RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Censure

Facebook nomme un censeur israélien (qui a incité au génocide des Palestiniens) à son conseil de surveillance (The Electronic Intifada)

Tamara Nassar
Facebook a engagé l'ancienne directrice générale du ministère de la justice israélien comme membre de son nouveau conseil de surveillance. Cet organe déterminera effectivement les contenus à censurer ou à autoriser sur la plateforme de médias sociaux. Emi Palmor a dirigé le ministère de la justice de 2014 qu'elle ait été démise de ses fonctions l'année dernière. Sous sa direction, le ministère israélien de la justice "a demandé à Facebook de censurer le discours légitime des défenseurs des droits de l'homme et des journalistes parce qu'il était jugé politiquement indésirable", ont déclaré ce mois-ci des groupes de la société civile palestinienne. Les groupes ont condamné la sélection de Palmor par Facebook, mettant en garde contre son rôle potentiel dans le musellement de la liberté d'expression et la censure des défenseurs des droits de l'homme, en particulier les voix palestiniennes, arabes et musulmanes sur la plateforme. La Palestine Digital Rights Coalition, le Conseil des organisations palestiniennes (...) Lire la suite »

Le voile de l’hypocrisie ne pourra jamais couvrir le visage de l’intimidation

YISHUANG LIU
Depuis quelque temps, sur la base d'une mentalité de guerre froide et de préjugés idéologiques, les États-Unis ont adopté diverses mesures restrictives et discriminatoires à l'encontre des agences de presse chinoises et de leur personnel aux États-Unis, et ont récemment intensifié leur répression politique des agences de presse chinoises présentes sur leur territoire. Les mesures correspondantes prises par la Chine sont une réponse légitime et nécessaire aux actions des États-Unis visant à s'attaquer indûment depuis longtemps déjà aux agences de presse chinoises aux États-Unis. Cependant, certains médias étasuniens, inversant le noir et le blanc et confondant le bien et le mal, ont pointé du doigt les contre-mesures prises par la Chine tout en fermant les yeux sur la répression politique menée par leur propre pays sur les agences de presse chinoises aux États-Unis. Le triste spectacle donné par certaines personnes aux États-Unis a en outre montré à quel point le soi-disant principe de « liberté de la (...) Lire la suite »

Les historiens n’ont plus accès aux archives de 39-45, leurs travaux sont menacés

Jean-Marc BERLIERE
3 février 2020/Réseau International Jean-Marc Berlière, professeur d’histoire contemporaine et spécialiste de la police française, s’inquiète de la fermeture des archives de la défense. Dans ces conditions, les historiens ne peuvent accéder aux fonds concernant la Seconde Guerre mondiale. Le président François Hollande avait permis la libre consultation de ces archives après un gros travail des historiens en ce sens. Une façon, avait-il dit, de lutter contre le révisionnisme, l’altération de la mémoire, l’oubli, l’effacement. Déjà, sous Lionel Jospin en 1999, les choses évoluaient. En 2015, l’ouverture au grand public a permis à des amateurs, qui ne sont pas historiens de formation, de progresser dans la connaissance de cette période. Cela a multiplié les études locales. C’est aussi une façon de faire avancer la démocratie. Depuis le début de l’année, on note de grosses difficultés pour obtenir les documents aux archives, notamment au Service historique de la Défense, à Vincennes. Ce centre incontournable (...) Lire la suite »

Réflexions sur l’importance de la liberté d’expression pour ceux qui ne la comprennent pas.

Jean BRICMONT
D’abord en partant de mon cas personnel puis en généralisant. Depuis que j’ai écrit La République des censeurs (bientôt rééditée en version complétée), et même avant, j’ai été régulièrement censuré ou boycotté, par exemple pour parler de physique (à Nice en mai dernier) ou de philo des sciences (dans un département de physique il y a quelques années) ou à la fête de l’Huma en 2012, sur l’impérialisme humanitaire, sous pression de menaces physiques. Récemment un débat sur les médias en Belgique a été annulé faute de contradicteurs et un autre « débat » sur ce sujet aura lieu en février avec moi seul parce qu'il est impossible de me trouver un contradicteur. Concernant mon séminaire de Physique annulé à Nice, une lettre de protestation a été rédigée par mon ami Alan Sokal et signée par diverses personnalités prestigieuses dont Noam Chomsky, Richard Dawkins, Steven Pinker, Steven Weinberg et, en France, par Gerald Bronner et Peggy Sastre. Sa publication a été refusée par Le Monde, Le Figaro, Le Point, Marianne et Mediapart. (...) Lire la suite »
10 

