RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Julian Assange seul face au silence médiatique

Il était une fois un informaticien lanceur d’alerte qui, avec une poignée de cyber-activistes, avait fondé un média d’information – Wikileaks – révélant au monde entier des crimes de guerre, des intrigues géopolitiques et des stratégies d’espionnages de grande ampleur.

Il était une fois Julian Assange.

Aujourd’hui, l’informaticien vit reclus dans l’ambassade d’Équateur à Londres. Il ne peut ni sortir – il serait immédiatement arrêté par la police britannique et probablement extradé vers les États-Unis où une lourde peine de prison l’attend –, ni rester indéfiniment dans l’ambassade car ses conditions « d’hébergement » sont délétères (pièce exiguë, sans lumière du jour, visites restreintes) et sa santé se dégrade – d’ailleurs l’Équateur a prévenu : si l’examen de santé est négatif, il devra de toute façon quitter l’ambassade pour se faire soigner dans un hôpital.

Mais qu’est-il reproché au juste à Julian Assange ? Simplement d’avoir dévoilé des faits réels. Et il l’a fait en prenant des risques.

De nombreux médias – sans prendre de risque, eux – ont relayé les principaux faits publiés par WikiLeaks. Par exemple ceux-ci :

- Du 1er janvier 2004 au 31 décembre 2009, la guerre en Irak a fait environ 110 000 morts irakiens pour cette période, dont 66 000 civils, et les troupes américaines auraient livré plusieurs milliers d’Irakiens à des centres de détention pratiquant la torture.

- Dans le camp de Guantánamo, plus de 150 innocents d’origine afghane et pakistanaise ont été détenus des années.

- Trois présidents français, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande, ont été espionnés sur écoutes par la NSA (National Security Agency).

- Etc.

Pourtant, certains de ces mêmes médias et quelques partis de gauche (en particulier les Démocrates aux États-Unis) se focalisent sur une révélation faite par Wikileaks : la publication des emails piratés de la campagne de Hillary Clinton. « Estimant que cette affaire a favorisé les desseins russes et l’élection de M. Trump, rapporte Serge Halimi dans Le Monde Diplomatique [1], [la gauche] oublie que WikiLeaks a alors dévoilé les manœuvres de la candidate démocrate pour saboter la campagne de M. Bernie Sanders durant les primaires de leur parti. À l’époque, les médias du monde entier ne s’étaient pas privés de reprendre ces informations, comme ils l’avaient fait pour les précédentes, sans pour autant que leurs directeurs de publication soient assimilés à des espions étrangers et menacés de prison. »

Les cyber-militants auraient en creux contribué à la défaite du camp Clinton au profit de Trump… Pourtant ces révélations étaient des faits réels, objectifs, qui ne servaient que la vérité. Des « vraies informations », en somme.

Pas des « fake news » comme celles par exemple diffusées par le très sérieux Guardian en Grande Bretagne. En effet, le quotidien – plutôt classé à gauche, et dont le travail aux côtés des lanceurs d’alerte (comme avec Edward Snowden) avait été jusqu’alors irréprochable – s’est fait le relai d’une rumeur : l’ancien directeur de campagne de Donald Trump, Paul Manafort, aurait visité secrètement Assange à trois reprises à l’ambassade de l’Équateur à Londres. Or les faits sont troubles, et l’affaire vaseuse. Rapidement démentie – preuves à l’appui – par les deux intéressés, le quotidien britannique rétropédale et propose une version plus évasive sur son site Internet concernant la véracité de ces informations. Mais c’est trop tard, car cette « rumeur » a déjà fait des petits dans la presse française – puisque l’emploi du conditionnel n’est même pas d’usage pour certains médias (« Manafort, le directeur de campagne de Trump, a rencontré secrètement Assange » pour L’Obs) – et internationale.

Condamné d’avance par les différents gouvernements de son pays d’origine – l’Australie –, assuré de finir ses jours au fond d’une geôle aux États-Unis, menacé d’être lâché par le nouveau pouvoir en Equateur (un temps soutenu par Rafael Correa, il ne fait pas – du tout - l’unanimité auprès du nouveau gouvernement), il est honni par la Grande Bretagne (embarrassée de sa présence sur son territoire) et l’Espagne (puisqu’il a soutenu l’indépendance de la Catalogne) [2]… Pis, Assange est aujourd’hui oublié par ceux qui ont relayé les informations de WikiLeaks depuis une douzaine d’années et ne peut désormais compter que sur une poignée de soutiens dans le monde.

À travers lui, ce sont les conditions d’existence même des lanceurs d’alerte qui sont en jeu aujourd’hui : leurs conditions d’expression – toujours contraintes – et leurs protections contre les poursuites ou les persécutions – toujours restreintes.

Accepter cela, et les laisser vivre ainsi, revient à accepter qu’un pays seul puisse dicter à ses alliés et au monde entier quelles sont les « bonnes » et les « mauvaises » informations.

Tous ces lanceurs d’alerte ont-t-ils eu raison de révéler au monde les systèmes d’espionnage intrusif et mondialisé mis en place par les États-Unis, les comptes détaillés des grandes entreprises implantées dans les paradis fiscaux, les crimes de guerre non punis, etc. ?

Oui. Ils ont eu raison. Et les faire taire ne nous empêchera pas de les soutenir. Au contraire.

Il était une fois un informaticien lanceur d’alerte qui, avec une poignée de cyber-activistes, avait fondé un média d’information – WikiLeaks – révélant au monde entier des crimes de guerres, des intrigues géopolitiques et des espionnages de grande ampleur.

Il était une fois Julian Assange.

Mathias Reymond

»» https://www.acrimed.org/Julian-Assange-seul-face-au-silence-mediatique
URL de cet article 34310
  
Communication aux lecteurs
JULIAN ASSANGE : Le documentaire "Hacking Justice" à Paris

Le 17 novembre à 20h
au cinéma Espace St Michel
7 Pl St Michel, Paris 75005

Les Amis du Monde Diplo & Les Mutins de Pangée organisent une projection du film "Hacking Justice Julian Assange" de Clara Lopez Rubio et Juan Pancorbo suivie d’un débat avec la réalisatrice.

Même Thème
In Defense of Julian Assange
"This book shows why the Julian Assange case is one of the most important press freedom cases of this century or any other century."—James C. Goodale, former Vice Chairman and General Counsel of The New York Times. “I think the prosecution of him [Assange] would be a very, very bad precedent for publishers … from everything I know, he’s sort of in a classic publisher’s position and I think the law would have a very hard time drawing a distinction between The New York Times and WikiLeaks.” (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La provocation est une façon de remettre la réalité sur ses pieds.

Bertolt Brecht

Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube (...)
22 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.