RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Amérique latine en résistance : la pandémie des sanctions

Alors que les gros titres à travers le monde sont consacrés au Covid-19 et aux vaccins, il existe une autre « pandémie » qui reste incontrôlable : les sanctions unilatérales des États-Unis. Mais pour cette maladie, il n’y a pas de vaccin.

Au Venezuela, le gouvernement, les mouvements populaires et même l’opposition qui n’est pas soumise à Washington ont dénoncé pendant des années une évidence : les sanctions ont de terribles conséquences pour le peuple. Le gouvernement de Nicolas Maduro a même intenté une action en justice devant la Cour Pénale Internationale, arguant que les mesures coercitives unilatérales constituent un crime contre l’humanité.

Et c’est une réalité de plus en plus difficile à cacher, quels que soient les efforts déployés par les grands médias, toujours alignés sur les États-Unis en matière de politique étrangère.

La Rapporteuse spéciale des Nations Unies sur les mesures coercitives unilatérales et les droits de l’homme, Alena Douhan, s’est rendue dans ce pays caribéen et a présenté ses conclusions le 12 février. Son rapport montre les conséquences de cette « guerre » imposée à tous les Vénézuéliens.

Les revenus pétroliers, les plus importants de l’économie, ont chuté de plus de 90%.

Les salaires, situés entre 150 et 500 dollars en 2015, ont baissé et se situent entre 1 et 10 dollars. Ce qui ne couvre même pas 1% du panier de base.

30 à 50% du personnel des services publics et des entreprises d’État ont été perdus, avec de graves conséquences au niveau du personnel qualifié.

2,5 millions de personnes sont en situation d’insécurité alimentaire sévère. Ils mangent moins par jour, moins de nourriture et de moindre qualité.

Il existe des obstacles importants à l’importation de denrées alimentaires. En conséquence, le programme alimentaire subventionné, CLAP, présente moins de diversité de produits et est distribué moins fréquemment.

Grave détérioration des services publics, y compris les pénuries d’essence et l’effondrement du système électrique.

Il y a un manque ou une grave insuffisance de médicaments et de vaccins, ce qui a entraîné la résurgence de maladies qui étaient éradiquées.

Dans le cas des médicaments, la situation est encore plus grave, puisque le gouvernement a été empêché d’utiliser ses ressources à l’étranger, gelées par ordre de l’administration Trump, pour faire face à la pandémie de Covid-19. Prenons par exemple le cas des réserves d’or « saisies » par la Banque d’Angleterre, que le gouvernement vénézuélien entend utiliser pour importer de la nourriture et des médicaments en coordination avec les Nations Unies.

La conclusion de Douhan, spécialiste des droits de l’homme, est que les sanctions sont dévastatrices, en plus d’être illégales, et qu’elles doivent être immédiatement levées et revues.

L’administration Trump, qui a intensifié une politique initiée par l’administration Obama, a toujours tenté de vendre l’idée que les sanctions ne concernaient que Maduro et ses alliés. Dans certains cas, des responsables ont reconnu que l’objectif était de « faire pression » sur le gouvernement démocratiquement élu.

Mais même à Washington, cette version est remise en question. Le Government Accountability Office (GAO) a publié le 8 février un rapport dans lequel il conclut que les mesures coercitives du Département du Trésor ont aggravé la crise économique au Venezuela. En outre, il affirme que le blocus américain empêche l’acheminement de l’aide humanitaire, principalement entre les mains d’ONG liées à l’opposition vénézuélienne.

Le rapport du GAO a été suivi d’une lettre à l’administration Biden signée par plusieurs membres du Congrès et sénateurs démocrates, dont Elizabeth Warren, Ilhan Omar et Jesús García. Les signataires remettent en cause le recours aux sanctions en pleine pandémie mondiale et appellent la Maison Blanche à « revoir » cette politique et à en mesurer les conséquences.

Mais, face à ce chœur, que dit la Maison Blanche ? Qu’elle n’est « pas pressée » de lever les sanctions contre le Venezuela, et exige que ce soit le gouvernement vénézuélien qui « prenne des mesures » qui plaisent à l’administration Biden. Le nouveau locataire de la Maison Blanche avait déjà donné plusieurs signaux allant dans le sens qu’il n’allait pas être différent de son prédécesseur en ce qui concerne le Venezuela, et qu’il chercherait à rendre les sanctions « plus efficaces ».

En fin de compte, il y a peu de sujets aussi communs entre les deux partis à Washington que l’impérialisme. Pour des pays comme le Venezuela, Cuba, le Nicaragua, l’Iran, la Syrie, etc., il est très difficile de voir Joe Biden comme « le moindre mal ».

Mais le peuple vénézuélien a déjà plus que démontré sa capacité à résister, même si la corde est de plus en plus serrée. Cette résistance héroïque est la seule chose sur laquelle on puisse compter, car tout espoir de changement dans la politique étrangère américaine, ou d’un cadre institutionnel qui applique le droit international, est au mieux une illusion. Seul le peuple sauve le peuple !

3 mars 2021

Illustration : Le Government Accountability Office (GAO). Il s’agit d’un organisme d’audit, d’évaluation et d’investigation du Congrès chargé du contrôle des comptes publics du budget fédéral. Il fait partie de la branche législative du gouvernement fédéral.

URL de cet article 36960
  

Même Thème
L’Etat voyou
William BLUM
Quatrième de couverture « Si j’étais président, j’arrêterais en quelques jours les attaques terroristes contre les États-Unis. Définitivement. D’abord, je présenterais mes excuses à toutes les veuves, aux orphelins, aux personnes torturées, à celles tombées dans la misère, aux millions d’autres victimes de l’impérialisme américain. Ensuite, j’annoncerais aux quatre coins du monde que les interventions américaines dans le monde sont définitivement terminées, et j’informerais Israël qu’il n’est plus le 51e (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Il semblerait que la nature de l’ultime révolution à laquelle nous avons à faire face est précisément celle-ci : nous sommes en train de développer toute une série de techniques qui permettront aux oligarchies aux commandes - qui ont toujours existé et qui probablement existeront toujours - d’amener les gens à aimer leur servitude.

Aldous Huxley

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
122 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.