Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


L’Ukraine est-elle en train de glisser vers la guerre civile ? Les va-t-en guerre de Washington poussent à un conflit de plus grande ampleur (Counterpunch)

Les populations demandent des solutions, mais aucune solution n’est possible dans un monde désinformé. Les populations sont mécontentes presque partout, mais peu d’entre elles ont une vision claire de ce qui se passe réellement. Pour qu’il puisse y avoir des solutions, il faut que les populations sachent la vérité sur les problèmes.

Pour les rares personnes disposées à être des messagers, c’est une tâche largement ingrate.

Le postulat selon lequel l’être humain est un être rationnel est faux.

C’est une créature dotée d’émotion, pas le Dr. Spock de Star Trek. Les êtres humains sont intoxiqués par l’enculturation et l’endoctrinement.

Les patriotes réagissent avec hostilité aux critiques contre leur gouvernement, leur pays, leurs espoirs et leurs fantasmes. Leurs émotions tordent le cou aux faits, si l’un d’entre eux devait parvenir jusqu’à eux. Les aspirations et les fantasmes l’emportent sur les faits. La plupart des gens veulent qu’on leur dise ce qu’ils veulent entendre. Et donc, ils sont toujours crédules, et leurs illusions et leur aveuglement en font des victimes faciles de la propagande. Cela est vrai à tous les niveaux des sociétés et jusqu’à leurs dirigeants eux-mêmes.

C’est ce que nous constatons aujourd’hui en Ukraine occidentale où un mélange d’étudiants stupides, des pions dans la soif d’hégémonie mondiale de Washington, ainsi que des manifestants soudoyés et des éléments fascistes de mouvements ultranationalistes, sont en train d’engendrer des perturbations graves en Ukraine et peut-être une guerre mondiale fatale.

Parmi les manifestants, beaucoup ne sont que des gens sans emploi qui se font de l’argent facile. Ce sont les idéalistes stupides qui détruisent l’indépendance de leur pays.

Victoria Nuland, la néoconservatrice secrétaire d’état adjointe US, dont l’objectif est l’hégémonie mondiale des Etats-Unis, a, le 13 décembre dernier, dit aux Ukrainiens ce qui les attendait, mais les manifestants étaient trop plongés dans leurs délires pour entendre.

Dans un discours de 8 minutes, 46 secondes au National Press Club financé par la Fondation US-Ukraine, Chevron et le lobby Ukraine-in-Washington, Nuland se vantait de ce que Washington avait dépensé 5 milliards de dollars pour provoquer des troubles destinés à obliger l’Ukraine à intégrer l’UE.

Une fois prise dans les filets de l’UE, l’Ukraine serait "aidée" par l’occident agissant par l’entremise du FMI. Nuland, bien entendu, avait présenté le FMI comme étant le sauveur de l’Ukraine, et non pas la main de fer de l’occident qui étranglera complètement l’économie chancelante de l’Ukraine.

Le public de Nuland était composé de tous ceux qui s’enrichiront grâce au pillage et aux relations avec un gouvernement ukrainien nommé par Washington. Il suffit de voir l’énorme panneau publicitaire de Chevron à côté duquel parle Nuland pour comprendre de quoi il retourne.

Le discours de Nuland n’a pas inquiété les manifestants en Ukraine, qui sont déterminés à détruire l’indépendance de l’Ukraine et à remettre leur pays entre les mains du FMI pour qu’il puisse être pillé comme la Lettonie, la Grèce et tous les pays à qui le FMI a imposé un programme d’ajustement structurel.

Toutes les sommes d’argent que les manifestants reçoivent des US et de l’UE leur seront remboursées au centuple quand l’Ukraine sera "ajustée" par le pillage organisé par l’occident.

Dans son bref discours, l’agitatrice néoconservatrice Nuland avait prétendu que les manifestants, pour qui Washington avait dépensé 5 milliards de dollars, protestaient "pacifiquement avec une énorme retenue" contre un gouvernement violent.

D’après RT, bien plus crédible que le Département d’état US (souvenez-vous du discours du secrétaire d’état Colin Powell à l’ONU qui avait permis l’invasion US de l’Irak où il donnait les "preuves" qu’il y avait des ADM en Irak, discours qu’il avait ensuite désavoué, disant que c’était la désinformation du régime Bush), les émeutiers ukrainiens se sont emparés dans les arsenaux de l’armée de 1500 fusils, 100.000 cartouches, 3 mitraillettes et des grenades.

La police ukrainienne formée à respecter les droits humains a fait que les violences ont échappé à tout contrôle. Un certain nombre de policiers ont été brûlés par des cocktails Molotov. Les derniers chiffres indiquent que 108 policiers ont été touchés par balle. Un certain nombre d’entre eux sont morts et 63 sont dans un état critique. http://rt.com/news/ukraine-kiev-firearms-weapons-police-934/

Ces victimes sont celles de ces "manifestants qui protestaient pacifiquement avec une énorme retenue" dont parle Nuland. Le 20 février, le gouvernement ukrainien élu et indépendant réagissait à l’utilisation d’armes à feu par les émeutiers en permettant à la police d’utiliser des armes en cas de légitime défense.

Peut-être les Ukrainiens occidentaux russophobes méritent-ils le FMI, et peut-être l’UE mérite-t-elle les nationalistes extrémistes qui cherchent à renverser le gouvernement ukrainien.

