Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

24 

Jean d’Ormesson : le fou d’Aragon

Il avait tout pour se faire haïr. Aristocrate élevé dans un château, ancien directeur du Figaro, bien cramponné à la cuillère d’argent glissée dans sa bouche à sa naissance, il a toujours été un homme de droite.

Ce qui le distinguait des gens de sa famille politique, c’était sans doute la conscience avouée de sa chance, de l’injustice dont il bénéficiait. D’où son absence de toute haine ou de tout mépris pour ceux du camp d’en face.

Ecrivain adulé, comblé de prix, entré dans la Pléiade, il confessait en toute occasion sa douleur de n’avoir pas été Aragon.

L’ancien directeur du Figaro, fut d’ailleurs capable de participer, place du Colonel-Fabien, siège du PCF, à une soirée consacrée au poète, qui fut le directeur du quotidien communiste « Ce soir ».

Il faut lire ici les hommages de Jean d’Ormesson à Aragon, un « génie, avec des dons stupéfiants, il aura été un mythe, une légende, une sorte d’énigme en pleine lumière ».

Jean d’Ormesson disait : « J’ai beaucoup admiré Aragon, qui est si plein de défauts. Parce que nous n’étions d’accord sur rien, il m’a appris que la littérature est plus forte que tout. Comme des millions de Français, j’ai su ses vers par coeur. Et du Paysan de Paris au Fou d’Elsa, en passant par Hourra l’Oural qui était franchement engagé, ses livres me faisaient chavirer ».

Dommage que le paradis n’existe pas : les deux lascars y bavarderaient, assis sur un nuage. Et le ciel en serait meilleur.

Pour rendre hommage à Jean d’Ormesson à l’approche de Noël, offrez donc un livre d’Aragon.

Parti sans en avoir médit, l’Académicien (1) de Neuilly serait le premier à vous conseiller ce choix.

Théophraste R.

(1) Je ne sais plus qui, se moquant de sa petite taille, a dit qu’il aimait porter l’Habit vert, mais sans l’épée, parce qu’elle traînait par terre.

URL de cette brève 5635
https://www.legrandsoir.info/jean-d-ormesson-le-fou-d-aragon.html
Imprimer version PDF
pas de commentaires
no comment
reagir
Commentaires
05/12/2017 à 12:29 par Triaire

Comme vous, j’aimais beaucoup D’Ormesson.Et certains m’en ont voulu pour cela !

#142392 
05/12/2017 à 12:38 par irae

Peut être un comique de droite lyonnais dont écrire ici le nom serait lui faire trop d’honneur.

#142393 
05/12/2017 à 14:08 par Ellilou

De mortuis nihil nisi bene...
Mais c’est tout à votre honneur de lui rendre un hommage (poétiquement révolutionnaire, quand même...) malgré toutes les différences :-)

#142396 
05/12/2017 à 14:11 par Christian

merci pour ces mots Théophraste , je découvre son admiration pour Aragon , combien va manquer M. Jean d’Ormesson , venant d’une droite cultivé et généreuse dans le débat et échanges des idées . Hasta siempre .

#142397 
05/12/2017 à 15:14 par CD

De Philippe CORCUFF (à propos de la notion d’auteur et d’oeuvre en lien avec Foucault.)
Jean d’Ormesson : de la bêtise nationale (ou le choc Foucault 1969) | Le Club de Mediapart
https://blogs.mediapart.fr/philippe-corcuff/blog/051217/jean-dormesson-de-la-betise-nationale-ou-le-choc-foucault-1969

#142399 
05/12/2017 à 15:50 par Bernard Gensane

Depuis 50 ans, j’ai lu quelques milliers de livres et j’ai écrit et publié quelques centaines de recensions.

Je n’ai pas lu une page de d’Ormesson. Quand j’ai eu dans les 25 ans, il devint le patron du Figaro. Il eut tout le loisir pour répandre son fiel anti-gauche, avec la méchanceté – élégante, bien sûr – de ceux qui croient qu’à chaque fois qu’ils balancent une saloperie ils vont prendre un centimètre.

Il avait épousé une fille du sucrier Béghin, par ailleurs grand magnat de presse, administrateur du … Figaro.

