RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Julian Assange testé positif au COVID-19

Julian Assange a contracté le COVID-19. Il a reçu le résultat du test samedi, le jour où plusieurs milliers de personnes ont formé une chaîne humaine autour du Parlement de Londres pour protester contre sa persécution.

Sa femme, Stella, a déclaré à la presse : « Je suis évidemment inquiète pour lui et les prochains jours seront cruciaux pour son état de santé général. Il est maintenant enfermé dans sa cellule 24 heures sur 24. » Elle a déclaré qu’Assange s’était senti malade toute la semaine et avait développé de la fièvre et de la toux vendredi.

L’infection d’Assange confirme les avertissements répétés des professionnels de la santé et de son équipe juridique selon lesquels sa santé et sa vie sont mises en danger par son emprisonnement injustifié. Elle doit donner une urgence renouvelée à la demande de sa libération immédiate.

Quelques mois à peine avant la pandémie, plus de 100 médecins ont signé une lettre ouverte au gouvernement britannique avertissant que la vie d’Assange était en danger alors qu’il était détenu à la prison de haute sécurité de Belmarsh au Royaume-Uni. Lorsque le COVID-19 a commencé à se propager rapidement dans toute la Grande-Bretagne, l’un des principaux signataires, le Dr Stephen Frost, a déclaré au World Socialist Web Site : « Compte tenu de ce que nous savons de cette affaire, Mme Assange a raison de s’inquiéter. Julian Assange, parce qu’il est immunodéprimé, après des années de détention arbitraire, d’abord à l’ambassade d’Équateur et ensuite à la prison de Belmarsh, court nécessairement plus de risques de contracter toute infection virale ou bactérienne, y compris l’infection au coronavirus.

« Il devrait être libéré sous caution immédiatement, afin qu’il puisse accéder aux soins de santé dont il a un besoin urgent. Le gouvernement britannique joue effectivement à la roulette russe avec la vie de Julian Assange. »

Un autre médecin, Lissa Johnson, a expliqué : « Dès 2015, des experts médicaux et des droits de l’homme ont averti que rien de plus qu’une maladie banale pouvait s’avérer fatale pour Julian Assange. Sa santé est encore plus fragile maintenant, et le coronavirus ne fait que rendre ces avertissements plus urgents et plus graves. »

Elle a ajouté : « Si Julian Assange succombe au coronavirus ou à toute autre maladie catastrophique en prison, ce ne sera pas un accident. Ce sera le résultat prévisible d’une torture psychologique prolongée et d’une négligence médicale volontaire. »

Le fondateur de WikiLeaks a demandé une libération sous caution en mars 2020, les avocats citant le risque « très réel » et potentiellement « mortel » posé à sa santé fragile par la pandémie de coronavirus. Son inquiétude était telle qu’il était prêt à accepter des conditions strictes, y compris l’assignation à résidence et le port d’un bracelet de géolocalisation. Il s’est vu refuser la mise en liberté sous caution au motif absurde, lors d’un confinement mondial, qu’il posait un « risque de fuite ».

Peu de temps après, il a été exclu d’un programme national de libération de prisonniers, motivé par des preuves de la propagation alarmante du COVID 19 parmi le personnel pénitentiaire et les détenus. La fausse raison invoquée était que, puisqu’il était en détention provisoire (sans inculpation) et qu’il ne purgeait pas de peine, il n’y avait pas droit.

Fin octobre 2020, les chiffres du ministère de la Justice montraient que 1529 détenus avaient été infectés, 600 au cours du seul mois précédent. Et au moins 32 prisonniers ont succombé au virus.

En novembre, une vague d’infections frappa la prison de Belmarsh. Stella Assange a révélé : « On m’a dit que le nombre de personnes infectées par le COVID dans l’immeuble de Julian était de 56, y compris le personnel. » Il s’agissait d’un immeuble avec moins de 200 détenus.

Assange et les autres détenus ont été placés en détention pour une durée indéterminée, enfermés dans leurs cellules 24 heures sur 24. Son avocat Edward Fitzgerald avait mis en garde lors de sa demande de libération sous caution du « risque pour sa santé mentale et ses contacts humains » posé par les procédures de confinement. Lors de l’audience d’extradition d’Assange cet automne-là, son équipe de défense a présenté de nombreuses preuves médicales des dommages causés à sa santé mentale et du risque de suicide.

