RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

La visite du pape en Irak, ou la mémoire défaillante de François

Le pape François, lors de sa visite en Irak, s’est employé à dénoncer la situation dans le pays et a fait appel à la cessation des violences et à l’unité des différentes confessions. Soit. Qui ne le souhaiterait pas ? Le problème est qu’il a réduit la question des violences et des intolérances à la question du terrorisme. La plupart des journalistes lui ont allègrement emboîté le pas.

Mais personne ne s’est souvenu des paroles d’un autre pape, pas spécialement connu pour son progressisme mais plutôt pour sa part active dans le combat anticommuniste, le pape polonais Jean-Paul II , qui déclarait à l’occasion de Noël, en 1990 : « Que les responsables en soient convaincus, la guerre est une aventure sans retour ! ». Jean-Paul II a dénoncé, lui, la guerre qui se préparait contre l’Irak, et alors que le premier déluge de bombes s’abattait sur Bagdad, le 17 janvier 1991, « dans son discours depuis le Vatican, Jean-Paul II dénonce avec force que « la loi des plus forts soit brutalement imposée aux plus faibles ». « Les vrais amis de la paix savent que l’heure est plus que jamais au dialogue, à la négociation, à la prééminence de la loi internationale. Oui, la paix est encore possible ; la guerre serait le déclin de l’humanité tout entière » plaide encore le Souverain pontife » .

Je n’ai pas vraiment l’habitude de me référer à l’organe de presse du Vatican, mais il semble que l’actuel pape ne la lit pas régulièrement. D’où le rappel. Je lui conseille de lire ce bilan du Vatican « 30 ans après la guerre du Golfe, la diplomatie de paix du Saint-Siège résonne encore », qui rappelle les nombreuses initiatives de l’époque, y compris une lettre personnelle à George Bush père, pour tenter d’empêcher la guerre.
Le pape actuel bénéficie cependant de circonstances atténuantes, car comme le rappelle Jacques Decornoy dans le Monde Diplomatique d’août 1991, à l’occasion de la sortie du livre Le Pape contre la guerre du Golfe. Jean-Paul II censuré , « à de rares exceptions près, les interventions – plusieurs dizaines – e Jean-Paul II contre la guerre du Golfe ont été étouffées, en France notamment, par les médias : il fallait faire taire les interrogations, les réflexions, ces grains de sable dans la machine à bourrer les crânes .

François a raté l’occasion d’expliquer à ses fidèles et au monde entier que le terrorisme qui sévit en Irak, comme dans le reste du Moyen-Orient, en Afrique ou en Europe, ne constitue pas la source des violences, mais est le produit des violences, et plus précisément des guerres de l’Occident, sous direction états-unienne.
Et la mère de toutes les guerres qui se sont déroulées depuis la disparition du bloc soviétique, c’est précisément la première guerre du Golfe, déclenchée le 16 janvier 1991, contre l’Irak et le peuple irakien. Jusqu’en 1989, la course aux armements était justifiée du côté occidental par la nécessité de se protéger d’une agression de la part de l’Union soviétique. Celle-ci disparue, les peuples étaient en droit d’attendre le désarmement et la paix. Et c’est d’ailleurs ce que tous espéraient. Les services américains se sont donc affairés à conditionner l’opinion publique par une série de mensonges, dont le plus décisif fut celui dit « des bébés dans les couveuses koweïtiennes ». Le 14 octobre 1990, une soi-disant jeune infirmière koweïtienne pleure devant une commission du Congrès des États-Unis en prétendant que les troupes irakiennes ont laissé mourir sur le sol froid des bébés sortis de leurs couveuses. La retransmission bien orchestrée de l’événement dans le monde entier emportera les esprits dans la logique de la guerre. En réalité, ladite infirmière était tout simplement la fille de l’ambassadeur du Koweït à Washington, qui lisait un texte tout préparé.

Cette première guerre contre l’Irak a été le tournant décisif vers un nouvel ordre mondial, sous l’égide des États-Unis, dans lequel toutes les crises sont résolues par le recours à la guerre, sans plus aucun recours aux interventions classiques de l’Organisation des Nations Unies.

Dans un livre extrêmement documenté, Le capitalisme c’est la guerre, Nils Andersson établit le constat suivant, auquel je souscris totalement : « Depuis 1990, et l’annonce par Bush père d’un ‘monde de paix’, on décompte entre trente-cinq et cinquante conflits armés actifs chaque année. Si, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’Europe occidentale a connu une longue ‘période de paix ‘, dont on s’autosatisfait, c’est oublier que le Tiers-Monde n’a, lui, cessé de connaître la guerre. Des guerres dans lesquelles la responsabilité des États occidentaux est directement engagée du fait de leurs politiques interventionnistes » .

Toutes les guerres lancées par les États-Unis, malgré leur écrasante supériorité militaire, économique, technologique et politique, et quel que soit le nombre de pays entraînés à leur suite, ont abouti sur des échecs militaires et politiques. Aucune de ces guerres, que ce soient en Irak, en Afghanistan, en Syrie ou en Libye, n’ont atteint les soi-disant objectifs de paix et de démocratie annoncés à grand renfort de propagande mensongère. Les seuls résultats sont le démantèlement des États et des nations agressés, la destruction de leurs infrastructures essentielles, savamment visées par les bombes dites intelligentes, des millions de morts, de blessés, de déplacés, des peuples affamés, épuisés et divisés, des réfugiés désespérés en nombre toujours croissant, la destruction à grande échelle et à long terme de l’environnement. Et pour renouer avec les paroles du pape François (et des médias qui n’ont pas appris grand-chose depuis le coup de couveuses), ce sont CES ravages qui ont fourni le terreau du terrorisme.

»» https://nadinerosarosso.blogspot.com/
URL de cet article 36966
  

Missions en conflit
Piero GLEIJESES
Cet ouvrage présente un récit haletant de la politique cubaine en Afrique de 1959 à 1976 et de son conflit croissant avec les États-Unis. L’auteur conduit le lecteur des premiers pas de Cuba pour aider les rebelles algériens combattant la France en 1961, à la guerre secrète entre La Havane et Washington au Zaïre en 1964-65 — où 100 Cubains menés par le Che Guevara ont affronté 1 000 mercenaires contrôlés par la CIA — et, finalement, à l’envoi héroïque de 30 000 Cubains en Angola en 1975-76, qui a stoppé (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il faut commencer avec la vérité. La vérité est la seule manière pour arriver à quelque chose.Toute prise de décision basée sur des mensonges ou l’ignorance ne peut pas être une bonne décision.

Julian Assange

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.