RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Venezuela
Ils n’arrivent même pas à croire eux-mêmes à leurs bobards

Le laborieux enfumage intermittent d’Europe 1 sur l’attentat contre Nicolas Maduro

Vincent MORET

Titre d’Europe 1, le 10 août 2018. « Venezuela : le député arrêté reconnaît son implication dans l’"attentat" ».

Ce titre va rendre fou le DECODEX du Monde. Un coupable avoue sa participation à une action qui, pour Europe 1 et la plupart des médias français, n’a peut-être pas eu lieu.

La mise entre guillemets par Europe 1 du mot « attentat » indique bien que, pour cette radio privée (Lagardère), l’attaque à laquelle un député reconnaît avoir été mêlé n’a peut-être pas existé. En français, les guillemets ont plusieurs fonctions distinctes. Ceux qui encadrent ici le mot attentat sont ce qu’on appelle des guillemets d’ironie. Ils marquent la distance, l’ironie, le mépris, le doute, que l’auteur entend manifester à l’égard de ce qu’il rapporte. Ils ont une fonction de distanciation et indiquent les réserves du journaliste. Poursuivons. Le député qui a avoué son implication dans un attentat inventé par Maduro met en cause Juan Monasterios, un militaire vénézuélien à la retraite « qui après son arrestation a admis avoir participé à l'"attentat" avec des drones chargés d'explosifs dont le chef de l'État socialiste dit avoir été victime samedi dernier ». Traduction tatillonne : Maduro dit avoir été visé par un « attentat » (qui n’a peut-être pas existé mais auquel deux citoyens avouent avoir participé). (...) Lire la suite »

Un site d’actualités vénézuéliennes réputé est la dernière victime de Facebook

Venezuelanalysis

Facebook a encore supprimé la page d’un média. Cette fois, il ne s’agit pas d’un réseau d’extrême droite comme Infowars, mais de "la seule plateforme médiatique indépendante vénézuélienne de gauche en anglais", le site d’information Venezuela Analysis, noté sur Twitter.

Les administrateurs du site d’information ont été informés par Facebook, jeudi, que leur page avait été "dépubliée" en raison d'une "activité récente" qui "n’est pas conforme aux règles des pages Facebook". Lorsqu'une page Facebook n'est pas publiée, elle n'est plus consultable par le public, seulement par les administrateurs. Venezuela Analysis aura la possibilité de faire appel de la décision. On ne sait pas exactement quelle activité spécifique a motivé la décision de FB. Le site a réagi en disant : c’est une "tentative évidente de bloquer notre couverture locale de la situation sur le terrain au Venezuela. Avez-vous besoin de plus de preuves que [Facebook] est le bras armé des [médias grand public] pour censurer les voix alternatives ?" Le site a également indiqué que sa page a été dépubliée après qu’il a posté un "article brillant qui démolissait la couverture lamentable des [médias grand public] sur la tentative d'assassinat contre le [président vénézuélien Nicolas Maduro", samedi. L'organe (...) Lire la suite »
12 
...et quelques bières en souvenir de Carlos Gardel

Vendredi soir à Caracas (chronique N° 5)

Romain MIGUS

Avec cette 5ème chronique, notre ami Romain Migus nous conte une soirée qu’il a vécue dans la capitale vénézuélienne avec des amis. Il semblerait qu’ils aient surtout fréquenté les bars sans avoir lu nos médias : c’est la pénurie et, de toute façon, il faut une brouette de billets pour le moindre achat. Suivons-les.
LGS
Le téléphone sonne.
“Allo ?
- Epale hermano, comment tu vas ? C’est Enrique. C’est vendredi soir, tu vas faire quoi ?
Le vendredi, au Venezuela, c’est jour de fête. Le week-end est, quant à lui, consacré aux tâches domestiques et à la famille.

Ayant oublié ce détail, je m'étais plongé dans la lecture de “Jésus t'aime”, le très bon ouvrage de la journaliste Lamia Oualalou sur l'influence croissante des évangélistes au Brésil. L'invitation d'Enrique bouleverse mes plans. Jésus et ses serviteurs de l'Eglise Universelle du Royaume de Dieu attendront bien jusqu'à demain. “Rendez vous à la Casa Azul, c'est juste derrière chez toi, à San Agustín. A pied, tu en as pour cinq minutes”. A pied ? A 22 heures. Le souvenir d'avoir, quelquefois, bravé, de nuit, l'avenue Lecuna qui sépare Parque central des ruelles désertes de San Agustín n'augure rien de bon. Mais ça, j'allais le découvrir au fur et à mesure, c'était avant les problèmes de transport. Aujourd'hui, j'ai juste à me faire guider par le flot de jeunes et moins jeunes qui s'engouffrent, à pied, dans les rues de San Agustín pour arriver au “bar” en question. Son surnom est dû à son apparence. C'est une maison bleue, adossée à la colline du barrio, on y va à pied, on ne frappe pas, lalalala… La (...) Lire la suite »

