RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La Cour suprême du Royaume-Uni refuse l’appel de Julian Assange contre son extradition vers les États-Unis

La Cour suprême du Royaume-Uni a refusé d’entendre l’appel du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, contre une décision de la Haute Cour ordonnant son extradition vers les États-Unis pour y être inculpé en vertu de l’Espionage Act. L’affaire sera transmise à la ministre de l’Intérieur, Priti Patel, qui devra prendre une décision finale, à moins que l’équipe juridique d’Assange ne fasse appel.

Assange dispose de quatre semaines pour présenter ses arguments à Patel, ce qui équivaut à demander la pitié du diable. Il peut également interjeter un appel incident contre la décision initiale du Magistrates Court, qui a donné raison au gouvernement américain sur tous les points, à l’exception d’un point concernant les raisons médicales, qui vient d’être annulé avec succès.

Ses avocats ont exposé les bases d’un tel appel en avril dernier, ce qui constitue une mise en accusation de la mascarade pseudo-juridique à laquelle le journaliste héroïque a été soumis. Ils affirment que l’extradition d’Assange est demandée illégalement pour une infraction politique, interdite par le traité d’extradition entre les États-Unis et le Royaume-Uni, qu’elle constitue un abus de procédure, qu’elle enfreint l’article 3 (traitement inhumain et dégradant), l’article 5 (détention abusive), l’article 6 (déni de procès équitable), l’article 7 (justice rétroactive) et l’article 10 (liberté d’expression) de la Convention européenne des droits de l’homme, qu’elle repose sur une déformation des faits et qu’elle est poursuivie pour des motifs politiques inavoués.

L’équipe juridique d’Assange a également indiqué qu’elle pourrait faire appel devant la Cour européenne des droits de l’homme.

La vie d’Assange est en grave danger. Aucun des deux appels n’a de chance d’être accepté et même ces droits et démarches juridiques formels ne doivent pas être considérés comme une certitude. La poursuite d’Assange a toujours été la continuation "légale" d’une opération d’enlèvement-assassinat sans foi ni loi organisée par la CIA, visant à réduire Assange au silence pour de bon, d’une manière ou d’une autre.

Le calendrier s’est maintenant accéléré de façon spectaculaire. La décision de la Cour suprême est intervenue soudainement, sans aucune annonce préalable. Le fait qu’elle ait même refusé d’entendre le cas d’Assange est très inhabituel. La Haute Cour a certifié le 24 janvier qu’un "point de droit d’intérêt public" avait été soulevé par Assange, ce qui incite normalement la Cour suprême à examiner l’appel.

Le point de droit en question était le suivant : "Dans quelles circonstances une cour d’appel peut-elle recevoir des assurances de la part d’un État requérant qui n’ont pas été présentées devant le tribunal de première instance ?" Même sur ces bases limitées, la Haute Cour et les experts juridiques en la matière ont estimé que l’affaire méritait d’être examinée.

Le mois dernier, WikiLeaks a cité un rapport sur l’affaire rédigé par le très réputé cabinet d’avocats londonien Bindmans qui notait : "Les avocats spécialistes du Droit de l’extradition se félicitent largement des orientations de la Cour suprême sur ce point, car les assurances tardives destinées à atténuer les préoccupations de la Cour concernant les violations des droits de l’homme à la suite d’une extradition sont devenues une question très controversée, en particulier lorsqu’elles sont fournies par des États ayant eux-mêmes un mauvais bilan en matière de droits de l’homme."

Cependant, après avoir eu la possibilité de passer par les motions et d’appliquer l’imprimatur juridique de la Cour suprême à la restitution effective d’Assange, les juges ont plutôt prononcé un rejet d’une ligne : "La Cour a ordonné que la permission de faire appel soit refusée parce que la demande ne soulève pas un point de droit défendable."

Le sens est clair : le temps des mascarades est terminé, il faut s’occuper d’Assange au plus vite.

Il s’agit d’une décision prise au plus haut niveau de l’État britannique, rendue par le président de la Cour suprême Lord Reed et le vice-président Lord Hodge, aux côtés de Lord Briggs. La guerre entre l’OTAN et la Russie, qui se déroule par le biais du conflit par procuration en Ukraine et qui se rapproche de plus en plus d’une confrontation militaire directe entre des puissances nucléaires, a sans aucun doute été un puissant stimulant pour l’action, soulignant pour la classe dirigeante la raison pour laquelle Assange doit être réduit au silence.

La volonté de l’OTAN d’entrer en guerre avec la Russie s’appuie sur une opération de propagande à grande échelle pour dissimuler les ambitions prédatrices des puissances impérialistes et présenter leur intervention comme le résultat d’une préoccupation humanitaire pour le peuple ukrainien. Les points de discussion du gouvernement sont consciencieusement régurgités par les médias commerciaux, dont les pages d’opinion sont ouvertes à un torrent de russophobie et d’appels à l’escalade militaire.

