Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


L’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe demande la "libération rapide" d’Assange

L’amendement au rapport sur les menaces pour la liberté des médias et la sécurité des journalistes en Europe préparé par Lord Foulkes, un collègue travailliste, est adopté à l’unanimité

Foulkes déclare à l’Assemblée que lui et ses collègues "ne veulent pas voir Julian Assange extradé aux Etats-Unis pour passer des siècles en prison".

Des parlementaires de toute l’Europe se rendront à Londres pour suivre l’audience d’extradition le mois prochain

L’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) a appelé les Etats membres à s’opposer à l’extradition du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, vers les Etats-Unis et à décider qu’il "doit être rapidement libéré". Assange lutte contre l’extradition vers les États-Unis dans le cadre d’une poursuite sans précédent en vertu de la loi sur l’espionnage pour activité journalistique. Son audience d’extradition s’ouvre à la Cour de la Couronne de Woolwich à Londres le 24 février 2020.

L’appel a été lancé mardi soir lors d’un débat sur les Menaces pour la liberté des médias et la sécurité des journalistes en Europe, qui s’est conclu par l’adoption officielle d’un rapport préparé par son homologue travailliste britannique Lord Foulkes.

Dans sa présentation à l’Assemblée, Lord Foulkes a souligné l’importance de la Plate-forme du Conseil de l’Europe pour la promotion de la protection et de la sécurité des journalistes. Le 3 janvier, une alerte urgente sur l’affaire Assange a été soumise à la plate-forme par la FIJ et la FEJ.

Foulkes a déclaré à l’Assemblée qu’il était heureux d’accepter un amendement sur l’affaire Assange car lui et ses collègues de la Commission de la culture, de la science, de l’éducation et des médias de l’APCE "ne veulent pas voir Julian Assange extradé aux États-Unis pour passer des siècles en prison".

La résolution adoptée à l’unanimité par l’Assemblée appelle les États membres à favoriser un environnement médiatique positif et souligne le traitement de M. Assange comme une menace pour la liberté des médias :

"[Les Etats membres devraient] considérer que la détention et les poursuites pénales de M. Julian Assange constituent un dangereux précédent pour les journalistes, et se joindre à la recommandation du Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants qui a déclaré, le 1er novembre 2019, que l’extradition de M. Assange vers les Etats-Unis doit être interdite et qu’il doit être rapidement libéré".

Bien que le rapport n’ait pas de force contraignante, il augmente la pression sur le gouvernement britannique pour qu’il réponde aux préoccupations internationales concernant Assange. Depuis le 22 septembre 2019, Assange est détenu dans la prison de Belmarsh uniquement pour les besoins de la demande d’extradition américaine. Il a récemment été transféré de l’aile médicale de Belmarsh, où il a été maintenu en isolement pendant plus de six mois. Lors de récentes comparutions devant le tribunal, les avocats d’Assange se sont plaints de ne pas avoir eu un accès adéquat à leur client.

Andrej Hunko, membre du Bundestag et de l’APCE, a déclaré :

"Après Brexit, le Royaume-Uni sera toujours lié par la Convention européenne des droits de l’homme et la Cour européenne des droits de l’homme. Elles constituent la dernière garantie du droit de Julian Assange à un procès équitable et à l’interdiction de la torture et des traitements inhumains qui sont menacés dans le processus en cours et qui seraient fondamentalement violés en cas d’extradition vers les États-Unis".

Lors d’un événement parallèle organisé par l’APCE lundi, le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture, Nils Melzer, a critiqué le fait que le Royaume-Uni, les Etats-Unis et la Suède n’aient pas donné suite à ses conclusions selon lesquelles Assange présentait tous les symptômes de la torture psychologique. Regis Brillat, du Comité européen pour la prévention de la torture (CPT), a noté que le recours à l’isolement devrait être fréquemment réexaminé et ne pas être utilisé pendant de longues périodes. Antony Bellanger, de la Fédération internationale des journalistes, et John Shipton, le père d’Assange, ont également pris la parole lors de la réunion, qui était accueillie par Andrej Hunko.

Le sénateur Gianni Marilotti, qui dirige l’intergroupe parlementaire italien chargé de suivre l’affaire Assange, a déclaré à la réunion que

"Nous devrions être surpris et d’une certaine manière indignés par le silence prudent gardé par certains Etats non seulement sur la situation de Julian Assange mais aussi sur les faits révélés par lui grâce au travail de Wikileaks.

"Ce silence semble autoriser ou soutenir le comportement des États-Unis et du Royaume-Uni à l’égard d’un individu qui est apparemment privé du droit de préparer sa défense ainsi que de son droit à des conditions psychologiques et physiques dignes".

Plus de 25 représentants élus de toute l’Europe ont déjà décidé de suivre les procédures d’extradition et des délégations d’Allemagne, d’Italie et du Parlement européen se rendront à Londres le mois prochain.

Julian Assange a été accusé dans le district Est de la Virginie de 17 chefs d’accusation en vertu de la loi sur l’espionnage de 1917, tous liés aux publications de WikiLeaks de 2010-2011. Il fait également face à une autre accusation de conspiration liée à des communications de journalistes. EDVA est un district judiciaire situé dans la grande région métropolitaine de Washington DC.

traduction "Non Julian, t’es pas tout seul" par VD pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

»» https://bridgesforfreedom.media/council-of-europes-parliamentary-assem...
URL de cet article 35642
   

Même Thème
In Defense of Julian Assange
"This book shows why the Julian Assange case is one of the most important press freedom cases of this century or any other century."—James C. Goodale, former Vice Chairman and General Counsel of The New York Times. “I think the prosecution of him [Assange] would be a very, very bad precedent for publishers … from everything I know, he’s sort of in a classic publisher’s position and I think the law would have a very hard time drawing a distinction between The New York Times and WikiLeaks.” (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Si le Président se présente devant le Peuple drapé dans la bannière étoilée, il gagnera... surtout si l’opposition donne l’impression de brandir le drapeau blanc de la défaite. Le peuple américain ne savait même pas où se trouvait l’île de la Grenade - ce n’avait aucune importance. La raison que nous avons avancée pour l’invasion - protéger les citoyens américains se trouvant sur l’île - était complètement bidon. Mais la réaction du peuple Américain a été comme prévue. Ils n’avaient pas la moindre idée de ce qui se passait, mais ils ont suivi aveuglement le Président et le Drapeau. Ils le font toujours ! ».

Irving Kristol, conseiller présidentiel, en 1986 devant l’American Enterprise Institute

Le 25 octobre 1983, alors que les États-Unis sont encore sous le choc de l’attentat de Beyrouth, Ronald Reagan ordonne l’invasion de la Grenade dans les Caraïbes où le gouvernement de Maurice Bishop a noué des liens avec Cuba. Les États-Unis, qui sont parvenus à faire croire à la communauté internationale que l’île est devenue une base soviétique abritant plus de 200 avions de combat, débarquent sans rencontrer de résistance militaire et installent un protectorat. La manoeuvre permet de redorer le blason de la Maison-Blanche.

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.