Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

10 

Réflexions sur l’importance de la liberté d’expression pour ceux qui ne la comprennent pas.

D’abord en partant de mon cas personnel puis en généralisant.

Depuis que j’ai écrit La République des censeurs (bientôt rééditée en version complétée), et même avant, j’ai été régulièrement censuré ou boycotté, par exemple pour parler de physique (à Nice en mai dernier) ou de philo des sciences (dans un département de physique il y a quelques années) ou à la fête de l’Huma en 2012, sur l’impérialisme humanitaire, sous pression de menaces physiques. Récemment un débat sur les médias en Belgique a été annulé faute de contradicteurs et un autre « débat » sur ce sujet aura lieu en février avec moi seul parce qu’il est impossible de me trouver un contradicteur.

Concernant mon séminaire de Physique annulé à Nice, une lettre de protestation a été rédigée par mon ami Alan Sokal et signée par diverses personnalités prestigieuses dont Noam Chomsky, Richard Dawkins, Steven Pinker, Steven Weinberg et, en France, par Gerald Bronner et Peggy Sastre. Sa publication a été refusée par Le Monde, Le Figaro, Le Point, Marianne et Mediapart. Pense-t-on sérieusement que cela se serait passé ainsi pour quelqu’un réprimé pour des opinions, disons, « islamophobes » ?

Si ce que je dis sur les médias (en gros, ce que disent Herman et Chomsky) est si horrible, ou idiot, pourquoi ne pas renforcer la crédibilité de ces médias (qui en ont bien besoin) en réfutant publiquement mes arguments ?

Des gens qui « luttent contre la haine » diffament ma page Facebook en prétendant qu’on y trouvait un lien à un chant antisémite, mis en commentaire (c’est-à-dire pas par moi) et qui ne s’y est même jamais trouvé. Si ma page est si monstrueuse, pourquoi ne pas se limiter à critiquer ce qui s’y trouve réellement ?

Toute cette censure est faite évidemment au nom de la « lutte » contre le fascisme ou le racisme ou l’antisémitisme.

Mes réflexions :

- D’abord je suis heureux d’apprendre (parfois de la bouche même de ceux qui me censurent) que je fais partie du « groupe dominant » dans la société : blanc, européen, mâle, hétéro, d’origine chrétienne. Mais, si nous sommes si dominants, comment se fait-il que nous ne pouvions pas nous exprimer même de façon marginale ? Je dis « nous » parce que je pourrais donner quantité d’autres exemples de gens de mon «  groupe » bien plus censurés que moi.

- Je défie quiconque de trouver dans ce que je dis ou écris une seule remarque sur les groupes humains (ethnie, religion etc.) en tant que tels et, a fortiori, d’incitations à la haine contre un groupe quelconque (or c’est là la justification de la censure). Je me limite à critiquer des idées, des politiques (principalement la propagande de guerre, la censure qui l’accompagne, la construction européenne, l’atlantisme etc.), et parfois des individus. Si certains individus se voient eux-mêmes comme membres d’un « groupe » et se sentent visés parce que je critique d’autres membres de leur groupe, c’est eux qui sont tribalistes, pas moi.

- Fondamentalement cette censure m’indiffère. Et mon but ici n’est pas de verser dans la pleurniche, si courante parmi ceux qui luttent contre le racisme ou l’antisémitisme. Je peux m’exprimer en anglais, par exemple sur RT international, ou en dehors de France et de Belgique, sur divers sujets. En plus, la politique est très marginale dans ma vie.

- Ce qui devient intéressant dans cette censure, c’est qu’elle s’attaque à quelqu’un qui n’est RIEN. Je n’ai aucune ambition politique, aucune organisation, et aucun parti ne voudrait de moi, sauf l’UPR, qui se situe au dessus de ces querelles absurdes.

- Mais supposons qu’au lieu d’être un physicien pensionné je sois un journaliste, un politicien ambitieux (pléonasme !) ou un « chercheur » dans les disciplines idéologiques : philo, histoire, sciences humaines. Pensez-vous que je dirais le tiers du quart de ce que je dis ?

