RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Je n’ai rien contre les femmes au volant : d’ailleurs, j’ai une excellente amie qui conduit

En autorisant les saoudiennes à conduire, leur monarque a « brisé un tabou » dans « ce royaume ultra-conservateur » (L’Exress.Fr, 27septembre 2017) car l’interdiction « était emblématique de la mise au pas des femmes dans le royaume » (Le Monde.fr, 26 septembre), « l’un des pays les moins paritaires du monde » remarque France Info du 28 septembre. Arte du 27 septembre ironise « Arabie saoudite : femmes au volant, hommes au tournant… dans cette monarchie, berceau du wahhabisme, forme radicale de l’islam  ». Pour le Figaro.fr (27 septembre) « Le jeune prince héritier… » agit « habilement… au moment où de nombreux opposants ont été arrêtés ».

Tous les médias soulignent qu’il reste beaucoup à faire. Mais, puisque l’Arabie Saoudite a brisé un tabou en prenant habilement une mesure emblématique contre la mise au pas des femmes dans un royaume ultra-conservateur et non paritaire, soumis à une religion radicale, on ne va pas user (et aucun des médias cités ne le fait) du mot « dictature » qui vient de partir en stage au Venezuela, où comme chacun sait : les femmes, conductrices ou pas, n’ont pas le droit de voyager, divorcer, disposer d’un compte bancaire, travailler, aller chez le médecin, être opérées, sans l’accord d’un « tuteur », le père, le mari ou tout autre parent de sexe masculin : un frère, un cousin, voire un fils. Et même si la charia Maduro-chaviste les dispense du port du voile intégral dans leur cuisine, l’accès aux lieux publics (comme les stades) leur est interdit, même bâchées de pied en cap. La charia bolivarienne (qui les sait dépensières) fixe que la part d’héritage d’une fille correspond à la moitié de celle d’un fils. Et celles qui la ramènent apprendront sur la Place Simon Bolivar de Caracas ce que le mot lapidation veut dire. Et il ne s’en prive pas, Maduro (1).

Théophraste R. (Chargé du dossier : « Quand le monarque décide seul des moindres droits de la moitié de la population, est-on en démocratie ? »).

Note (1). Le 4 mars 2016, le président Hollande a décoré de la Légion d’honneur le prince héritier d’Arabie saoudite qui avait fait procéder à l’exécution de seulement 70 personnes depuis janvier de cette année-là.

URL de cette brève 5563
https://www.legrandsoir.info/je-n-ai-rien-contre-les-femmes-au-volant-d-ailleurs-j-ai-une-excellente-amie-qui-conduit.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
29/09/2017 à 02:45 par cassiopea

M’enfin Théo il est bien connu que : "Selon que vous serez puissant ou misérable Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir” isn’t is ?

#140192 
29/09/2017 à 08:59 par AF30

Oui, tout ça c’est bien beau mais est-ce le régime saoudien qui a décidé ou le gouvernement saoudien ? bon, d’accord il y aussi le royaume, les autorités et bien évidemment le prince héritier

#140196 
29/09/2017 à 13:04 par L. A.

Bien trouvé, le parallèle est imparable !
Et l’ignominie des médiacrates valets la caste est incomparable
(tant elle est incommensurable).
L. A. (Misérable « rien » pas amateur de râble pour un sou.)
P. S. : au passage, notons que chez ces fumiers l’oppression et la coercition peuvent s’appeler « manque de parité » (par ex. : les nazis ont fait montre d’une moindre parité entre les « aryens » et les autres…), tout dépend évidemment de qui l’on considère comme ses pairs.

#140200 
29/09/2017 à 19:29 par irae

Rien à voir
C. Autain déjà largement décriée ici remet ça. Refus de lever l’immunité du gentil collard au nom de principes 5è républicains qu’elle prétend pourtant contester.
Comment être issue du milieu qui est le sien et prétendre défendre les plus fragiles ?
Ma religion est faite. En plus elle discrédite tous les FI. Au prési de la FI d’agir.

#140211 
30/09/2017 à 12:40 par depassage

Quand le monarque décide seul des moindres droits de la moitié de la population, est-on en démocratie ?

C’est exactement ça la démocratie occidentale. Un petit groupe monarque décide du sort du monde entier et jette sa grande majorité aux oubliettes ou la cloue à l’infamie. Dis-moi qui tu fréquentes, je te dirais qui tu es.

#140224 
RSS RSS Commentaires
   

Harald Welzer : Les Guerres du climat. Pourquoi on tue au XXIe siècle
Bernard GENSANE
Il s’agit là d’un ouvrage aussi important que passionnant. Les conclusions politiques laissent parfois un peu à désirer, mais la démarche sociologique est de premier plan. Et puis, disposer d’un point de vue d’outre-Rhin, en la matière, permet de réfléchir à partir d’autres référents, d’autres hiérarchies aussi. Ce livre répond brillamment à la question cruciale : pourquoi fait-on la guerre aujourd’hui, et qui la fait ? L’auteur articule, de manière puissante et subtile, les questions écologiques, les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Il y a une idée sur laquelle chacun semble d’accord. « Vaincre Daesh », comme l’a exprimé le secrétaire d’Etat Tillerson. Laissez-moi poser juste une question : Pourquoi ? Il est temps pour Trump d’être Trump : extrêmement cynique et imprévisible. Il lui faut vaincre Daesh en Irak. Mais pourquoi en Syrie ? En Syrie, il devrait laisser Daesh être le cauchemar d’Assad, de l’Iran, de la Russie et du Hezbollah. Exactement comme nous avons encouragé les moudjahidines à saigner la Russie en Afghanistan. »

Thomas Friedman, « In Defense of ISIS », New York Times, 14 avril 2017.

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.