Une fois que les Ukrainiens auront su ce que c’était que d’être pillés par l’occident, ils supplieront à genoux la Russie de les aider. La seule chose qui soit certaine, c’est qu’il est très peu probable que la partie russe de l’Ukraine restera rattachée à l’Ukraine.

Pendant la période soviétique, des parties de la Russie même, comme la Crimée, avaient été intégrées à la République Socialiste Soviétique d’Ukraine, peut-être pour accroitre la population russe en Ukraine. En d’autres termes, une grande partie de l’Ukraine actuelle – les provinces orientales et méridionales - sont des territoires traditionnels russes, et non pas des parties de l’Ukraine ancienne.

Jusqu’à ce que la Russie accorde l’indépendance à l’Ukraine au début des années 1990, l’Ukraine n’avait connu que peu d’indépendance depuis le XXIVème s. et avait fait partie de la Russie pendant 200 ans. Le problème avec cette indépendance, c’est qu’une partie de l’Ukraine n’est pas ukrainienne. Elle est russe.

Comme je l’ai écrit précédemment, la Russie considère que la perspective que l’Ukraine devienne membre de l’UE, avec l’Otan et les bases US à la frontière russe est une "menace stratégique".

Le gouvernement russe et les territoires russes en Ukraine n’accepteront vraisemblablement pas le plan de Washington pour l’Ukraine. Quelle que soit leur intention, les provocations verbales du secrétaire d’état US, John Kerry, font monter la tension et fomentent la guerre. L’immense majorité des populations USaméricaine et occidentales n’ont aucune idée de ce qui se passe réellement, parce que tout ce qu’elles apprennent de la "presse libre", c’est la propagande néoconservatrice.

Non seulement les mensonges de Washington détruisent les libertés civiles aux US et dans les autres pays, mais ils font naître des inquiétudes dangereuses en Russie sur la sécurité du pays.

Si Washington réussit à renverser le gouvernement ukrainien, les provinces orientales et méridionales feront probablement sécession. Si la sécession entrainait une guerre civile au lieu de se solder par un simple divorce à l’amiable, la Russie ne pourrait pas rester les bras croisés.

Comme les va-t-en-guerre de Washington soutiendraient l’Ukraine occidentale, les deux grandes puissances nucléaires seraient précipitées dans un conflit armé.

Ce sont les gouvernements ukrainien et russe qui ont laissé se développer cette situation dangereuse, parce qu’ils ont accepté naïvement pendant de nombreuses années qu’affluent dans leurs pays des milliards de dollars US, qui servaient à constituer des cinquièmes colonnes sous couvert d’organisations à but éducatif ou de défense des droits humains, et dont le véritable objectif était de déstabiliser les deux pays.

La conséquence de la confiance qu’ont placée dans l’occident les Ukrainiens et les Russes est la perspective d’une guerre civile et d’une guerre de plus grande envergure.

Traduction RR, traducteur intermittent bénévole au bénéfice exclusif du Gs.

»» http://www.counterpunch.org/2014/02/21/is-ukraine-drifting-toward-civil-war/
URL de cet article 24612
   


Vous avez une minute ?

Même Thème
Ukraine : Histoires d’une guerre
Michel Segal
Préface Dès le premier regard, les premiers comptes-rendus, les premières photos, c’est ce qui frappe : la « guerre » en Ukraine est un gâchis ! Un incroyable et absurde gâchis. Morts inutiles, souffrances, cruauté, haine, vies brisées. Un ravage insensé, des destructions stériles, d’infrastructures, d’habitations, de matériels, de villes, de toute une région. Deuil et ruines, partout. Pour quoi tout cela ? Et d’abord, pourquoi s’intéresser à la guerre en Ukraine lorsque l’on n’est pas même ukrainien ? (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

En transformant les violences de l’extrême droite vénézuélienne en "révolte populaire", en rhabillant en "combattants de la liberté" des jeunes issus des classes aisées et nostalgiques de l’apartheid des années 90, c’est d’abord contre les citoyens européens que l’uniformisation médiatique a sévi : la majorité des auditeurs, lecteurs et téléspectateurs ont accepté sans le savoir une agression visant à annuler le choix des électeurs et à renverser un gouvernement démocratiquement élu. Sans démocratisation en profondeur de la propriété des médias occidentaux, la prophétie orwellienne devient timide. L’Amérique Latine est assez forte et solidaire pour empêcher un coup d’État comme celui qui mit fin à l’Unité Populaire de Salvador Allende mais la coupure croissante de la population occidentale avec le monde risque un jour de se retourner contre elle-même.

Thierry Deronne, mars 2014


CUBA : modèle de résistance ou résistance d’un modèle ? (conférence/débat audio)
Conférence de Viktor Dedaj, animateur du site "Le Grand Soir", sur le Libre Teamspeak le 4 Décembre 2011. Notre conférencier nous explique enfin la vérité sur Cuba, sur son régime, et démonte minutieusement toute la propagande des États-Unis contre Cuba. Une conférence aussi excellente qu’indispensable. L’exposé initial de Viktor Dedaj dure une quarantaine de minutes et est suivi de deux heures de questions/débat avec les auditeurs. - http://lelibrets.blogspot.com/ Le compte Youtube ayant (...)
22 
« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.