Au cours du même mois que le confinement de COVID à Belmarsh, l’un des amis d’Assange à l’intérieur de la prison s’est suicidé après avoir reçu un ordre d’expulsion vers le Brésil. Stella avait tweeté : « J’ai parlé à Julian. Un de ses amis s’est suicidé aux premières heures de la matinée. Son corps est toujours dans la cellule du pavillon de Julian. Julian est anéanti. »

La persécution incessante de la Grande-Bretagne contre le journaliste héroïque a continué de faire des ravages au cours de l’année et demie qui a suivi. En octobre 2021, lors d’un appel d’Assange devant la Haute Cour qui fut débouté, il a subi un mini-accident vasculaire cérébral à Belmarsh. Selon le Daily Mail, il s’est retrouvé « avec une paupière droite tombante, des problèmes de mémoire et des signes de lésions neurologiques ».

Décrivant les conditions horribles dans lesquelles l’accident vasculaire cérébral a eu lieu, Stella a déclaré : « Cela a dû être horrible d’entendre un appel de la Haute Cour auquel vous ne pouviez pas assister, qui discutait de votre santé mentale et de votre risque de suicide et dans lequel les États-Unis affirmaient que vous inventiez tout. »

Nils Melzer, rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture, a examiné Assange avec une équipe médicale à l’intérieur de la prison de Belmarsh en mai 2019 et a conclu qu’il présentait des symptômes de torture psychologique. Il a commenté sa maladie : « L’AVC d’Assange n’est pas une surprise. Comme nous l’avons averti après l’avoir examiné, à moins qu’il soit soulagé de la pression constante de l’isolement, de l’arbitraire et de la persécution, sa santé entrerait dans une spirale descendante mettant sa vie en danger. [Le] Royaume-Uni le torture littéralement à mort. »

Melzer a ajouté : « Comme Assange n’était clairement pas médicalement apte à assister à son propre procès par liaison vidéo, comment peuvent-ils même discuter s’il est apte à être exposé à un simulacre de procès aux États-Unis, un pays qui refuse de poursuivre ses tortionnaires et criminels de guerre mais persécute les lanceurs d’alerte et les journalistes ? »

L’infection d’Assange au COVID est le plus récent crime de toute une série qui lui ont été infligés par ses ravisseurs du gouvernement britannique, agissant au nom de Washington et du Pentagon. Le World Socialist Web Site a écrit au cours de la première année de la pandémie : « La conclusion inévitable est que les persécuteurs d’Assange espèrent voir la maladie COVID-19 faire leur sale boulot à leur place et tuer le journaliste le plus important du XXIe siècle ».

En septembre 2021, une enquête de Yahoo News a prouvé qu’il s’agissait de la poursuite des plans ourdis par la CIA il y a des années, alors qu’Assange demandait encore l’asile à l’ambassade d’Équateur à Londres, pour l’assassiner. L’affaire judiciaire demandant son extradition poursuit le même objectif par des moyens différents, avec l’intention de le faire disparaitre dans une prison de haute sécurité américaine.

La manifestation de samedi était la plus importante jamais organisée pour la défense d’Assange, attirant un plus large éventail d’âges et de milieux sociaux. Cela indiquait le potentiel qui existe pour une campagne mondiale de masse visant à garantir la liberté et la sécurité du fondateur de WikiLeaks. Avec la menace pour la vie d’Assange si avancée et la réalité si grave de la guerre impérialiste, que son travail a révélée, cette campagne doit être construite de toute urgence dans la classe ouvrière internationale.

(Article paru en anglais le 10 octobre 2022)

»» https://www.wsws.org/fr/articles/2022/10/12/assa-o12.html
URL de cet article 38297
  

Cuba, Fidel et le Che - ou l’aventure du socialisme
Danielle BLEITRACH, Jacques-François BONALDI
Voilà notre livre, il est enfin sorti de l’imprimerie, tout chaud comme un petit pain… Il faut que je vous explique de quoi il s’agit, comment se le procurer s’il vous intéresse et comment organiser des débats autour si bien sûr vous êtes en mesure de le faire… Danielle Bleitrach D’abord sachez que ce livre inaugure une collection du temps des cerises, collection qui portera le nom "aventure du socialisme" Je reviendrai sur cette idée du socialisme comme aventure. L’idée donc du livre (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« La démocratie et les droits de l’homme ne nous intéressent que très peu. Nous utilisons simplement ces mots pour cacher nos véritables motifs. Si la démocratie et les droits de l’homme nous importaient, nos ennemis seraient l’Indonésie, la Turquie, le Pérou ou la Colombie, par exemple. Parce que la situation à Cuba, comparée à celle de ces pays-là et de la plupart des pays du monde, est paradisiaque »

Wayne Smith, ancien chef de la Section des Intérêts Américains à La Havane (SINA) sous l’administration Reagan

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.