Macron crée un droit de censure policière sur les sites internet

Jean-Luc MELENCHON
Mercredi 22 janvier, la majorité LREM a adopté en seconde lecture la proposition de loi Avia visant soi-disant à lutter contre la haine sur internet. En juillet dernier, j’avais défendu une motion de rejet contre ce texte. En effet, derrière des intentions apparement louables, il ouvre la possibilité de pratiques dangereuses sur les réseaux sociaux, notamment la censure privée. Déjà, l’intervention des multinationales du numérique dans la vie politique est une réalité. En 2019, Facebook avait coupé la canal WhatsApp de Podemos en pleines élections générales en Espagne. En 2018, un changement dans l’algorithme de recherche de Google aux Etats-Unis avait pénalisé grossièrement les sites internet de gauche et anti-impérialistes. Mais la seconde version de ce texte comporte une disposition plus grave encore. Le gouvernement a utilisé ce texte pour donner à la police un pouvoir arbitraire et absolu de censure sur internet. Et cela sans crier gare et en dernière minute ; il a proposé un amendement incroyable. (...) Lire la suite »

"Incitation" et "indécence" : Comment la dissidence palestinienne est réprimée en ligne (+972 Magazine)

Marwa Fatafta

La censure de la communication palestinienne par Israël, l’Autorité palestinienne et le Hamas augmente à une vitesse inquiétante.

Le 11 octobre 2019, Facebook a fermé, sans préavis, la page du Centre d’information palestinien, une page suivie par cinq millions de personnes. Six jours plus tard, à la demande du procureur général de l’Autorité palestinienne (AP), le tribunal de Ramallah a ordonné le blocage de 59 sites Internet sous prétexte qu’ils menaçaient « la sécurité nationale, l’ordre public et les bonnes mœurs ». Peu après – et, ironiquement, le matin même de la Journée internationale pour en finir avec l’impunité des crimes contre les journalistes – Twitter a bloqué trois comptes du Réseau d’information de Quds News, un média palestinien indépendant qui a un large public en ligne. Metras, un autre site Web palestinien figurant sur la liste noire de l’Autorité palestinienne, a indiqué que beaucoup de ses posts sur Facebook avaient été fait l’objet d’un signalement et été supprimés, et qu’il avait été averti que sa page pourrait être fermée. WhatsApp, l’application de messagerie qui appartient désormais à Facebook, a également bloqué (...) Lire la suite »

Facebook supprime le compte Sayed Hasan et toutes ses pages

Sayed Hasan

Encore une source importante qui disparaît... Un des rares sites à nous fournir des opinions en provenance du Moyen-Orient autres que celles des attachés de presse d’Israël... - LGS

Au mois de janvier, Facebook a procédé à la suppression de ma page Resistance News Unfiltered (plus de 6000 abonnés), qui diffusait mes contenus anti-sionistes et anti-impérialistes traduits en anglais (discours de Hassan Nasrallah, Bachar al-Assad, Vladimir Poutine, Ali Khamenei, articles de Norman Finkelstein ou Jonathan Cook, etc.). Ce jour, le 18 mai 2019, Facebook a supprimé ma page Le Cri des peuples (plus de 9000 abonnés, encore visible en cache) qui les diffusait en français et ma page en anglais que je venais de recréer. Mon compte personnel lui-même a été supprimé, sans qu’il n’en reste aucune trace (même mes amis ne peuvent plus me retrouver dans leur liste de contacts). Et tout cela a sans la moindre notification ou explication, ni même aucun avertissement préalable. La boucle est bouclée : après avoir été déclaré persona non grata sur Youtube (suppression de ma chaîne de près de 10 000 abonnés et plus de 6 millions de vues en décembre 2017), Hassan Nasrallah est donc définitivement banni de (...) Lire la suite »

Tsahal censure un article sur l’armement par l’armée israélienne de groupes rebelles en Syrie

RT France

Le directeur de la publication du Jerusalem Post confirme que l'armée israélienne a exigé et obtenu, pour « des raisons évidentes de sécurité », la dépublication d'un article relatant l'aide militaire fournie par Tsahal à des rebelles en Syrie.

