Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Journée d’études "L’éthique et la politique étrangère américaine" - le 19 mai à l’Université de Nanterre

Equipe d’Accueil 370. Le CREA accueille les enseignants-chercheurs de l’UFR LCE dont le champ de recherche relève du domaine des études anglophones. Il est ouvert à de nombreux chercheurs d’autres universités, françaises. Directrice : Professeur Chantal Delourme

L’éthique et la politique étrangère américaine

Journée d’études organisées par Professeur Francis Feeley, membre du CREA

Le Jeudi 19 mai 2011
Université de Paris Ouest-Nanterre-La Défense Amphi B-2

LE PROGRAMME

9h00 Café et inscription. (Gratuit)

9h30 Accueil : M. Thomas Gomez, Directeur de l’École doctorale et M. Francis Feeley, Directeur de recherches en les études américaines.

10h00 Panel 1 : "Quel rôle joue la déontologie nationaliste dans la politique étrangère des États-Unis ? Une perspective historique"

Moderator : M. Francis Feeley.

  • 1. Yuri Stulov : "La politique étrangère des États-Unis et les idéologies nationalistes en Biélorussie/US Foreign Policy and Nationalist Ideologies in Belarus".
  • 2. Mme. Nataliya Narochnitzkaya : " La démocratie au début du vingt-unième siècle : la dégradation de sens et des valeurs".
  • 3. M. Marwen Rahif : "Le rôle de la religion dans les politiques américaines contemporaines : étude de cas de la ’droite chrétienne’ aux États-Unis.
  • 4. Mme. Susan George : "La finance américaine est par nature internationale".

Débat

12h30 déjeuner.

14h00 Panel 2 : "Le rôle des entreprises transnationales dans la politique étrangère des États-Unis".

Moderator : M. Pierre Guerlain.

  • 5. M. Stefan Karganovich : "L’Uranium appauvri comme instrument de terreur et ses conséquences à long terme sur les systèmes biologique et écologique".
  • 6. Mlle. Asma Jedidi : "La ’ONG-isation’ de la lutte pour la paix dans la 21ème Siècle".
  • 7. M. Ahmed El Aidi : "La mondialisation et ses effets au Mexique et au Maroc".

Débat

16h30 Pause café.

17h00 Panel 3 : "Le militarisme étatsunien et les stratégies pour survivre".

Moderator : M. Yuri Stulov.

  • 8. Mme. Diana Johnstone : "La faillite morale de l’Otan".
  • 9. M. John Laughland : Qui garde les gardiens ? (La politique étrangère américaine et le droit pénal international)".
  • 10. M. William Blum : " Les mythes de la politique étrangère américaine".

Débat

19h00 Conclusions

19h30 Recital : "Au delà des mots"

In loving memory of Rozlyn Zinn (1922-2008) & Howard Zinn (1922 - 2010)

Beethoven : Sonate ’Clair de lune’ - Adagio - Tatiana Baklanova Feeley (piano)
au
Restaurant "Le Coin Tranquille"
8/10 Rue du Docteur Foucault
92000 Nanterre vieux centre

20h Dîner collectif :

Restaurant « Le Coin Tranquille »
8/10 Rue Doct Foucault
92000 Nanterre vieux centre

(Pour les réservations au dîner, téléphonez S.V.P. au restaurant au 01.47.25.46.33, de la part du Professeur Feeley.)


Une déclaration des motivations de la conférence du 19 mai

Quelle relation peut-t-il y avoir entre la politique extérieure d’un pays et l’éthique - qu’elle soit de l’ordre de la déontologie ( théorie du devoir fondée sur l’intuition sans référence aux conceptions de « Bien » ou de « Mal ») ou qu’elle soit axiologique (qui s’applique aux obligations morales dépendantes de valeurs telles que l’éthique, l’esthétique et la religion) ?

Le thème de cette conférence est l’étude des implications éthiques de la politique extérieure américaine avant et au début du XXIème siècle. Nous avons invité des spécialistes - dont trois sont des étudiants diplômés de l’Université de Paris - Nanterre et d’autres viennent des États-Unis, de l’ancienne Union Soviétique et d’autres endroits d’Europe - afin de débattre sur des sujets liés à la politique extérieure américaine et l’éthique. Les articles présentés à cette conférence analyseront les théories socialistes, libérales et néoconservatrices en matière de politique extérieure, chacune essayant d’expliquer les origines de la décision politique passée, présente et future.

