RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Amérique latine en résistance : la pandémie des sanctions

Alors que les gros titres à travers le monde sont consacrés au Covid-19 et aux vaccins, il existe une autre « pandémie » qui reste incontrôlable : les sanctions unilatérales des États-Unis. Mais pour cette maladie, il n’y a pas de vaccin.

Au Venezuela, le gouvernement, les mouvements populaires et même l’opposition qui n’est pas soumise à Washington ont dénoncé pendant des années une évidence : les sanctions ont de terribles conséquences pour le peuple. Le gouvernement de Nicolas Maduro a même intenté une action en justice devant la Cour Pénale Internationale, arguant que les mesures coercitives unilatérales constituent un crime contre l’humanité.

Et c’est une réalité de plus en plus difficile à cacher, quels que soient les efforts déployés par les grands médias, toujours alignés sur les États-Unis en matière de politique étrangère.

La Rapporteuse spéciale des Nations Unies sur les mesures coercitives unilatérales et les droits de l’homme, Alena Douhan, s’est rendue dans ce pays caribéen et a présenté ses conclusions le 12 février. Son rapport montre les conséquences de cette « guerre » imposée à tous les Vénézuéliens.

Les revenus pétroliers, les plus importants de l’économie, ont chuté de plus de 90%.

Les salaires, situés entre 150 et 500 dollars en 2015, ont baissé et se situent entre 1 et 10 dollars. Ce qui ne couvre même pas 1% du panier de base.

30 à 50% du personnel des services publics et des entreprises d’État ont été perdus, avec de graves conséquences au niveau du personnel qualifié.

2,5 millions de personnes sont en situation d’insécurité alimentaire sévère. Ils mangent moins par jour, moins de nourriture et de moindre qualité.

Il existe des obstacles importants à l’importation de denrées alimentaires. En conséquence, le programme alimentaire subventionné, CLAP, présente moins de diversité de produits et est distribué moins fréquemment.

Grave détérioration des services publics, y compris les pénuries d’essence et l’effondrement du système électrique.

Il y a un manque ou une grave insuffisance de médicaments et de vaccins, ce qui a entraîné la résurgence de maladies qui étaient éradiquées.

Dans le cas des médicaments, la situation est encore plus grave, puisque le gouvernement a été empêché d’utiliser ses ressources à l’étranger, gelées par ordre de l’administration Trump, pour faire face à la pandémie de Covid-19. Prenons par exemple le cas des réserves d’or « saisies » par la Banque d’Angleterre, que le gouvernement vénézuélien entend utiliser pour importer de la nourriture et des médicaments en coordination avec les Nations Unies.

La conclusion de Douhan, spécialiste des droits de l’homme, est que les sanctions sont dévastatrices, en plus d’être illégales, et qu’elles doivent être immédiatement levées et revues.

L’administration Trump, qui a intensifié une politique initiée par l’administration Obama, a toujours tenté de vendre l’idée que les sanctions ne concernaient que Maduro et ses alliés. Dans certains cas, des responsables ont reconnu que l’objectif était de « faire pression » sur le gouvernement démocratiquement élu.

Mais même à Washington, cette version est remise en question. Le Government Accountability Office (GAO) a publié le 8 février un rapport dans lequel il conclut que les mesures coercitives du Département du Trésor ont aggravé la crise économique au Venezuela. En outre, il affirme que le blocus américain empêche l’acheminement de l’aide humanitaire, principalement entre les mains d’ONG liées à l’opposition vénézuélienne.

Le rapport du GAO a été suivi d’une lettre à l’administration Biden signée par plusieurs membres du Congrès et sénateurs démocrates, dont Elizabeth Warren, Ilhan Omar et Jesús García. Les signataires remettent en cause le recours aux sanctions en pleine pandémie mondiale et appellent la Maison Blanche à « revoir » cette politique et à en mesurer les conséquences.

Mais, face à ce chœur, que dit la Maison Blanche ? Qu’elle n’est « pas pressée » de lever les sanctions contre le Venezuela, et exige que ce soit le gouvernement vénézuélien qui « prenne des mesures » qui plaisent à l’administration Biden. Le nouveau locataire de la Maison Blanche avait déjà donné plusieurs signaux allant dans le sens qu’il n’allait pas être différent de son prédécesseur en ce qui concerne le Venezuela, et qu’il chercherait à rendre les sanctions « plus efficaces ».

En fin de compte, il y a peu de sujets aussi communs entre les deux partis à Washington que l’impérialisme. Pour des pays comme le Venezuela, Cuba, le Nicaragua, l’Iran, la Syrie, etc., il est très difficile de voir Joe Biden comme « le moindre mal ».

Mais le peuple vénézuélien a déjà plus que démontré sa capacité à résister, même si la corde est de plus en plus serrée. Cette résistance héroïque est la seule chose sur laquelle on puisse compter, car tout espoir de changement dans la politique étrangère américaine, ou d’un cadre institutionnel qui applique le droit international, est au mieux une illusion. Seul le peuple sauve le peuple !

3 mars 2021

Illustration : Le Government Accountability Office (GAO). Il s’agit d’un organisme d’audit, d’évaluation et d’investigation du Congrès chargé du contrôle des comptes publics du budget fédéral. Il fait partie de la branche législative du gouvernement fédéral.

URL de cet article 36960
  

Même Thème
Les 7 péchés d’Hugo Chavez
Michel COLLON
Pourquoi les Etats-Unis s’opposent-ils à Chavez ? Pour le pétrole, on s’en doute. C’est tout ? Les guerres du pétrole, ils sont habitués à les gagner. Mais au Venezuela, on leur tient tête. Ici, on dit qu’il est possible d’employer l’argent du pétrole de façon intelligente et utile. Pas comme à Dubaï où on construit des hôtels à vingt mille euros la nuit au milieu d’un monde arabe sous-développé. Pas comme au Nigeria où la faim tue alors que ce pays est un des plus gros exportateurs mondiaux. Au Venezuela, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"La CIA contrôle tous ceux qui ont une importance dans les principaux médias."

William Colby, ancien directeur de la CIA

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.