unis exhorte tous les citoyens, partis politiques et organisations de la société civile à s’exprimer pacifiquement. La violence aggrave l’instabilité et la souffrance du peuple (…). » Ce n’est bien entendu ni à l’opposition vénézuélienne, en phase insurrectionnelle en 2014 et 2017, ni à celle du Nicaragua, pareillement soulevée en 2018, que l’ambassade des Etats-Unis a adressé ce message. Ce 15 février 2019, à Port-au-Prince, la déclaration est destinée aux Haïtiens qui, depuis le 7 février, se soulèvent contre le pouvoir dans les principales villes du pays le plus pauvre d’Amérique latine et des Caraïbes. D’ailleurs, pour éviter toute ambiguïté, l’ambassade américaine précise en direction des forces de l’ordre qui mènent la répression : « Nous félicitons la Police nationale haïtienne d’avoir œuvré pour le maintien de la paix et de la stabilité tout en veillant à ce que les citoyens haïtiens exercent le droit de faire entendre leur voix. » Un droit des plus relatifs, pour qui aime pinailler : (...) Lire la suite »

Les crises haïtienne et vénézuélienne révèlent l’élasticité de la notion de démocratie des Etats-Unis

Feguenson Hermogène

Quel lien existe-t-il entre la crise politique haïtienne actuelle et l’impasse politique dans laquelle se trouve le gouvernement vénézuélien ?

Le 7 février dernier, plusieurs milliers de citoyen-ne-s ont gagné les rues dans les différentes villes du pays pour exiger le procès des dilapidateurs des fonds du programme Petro-Caribe * ; la démission du chef d’État et de son gouvernement. Cela a été aussi l’occasion de lancer un cri de colère contre l’inflation due, en partie, à la dépréciation de notre monnaie. Rappelons que ce soulèvement populaire s’inscrit également dans la lignée des manifestations qui ont eu lieu les 6 et 7 juillet, le 17 octobre et le 18 novembre de l’an dernier. Celles-ci ont remis en cause non seulement la gestion désastreuse de la chose publique par l’équipe au pouvoir, mais aussi le fondement inégalitaire de la formation sociale haïtienne. Le saccage des supermarchés appartenant à des membres influents de l’oligarchie locale peut en témoigner. Les insurrections de la fin de l’année 2018 ont ébranlé l’État profond haïtien (concept évoqué par Peter Dale Scott*) au plus haut niveau. L’option de démission de l’actuel numéro 1 (...) Lire la suite »

De l’État de droit à l’État de passe-droit

Erno RENONCOURT

Cette lettre adressée au CORE GROUP, haut lieu de pouvoir réunissant en Haïti les ambassadeurs des puissantes missions diplomatiques, se veut un plaidoyer pour la raison, dans le chaos qui règne en Haiti depuis toujours et qui s'est intensifié depuis le 7 février 2019 par la colère légitime des masses.

Un plaidoyer pour la raison en guise de lettre ouverte au CORE GROUP D’un citoyen Haïtien Indigné Aux membres du CORE GROUP Port-au-Prince, le 16 février 2019, Chers Ambassadeurs et Représentants des missions diplomatiques étrangères regroupés dans ce haut lieu de pouvoir qu’est le CORE GROUP, Je me permets de vous adresser ce message dont l’humilité et la détresse motivant l’intention ne cacheront point la digne colère et l’insolence de la tonalité. Vous m’excuserez si, pour le contexte, je ne sais pas faire usage de la langue de bois qui reste, dans votre monde diplomatique, la norme d’excellence. Je présume que vous comprenez que je souhaite réagir sur vos dernières prises de position concernant le chaos qui règne en Haiti. Chaos, du reste, provoqué essentiellement par l’incurie administrative, l’incompétence politique, l’institutionnalisation de la corruption, la misère économique, la détresse sociale, les postures et accointances mafieuses qui restent, à ce jour, les seuls résultats d’un pouvoir (...) Lire la suite »

La révolution qui progresse en Haïti est directement liée à celle du Venezuela (Haïti Libertés)

Kim Ives

Pour le septième jour consécutif, le chaos règne à Haïti, tandis que les masses continuent à se soulever dans toute la nation pour renverser la président Jovenel Moïse à cause de sa corruption, son arrogance, ses fausses promesses et ses mensonges éhontés.

Mais la crise ne sera pas résolue par le seul départ de Moïse, qui semble imminent. La révolution d’aujourd’hui présente tous les signes d’un mouvement aussi profond et irrésistible que celle d’il y a 33 ans, contre le dictateur playboy Jean-Claude « Baby Doc » Duvalier, dont la fuite le 7 février 1986 vers un exil doré en France à bord d’un avion-cargo C-130 des Forces Aériennes US, après deux mois de rébellion, a marqué le début de cinq ans de tumulte populaire. Malgré une répression sauvage, des massacres, une élection truquée et trois coups d’état, ce soulèvement a abouti à la remarquable révolution politique du 16 décembre 1990, lorsque le théologien de la libération et anti-impérialiste Jean-Bertrand Aristide fut massivement élu président et déclara ensuite la « deuxième indépendance » de Haïti lors de sa prestation de serment le 7 février 1991. A une époque où les sandinistes du Nicaragua et l’Union Soviétique venaient d’être défaits, le peuple Haïtien a vaincu les manoeuvres électorales de Washington pour la (...) Lire la suite »

D’éloquence et de lumière

Erno RENONCOURT
S'esclaffer de RIRE pour ne pas s'étouffer est une thérapie efficace quand on subit l'inertie d'un écosystème indigent. Le rire étant signe de générosité d'âme et d'intelligence quand il cherche à échapper à l'impuissance et à la bêtise. Ainsi, entre Reliance et Intelligence, entre Résonance et Insolence (RIRE), tout vibre d’éloquence et tout rayonne de lumière. Comme autant d'échos de RIREs étincelants venant rappeler que certaines éloquences laissent rythmer dans l’espace des vibrations d'insolence qui aident à se retrouver pour se regrouper par-delà l'obscurité. Alors, ivres d'intelligente colère, les mots deviennent des marqueurs d'humanité qui révèlent la lumière des âmes. Mais, nul ne peut briller pour autrui, s'il n'est pas lui-même illuminé de l'intérieur. Cette nouvelle résonance dissidente est une invitation pour que chacun se laisse enflammer par l’engagement de quelques mots qui disent, avec humilité, la valeur des hommes voulant se (...) Lire la suite »

Des agents du gouvernement haïtien soutenus par les Etats-Unis sont accusés de massacre (The Canary)

Jeb SPRAGUE
Au cours des dernières semaines et des derniers mois, des Haïtiens ont posté des vidéos effroyables sur les médias sociaux et sur WhatsApp. Des vidéos du quartier de La Saline à Port-au-Prince montreraient de nombreux meurtres commis par des groupes paramilitaires soutenus par l’état entre le 11 et le 13 novembre. Un groupe local de défense des droits de l’homme a déclaré que 59 personnes auraient été tuées, tandis que certains résidents locaux et certains politiciens de l’opposition revendiquent un nombre de morts encore plus élevé. Étant donné que Washington soutient le gouvernement haïtien actuel, les médias grand public n’en ont pas beaucoup parlé. Un passé de résistance et de répression Communauté balnéaire, La Saline a longtemps été un foyer de résistance contre les politiciens de droite du pays. En 1957, les forces militaires haïtiennes ont attaqué les habitants du quartier car ils avaient soutenu le chef de gauche, Daniel Fignolé. Le 11 septembre 1987, des forces paramilitaires et l’armée ont massacré (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 170