L'armée israélienne a bel et bien demandé au Jerusalem Post de retirer de son site internet une information pour le moins explosive : selon le quotidien israélien, Tsahal aurait fourni des armes à des rebelles syriens. Interrogé par RT, l'un des responsables éditoriaux du journal israélien a confirmé que l'armée était intervenue. « Le censeur militaire de l'armée nous a demandé de retirer cette partie de l'histoire », explique David Brinn, directeur de la publication du Jerusalem Post. L'article en question, toujours accessible par le cache des moteurs de recherche quelques heures après sa dépublication avant d'être entièrement supprimé, s'intitulait : « L'armée israélienne confirme : Israël a fourni des armes légères a des rebelles syriens. » David Brinn invoque « des raisons évidentes de sécurité » pour justifier sa dépublication. Quant à l'armée israélienne, elle se refuse pour l'heure à tout commentaire. Cet article, quelque peu gênant pour l'Etat hébreux, affirme que l'armée israélienne a procédé à des (...) Lire la suite »

A l’intérieur de WikiLeaks : Travailler avec l’éditeur qui a changé le monde (Consortium News)

Stefania MAURIZI

La journaliste italienne Stefania Maurizi a travaillé avec WikiLeaks pendant neuf ans sur les courriels de Podesta et autres révélations. Voici le point de vue d’une initiée de l’éditeur qui a contrarié les dirigeants du monde entier qui cherchent désespérément à cacher leur corruption.

Réduit au silence et coupé du monde extérieur, Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, est confiné à l'ambassade d'Equateur à Londres depuis six ans, sans accès à la lumière du soleil, à l'air frais ou à un traitement médical approprié. De plus, en mars dernier, le gouvernement équatorien du président Lenin Moreno lui a coupé l'accès à Internet, aux appels téléphoniques et même aux visiteurs et aux journalistes. Pour un homme qui est déjà confiné à l'ambassade depuis si longtemps, ces restrictions sont particulièrement sévères. J'ai commencé à travailler en tant que partenaire média de WikiLeaks en 2009, avant qu'Assange et WikiLeaks ne publient des bombes telles que la vidéo "Collateral Murder". Au cours des neuf dernières années, je me suis associée à WikiLeaks au nom de mon journal, le quotidien italien La Repubblica pour travailler sur les e-mails Podesta et de nombreux autres fichiers secrets, à l'exception de ceux que WikiLeaks a publiés sans partenaires médiatiques : les e-mails DNC (Parti Démocrate), les (...) Lire la suite »

La guerre contre Assange est une guerre contre la liberté de la presse (Truth Dig)

Chris HEDGES
Le refus des grands médias à défendre Julian Assange, emprisonné à l'ambassade d'Equateur à Londres depuis 2012, qui se voit refuser toute communication avec le monde extérieur depuis mars et qui semble menacé d'expulsion et d'arrestation imminente, est incroyable. L'extradition de l'éditeur - l'objectif maniaque du gouvernement américain - créerait un précédent juridique qui criminaliserait toute surveillance ou enquête journalistique de l'État corporatiste. Les fuites et les dénonciations deviendraient des actes de trahison. Les actions des élites mondiales au pouvoir seraient entourées du plus grand secret. Si Assange est extradé vers les États-Unis et condamné, le New York Times, le Washington Post et tous les autres médias, aussi réticente que soit leur couverture de l'État corporatiste, seraient soumis à la même censure draconienne. En vertu du précédent établi, la Cour suprême de Donald Trump confirmerait avec enthousiasme l'arrestation et l'emprisonnement de tout éditeur, rédacteur en chef ou (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30