Celui qui a perdu le Pakistan par les urnes ne peut pas gagner le Venezuela par un assassinat

Nasser KANDIL
Celui qui a perdu le Pakistan par les urnes ne peut pas gagner le Venezuela par un assassinat Par Nasser Kandil Décrire le comportement de l’Administration américaine pourrait se résumer à parler d’un état de « nervosité confuse » encore plus remarquable que l’humeur fluctuante, l’inconséquence ou la confusion qui caractériseraient le comportement de Donald Trump, lequel finit même par paraître comme « le plus équilibré » des décideurs politiques au sein de l’équipe dirigeante actuelle à Washington. En effet, lors de sa campagne électorale, il avait sonné le glas de l’Amérique en tant que superpuissance et gendarme du monde, pour appeler à la reconstruction de l’Amérique délabrée, selon sa propre description, et à la résurrection de la « Grande Amérique » telle qu’il la concevait. Mais il a vite reculé sous la pression des institutions militaires et sécuritaires. Ainsi, il a été empêché de conclure l’entente globale avec Moscou, pour laquelle il avait plaidé, et même lorsqu’il s’est rendu à Helsinki avec l’idée de (...) Lire la suite »

Venezuela : Le drone médiatique explose en plein vol

Romain MIGUS
Le 5 août 2018, lors de la commémoration du 81e anniversaire de la Garde Nationale Bolivarienne, deux drones chargés de C4 furent interceptés par les services de sécurité vénézuéliens. L'objectif de cet attentat : éliminer le président Nicolas Maduro et de hauts fonctionnaires de l´Etat. La tentative de magnicide échoua et provoqua l´ire de tout le système médiatique. Pour parler de l'attentat, tous les médias français utilisèrent le conditionnel, comme si cela relevait d´une invention du gouvernement bolivarien. Le premier jour, certains mirent même en doute l´existence des drones explosifs au prétexte qu'il n'y avait aucune image disponible. Argument curieux s'il en est, puisque le lendemain de l´attentat au Venezuela, un autre drone fut empêché de survoler le Fort de Brégançon, lieu de villégiature du président Macron. Malgré le fait qu´il n´existe pas d'image du drone en question, aucun média ne questionnera, cette fois-ci, la communication de l´Elysée. De la même façon, durant l´investiture d´Ivan Duque (...) Lire la suite »
10 

L’extrême droite vénézuélienne a les faveurs des médias mainstream

Kharroubi HABIB
La plupart des médias occidentaux dont l'hostilité au pouvoir du président vénézuélien Nicolas Maduro n'a jamais désarmé tentent de semer le doute sur la version que les autorités de Caracas ont donnée de l'opération aux drones chargés d'explosifs ayant visé la parade militaire que présidait le chef de l'Etat dans la capitale. Si pour les autorités vénézuéliennes cette opération avait pour but l'assassinat du président Maduro, voire même la décapitation de l'ensemble des têtes dirigeantes du pays présentes à ses côtés à la cérémonie. Pour les médias en question, la chose ne paraîtrait pas évidente et ils ont été jusqu'à suggérer que cela pourrait bien être un semblant d'attentat que les autorités vénézuéliennes auraient elles-mêmes orchestré pour convaincre la population que le pays est la cible d'une tentative de déstabilisation par la violence et la retourner contre l'opposition qui conteste le pouvoir de Nicolas Maduro. En distillant cette suspicion, les médias anti-Maduro font en sorte que n'apparaissent pas fondée (...) Lire la suite »
56 ans après le prétendu attentat du Petit Clamart qui aurait visé De Gaulle...

Nicolas Maduro aurait été visé dans un attentat

Jean ORTIZ

Dégoûtant ! Et ils se réclament de la liberté d’information... au conditionnel. Voir « Le Monde » du 04/08/2018. Les agences de presse, elles, ne connaissent pas l’indicatif. La victime devient le bourreau.

Le président MADURO « aurait été victime » d’un attentat, d’une « tentative d’assassinat », ce samedi 04 août 2018, vers 17h. C’est Maduro qui le dit. Lui, un président si diabolisé. Alors, c’est douteux, et l’on donne du conditionnel : « aurait », « aurait », « aurait »... On n’en est pas sûr, malgré les images... IL Y A UN DOUTE... au moment même où les vidéos tournent en boucle. Le pervers président Maduro « aurait » organisé un auto-attentat... pour tuer Maduro, et assurer ainsi sa réélection. En France, cela donnerait : un conseiller du président Macron « aurait » outrepassé ses prérogatives... alors qu’on le voit tabasser des manifestants. Vite, la loi sur les fausses nouvelles... Macron avait promis une « république exemplaire »... La voilà. Le président « aurait », « aurait couvert » ce monsieur Benalla... Avec nos médias chiens de garde du système, la guerre idéologique permanente, le monde tourne à l’envers. Ce qui est sûr ne l’est pas si « l’occident », l’impérialisme, n’y trouvent pas leur compte. Par contre, (...) Lire la suite »
56 

« Dans les processus révolutionnaires, démocratiser la communication est stratégique » (CoLatino)

Thierry DERONNE

Thierry Deronne, cinéaste, professeur universitaire et journaliste, est convaincu que la démocratisation d’une société passe par le renforcement du rôle du peuple et de ses histoires, comme il l’enseigne, et que cela renforce le processus révolutionnaire dans la République Bolivarienne du Venezuela. Deronne, qui est arrivé au Venezuela en 1994, venant de Belgique, a fondé, avec d’autres professionnels vénézuéliens de l’audiovisuel, l’ « Ecole populaire latino-américaine de Cinéma, Télévision et Théâtre » .