Assange est emprisonné depuis une décennie, sa santé est détruite et sa vie est en danger parce qu’il est un ennemi déclaré de ce "journalisme" coopté et qu’il a exposé sans crainte la criminalité, la barbarie et la duplicité effrénées de l’impérialisme américain et de ses alliés. WikiLeaks a révélé les pertes civiles massives en Irak et en Afghanistan, le recours à la torture et aux escadrons de la mort dans ces deux pays, la sauvagerie pratiquée à Guantanamo Bay et le parrainage américain des coups d’État et de la corruption dans le monde entier.

Depuis l’invasion russe, le compte Twitter de WikiLeaks a publié à plusieurs reprises un clip vidéo d’une interview d’Assange où il commente : "Presque toutes les guerres qui ont commencé au cours des cinquante dernières années ont été le résultat de mensonges médiatiques... les populations ne vont pas volontairement et les yeux ouverts dans une guerre."

Le compte a également publié des liens vers des communications diplomatiques américaines secrètes acquises par WikiLeaks et publiées en 2010. Il s’agit notamment d’un câble de 2008 rédigé par l’actuel directeur de la CIA, William Burns, alors ambassadeur à Moscou, qui met en garde contre les profondes inquiétudes stratégiques de la Russie concernant l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN et la possibilité d’une guerre civile dans ce cas.

Un autre tweet renvoie à "A decade of Russia v US gas wars in Europe laid out in US embassy cable (2008)".

Une pensée critique de ce type, encourageant un examen plus approfondi des origines de la guerre en Ukraine que la simple question "Qui a tiré le premier", est maintenant couramment considérée comme l’œuvre d’une cinquième colonne traîtresse et pro-Poutine. En effet, Assange a été l’une des premières cibles de la chasse aux sorcières des "suppôts de la Russie", menée par le parti démocrate aux États-Unis et le journal Guardian au Royaume-Uni, en lien avec les demandes faites au président Donald Trump d’adopter une position plus agressive envers Moscou.

Au-delà d’Assange en tant qu’individu, sa persécution est destinée à être le fer de lance d’une répression plus large de l’opposition à l’OTAN et à la guerre dans la classe ouvrière. Le World Socialist Web Site a écrit, avant que le gouvernement américain n’obtienne gain de cause en appel devant la Haute Cour en octobre dernier : "Depuis le début, les États-Unis et leurs alliés cherchent à détruire Assange à la fois comme un avertissement et un précédent pour empêcher toute dénonciation sérieuse des crimes de guerre impérialistes, des violations des droits de l’homme, des intrigues diplomatiques et de la surveillance massive de l’État - pour couvrir les crimes passés et en préparer de nouveaux."

Ce nouveau crime a pris la forme d’une provocation criminelle et dangereuse en cours contre la Russie qui visait à provoquer son invasion de l’Ukraine et qui risque d’échapper à tout contrôle vers une troisième guerre mondiale, menée avec des armes nucléaires. La classe ouvrière internationale est confrontée à l’urgente nécessité de développer un mouvement anti-guerre de masse pour lutter contre ses gouvernements criminels.

Le traitement d’Assange expose l’hypocrisie totale des condamnations par les puissances impérialistes de la répression par le gouvernement Poutine des manifestations anti-guerre en Russie. Il prouve que toute opposition sérieuse aux plans de guerre des impérialismes britannique et américain sera accueillie avec les mêmes méthodes brutales.

La classe ouvrière britannique, américaine, russe et mondiale doit être mobilisée sur une perspective socialiste commune de lutte de classe pour défendre les droits démocratiques et renverser les bellicistes. La campagne pour libérer Assange est indissociable de cette lutte.

Thomas Scripps

Traduction "bon, va falloir retrousser les manches, les amis" par Viktor Dedaj avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

»» https://www.wsws.org/en/articles/2022/03/15/assa-m15.html
URL de cet article 37855
  

Même Thème
In Defense of Julian Assange
"This book shows why the Julian Assange case is one of the most important press freedom cases of this century or any other century."—James C. Goodale, former Vice Chairman and General Counsel of The New York Times. “I think the prosecution of him [Assange] would be a very, very bad precedent for publishers … from everything I know, he’s sort of in a classic publisher’s position and I think the law would have a very hard time drawing a distinction between The New York Times and WikiLeaks.” (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si vous avez déjà accordé de l’importance à ce qui se diffuse pendant un journal télévisé, si vous vous êtes déjà intéressé à ça pendant, disons, plus de 30 secondes, c’est que vous êtes soit un de ces étudiants en comm’ qui y croit encore, soit un de ces journalistes qui voudrait nous y faire croire encore, soit vous étiez malade et alité devant la télé. Sinon, vous avez un sérieux problème de perception.

Viktor Dedaj

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.