Une perspective socialiste radicale

Après la deuxième guerre mondiale, les États-Unis d’Amérique apparut comme la nation la plus puissante du monde. Avant la fin du conflit, les décideurs américains préparaient déjà la reconstruction du système capitaliste à l’échelle mondiale. Le Dr Gabiel Kolko, historien américain, écrit dans son livre Les limites du pouvoir : Le monde et la politique extérieure américaine1945-1954 (1972) que l’objectif de la politique extérieure américaine était de « restructurer le monde afin que les entreprises américaines puissent vendre, opérer et fassent des profits sans aucune restriction nulle part ». Pour atteindre cet objectif, cinq pré-conditions devaient être remplies : 1) des nations capitalistes politiquement stables et fiables ; 2) l’accès libre aux matières premières indispensables ; 3) les gauchistes devaient être exclus du pouvoir ; 4) les États-Unis devaient garantir un contrôle politique conservateur dominant dans le monde entier ; 5) l’indépendance et le développement du Tiers Monde devaient être limités afin de ne pas entrer en conflit avec les intérêts capitalistes.

La stratégie américaine pour atteindre cet objectif d’après-guerre se heurta à quatre obstacles majeurs : 1) le système d’après-guerre du capitalisme mondial avec des ententes économiques entre le Grande-Bretagne et ses colonies limitèrent les ambitions américaines. 2) la destruction quasi complète des économies allemande et japonaise fut un deuxième obstacle. 3) Le nationalisme de droite, hérité de la Première Guerre Mondiale qui défendait l’isolationnisme et l’autarcie économique, fut le troisième frein aux ambitions américaines. Enfin 4) le nationalisme de gauche, encourageant l’indépendance et l’auto-détermination, fut aussi perçu comme un danger aux intérêts capitalistes américains.

Une perspective libérale classique

Une interprétation des débuts de la politique extérieure libérale d’après-guerre fut établie par le Professeur Hans Morganthau de l’université de Chicago, dans son livre Politiques parmi les nation, ; lutte pour le pouvoir et la paix (1948). Morganthau fut l’un des fondateurs de l’école de politique extérieure du « réalisme politique » qui influença la pensée des étudiants en politique extérieure pendant des générations, dont Robert McNamara et Henry Kissinger. Dans l’introduction de son livre, Morganthau -immigrant juif qui avait échappé au nazisme allemand en venant à Chicago en 1937 - exposa plusieurs principes de cette nouvelle doctrine du « réalisme politique », qui est une vue essentiellement amorale de la conduite de la politique extérieure.

- La politique est gouvernée par des lois objectives qui tirent leur origine dans la nature humaine.

- La politique est une sphère autonome d’action et d’appréhension indépendante des autres sphères telles que l’économie (comprise selon l’intérêt défini comme richesse), l’éthique, l’esthétique ou la religion.

- Les hommes d’État pensent et agissent selon l’ "intérêt défini comme pouvoir’ et une théorie réaliste de politique internationale préservera de deux erreurs courantes : le souci des motivations et le souci des préférences idéologiques.

- Le concept de l’intérêt défini comme pouvoir est une catégorie objective qui est universellement valide, et le seul trait d’union qui relie les nations entre elles est « l’absence de tout conflit d’intérêt ».

- Le réaliste ne peut pas être persuadé que l’on puisse apporter le changement du monde contemporain en confrontant une réalité politique qui a ses propres lois et un idéal abstrait qui refuse de prendre en compte ces lois.


BIOGRAPHIES

Ahmed EL Aïdi, enseignant à l’Université française Joseph Fourier depuis les 5 dernières années, travaille actuellement sur un Doctorat sous la direction du Professeur Francis Mc Collum Feeley. Parlant couramment l’arabe, l’espagnol, l’anglais américain, l’italien ses recherches l’ont amené à se plonger dans les méandres des multinationales américaines, leur rôle dans l’actuelle globalisation et l’impact de cette dernière sur le Mexique et son pays d’origine, le Maroc. Aujourd’hui, la globalisation ne marche pas, tout simplement. Elle ne marche pas pour les pauvres du monde, pour la stabilité économique mondial et elle symbolise surtout, la ruine de la planète...

William Blum — abandonnant ses aspirations à devenir fonctionnaire du Ministère des Affaires Etrangères Américain car contre la guerre au Vietnam— quitta le Département d’Etat en 1967. Son ouvrage sur la politique étrangère américaine "Killing Hope", fut édité une première fois en 1995, mis à jour constamment, et reçut un accueil extraordinaire au niveau international ("Guerres scélérates" en français, éd. Parangon - NdR). Parmi ses autres ouvrages on distingue "Rogue State : A Guide to the World’s Only Superpower" " ("L’Etat voyou", éd. Parangon). Noam Chomsky désigna cet ouvrage comme étant de loin, le meilleur dans la matière. En janvier 2006, Ousama Ben Laden dans un enregistrement audiovisuel, exhortait les américains à lire cet ouvrage, afin de mieux comprendre leur ennemi. L’ouvrage de Blum fut traduit dans 17 langues . De 2001 à 2002 il fut journaliste du magazine "The Ecologist" qui est édité à Londres et distribué dans le monde entier. Il contribue mensuellement à la "Newsletter" du magazine : The Anti-Empire Report. Pour lire d’anciens numéros veuillez vous reporter à l’adresse du site web suivante : www.killinghope.org. (William Blum sur Le Grand Soir - NdR)

