RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Après 200 ans, l’intervention des Etats-Unis est "bien vivante"

La doctrine Monroe aura 200 ans en décembre. En 1823, le président de l’époque, James Monroe, a permis aux États-Unis d’exercer leur influence sur le continent après la défaite généralisée du colonialisme espagnol en Amérique du Sud. La Doctrine disait explicitement que les puissances européennes n’avaient rien à faire sur le continent américain et que leur ingérence serait considérée comme une menace pour la sécurité américaine. Par implication, donc, le continent était la sphère d’influence des États-Unis.

Ce concept a été étendu davantage avec une doctrine connue sous le nom de Destinée manifeste (Manifest Destiny). Le terme a été inventé par le journaliste John O’Sullivan pour justifier l’annexion du Texas qui a été volée au Mexique en 1845. Il a dit que c’était : "le droit de notre destinée manifeste de s’étendre et de posséder l’ensemble du continent que la Providence nous a donné pour le développement de la grande expérience de liberté et d’autonomie fédérée qui nous est confiée.

Avec les puissances impériales européennes chassées par les luttes anticoloniales, les États-Unis visaient à les remplacer en tant que puissance dominante en Amérique du Sud. Ce qui s’en est suivi, bien sûr, n’a pas été une expérience de liberté et de démocratie mais plutôt une intervention des EU pour soutenir les dictateurs, les coups d’État militaires, la répression, le meurtre et l’exploitation.

Theodore Roosevelt, président des États-Unis de 1901 à 1909, a revendiqué son droit d’intervenir dans les nations souveraines du sud, affirmant que "dans l’hémisphère occidental, l’adhésion des États-Unis à la doctrine Monroe peut forcer les États-Unis, cependant à contrecœur, dans des cas flagrants de faute ou d’impuissance, à l’exercice d’un pouvoir de police international.

En 2018, Donald Trump a revendiqué la doctrine Monroe dans un discours aux Nations Unies et, l’année suivante, le conseiller à la sécurité nationale, John Boulton, a déclaré à un rassemblement d’anciens combattants de la Baie des Cochons à Maimi : « Aujourd’hui, nous proclamons fièrement ce que tous entendront : la doctrine Monroe est bel et bien vivanet ». Tout à fait approprié, puisque l’aventure de la Baie des Cochons a été la tentative ratée d’exilés cubains soutenus par les États-Unis pour renverser la révolution populaire sur l’île. Dans le discours, Boulton faisait la promotion de nouvelles sanctions contre Cuba, le Venezuela et le Nicaragua.

Plus de sanctions contre le Venezuela

Pourtant, la campagne contre les nations souveraines du sud qui ne suivent pas la ligne étasunienne se poursuit avec des sanctions toujours plus sévères, le financement de groupes d’opposition et des tentatives de changement de régime.
Sous Biden, la doctrine Monroe reste également « bien vivante ». Un exemple est trois nouveaux projets de loi anti-vénézuéliens qui passent par le congrès des EU. A savoir :

• L’interdiction des opérations et des baux avec le projet de loi sur le régime autoritaire illégitime du Venezuela, qui empêchera les agences fédérales de s’engager dans toute activité économique avec le gouvernement vénézuélien.
• Le projet de loi vénézuélien sur les droits de l’homme, qui sanctionnera les membres du gouvernement ou de l’administration vénézuélienne et permettra aux États-Unis de financer des groupes de la société civile au Venezuela.
• Le projet de loi vénézuélien sur la démocratie. Ce projet de loi final établit une feuille de route pour la transition du gouvernement élu actuel vers un régime parrainé par les États-Unis. Cela prévoit également un financement pour les groupes anti-gouvernementaux pro-américains au Venezuela.

Toutes ces mesures sont de nouvelles extensions des tentatives anti-démocratiques des États-Unis d’effectuer un changement de régime au Venezuela qui, dans le passé, ont inclus : lé soutien à la tentative de coup d’État contre Hugo Chávez en 2002, la reconnaissance de la marionnette, le faux président Juan Guaidó en 2019 et le soutien d’une invasion ratée par des mercenaires en mai 2020 - une sorte de répétition du fiasco de la Baie des Cochons à Cuba.

En 2019, le gouvernement des EU a saisi la filiale étasunienne de la compagnie pétrolière d’État vénézuélienne, CITGO, et l’a placée sous le contrôle du soi-disant gouvernement Guaidó. Bien que le « gouvernement » Guaidó ait été dissous en janvier de cette année par d’autres éléments de l’opposition vénézuélienne de droite et que Guaidó ait été évincé, la vente des actifs de CITGO devrait se poursuivre et les bénéfices iront aux sociétés transnationales dont les opérations ont été nationalisées au Venezuela. Ce n’est pas le seul vol des biens de l’État et du peuple vénézuélien. La même chose s’est produite avec environ 2 milliards de dollars d’or vénézuélien détenus à la Banque d’Angleterre. Ce stock a été placé sous le contrôle de Guaidó par le gouvernement britannique et il s’en est suivi une longue bataille juridique entre le Venezuela et la Grande-Bretagne devant les tribunaux qui est toujours en cours.
Mais avec Guaidó parti et aucun autre gouvernement bidon en place à qui donner l’or, on pourrait penser que le gouvernement ici serait tenu de le remettre au gouvernement vénézuélien actuel - mais non. Le gouvernement britannique affirme qu’il ne reconnaît toujours pas Maduro comme président et continue de refuser au Venezuela l’accès à l’or. L’argent provenant de la vente de cet or aurait pu faire beaucoup pendant la pandémie de Covid pour acheter des médicaments, des vaccins et soulager les souffrances et pourrait encore être utilisé au profit des Vénézuéliens ordinaires confrontés à des circonstances économiques difficiles.

