RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
18 

Luciano Canfora : "Holodomor, l’atlantisme plie l’histoire à ses fins".

Luciano Canfora, l'un des plus grands philologues italiens, est un philologue classique, un helléniste et un historien. Il est professeur émérite de philologie grecque et latine à l'université de Bari et coordinateur scientifique de l'École supérieure d'études historiques de Saint-Marin. Il est membre du comité de rédaction de plusieurs revues, tant scientifiques que populaires, telles que le Boston Journal of Classical Tradition, la revue espagnole Historia y crítica et la revue italienne de divulgation géopolitique Limes (groupe GEDI). Il est membre de la Fondazione Istituto Gramsci et du comité scientifique de l'Enciclopedia Treccani. Depuis 1975, il dirige également la revue Quaderni di Storia (éd. Dedalo, Bari), la série de textes La città antica de l'éditeur Sellerio, la série Paradosis pour les edizioni Dedalo et la série Historos pour Sandro Teti Editore. Il est un auteur prolifique de philologie, d'histoire et de politique, de l'Antiquité à l'époque contemporaine. Militant depuis plusieurs années au sein du Parti de l'unité prolétarienne pour le communisme (PdUP), il a adhéré en 1988 au Parti communiste italien (PCI) ; quelques mois après la dissolution du PCI, il a rejoint le Parti de la refondation communiste (PRC). Il a été candidat aux élections européennes de 1999 sur la liste du Parti des communistes italiens (PdCI) dans la circonscription du Nord-Ouest, du Centre et du Sud de l'Italie, sans être élu. En ce qui concerne la guerre en Ukraine, Canfora a qualifié l'Euromaïdan de "coup d'État". [Le Sénat italien a récemment débattu et approuvé un ordre du jour pour la reconnaissance de l'Holodomor.]

L’HISTORIEN - Pour les historiens, il ne s’agit pas d’un génocide : ce ne sont pas des décisions pour le Parlement.

"Un problème historiographique ne peut être résolu par des votes au Parlement". Luciano Canfora, universitaire et essayiste grec de renom, s’est longuement penché sur l’utilisation politique de la mémoire. Dans l’un de ses essais de 2010, "L’utilisation politique des paradigmes historiques", il montre que le révisionnisme est une constante à chaque époque, les puissants s’efforçant de réécrire l’histoire afin de s’accréditer en tant que vainqueurs. La motion signée par le FdI [Fratelli d’Italia, Extreme Droite, le parti de Meloni] et le Pd [Partito Democratico, centriste et liberal] au Sénat visant à reconnaître comme génocide l’Holodomor, la famine causée par la collectivisation forcée des campagnes imposée par Staline sur le territoire de l’Ukraine et d’autres républiques de l’URSS entre 1932 et 1933, qui a coûté la vie à des millions de personnes, entre également dans cette catégorie, affirme-t-il. Une motion a été adoptée par le Parlement en novembre, ainsi que par le Bundestag à Berlin, l’Europarliament et la Verchovna Rada à Kiev, où Zelensky a activement défendu la cause.

Professeur, au Sénat, FdI parle de "fait incontestablement établi, à savoir le génocide du peuple ukrainien par Staline et les communistes soviétiques". Le jugement historique sur le sujet est-il si serein ?

L’idée que l’Holodomor était un acte délibéré de Staline pour exterminer les Ukrainiens attend encore des preuves scientifiques. L’historiographie débat encore des causes de cette grande famine. Personne ne nie le fait, mais l’intentionnalité ne peut être prouvée. L’histoire de l’URSS doit être étudiée, les problèmes historiques sont résolus dans les archives, et non par la superficialité télévisée des "bons et des méchants".

Qu’y a-t-il à condamner dans cette initiative ?

Je réponds par une provocation. Je propose un vote pour reconnaître le génocide des soldats romains à Cannes, en 216 avant J.-C., par les "féroces" Carthaginois. Je suis consterné parce que ce n’est pas seulement une façon ridicule de traiter les questions historiques, mais c’est aussi une façon pour ceux qui sont au pouvoir de prétendre qu’ils ont gagné rétroactivement. L’atlantisme le plus à droite a gagné plusieurs manches dans la dernière période, et impose maintenant des représentations historiques ad usum Delphini. D’autres se chargeront de défaire ce canevas et de présenter les choses autrement, peut-être dans 600 ou 700 ans. Face à cette forme de surpuissance, l’ancienne gauche ne sait jamais réagir intelligemment, elle joue les seconds rôles. On peut déplorer des faits historiques, mais on ne peut le faire au mépris des vérités les plus élémentaires. Je rappelle que le Parlement européen s’est déjà illustré en mettant dans le même sac stalinisme et hitlérisme. Pourquoi ne votons-nous pas la reconnaissance du génocide de près de 20 millions de morts russes pendant la Seconde Guerre mondiale, après une agression subie par l’Allemagne du IIIe Reich, lorsque l’Ukraine a collaboré avec Hitler ? Je suis du côté de Fabius Maximus le procrastinateur, qui ne voulait pas de la bataille de Cannes : d’autres l’ont voulue, et elle s’est terminée par le massacre que l’on sait.

Pourquoi voter sur l’Holodomor maintenant, alors qu’il y a toujours une guerre entre la Russie et l’Ukraine ?

Nous devons trouver des justifications idéales pour être en guerre, alors que nous prétendons ne pas l’être. Tout cela alors que plus de la moitié de l’opinion publique italienne ne veut pas de la guerre. Il y a quelques jours, j’ai lu dans le Corriere della Sera, sous un titre alarmant, que 61 % des Italiens déclarent ne pas faire confiance à Zelensky : c’est un élément important pour comprendre pourquoi l’Italie pratique actuellement l’Holodomor. On ne cesse d’inventer de nouveaux arguments pour renforcer le camp atlantiste.

Il Fatto Quotidiano – 27/07/2023 - RICCARDO ANTONIUCCI

»» https://italienpcf.blogspot.com/2023/07/luciano-canfora-holodomor-latl...
URL de cet article 38812
  

« Arabesque américaine » : Printemps Arabe ou révolutions colorées fomentées par les USA ?
Ahmed BENSAADA
Souvent évoqué, parfois décrié, mais rarement analysé, le rôle des États Unis dans les révoltes de la rue arabe fait enfin l’objet d’un travail sérieux, rigoureux et fort bien documenté. Arabesque américaine* est l’ouvrage d’Ahmed Bensâada, un chercheur algérien établi à Montréal. Dès les premières lignes, l’auteur annonce la couleur « une chose est évidente : le mode opératoire de ces révoltes a toutes les caractéristiques des révolutions colorées qui ont secoué les pays de l’Est dans les années 2000. Comme il (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Il y a une idée sur laquelle chacun semble d’accord. « Vaincre Daesh », comme l’a exprimé le secrétaire d’Etat Tillerson. Laissez-moi poser juste une question : Pourquoi ? Il est temps pour Trump d’être Trump : extrêmement cynique et imprévisible. Il lui faut vaincre Daesh en Irak. Mais pourquoi en Syrie ? En Syrie, il devrait laisser Daesh être le cauchemar d’Assad, de l’Iran, de la Russie et du Hezbollah. Exactement comme nous avons encouragé les moudjahidines à saigner la Russie en Afghanistan. »

Thomas Friedman, « In Defense of ISIS », New York Times, 14 avril 2017.

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.