Francis Feeley est Professeur d’Etudes Américaines à l’Universitéde Grenoble depuis l’an 2000. Il est directeur fondateur du "Center for the Advanced Study of American Institutions and Social Movements [CEIMSA]" dont le site web est hébergé par l’Université de Californie-San Diego : http://dimension.ucsd.edu/CEIMSA-IN-EXILE/. Francis.feeley a enseigné l’Histoire Européenne et Américaine pendant 30 ans dans des institutions d’études supérieures, aux Etats-Unis, en France et dans l’ex Union Soviétique où il enseigna comme "Fulbright Scholar" , de 1993 à 1994. . Il publia plus de deux douzaines d’articles traitant de l’histoire sociale Européenne et Américaine et onze ouvrages dont le plus récent s’intitule "War, Resistance, and Counter-Resistance in Modern Times" (Guerres, Résistances et Contre-Résistances Aujourdhui, (2010). Il est membre de l’Association Française d’Etudes Américaines, et de la Société des Anglicistes de l’Enseignement Supérieur. Il est actuellement affilié avec le laboratoire de recherche : Langues, Litérature et Société à l’ Université de Paris Ouest à Nanterre, où il est directeur de huit doctorants. Le Professeur Feeley est aussi membre du "Board of Directors of the International Endowment for Democracy" [http://www.iefd.org] dans la ville de New York.

Susan George est l’auteur de 14 livres dont le plus recent, "Leurs Crises, Nos Solutions" , a été publie par Albin Michel en 2010. Elle est présidente d"honneur d’Attac-France et présidente du conseil du Transnational Institute [TNI], Amsterdam, un réseau global de « chercheurs engagés » qui développent des analyses critiques et soutiennent des mouvements sociaux qui luttent pour un monde plus démocratique, équitable et respectueux de l’environnement. Son premier diplôme universitaire a été obtenu au Smith College [USA] ; elle a obtenu par la suite une licence de philosophie et un doctorat en sciences politiques a la Sorbonne.

Pierre Guerlain est Professeur de civilisation américaine à l’Université Paris Ouest Nanterre.
Son domaine de recherche est principalement la politique étrangère américaine ; il inclut un travail sur l’analyse des discours, l’analyse culturelle et les études interculturelles dans son appréhension de la présence américaine hors des frontières des Etats-Unis. Il a travaillé sur les images et stéréotypes dans les relations franco-américaines et sur ce que l’on appelle "l’anti-américanisme". De façon plus générale il s’intéresse à l’image des Etats-Unis et à leur présence à l’étranger. Il a publié un ouvrage sur les perceptions mutuelles des Américains et des Français : Miroirs transatlantiques ; la France et les Etats-Unis entre passions et indifférences, L’Harmattan, 1996 ; et de nombreux articles dans des publications telles que Revue Française d’Etudes Américaines, Esprit, Commentaire, L’Homme et la Société, Interculture, Annales du Monde Anglophone, Contemporary French Civilization (USA), American Studies International (USA) South Atlantic Quarterly (USA) and French Cultural Studies (Grande Bretagne) JAST (Journal of American Studies in Turkey) Amerikastudien (Allemagne) et REDEN (Revista Española de Estudios Norteamericanos), Espagne. Il a également publié de nombreux articles dans des revues électroniques telles que : LISA, GRAAT ou EJAS.

Asma Jedidi est actuellement étudiante en deuxième année de doctorat à l’Université ParisX, Nanterre. Elle est spécialisée dans les études de civilisation américaine. Elle prépare, sous la direction du professeur Francis McCollum Feeley, une thèse qui porte sur le rôle des Etats-Unis dans la reconstruction du système éducatif au Nicaragua avant et après la révolution Sandiniste. Avant le programme de doctorat, Asma a obtenu son Master 2 de l’Université de Stendhal Grenoble 3, au cours duquel, elle s’est concentrée sur les répercussions sociales du système économique américain. Asma a obtenu une maitrise en littérature, linguistique et civilisations anglo-saxonnes avec mention bien de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Sousse-Tunisie. Ses intérêts comprennent le rôle et l’influence des multinationales américaines sur les politiques étrangères et domestiques des États-Unis.