Menace d’envahir le Mexique

Dans toute l’Amérique latine, une deuxième vague de gouvernements de gauche défie les États-Unis et réaffirme leur souveraineté. Pour la première fois, la Colombie a élu un président de gauche, Gustavo Petro. Il a déclaré que la guerre des EU contre la drogue en Colombie était un échec. Non seulement il n’a pas atteint son objectif d’endiguer l’approvisionnement en drogues illégales aux États-Unis, mais il a militarisé la société colombienne, a secouru les paramilitaires et causé des milliers de morts. À bien des égards, cependant, cela a toujours été un prétexte pour maintenir le contrôle des EU sur la Colombie.

Le même prétexte est maintenant avancé par les politiciens républicains qui veulent intervenir militairement au Mexique, son voisin du sud, et avec lequel il fait partie d’un bloc commercial formel.

La cible serait la production illégale de fentanyl, un opioïde addictif, qui était à l’origine un médicament sur ordonnance aux États-Unis, mais qui, avec d’autres opioïdes, est désormais une cause majeure de décès dans ce pays.

Alors que le président Donald Trump envisageait de frapper le Mexique avec des missiles, divers projets de loi sont actuellement devant le Congrès des EU qui permettraient une intervention militaire contre le pays. L’un cherche à classer le fentanyl comme « arme chimique ». Un autre désignerait les cartels mexicains de la drogue comme des "organisations terroristes étrangères" et un troisième autoriserait, "toute la force nécessaire et appropriée" contre les États, les organisations ou les personnes liées au trafic de fentanyl. (Vraisemblablement, cela ne s’applique pas aux sociétés pharmaceutiques étasuniennes qui ont déclenché l’épidémie de dépendance aux opioïdes avec des médicaments comme OxyContin.) (1)

Les candidats républicains à la présidence pataugent avec de nouvelles menaces. Ron DeSantis a suggéré un blocus naval du Mexique. Nikki Haley a préconisé l’envoi de forces spéciales au Mexique, avertissant "Soit vous le faites, soit nous le faisons". Et Tim Scott a dit : « Je permettrai à la plus grande armée du monde de combattre ces terroristes."

En réponse, le président mexicain, Andrés Manuel López Obrador, a déclaré : "En plus d’être irresponsable, c’est une offense au peuple mexicain, un manque de respect pour notre souveraineté".

Étrange que ces menaces étasuniennes d’envahir un pays voisin n’aient pas suscité la même réponse dans la presse que la guerre en Ukraine – en fait, elles ont à peine été rapportées.

Les EU défiés

Aujourd’hui, les États-Unis s’attribuent toujours le rôle de juge et de jury dans les affaires internationales avec le droit d’intervenir - et pas seulement dans ce qu’ils considèrent comme leur arrière-cour. Il a encore étendu sa Destinée Manifeste pour se donner le droit de dominer le monde entier, d’intervenir partout pour affirmer son influence et maintenir son pouvoir - une Doctrine Monroe mondiale. C’est un point de vue qui a longtemps été contesté en Amérique du Sud et qui est de plus en plus contesté dans le monde alors que les pays se lassent de l’arrogance, de l’intimidation et des guerres sans fin des États-Unis.

(1) Dopesick - Examen | Le correspondant socialiste

»» http://facebook.com/thesocialistcorrespondent/posts/pfbid02rkXPKYUhTxT...
URL de cet article 38814
  

Même Thème
HOLLYWOOD PROPAGANDA
MATTHEW ALFORD
Examinant le fonctionnement interne de l’industrie hollywoodienne, cet ouvrage révèle les liens étroits entre le cinéma et les forces politiques américaines les plus réactionnaires. Ses analyses détaillées de nombreux films démontrent qu’Hollywood, loin d’être le lieu d’expression de la gauche américaine, n’est que le versant culturel d’une politique impérialiste. Alors que des films comme Transformers, Terminator ou La Chute du faucon noir, ouvertement financés par l’armée, glorifient l’hégémonie (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’écart gigantesque entre ce que les dirigeants des Etats-Unis font dans le monde et ce que les habitants des Etats-Unis croient qu’ils font est une des grandes réussites de propagande de la mythologie politique dominante.

Michael Parenti

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.