RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le parti communiste vénézuélien dénonce le " faux congrès " d’une organisation parallèle

L'organisation de gauche a adopté une position de plus en plus critique ces dernières années à l'égard des politiques économiques du gouvernement.

Caracas, 22 mai 2023 (venezuelanalysis.com) - Le Parti communiste vénézuélien (PCV) a pointé du doigt la direction du Parti socialiste unifié (PSUV) au pouvoir pour une prétendue tentative de "détournement" de l’organisation.

"La direction du PSUV veut retirer au PCV son statut légal pour neutraliser son rôle dans les luttes sociales du pays", a déclaré le secrétaire général du Parti communiste, Óscar Figuera, lors d’une conférence de presse samedi.

Le parti politique de gauche s’est attaqué à un " mouvement " qui se fait appeler " PCV patriotique " qui prétend avoir pour objectif de " sauver " l’organisation. Le mouvement affirme que la direction communiste actuelle est déconnectée de ses bases et devrait soutenir le gouvernement de Nicolás Maduro.

Le PCV a affirmé que le " PCV patriotique " est financé par le PSUV et ne contient aucun militant communiste. Il a dénoncé un " faux congrès " tenu dimanche à Caracas, affirmant que les personnalités qui ont dirigé l’activité n’ont aucun lien avec le parti. Il comprenait de membres d’autres groupes politiques vénézuéliens et de militants présumés du PSUV de l’État de Monagas.

Le PCV a également pointé du doigt l’implication de Diosdado Cabello en raison des déclarations répétées du vice-président du PSUV contre l’organisation dans son émission télévisée hebdomadaire. Dans un message vocal divulgué en ligne récemment, un membre de haut rang du PSUV, Jesús Faría, aurait demander à ses partisans de continuer à trouver des membres potentiels pour le " PCV alternatif ".

Bien qu’il n’y ait pas eu de déclaration d’intention officielle, les analystes affirment que le but de l’initiative " PCV patriotique " est de déposer une injonction auprès des autorités judiciaires pour exiger la possession des références légales et électorales du PCV. Dans un tel scénario, le Parti communiste ne pourrait pas présenter son propre candidat aux élections présidentielles de 2024.

" Indépendamment de ce qui se passe devant les tribunaux ou le Conseil électoral, le PCV est là pour rester ", a ajouté M. Figuera dans son discours. Le Parti communiste a ratifié son comité central actuel et son programme politique lors de son congrès de novembre 2022.

La situation entourant le plus ancien parti politique du Venezuela a suscité des débats et des controverses sur les médias sociaux. Elle a également suscité des déclarations de solidarité de la part d’un certain nombre de partis communistes et de partis ouvriers du monde entier.

Le commentateur chaviste de haut niveau, Luigino Bracci, a publié une vidéo décrivant l’attaque " épouvantable " menée par un " secteur du PSUV " contre le PCV. Il a également critiqué l’utilisation présumée de ressources publiques pour les activités du " PCV patriotique ", dont certaines se sont déroulées dans des salles de conférence d’hôtels cinq étoiles. Tout en précisant qu’il n’appartient à aucun groupe politique, M. Bracci a exhorté les dirigeants du PSUV et du PCV à " s’asseoir et à discuter de solutions " en faveur du peuple vénézuélien.

Le Parti communiste vénézuélien a participé pendant de nombreuses années au Grand pôle patriotique dirigé par le PSUV, qui présentait des listes unifiées lors des scrutins électoraux. Il a soutenu Maduro lors de ses deux victoires présidentielles, dont la plus récente remonte à mai 2018, lorsque le PCV et le PSUV ont signé un accord établissant un certain nombre de priorités politiques.

Cependant, au cours des mois suivants, le PCV a dénoncé le fait que le gouvernement ne respectait pas l’accord et refusait d’entendre les demandes du parti.

Le gouvernement Maduro ayant adopté des politiques libérales pour tenter de relancer l’économie sous le coup de lourdes sanctions étasuniennes, les communistes vénézuéliens sont devenus de plus en plus critiques, jugeant les mesures " anti-ouvrières " et favorisant le capital.

En 2020, le PCV a décidé de présenter des candidats indépendants aux élections législatives sous le nom d’Alternative populaire révolutionnaire (APR), mais il a obtenu moins de 3 % des voix et n’a obtenu qu’un seul député à l’Assemblée nationale.

L’alliance dirigée par le PCV s’est présenté à nouveau aux " méga-élections " régionales et locales de 2021, mais a obtenu des résultats tout aussi décevants. L’APR a accusé les autorités électorales de partialité et de persécution après qu’un certain nombre de ses candidats aient été empêchés de se présenter.

L’APR comprenait à l’origine d’autres partis chavistes tels que Homeland for All (PPT) et Tupamaro avant que des différends internes ne soient portés devant la Cour suprême vénézuélienne, qui a accordé(9) le contrôle des partis et les accréditations électorales à des factions favorables au maintien d’une alliance avec le PSUV. Toutefois, contrairement à la controverse actuelle sur le PCV, ces contestations ont été portées par des militants de premier plan au sein de leurs partis respectifs.

»» http://venezuelanalysis.com/news/15771
URL de cet article 38680
  

Etat de siège. Les sanctions économiques des Etats-Unis contre Cuba
Salim LAMRANI
Début du chapitre IV Les citoyens étasuniens sont autorisés à se rendre à Cuba mais il leur est strictement interdit d’y dépenser le moindre centime, ce qui rend quasiment impossible tout séjour dans l’île. Le Département du Trésor considère donc tout voyage dans l’île comme une violation de la législation sur les sanctions économiques, à moins que les personnes ayant visité Cuba puissent démontrer qu’elles n’y ont effectué aucun achat. La justice étasunienne poursuit sans relâche les contrevenants à la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Que ce soit bien clair : nous avons commis des erreurs, évidemment. Et nous en commettrons d’autres. Mais je peux te dire une chose : jamais nous n’abandonnerons le combat pour un monde meilleur, jamais nous ne baisserons la garde devant l’Empire, jamais nous ne sacrifierons le peuple au profit d’une minorité. Tout ce que nous avons fait, nous l’avons fait non seulement pour nous, mais aussi pour l’Amérique latine, l’Afrique, l’Asie, les générations futures. Nous avons fait tout ce que nous avons pu, et parfois plus, sans rien demander en échange. Rien. Jamais. Alors tu peux dire à tes amis "de gauche" en Europe que leurs critiques ne nous concernent pas, ne nous touchent pas, ne nous impressionnent pas. Nous, nous avons fait une révolution. C’est quoi leur légitimité à ces gens-là, tu peux me le dire ? Qu’ils fassent une révolution chez eux pour commencer. Oh, pas forcément une grande, tout le monde n’a pas les mêmes capacités. Disons une petite, juste assez pour pouvoir prétendre qu’ils savent de quoi ils parlent. Et là, lorsque l’ennemi se déchaînera, lorsque le toit leur tombera sur la tête, ils viendront me voir. Je les attendrai avec une bouteille de rhum.

Ibrahim
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.