RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
10 

Apprendre à écouter

Il faut se faire à l’idée, s’en imprégner même, que nous baignons (comme ceux d’en face) dans une mélasse politico-médiatico-militaire qui a choisi son camp et qui nous est imposée. Si certains prétendent nous épargner la propagande "ennemie", notre tâche à nous - comme service rendu à nous-mêmes, à notre prochain, à l’humanité même - est de s’en protéger et de contrer la seule propagande sur laquelle nous aurions éventuellement un effet : la nôtre.

Être en désaccord avec une analyse ou une opinion est une chose. Applaudir un camp belligérant, comme on applaudirait au balcon des soignants, en est une autre. Il y a ceux qui le comprennent et ceux qui ne le comprennent pas - ou qui font semblant de ne pas le comprendre.

A mon poste d’observation, je n’ai pas une infinité d’options. Me désintéresser de la chose serait le plus facile, mais je laisse ça à d’autres. Accompagner le mouvement de foule autour de moi, m’indigner en choeur avec elle, comme si c’était pour moi aussi la première fois, me vaudrait probablement plus d’amis. Mais il y a des associations de loisirs ou des clubs de rencontres pour ça. Tenter de faire oeuvre d’objectivité en présentant les arguments des deux camps ? Ca, c’est la position que certains considéreraient comme la plus noble. Mais j’ai un problème avec ça. Quand 99,5% de l’information diffusée va dans un seul sens, je ne vois pas en quoi je serais utile à consacrer la moitié de mon temps à en rajouter à ces 99,5%... C’est mathématique. Lorsqu’une balance est totalement déséquilibrée, on ne la rééquilibre pas en posant 50g sur un plateau et 50g sur l’autre : le déséquilibre reste le même. Alors on surcharge de l’autre côté. Par réflexe, par principe, par - oui - éthique. Un geste simple et naturel qui est systématiquement interprété comme un ralliement ou un parti-pris.

Pour être honnête, il arrive que dans mon for intérieur ce soit le cas. Mais ce n’est souvent qu’une coïncidence, un alignement des planètes, l’utile joint à l’agréable. Le fin mot de l’histoire étant un service à notre droit de savoir, à notre droit de TOUT savoir : ce que déclare Bachar Al Assad, ce que dit Lavrov, ce qui anime le Hezbollah, ce que crie la Palestine. C’est fou à quel point la censure est devenue l’apanage de gens qui se prétendent "raisonnables".

Ouais... Il arrive que cela écorche des oreilles, que ça pique des yeux. Pour information, il existe des bouchons pour les premières et des mouchoirs pour les seconds. Personnellement, je ne les emploie respectivement qu’aux concerts de Rock (on vieillit) et aux enterrements (on vieillit).

Mais l’information, la vraie, celle que l’on va chercher avec les dents, c’est comme la musique : personne ne me dictera ce que je peux écouter. Et si je préfère les Beatles, il m’arrive aussi d’écouter du Beethoven, ne serait-ce que pour voir si je n’aurais pas raté quelque chose au passage. Car comme souvent pour la musique qui résiste au temps, dont on ne se lasse pas, dont on découvre parfois plus tard des qualités, ce n’est pas forcément à la première écoute qu’on l’apprécie. Mais qu’on peut aussi ne pas forcément l’apprécier mais simplement arriver à la comprendre. Et rien que pour ça, ce petit "plus" dans ma vie, je suis prêt à mordre la main qui s’approcherait de l’interrupteur de ma chaîne hi-fi. Je suis plutôt gentil, mais faut pas déconner non plus.

Viktor DEDAJ
mélomane du monde qui nous entoure

URL de cet article 37918
  

Même Auteur
Les Etats-Unis de mal empire : Ces leçons de résistance qui nous viennent du Sud
Danielle BLEITRACH, Maxime VIVAS, Viktor DEDAJ
Présentation de l’éditeur Au moment même où les Etats-Unis, ce Mal Empire, vont de mal en pis, et malgré le rideau de fumée entretenu par les médias dits libres, nous assistons à l’émergence de nouvelles formes de résistances dans les pays du Sud, notamment en Amérique latine. Malgré, ou grâce à , leurs diversités, ces résistances font apparaître un nouveau front de lutte contre l’ordre impérial US. Viktor Dedaj et Danielle Bleitrach, deux des auteurs du présent livre, avaient intitulé leur précédent ouvrage (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Les individus ne constituent une classe que pour autant qu’ils ont à soutenir une lutte commune contre une autre classe ; pour le reste, ils s’affrontent en ennemis dans la concurrence.

Karl Marx

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.