– ¿Pourquoi cet intérêt pour la communication des communautés ? Ce sont deux processus, les gens ont déjà leurs histoires, et évidemment nous partons de l’idée qu’il faut leur donner les outils pour renforcer le rôle principal du peuple, comme nous l’enseignons à l’université. Pour créer véritablement un processus de démocratisation il est important que le peuple joue le rôle principal, comme pour tout le processus révolutionnaire que nous sommes en train de vivre au Venezuela. Nous devons enseigner les nouvelles formes de communication sociale, pour que, lorsque s’ouvriront de nouveaux espaces de diffusion des acteurs audiovisuels, l’on ait une nouvelle forme et de nouveaux contenus. – ¿Estimez-vous que cela a été un plus pour le concept de communication ? Quand je parle d’outils, je ne veux pas seulement parler des techniques, mais précisément d’un rapport au contenu. On tombe souvent dans le piège qui consiste à les séparer, d’un côté l’idéologie, de l’autre la technique. Et ce divorce est un danger, (...) Lire la suite »
Problèmes d’alimentation, causes, solutions...

Venezuela : Entre mesures d’urgence et construction de l’Etat (Chroniques d’en bas nº4)

Romain MIGUS

Avec cette 4ème chronique, notre ami Romain Migus, journaliste français qui a longtemps exercé son métier au Venezuela où il se trouvait encore il y a quelques semaines aborde une question abondamment traitée par les médias mainstream : se nourrir au Venezuela.
Mais ce qu’il a vu n’est pas ce qu’on nous dit.
LGS

Samedi 16 juin 2018, 5h30 du matin, Caracas. Le réveil me sort de mon lit. Pour une fois, je ne m'en plains pas. Je prends une douche éclair et j'avale un café. Puis je vais réveiller Paola qui grommelle une suite de motsque je devine être des insultes. Depuis mon arrivée, elle n'a pas cessé de m'inviter pour aller faire des footings, pour suer dans une salle de musculation ou pour nager en mer. Ce que, avec une élégance très churchilienne, j'ai toujours décliné avec mépris. Elle a aussi la seule chambre de l'appartement avec une télévision. « Allez debout fainéante, tu voulais faire du sport. Nous y voilà. » lui dis-je en lui offrant un café et en branchant la télé sur une chaîne de sport où va commencer le match inaugural des bleus : France-Australie. « C'est pas vraiment ma conception du sport, mais merci pour le café » me rétorque-t-elle en attrapant la tasse. Avec le décalage horaire, le match de l'équipe de France commence à 6 heures du matin. Passé l'hymne que je chante à tue-tête, la première (...) Lire la suite »
10 
Au supermaché : 40 millions de bolivars pour un demi-caddie

Venezuela : Spéculation et hausse des prix (Chroniques d’en bas nº3)

Romain MIGUS

Cet article sur la spéculation et la hausse des prix, s’inscrit dans un cycle de chroniques de notre ami Romain Migus, journaliste français qui a longtemps exercé son métier au Venezuela où il se trouvait encore il y a quelques semaines.
Son témoignage est particulièrement opportun quand les médias français (on se demande bien pourquoi ?) désinforment.
LGS

“On va aller faire les courses avant que les prix n'augmentent” me dit Paola, en rigolant. Paola, c'est la cousine qui habite dans notre appartement. Elle est biologiste, et travaille à l'Institut vénézuélien de recherche scientifique. C'est une sportive, ainsi qu'une écologiste radicale, ce qui est assez rare dans ce pays pétrolier. Chaussures de montagne aux pieds et sac à dos sur les épaules, elle crapahute avec autant de dextérité à la campagne qu'à la ville. Quand elle est en mode rat des champs, elle rapporte toutes sortes de pousses de plantes, de mousses et d'autres espèces végétales qu'elle entrepose soigneusement dans des pots qui s'entassent dans le salon de l'appartement ou sur le rebord des fenêtres. Dans le cas présent, c'est plutôt le rat des villes qui m'intéresse. Ce matin, on va aller remplir le frigo et son sac à dos ne sera pas de trop. « On va aller dans un supermarché et on achètera les légumes au marché de Coche, me dit Paola, ça nous reviendra moins cher ». Au contraire de (...) Lire la suite »
11 
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 190