RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
13 

La cible ultime de l’empire américain n’est pas la Russie mais la Chine

Le Pentagone a publié sa dernière stratégie de défense nationale (SDN), un rapport établi tous les quatre ans pour fournir au public et au gouvernement une vue d’ensemble de la planification, des positions, des développements et des domaines d’intérêt de la machine de guerre américaine.

On pourrait penser, compte tenu de l’attitude agressive de Moscou et de l’alliance de puissance américaine cette année, que la Russie sera l’ennemi numéro un dans la SDN 2022, mais ce serait une erreur. Le ministère américain de la "Défense" réserve cette place à la même nation qui l’occupe depuis de nombreuses années maintenant : la Chine.

Dave DeCamp d’Antiwar écrit ce qui suit :

La SDN complète est toujours classifiée, mais le Pentagone a publié une fiche d’information sur le document qui dit qu’il "agira de toute urgence pour soutenir et renforcer la dissuasion, la République Populaire de Chine (RPC) étant notre concurrent stratégique le plus important et le défi majeur pour le département".

La fiche d’information présente quatre priorités pour le Pentagone :

  • La défense de la patrie, en fonction de la menace multi-domaine croissante que représente la RPC.
  • dissuader les attaques stratégiques contre les États-Unis, les alliés et les partenaires
  • dissuader l’agression, tout en étant prêt à l’emporter dans un conflit si nécessaire, en donnant la priorité au défi de la RPC dans la région indo-pacifique, puis au défi de la Russie en Europe
  • construire une force interarmées et un écosystème de défense résilients.

Le Pentagone affirme que si la Chine est au centre des préoccupations, la Russie pose des "menaces aiguës" en raison de son invasion de l’Ukraine", écrit M. DeCamp, ce qui montre que l’empire considère Moscou comme un ennemi de second rang.

Avant une réunion avec le ministre chinois des affaires étrangères Wang Yi, le ministre russe des affaires étrangères Sergei Lavrov a fait des commentaires qui illustrent clairement le problème réel de l’empire centralisé américain avec Moscou.

"Nous, avec vous, et avec nos sympathisants, nous avancerons vers un ordre mondial multipolaire, juste et démocratique", a déclaré M. Lavrov au gouvernement chinois mercredi.

Et c’est là, Mesdames et Messieurs, la véritable raison pour laquelle nous avons entendu tant de cris hystériques sur la Russie ces cinq ou six dernières années. Il n’a jamais été question de hackers russes. Ni d’une cassette pipi du Kremlin. Ni de la Trump Tower. Ni des primes du GRU en Afghanistan. Ni sur Manafort, Flynn, Bannon, Papadopoulos ou tout autre nom de famille du Russiagate de la semaine. Il ne s’agit même pas de l’Ukraine. Tout cela n’a été que des constructions narratives manipulées par le cartel du renseignement américain pour fabriquer du soutien pour une épreuve de force finale contre la Russie et la Chine afin d’empêcher l’émergence d’un monde multipolaire.

Depuis la chute de l’Union soviétique, le gouvernement américain a mis en place une politique visant à empêcher l’émergence de toute puissance susceptible de remettre en question son programme impérial pour le monde. Au cours de la (première) guerre froide, la stratégie promue par des gestionnaires d’empire comme Henry Kissinger consistait à courtiser la Chine par nécessité pour l’éloigner de l’URSS. C’est alors que nous avons vu les liens commerciaux entre la Chine et les États-Unis conduire à d’immenses profits pour certains individus dans les deux nations et à l’afflux de richesses qui permet aujourd’hui à la Chine de dépasser les États-Unis en tant que superpuissance économique.

Après la disparition de l’URSS, la nécessité de rester en bons termes avec la Chine s’est également dissipée, et les décennies suivantes ont vu un pivot abrupt vers une relation beaucoup plus conflictuelle avec Pékin.

Dans ce que l’histoire pourrait un jour considérer comme la plus grande erreur stratégique de l’empire américain, les gestionnaires de l’empire prévoyaient l’acquisition de la Russie post-soviétique en tant qu’État impérial laquais qui pourrait être utilisé comme arme contre le nouvel ennemi numéro un, la Chine. Au lieu de cela, c’est exactement le contraire qui s’est produit.

