RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
10 

Apprendre à écouter

Il faut se faire à l’idée, s’en imprégner même, que nous baignons (comme ceux d’en face) dans une mélasse politico-médiatico-militaire qui a choisi son camp et qui nous est imposée. Si certains prétendent nous épargner la propagande "ennemie", notre tâche à nous - comme service rendu à nous-mêmes, à notre prochain, à l’humanité même - est de s’en protéger et de contrer la seule propagande sur laquelle nous aurions éventuellement un effet : la nôtre.

Être en désaccord avec une analyse ou une opinion est une chose. Applaudir un camp belligérant, comme on applaudirait au balcon des soignants, en est une autre. Il y a ceux qui le comprennent et ceux qui ne le comprennent pas - ou qui font semblant de ne pas le comprendre.

A mon poste d’observation, je n’ai pas une infinité d’options. Me désintéresser de la chose serait le plus facile, mais je laisse ça à d’autres. Accompagner le mouvement de foule autour de moi, m’indigner en choeur avec elle, comme si c’était pour moi aussi la première fois, me vaudrait probablement plus d’amis. Mais il y a des associations de loisirs ou des clubs de rencontres pour ça. Tenter de faire oeuvre d’objectivité en présentant les arguments des deux camps ? Ca, c’est la position que certains considéreraient comme la plus noble. Mais j’ai un problème avec ça. Quand 99,5% de l’information diffusée va dans un seul sens, je ne vois pas en quoi je serais utile à consacrer la moitié de mon temps à en rajouter à ces 99,5%... C’est mathématique. Lorsqu’une balance est totalement déséquilibrée, on ne la rééquilibre pas en posant 50g sur un plateau et 50g sur l’autre : le déséquilibre reste le même. Alors on surcharge de l’autre côté. Par réflexe, par principe, par - oui - éthique. Un geste simple et naturel qui est systématiquement interprété comme un ralliement ou un parti-pris.

Pour être honnête, il arrive que dans mon for intérieur ce soit le cas. Mais ce n’est souvent qu’une coïncidence, un alignement des planètes, l’utile joint à l’agréable. Le fin mot de l’histoire étant un service à notre droit de savoir, à notre droit de TOUT savoir : ce que déclare Bachar Al Assad, ce que dit Lavrov, ce qui anime le Hezbollah, ce que crie la Palestine. C’est fou à quel point la censure est devenue l’apanage de gens qui se prétendent "raisonnables".

Ouais... Il arrive que cela écorche des oreilles, que ça pique des yeux. Pour information, il existe des bouchons pour les premières et des mouchoirs pour les seconds. Personnellement, je ne les emploie respectivement qu’aux concerts de Rock (on vieillit) et aux enterrements (on vieillit).

Mais l’information, la vraie, celle que l’on va chercher avec les dents, c’est comme la musique : personne ne me dictera ce que je peux écouter. Et si je préfère les Beatles, il m’arrive aussi d’écouter du Beethoven, ne serait-ce que pour voir si je n’aurais pas raté quelque chose au passage. Car comme souvent pour la musique qui résiste au temps, dont on ne se lasse pas, dont on découvre parfois plus tard des qualités, ce n’est pas forcément à la première écoute qu’on l’apprécie. Mais qu’on peut aussi ne pas forcément l’apprécier mais simplement arriver à la comprendre. Et rien que pour ça, ce petit "plus" dans ma vie, je suis prêt à mordre la main qui s’approcherait de l’interrupteur de ma chaîne hi-fi. Je suis plutôt gentil, mais faut pas déconner non plus.

Viktor DEDAJ
mélomane du monde qui nous entoure

URL de cet article 37918
  

Même Auteur
Cuba sous embargo - paroles cubaines sur le blocus
Viktor DEDAJ
Instauré depuis 1962 par les États-Unis après un échec de l’invasion de l’île, le blocus non seulement pourrit la vie des Cubains mais constitue également une véritable insulte à la communauté internationale, laquelle, dans sa quasi totalité, le condamne chaque année à l’ONU depuis près de trente ans. Cette négation de la souveraineté des États et cette sanctification du droit d’ingérence par l’asphyxie constitue l’un des plus grands scandales de tous les temps. Dans le carnet de bord qu’il tient tout en (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le plus troublant pour moi était la soif de meurtre témoignée par les membres de l’US Air Force. Ils déshumanisaient les personnes qu’ils abattaient et dont la vie ne semblait avoir aucune valeur. Ils les appelaient "dead bastards" et se félicitaient pour leur habilité à les tuer en masse.

Chelsea (Bradley) Manning

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
123 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.