#142401 
05/12/2017 à 16:53 par daniel

Plus particulièrement ce jour Hommage à Jean Ferrat avec cette chanson "Un air de liberté".
https://www.youtube.com/watch?v=e_eJE4AhDng

#142404 
05/12/2017 à 17:46 par zappymarx

C’était la coqueluche des médias. Certes admirateur d’Aragon mais beaucoup de platitudes de dites quand il passait à la radio ou à la télévision pour en parler ...
Il a eu droit à une chanson de Jean Ferrat "un air de liberté" .
En vieillissant il était devenu malicieux et c’était un plaisir de l’entendre utiliser à merveille la langue française.

#142406 
05/12/2017 à 17:54 par mediacideur

Hommage de JF..."Un air de liberté flottait sur Saïgon"...

#142407 
05/12/2017 à 18:25 par Xiao Pignouf

Merci M’sieur Gensane, vous démontrez avec une grande clarté pourquoi LGS est essentiel.

#142411 
05/12/2017 à 18:30 par Assimbonanga

Un grand classique le mariage de l’aristocrate et de l’industrielle, échange de bons procédés, le titre de noblesse contre le renflouement financier.

#142413 
05/12/2017 à 18:35 par AF30

Il est certain que ce qui a participé largement à sa gloire ce sont ses passages multiples à Apostrophes. Comme d’autres, en raison de ses engagements à droite, je n’ai pu me résoudre à lire un seul de ses livres. Il n’y a à en tirer aucune gloire. C’est ainsi. Pourtant tant il m’était difficilement supportable quand il parlait politique tant je lui trouvais un certain charme quand il parlait d’autres choses. D’autres choses que j’aurais aimé retrouver dans ces choix politiques. On en vient à penser que dans l’aristocratie - et dans la grande bourgeoisie - les tropismes de classe écrasent tout.

#142415 
05/12/2017 à 20:07 par Fald

Moi aussi, mon premier réflexe a été de placer sur Fesse-de-Bouc la chanson de Ferrat.
Je n’ai lu qu’un livre de D’Ormesson, mais c’est normal car contrairement à Gensanne, je suis plutôt un petit lecteur. J’ai eu l’impression de bouquiner une très bonne rédaction de collégien.
Je connais aussi assez mal Aragon. A part bien sûr ce qui a été mis en musique. Mais quand j’ai vu des interviews de D’Ormesson, j’ai toujours eu l’impression que son admiration pour Aragon faisait surtout partie intégrante de son dandysme.
Mais c’est juste une impression. Le monde est plein de gens qui en savent plus que moi.

#142423 
05/12/2017 à 20:07 par EVELYNE

Jean, vous allez nous manquer terriblement, comme votre livre " guide des égarés", nous allons l’être encore davantage à partir d’aujourd’hui. Merci pour avoir éclairé nos jours durant 92 ans.

Evelyne

#142424 
05/12/2017 à 22:35 par François

Ce départ me laisse très très froid.
Le peu que j’ai entendu de ses lèvres, probablement dans quelques une des inombables emission de radio où il etait invité dès qu’il pondait un bouquin, sentait assez mauvais. Absence de haine pour les misereux, peut etre, absence d’empathie aussi.
Je ne connais pas son travail et n’ai jamais tenu a le connaître compte tenu de la remarque n-1 et aussi du fait que la litterature n’est pas mon fort.
Dans le registre billet décalé, j’ai préféré celui sur le beaujolais, mais meme si dormesson me laisse de marbre, j’ai lu avec attention celui ci.

François, (lecteur assidu de Theophraste et jamais deçu)