Diana Johnstone est diplômée en "Bachelor of Arts : études régionales russe. Elle fut très active dans le Mouvement contre la guerre au Vietnam.Elle fut aussi Professeure Assistante Universitaire, journaliste et attachée de presse pour le Groupe des Verts au Parlement Européen. Elle est l’auteure de « The Politics of Euromissiles : Europe’s role in America’s world » (Verso 1984) et Fools’ Crusade : Yougoslavia, NATO and Western Delusions (Pluto Press, 2002), édité aussi sous le titre de "La Croisade des fous" (Le Temps des Cerises).

Stephan Karganovitch est diplômé de l’Université de Droit de l’Indiana et président du Projet Historique de Srebrenica, une ONG dont le but est de rétablir la vérité sur la guerre en Bosnie.

John Laughland est Directeur d’études à l’Institut de Démocratie et de Coopération. Egalement membre de la Sorbonne (Paris IV) et Maître de Conférences à Paris I (Panthéon-Sorbonne), ses ouvrages les plus récents sont " Une Histoire des Jugements Politiques de Charles I à Saddam Hussein" (Oxford : Peter Lang, 2008), "Schelling versus Hegel" (London : Ashgate, 2007) et "Masacarade : le jugement de Slobodan Milosevic ou la Corruption de la Justice Internationale" (London : Pluto Press, 2007).

Natalya Narochnitzkaya est une ancienne membre du Parlement russe. Ex vice-présidente du Comité des Affaires Etrangères et ancienne membre de la délégation parlementaire russe auprès du Conseil Européen de 2003 à 2009. Docteur en Histoire, elle est présidente de la "Foundation for Historical Outlook " (Fondation pour une perspective historique) à Moscou, un "think-tank" employant 20 personnes et est à la tête de l’Institut de la Démocratie et la Coopération à Paris (Institute of Democracy and Cooperation). Parmi ses livres traduit dans 5 langues, l’on distingue "Que reste-t-il de notre victoire ?" (Paris : Editions des Syrtes, 2008).

Marouene Rhif est un étudiant en deuxième année de thèse à l’université ParisX. Il est spécialisé dans les études de civilisation américaine, et son projet de recherche s’intéresse à la séparation entre politique et religion aux Etats Unis. En 2008, il a obtenu une maitrise en littérature, linguistique et civilisations anglo-saxonnes avec mention très bien. Pour ses études de master, Marouene a suivi des cours portant sur les répercussions sociales du système économique américain sous la direction du Professeur Francis McCollum Feeley. Aujourd’hui, Marouene est recruté comme Attaché Temporaire d’Enseignement et de Recherche à l’Université Joseph Fourier à Grenoble, en parallèle avec ses études doctorales.

Yuri Stulov est à la tête du Département de Littérature mondiale au "Minsk State Linguistics University", il préside le Conseil de la "Belorussian Association for American Studies’, représente cette dernière dans la "European Association for American Studies", est président de l’Association Biélorusse des enseignants d’anglais et est est aussi l’éditeur de "American and European Studies Yearbook" , publié depuis 1995. En 2005, il obtint le prix "Distinguished Leadership Award" de l’Université du Minnesota, aux Etats-Unis. Il obtint les bourses de IREX et Fulbright pour entamer une recherche aux USA. Ce dernier prit par à de nombreuses conférences académiques en Europe et en Amérique du Nord avec des exposés traitant de différents aspects de la culture et de la litérature américaines contemporaines. Yuri Stulov est l’auteur de plus de 150 articles, de maintes conférences, revues de presse, et d’ ouvrages scolaires pour étudiants de litératures britannique et américaine, et des pays avoisinants. Actuellement, il termine un livre sur la fiction Afro-Américaine contemporaine.

URL de cet article 12984
   
Même Thème
SIN EMBARGO - Paroles Cubaines contre le blocus (livre PDF)
Viktor DEDAJ
Recueil d’une série d’interview effectuées à Cuba. Différentes personnalités parlent de leur expérience personnelle du blocus des Etats-Unis contre Cuba - et parfois aussi d’autres choses. Publiés à l’origine dans une série d’articles, les textes ont été regroupés dans un document unique téléchargeable. Bonne lecture. V. Dedaj Le Grand Soir POUR TELECHARGER, VOIR LIEN CI-DESSOUS :
Agrandir | voir bibliographie

 

"Je ne sais pas."

Secrétaire d’Etat des Etats-Unis Colin Powell.
Interrogé pour savoir s’il aurait été favorable à une invasion de l’Irak
en sachant de ce dernier ne possédait pas d’armes de destruction massive.


« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.