-  Et c’est bien ça le rôle et l’importance de la censure à mon égard (et de bien d’autres personnes ayant des opinions hétérodoxes) : si on peut écraser un petit Jean Bricmont qui n’est RIEN, que pensez-vous qui va vous arriver si vous voulez faire carrière dans le journalisme, la politique ou les universités ?

C’est le principe des « fusillés pour l’exemple ».

- Une fois qu’on comprend cela, il n’y a pas besoin d’invoquer les méchants capitalistes pour expliquer nos politiques étrangères absurdes : le flot constant d’argent des EU vers Israël, nos guerres sans fin au Moyen Orient, le fait de soutenir et d’armer les djihadistes qui nous tuent à Paris, Londres ou Bruxelles, le fait de recevoir Guaido qui n’est plus rien même au Venezuela, notre hostilité (carrément raciste en fait) par rapport aux Russes, aux Chinois etc.

- On remarquera que, sur la plupart des sujets que j’aborde et qui mènent à mon « infréquentabilité » , la gauche même radicale se tait ou est super-prudente, dans le meilleur des cas (par exemple en disant : « pas de guerre avec l’Iran » , mais sans jamais discuter du rôle d’Israël dans ce conflit) ou suit le discours dominant (pour les guerres en Libye ou en Syrie) dans le pire. Mais ainsi ils passent dans les médias.

- Ceci dit, je pense qu’en fait pas mal de politiciens ou d’intellectuels ou même de journalistes sont d’accord avec moi, en privé. Mais gare à celui qui osera le dire publiquement.

- Pour moi, c’est là qu’est le vrai déclin de l’Occident : ni les détails genre mariage pour tous comme le pense l’extrême-droite, ni les arnaques diverses de capitalises véreux comme le pense l’extrême-gauche, qui sont intrinsèques au système capitaliste, mais la suppression de l’esprit critique.

- C’est cet esprit qui a fait notre force dans le passé, pour le meilleur et pour le pire, et nous ne sortirons pas de notre déclin si nous ne le ressuscitons pas.

Jean Bricmont

URL de cet article 35636
   
Même Auteur
Impérialisme humanitaire. Droits de l’homme, droit d’ingérence, droit du plus fort ?
Jean BRICMONT
Jean Bricmont est professeur de physique théorique à l’Université de Louvain (Belgique). Il a notamment publié « Impostures intellectuelles », avec Alan Sokal, (Odile Jacob, 1997 / LGF, 1999) et « A l’ombre des Lumières », avec Régis Debray, (Odile Jacob, 2003). Présentation de l’ouvrage Une des caractéristiques du discours politique, de la droite à la gauche, est qu’il est aujourd’hui entièrement dominé par ce qu’on pourrait appeler l’impératif d’ingérence. Nous sommes constamment appelés à défendre les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Depuis 1974 en France, à l’époque du serpent monétaire européen, l’État - et c’est pareil dans les autres pays européens - s’est interdit à lui-même d’emprunter auprès de sa banque centrale et il s’est donc lui-même privé de la création monétaire. Donc, l’État (c’est-à -dire nous tous !) s’oblige à emprunter auprès d’acteurs privés, à qui il doit donc payer des intérêts, et cela rend évidemment tout beaucoup plus cher.

On ne l’a dit pas clairement : on a dit qu’il y avait désormais interdiction d’emprunter à la Banque centrale, ce qui n’est pas honnête, pas clair, et ne permet pas aux gens de comprendre. Si l’article 104, disait « Les États ne peuvent plus créer la monnaie, maintenant ils doivent l’emprunter auprès des acteurs privés en leur payant un intérêt ruineux qui rend tous les investissements publics hors de prix mais qui fait aussi le grand bonheur des riches rentiers », il y aurait eu une révolution.

Ce hold-up scandaleux coûte à la France environ 80 milliards par an et nous ruine année après année. Ce sujet devrait être au coeur de tout. Au lieu de cela, personne n’en parle.

Etienne Chouard


Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.