#142430 
05/12/2017 à 23:16 par taliondachille

Les oisifs ont la faculté surtout le temps) d’apprendre le beau langage et de l’étaler dans les salons. Mais ça ne suffit pas, les médias permettent de le déployer à la face des sans-dents qui n’ont que (ou n’ont pas) leur BEPC. Les croquants sont alors remis à leur juste place et ne peuvent que baver devant les manchettes impeccables du Seigneur d’O. C’est que cela se travaille la lutte des classe par le langage, et il savait y faire.
J’ai essayé il y a fort longtemps de lire sa prose. C’était "Presque rien sur presque tout" qu’il faudrait traduire par "Moins que rien sur pas grand-chose" tant la vacuité philosophique est prégnante à chaque page. Ce qu’il manquait à ce personnage finalement c’est l’épaisseur, l’épaisseur philosophique, celle qu’on acquiert on se coltinant à ses contemporains, ses semblables que l’on croisent dans les campings, les manifs, les bars, les fêtes de villages. Et là, on sent le décalage.
La Pléïade a dû tirer ses oeuvres complètes à 500 exemplaires, que les "500 familles" en aient un chacune pour glorifier le pauvre Jean qui a été au charbon pour charmer le populo. Amen.

#142435 
06/12/2017 à 00:01 par irae

Comme les madeleines de proust.

#142440 
06/12/2017 à 00:11 par irae

Plus généralement à tous les étaleurs de culture ici :
- je ne sais pas de quel milieux vous êtes issus moi mes ancêtres grattaient la terre,
- de quels enseignements vous avez bénéficié, moi j ’ai eu de la chance à l’époque l’éducation nationale était un vrai ascenseur social
- le latin c’est loin mais j’ai de beaux restes
- le grec je peux chercher j ’avais la meilleure prof du monde avec nom d’un éditeur connu.
Alors si vos interventions visent à nous en mettre plein la vue...

#142441 
06/12/2017 à 07:34 par pierreauguste

Juste une réflexion au premier degré....Ce monsieur est édité dans la "Pléiade"...Ni Orwell ,ni Élisée Reclus....ni...Il avait des relations ?

#142449 
06/12/2017 à 08:04 par morvandiaux

d’Ormesson c’est aussi quelques ignominies :
Jean Ferrat "Un air de liberté" - 1976 - vidéo 3’22

#142451 
06/12/2017 à 08:58 par calame julia

Fils de, mari de, normalien, etc...l’homme était bon à l’oral parce que l’écrit de sa
formation ne lui permettait pas d’être Aragon. Il a su rester Français, dans toute l’acception du terme.
Merci donc, cher Théophraste.

#142452 
06/12/2017 à 08:59 par gus de nantes

ils ont pas de bols les droiteux , pour une fois qu’un de leurs auteurs passe en prime time et qu’ils avaient là un boulevard médiatique pour étaler leurs délires Paf Jauny meurt ..... du coup d’ormesson de l’académie va disparaitre ......... pareil que pour lady diana-soeur thérésa .......
je sais je délire , mais bon ça m’a fait rigoler deux secondes alors je partage

#142453 
06/12/2017 à 10:51 par mediacideur

Ben alors ? Pas de petit billet pour Jauni à l’Idée ? Un coup d’mou ?

(Tiens, c’est la 1ére fois que je vois ce truc* sur le site, c’est nouveau ?
*Il semble que vous avez déjà posté "un certain nombre" de commentaires récemment.
Merci de limiter le nombre de vos interventions. (Vous pouvez quand même insister)

#142456 
06/12/2017 à 12:05 legrandsoir

Johnny ? Sitôt demandé...
Le rectangle bleu est une invitation à ne pas squatter LGS et à laisser de la place aux autres. Surtout à l’intention de nos lecteurs qui commentent TOUS les articles. Car cela nous prend du temps pour la lecture et la mise en ligne sans que l’abondance des commentaires du même lecteur soit un gage d’une réflexion et d’une recherche poussées et constructives.
Bref, c’est pour vous garder un GS comme vous l’aimez.

#142461 
RSS RSS Commentaires
   
Un nouvel art de militer
DIVERS
Ils sont le visage de la contestation des années 2000. Jeudi Noir, Déboulonneurs, Brigade activiste des clowns, Désobéissants, Anonymous... au-delà des formes traditionnelles que sont la grève ou la manifestation, une nouvelle génération de militants est apparue dans l’espace médiatique et agite régulièrement le cours de l’actualité. Chez eux, pas de chef, pas de violence, pas de longs discours théoriques, mais un goût prononcé pour l’humour et les mises en scènes spectaculaires, et un sens manifeste de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Malheur aux pays qui ont besoin de héros.

Bertolt Brecht


Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.