Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


La Grèce appelée à voter la rigueur sous peine de "chaos"

Le parlement grec a ouvert dimanche le débat sur le nouveau programme d’austérité dont l’UE et le FMI exigent l’adoption dans la nuit, en dépit d’une fronde politique et sociale qui doit s’exprimer par une manifestation dans le centre d’Athènes en fin d’après-midi.

Le débat, qui doit se conclure par un vote peu après minuit heure locale (22H00 GMT), en vertu d’une procédure d’urgence d’emblée dénoncée par l’opposition de gauche, a été ouvert à 14H20 (12H20 GMT) par le président du parlement, Philippos Petsalnikos, qui a souligné que le moment était "crucial".

Il a auparavant fait prêter serment aux suppléants de trois députés socialistes démissionnaires pour leur opposition au train de mesures, et rejoint dimanche par un quatrième parlementaire, conservateur.

Le porte-parole du groupe socialiste, Christos Protoppapas, a réclamé "le plus de oui possible" pour "adresser à l’Europe le message" selon lequel "les Grecs sont en mesure" d’oeuvrer au sauvetage du pays.

Dans un discours télévisé solennel à la nation, le Premier ministre Lucas Papademos avait averti samedi que la Grèce, au bord de la faillite, jouerait sur ce vote sa survie financière et son maintien dans l’euro, pour empêcher le "chaos".

Le parlement, où le gouvernement de coalition socialiste-conservateur dispose en principe de 236 voix sur 300, devra assumer une "responsabilité historique" en avalisant des "sacrifices douloureux", a-t-il lancé, résumant le dilemme imposé aux Grecs par leurs bailleurs de fonds.

Sans cet aval, la Grèce n’a aucune chance de recevoir le moindre centime d’aide pour éviter un défaut de paiement incontrôlé en mars, à l’échéance de créances de 14,5 milliards d’euros.

Quelque 3.000 policiers ont par ailleurs commencé à se déployer dans le centre-ville pour sécuriser les rassemblements syndicaux et de gauche prévus contre le plan.

Les organisateurs espérant orchestrer, à partir de 15H00 GMT, un encerclement du parlement, les accès au bâtiment étaient progressivement bouclés, tandis que les stations de métro proches ont été fermées.

Les dirigeants socialiste, Georges Papandréou, et conservateur, Antonis Samaras, ont prévenu leurs députés que tout écart vaudrait exclusion, au cours de réunions samedi de leurs groupes parlementaires.

Au vu de la sévérité de la cure prescrite qui, entre autres, ouvre la voie à une chute brutale des salaires dans le privé censée redonner de la compétitivité au pays, les dissidents déclarés ou présumés atteignaient toutefois une dizaine dans chacun des partis gouvernementaux, selon le comptage des médias.

Pas de quoi augurer d’un rejet, mais le représentant des créanciers privés, Charles Dallara, n’en a pas moins lancé un appel à ne pas jouer avec le feu, dans un entretien avec le quotidien Kathimérini.

Les députés grecs "doivent comprendre ce qui est en jeu et reconnaître qu’au-delà de la rigueur (...) il y a des profits nombreux et tangibles" à attendre, a-t-il affirmé.

L’adoption du projet de loi est requise par la zone euro pour permettre à la fois le renflouement de la Grèce par des prêts publics de 130 milliards et son désendettement via l’effacement de 100 milliards de créances détenues par banques et fonds.

La Grèce "à l’heure du jugement", titrait Kathimérini, tandis que To Vima (centre-gauche) estimait que le pays était secoué par un "séisme" mettant "politique, économie et société en morceaux".

Syndicats et gauche communiste et radicale sont de fait résolus à faire tonner le "non" de la rue, les premiers dénonçant un plan "tombeau de la société", les seconds réclamant des élections immédiates et jugeant que la Grèce n’a rien à perdre à mettre ses créanciers au défi de le lâcher.

Entravée par le débrayage des transports, la mobilisation à l’occasion des manifestations, qui ont rassemblé jusqu’à 20.000 personnes en marge de grèves générales mardi, puis vendredi et samedi, était en retrait sur celle des grands sursauts de contestation qui avaient regroupé de 50.000 à 100.000 personnes sur la place Syntagma, en juin et octobre.

Les députés devront se prononcer pour un texte qui prévoit notamment un abaissement de 22% du salaire minimum, ramené à 586 euros brut sur 14 mois, la suppression dans l’année de 15.000 emplois publics et de nouvelles coupes dans certaines retraites.

Le vote portera aussi sur les modalités du programme d’échange d’obligations avec les créanciers privés pour réduire la dette souveraine à 120% du PIB d’ici à 2020, ainsi que sur le schéma de recapitalisation des banques grecques.

L’accord gouvernemental affiché jeudi sur ce plan s’est vite fissuré, avec la démission dès le lendemain de six membres du gouvernement : deux socialistes et quatre cadres de la formation d’extrême droite Laos, qui avait rallié en novembre le gouvernement de coalition.

Le Laos a appelé ses 16 députés à voter non, accusés par ses ex-partenaires de vouloir ainsi tirer son épingle du jeu en vue des élections législatives anticipées prévues pour le printemps.

URL de cet article 15821
   
Communication aux lecteurs
Un bus pour Assange - 25 janvier - Paris/Londres

Journée de soutien à Julian Assange devant la prison de Belmarsh.

Le billet comprend l’aller-retour Paris-Londres Bus+Ferry

Infos/réservations : https://www.facebook.com/events/652271058646370/

URGENT : Il reste quelques places à prendre pour faire partir un deuxième bus.
Si vous ne pouvez pas participer, vous pouvez aider à financer une place pour quelqu’un. VOIR ICI https://www.lepotsolidaire.fr/pot/jglqu3rm

La Machine de guerre américaine
Peter Dale SCOTT
« J’avais dit du précédent livre éblouissant de Peter Dale Scott traitant de ce sujet, (Drugs, Oil and War) "qu’il faisait passer la plupart des explications journalistiques et universitaires concernant nos interventions passées et présentes pour une propagande gouvernementale écrite pour les enfants’. Son dernier ouvrage est encore meilleur. Lisez-le ! » - Daniel ELLSBERG, « l’homme qui fit tomber Nixon », auteur de Secrets : A Memoir of Vietnam and the Pentagone Papers Ce livre stimulant et (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Les Occidentaux ont pour système de soutenir et de porter aux nues à l’Est des gens qu’ils s’empresseraient de jeter en prison chez eux.

Slobodan Despot


« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.