L’ancienne secrétaire d’État Hillary Clinton a déclaré l’année dernière au Bloomberg New Economy Forum qu’elle avait "entendu pendant des années que la Russie serait plus disposée à se rapprocher de l’Ouest, plus disposée à s’engager de manière positive avec l’Europe, le Royaume-Uni, les États-Unis, en raison des problèmes à sa frontière, en raison de la montée de la Chine". Mais ce n’est pas ce qui s’est produit.

" Ce n’est pas ce que nous avons vu ", a déclaré Clinton. "Au lieu de cela, ce que nous avons vu, c’est un effort concerté de Poutine pour peut-être étreindre davantage la Chine".

L’empire s’attendant à ce que Moscou vienne d’elle-même ramper vers le trône impérial, aucun effort réel n’a été déployé pour essayer d’établir la bonne volonté et de gagner son amitié. L’OTAN n’a cessé de s’étendre et l’empire est devenu de plus en plus agressif et belliqueux dans ses jeux de conquête mondiale. Cette erreur a conduit au cauchemar ultime du stratège, qui doit lutter pour la domination mondiale contre deux puissances distinctes à la fois. Parce que les architectes de l’empire ont prédit à tort que Moscou finirait par craindre Pékin plus qu’elle ne craint Washington, le tandem entre la puissance économique de la Chine et la puissance militaire de la Russie que les experts signalent depuis des années n’a fait que devenir de plus en plus proche.

Et maintenant, les responsables russes et chinois discutent ouvertement de leurs plans pour créer un monde multipolaire, tandis que les experts chinois plaisantent sur les stratagèmes transparents de l’empire américain pour monter Pékin contre Moscou à propos de l’invasion de l’Ukraine :


Pouvez-vous m’aider à combattre votre ami pour que je puisse me concentrer sur le combat contre vous plus tard ?

Sur le grand échiquier de l’empire, la Russie est la reine, mais la Chine est le roi. De même qu’aux échecs, il est utile d’éliminer la pièce la plus forte de l’adversaire pour obtenir plus facilement un échec et mat, l’empire américain serait bien inspiré d’essayer de renverser la superpuissance nucléaire amie de la Chine et, comme l’a récemment écrit Joe Lauria, rédacteur en chef de Consortium News, de "restaurer à Moscou une marionnette de type Eltsine ".

En gros, tout ce que nous voyons dans les grands reportages internationaux de notre époque, c’est la montée d’un monde multipolaire se heurtant de plein fouet à un empire qui a épousé la conviction que la domination unipolaire doit être conservée à tout prix, même si cela signifie flirter avec la possibilité d’une troisième guerre mondiale très rapide et radioactive.

C’est la dernière carte de l’hégémonie américaine. Son dernier effort pour s’assurer le contrôle avant de perdre définitivement toute chance de l’obtenir. De nombreux experts anti-impérialistes que je lis régulièrement semblent assez confiants quant à l’échec de cet effort, alors que je pense personnellement que ces prévisions sont peut-être un peu prématurées. La façon dont les pièces d’échecs se déplacent donne l’impression qu’un plan a été mis en place, et je ne pense pas qu’ils orchestreraient ce plan s’ils ne pensaient pas qu’il a une chance de réussir.

Une chose qui semble claire, c’est que la seule façon dont l’empire a une chance d’arrêter la montée de la Chine est par des manœuvres qui seront à la fois très perturbatrices et existentiellement dangereuses pour le monde entier. Si vous pensez que les choses sont folles aujourd’hui, attendez que la ligne de mire impériale se déplace vers Pékin.

Caitlin Johnstone

Traduction "je me souviens d’une époque simple où il n’y avait que "eux" et "nous"" par Viktor Dedaj avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

»» https://caitlinjohnstone.substack.com/p/the-us-empires-ultimate-target-is++cs_INTERRO++s=w
URL de cet article 37917
  

Même Thème
Une histoire populaire des États-Unis - De 1492 à nos jours
Howard ZINN
Cette histoire des États-Unis présente le point de vue de ceux dont les manuels d’histoire parlent habituellement peu. L’auteur confronte avec minutie la version officielle et héroïque (de Christophe Colomb à George Walker Bush) aux témoignages des acteurs les plus modestes. Les Indiens, les esclaves en fuite, les soldats déserteurs, les jeunes ouvrières du textile, les syndicalistes, les GI du Vietnam, les activistes des années 1980-1990, tous, jusqu’aux victimes contemporaines de la politique (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Un conspirationniste est quelqu’un qui regarde moins la télévision que vous.

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.